AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 Une plaie qui ne se referme pas…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Une plaie qui ne se referme pas…   Lun 17 Jan 2011 - 20:59

Deux jours après avoir vagabondé dans les rues de la capitale dans un bien piètre état, le capitaine de la onzième se remettait lentement des sequelles qu'avaient laissés la bataille de Zopheir. De manière générale, il n'était pas du genre à rester indéfiniment au lit en attendant que ses plaies se referment, ses os se ressoudent et sa santé remonte d'elle même, mais plutôt à retourner au front dès qu'il pouvait être de nouveau debout. Bien entendu, il savait que ce n'était pas ce qui le ferait guérir plus vite, loin de là d'ailleurs, et qu'il y avait plus de chance que son état s'aggrave plus qu'autre chose, mais ce n'était vraiment pas le genre de détail qui pouvait l'alarmer. Mais c'était surtout car son organisme commençait peu à peu à atteindre sa limite à cause du miasme et il considérait que si le temps lui était compté, il valait mieux qu'il puisse en tirer profit au maximum, raisonnement particulièrement stupide pour la plupart de ses proches, chacuns jugeant qu'il devrait mieux chercher à trouver un remède efficace sur l'état de son avancement.

Mais pour l'heure il se tenait au milieu du bastion, droit et fier, comme à son habitude. Ses blessures le faisait encore souffrir malgré ce que Loki avait fait pour lui, mais c'était sans doute là un des nombreux effets secondaires du miasme, le sang noir et épais empêchant une parfaite cicatrisation de par sa consistance plus importante qu'une hémoglobine classique. Du moins, c'était une hypothèse qu'il avait fondé au fur et à mesure de se prendre des coups d'armes tranchantes. Il y avait aussi celle que son corps atteignait ses limites par moment et qu'il ne pouvait pas se régénérer aussi vite qu'autrefois à force d'être blessé. Et aussi que l'arme des Mentaïs dégageait quelque chose de spécial qui neutralisait ses capacités de soin, mais celle-ci était nettement plus tirée par les cheveux et avait rapidement était exclue des théories du chevalier.

A ses côtés se trouvait Rock, toujours assis du côté droit de son maître à cause de son œil crevé, attendant sagement une directive de la part de son propriétaire. Durant la bataille, lui aussi avait été assez amoché, mais comme il n'avait fait que combattre contre le dénommé Ichissin, il semblait avoir prit moins de coups, bien que cela étaient les plus dévastateurs… Il avait donc plusieurs bandages sur le corps, dont un au niveau de l'œil gauche, les vétérinaires ne sachant pas encore si son acuité visuelle redeviendrait comme avant.
Mais le chien ne semblait pas être dérangé par les coups qu'il avait prit, continuant de faire le beau devant les passants en levant le museau et en fouettant doucement l'air de sa queue courte. D'ailleurs, le capitaine avait remarqué que son compagnon semblait plus réactif quand il s'agissait de demoiselle, sans doute son ancien propriétaire était-il… de ce bord là.

Alors qu'une jeune femme traversait le bastion, le quadrupède la suivit du regard, ce qui fît soupirer l'impérial d'un air exaspéré, s'abaissant au niveau du canidé pour lui gratter le dessous du museau.

- Je me demande ce que tu étais dans une autre vie… Lui dit-il d'un air légèrement amusé alors que la bête inclinait la tête sur le côté, ayant visiblement l'air d'apprécier le geste.
Etrangement, c'était dans ce genre de moment que Schwann paraissait humain, bien que son regard resté toujours aussi triste, il lui arrivait plus souvent de sourire sans même vraiment s'en rendre compte.

Mais la raison de sa présence n'était nullement une promenade de santé en compagnie de Rock. Comme il n'avait pas pût participer à la bataille pour défendre Myorzo pour une raison qu'il n'avait encore jamais communiqué il avait l'impression de se sentir redevable vis-à-vis du peuple Krytien. Bien entendu, sans doute personne ne lui en tiendrait rigueur en particulier car des collègues à lui c'étaient trouvés sur les lieux, mais il gardait cette impression amer de ne pas avoir accomplis son devoir, aussi il c'était mis en tête de payer sa dette, avoir accompagné le frère de la chef Krytienne à Zopheir pour calmer l'Aer Krene étant selon lui insuffisant, surtout après une telle raclée… Alors si il se tenait là aujourd'hui, c'était car il avait fait placarder une missive pour rechercher des matériaux rares pour le peuple Krytien. Il ne savait pas comment cela serait perçu, mais toute aide était bonne à prendre, et pour la reconstruction de Myorzo ils devaient parfois manquer d'élément important, en particulier pour les armes de bonne manufacture…

Il restait donc là à attendre, continuant de gratter le cou de Rock en souriant doucement avec une légère pointe de tristesse et de douleur dans le regard…



[ Hors Rôle Play : N'importe qui peux rejoindre ce sujet, il n'y aucune limite de membre. ]
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
LékaosLieutenant
Messages : 380
Date d'inscription : 26/09/2009
Age : 25
Localisation : N'importe où, pourvu qu'il n'y ait personne qui me fasse ch***...
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres
Arme: Dral'Nogul (Epée longue)
Classe: Guerrier
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Mer 19 Jan 2011 - 20:03

Citation :
P.N.J Haruka Kagurazuna

Spoiler:
 

L'adolescente s'étira un bon coup alors qu'elle pénétrait seule dans l'enceinte du Bastion de Deidon, ses articulations produisant un craquement presque imperceptible alors qu'elle lâchait un bâillement à lui faire se décrocher la mâchoire.
Son uniforme de collégienne, arborant les tons pourpre de son établissement par dessus sa chemise blanche, était parsemé de petites égratignures et tâches de poussières marquant ce qui pourrait visiblement s'apparenter à des traces de combat, un pansement sur sa joue et une bande blanche lui entourant la cuisse aux côtés gauche venant confirmer un peu plus l'hypothèse qu'elle sortait d'un affrontement. Mais à part cela, rien ne semblait indiquer qu’elle pouvait être fatiguée ou gravement blessé, sa respiration et sa manière de se déplacer semblant tout à fait naturel pour quelqu’un de son âge.
Au contraire, la jeune femme affichait même un air presque blasé et ennuyé sur son visage que l'on pourrait qualifié plus crument de « joli minois », celui-ci attirant d’ailleurs l'attention de quelques soldats en faction qui ne purent s'empêcher de tourner la tête dans sa direction avant de détourner le regard et voyant la voyageuse orienter la tête dans leurs directions.
Un autre bâillement, plus long encore, vint retentir comme pour manifester encore plus vigoureusement son ennui, en même temps que le léger tintement de minuscules clochettes accrochées au-dessus de ses deux oreilles, les grelots produisant le son à peine audible alors que leur possesseur laissait retomber ses bras le long du corps.


-Pfff ! Même ce genre de promenade de santé ne m'aide pas à aller mieux... Le Brutal se fait vieux, j’ai l’impression… se plaignit-elle à voix basse. Je déteste les cours. Heureusement, j'ai fini pour aujourd'hui et j'ai trois jours avant de retourner à Halure. Ça me laisse le temps de me remettre en forme et de me trouver de quoi payer le prochain mois.

L'étudiante partit alors en direction du panneau d'affichage devant le poste des chevaliers, cherchant pendant quelques instants une annonce pouvant l'aider à « se remettre en forme », selon elle.

-Non, trop facile… Trop nulle... Celle-là, y’a même pas de quoi me payer les semaines d’après… Non plus, pas besoin de ça… Merci, j’ai déjà donné… Ah ! Enfin un défi à ma mesure, vu le commanditaire ! Parfait ! déclara-t-elle au bout de plusieurs secondes de réflexion en posant le doigt sur la missive placardé sur le bois.

Elle se redressa alors en époussetant la jupe de son uniforme et se retourna, cherchant des yeux la personne qui avait écrit l’ordre de mission, celle-ci devant normalement se trouver non loin. Quelques secondes passèrent pendant lesquelles elle envisagea presque toutes les personnes présentes, avant de finalement s’arrêter sur la seule à s’extirper du cadre habituel de la forteresse. Elle s’engagea alors en direction de Schwann, marchant d’un pas léger en prenant soin d’observer le capitaine impérial sous toutes les coutures ou presque.

Une fois à portée, elle attendit de rencontrer le regard de l’officier avant de demander d’une voix assez détendue mais ne dérogeant pas à la bienséance :


-Capitaine Oltorain ?
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Jeu 20 Jan 2011 - 16:33

Le bretteur grattait le cou de Rock qui semblait définitivement apprécier le geste, les doigts gantés du guerrier ne retirant en rien la sensation agréable qui parcourait le chien dont les yeux étaient fermées, comme si rien d'autre au monde ne pouvait être plus agréable pour l'animal. Mais toute bonne chose devait avoir une fin, et c'est lorsqu'une jeune femme s'approcha de deux compagnons que cela s'arrêta.

Schwann vît en premier lieu une paire de jambes découvertes, et si autrefois autant de chair l'aurait sans doute fait rougir, aujourd'hui il se contenta de plisser légèrement les yeux d'un air particulièrement las avant de se relever, laissant sa main glisser le long du cou de son familier pour ensuite rester sur le dessus du crâne de la bête.
Désormais debout, il était nettement plus grand que la demoiselle en face de lui, aussi car de manière général il dépassait la plupart des gens, mais surtout qu'elle était visiblement jeune, ne serait-ce que la tenue qu'elle portait trahissé ce détail, ce que l'impérial trouvait presque dommage étant donné qu'il n'avait jamais été très à l'aise avec les enfants, et aussi car si elle avait eût quelques années de plus elle aurait sans doute pût être intéressante… ce qui le fît revenir à la réalité : il avait l'impression d'agir comme son familier. Comme quoi, il fallait croire que la rumeur comme quoi un maître et son chien se ressemble n'était pas injustifiée.

Néanmoins cette jeune adolescente l'avait appellé par son nom, ce qui signifiait qu'elle ne devait pas être qu'une vulgaire passante.

- En personne. Répondit-il séchement en la regardant de haut, sans baissé la tête. Au début, l'on aurait pût croire que cela était un geste déplacé et irrespectueux envers cette personne étant donné qu'il ne la connaissait pas encore et la juger si hâtivement, en particulier pour son jeune âge était une grossière erreur. Mais le regard du chevalier qui pour une fois abritait un semble de vie et d'humanité se chargea rapidement du néant, plus rien ne se réflétant dans son œil unique autre que la souffrance et la tristesse. Et intérieurement, l'état qui apparaissait n'était pas mieux étant donné que tout l'organisme du guerrier criait et signaler une alerte, son cerveau résonnant contre les paroies de son crâne alors qu'il fût obligé de retirer sa main de la tête de Rock pour maintenir la sienne, fronçant les sourcils en signe d'une douleur visible.
- Excusez-moi… Soupira t-il silencieusement en retirant la main de son visage pour aller chercher dans la sacoche à sa taille une de ses précieuses seringues. Il retira le capuchon qui protégeait l'aiguillon avant d'ensuite caler l'objet entre ses dents pour retirer la brassière de son bras droit qu'il bloqua sous son celui-ci, pour ensuite récupérer la dose d'adrénaline et se l'injecter dans le bras.
Contrairement à d'habitude, la contenance semblait plus importante et condensée, le fluide étant plus opaque comme si la dose était nettement concentrée. Et en effet, depuis son retour de Zopheir Schwann avait noté que ses doses habituels et déjà plus conséquente et régulière depuis les deux mois de sa disparition ne suffisait plus à calmer son organisme contaminé, aussi il avait encore augmenté la quantité de sérum pour que le miasme daigne se taire plus longtemps… mais il avait encore du mal à s'y habituer, son corps le brûlant intérieurement à tel point qu'il en transpirant légèrement, la douleur en train de s'endormir n'aidant pas à dissimuler cet état.

Ce n'est qu'après quelques secondes qu'il se calma, rouvrant son seul œil qu'il avait instinctivement fermé pour ensuite ranger l'ustensile et remettre sa pièce d'équipement. Et comme si de rien était, il regarda de nouveau la jeune demoiselle, le regard toujours vitreux mais déjà plus sincère.

- Et vous êtes ? Il aurait pût se présenter plus correctement, mais le simple fait qu'elle est citée son rang était suffisant pour qu'il n'est pas à le faire étant donné qu'elle devait savoir qui il était. Néanmoins lui était dérangé, car il allait devoir travailler avec une jeune fille et ne savait toujours pas comment s'y prendre, si de part sa différence d'âge au moins deux fois plus élevé il pouvait la tutoyer ou non, ou bien si il devait la considérer comme une femme… même si elle n'en avait pas encore les atouts…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
LékaosLieutenant
Messages : 380
Date d'inscription : 26/09/2009
Age : 25
Localisation : N'importe où, pourvu qu'il n'y ait personne qui me fasse ch***...
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres
Arme: Dral'Nogul (Epée longue)
Classe: Guerrier
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Ven 21 Jan 2011 - 23:07

L'adolescente resta silencieuse devant le manège effectué par le capitaine après qu'il lui ait répondu, préférant s'attarder sur d'autres détails beaucoup moins importants et même particulièrement futiles pour quelqu'un comme le chevalier impérial. L’attitude du haut-gradé, bien que probablement dû à ce soudain malaise, l’avait passablement agacé. Elle avait beau être deux fois moins âgée que lui, il n’avait à prendre cet air haut perché avec elle.

-Alors c'est lui, le fameux capitaine Schwann dont on entend si souvent parler ? Mouais...

La plupart des rumeurs auxquels la jeune fille avait pu prêter attention au sujet de Schwann faisaient bien souvent état d'un homme dont la carrure et la prestance suffisait à faire frémir les monstres les plus imposants. Celle-ci venait d'être totalement contredite, Haruka considérant plutôt que l'apparence quelque peu dégradée du capitaine était plutôt du genre à faire fuir les passants s'approchant d'un peu trop près de lui.
Ce n'était sûrement pas correct de s'attarder au physique d'une personne lorsqu'on la rencontrait, et l'étudiante se garda bien de faire un commentaire là-dessus. Mais elle ne pouvait s'empêcher de penser que puisqu'il était officié dans l'Empire, certains avaient un peu trop tendance à l'idéaliser.


-Je ne peux pas négliger le fait qu'il a un certain charme, c'est vrai... Son petit air ténébreux est d'ailleurs plutôt séduisant. Et apparemment, il aime les bêtes. Elle fit cependant la grimace. Vu son grade, il doit avoir pas mal de femmes qui lui courent après... Je ne cache qu'un petit duel avec lui m'irait parfaitement, mais juste pour le challenge. Et puis à son âge, franchement... Elle vint l'observer un peu plus attentivement alors qu'il terminait de se ré-équiper. La carrure, y'a pas à chercher très loin : c'est un gros bras. Capitaine. Donc avec un tant soi-peu de jugeote, logiquement... Ça pourrait se révéler sérieusement intéressant, si c'était possible.

Lorsque Schwann eut terminé et qu'il vint demander son nom à son interlocutrice, celle-ci s'empressa de répondre, presque par automatisme depuis le temps qu'on lui demandait son nom pour les contrats qu'elle avait effectuée :
-Mon nom est Haruka. Kagurazuna Haruka. Je suis ce que l'on peut appeler une chasseuse de prime.

Lorsqu'elle eut prononcé ces mots, elle crut déceler dans le regard vide de l'homme en face d'elle une pointe d'amusement mais aussi comme une certaine interrogation vis-à-vis de ce qu'elle venait de déclarer. Elle comprit que, comme bien souvent, son statut de chasseuse de prime était mis en doute à cause de son âge. Cela ne fit qu’augmenter son degré d’appréhension face à l’attitude de l’homme en armure.
Elle se souvint l'espace d'un instant qu’on lui avait même répondu une fois, qu'elle « ferait mieux de retourner jouer à la poupée plutôt que de venir plaisanter sur le métier ». L’impudent qui avait dit cela fut bien vite remis à sa place, il était couvert de bleus sur tout le corps lorsqu’elle eut terminé avec.


-Je passais dans le coin et j’ai vu ce que vous aviez placardé là-bas, fit-elle en désignant le panneau d’affichage devant lequel elle s’était arrêtée juste avant. Comme je ne savais pas vraiment comment passer le temps, je me suis dis que je pouvais peut-être participer à la récupération de ces matériaux.

Elle prit une courte pause dans son discours en se tournant légèrement par rapport au capitaine, comme si elle prenait le temps de réfléchir à ce qu’elle allait dire ensuite, avant de soudainement reprendre en passant une main dans sa nuque en même temps que de montrer son index de l’autre main au chevalier :
-Par contre... Ne croyez que parce que vous êtes plus âgé, je me devrais de suivre toutes vos directives à la lettre. Je suis peut-être jeune, mais je ne suis pas une débutante en ce qui concerne ce genre de choses, si c’est ce que vous pensez. Croyez-le ou non, mais je suis suffisamment rôdée pour prendre mes propres décisions par moi-même. Je ne dis pas que je rechignerai à vous obéir, mais comme je ne suis pas membre d’un quelconque régiment, ni de votre brigade, ni même de l’Empire, je tiens à garder une certaine liberté dans mes actions. Je me suis bien fait comprendre, n’est-ce pas ?

Son œil droit couleur émeraude se ferma alors, tandis que celui couleur saphir resta bien ouvert pour regarder l’impérial, son corps étant positionné de manière à ce qu’elle puisse le regarder l’œil dans l’œil. Elle croisa alors ses deux bras derrière sa tête en attendant que son interlocuteur lui réponde, les clochettes attachée à la base de ses deux longues couettes venant tinter une nouvelle fois, le son produisant un léger écho dans l’enceinte fermée du Bastion presque désert à cette heure de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Sam 22 Jan 2011 - 2:00

Dans un bref soupir définitivement las, Schwann regarda Rock d'un air dépité, le chien lui rendant son regard par un simple bâillement ce qui eut comme réaction de faire hausser les épaules du chevalier en agrémentant le tout d'un nouveau soupir plus prononcé cette fois-ci. En temps normal il aurait simplement rétorqué comme si de rien était à son interlocutrice qu'elle était dans le faux, mais vu son jeune âge et la manière dont elle s'adressait à lui il ne savait toujours pas comment procéder, si il devait l'estimer comme une adulte ce qui pouvait la déranger dans le fait qu'elle n'était pas si vieille et voyait un certain atout à sa jeunesse, ou si il devait la considérer comme une enfant ce qui là encore pouvait la déranger, si ce n'est la vexer. Voilà pourquoi il détestait les gosses et n'aimait pas commanditer les missions, car il ne savait jamais sur quoi il pouvait tomber…
Enfin, pour cette fois-ci il se contenterait de l'estimer comme une femme, que cela lui plaise ou non.

- Vous vous méprenez mademoiselle Kagurazuna ; je ne suis pas votre juge et je n'ai que faire de qui vous êtes tant que cette mission est menée à bien. Au vue de la manière dont elle avait réagit jusque là, il y avait peu de chance que le ton qu'employait le chevalier plaise la jeune fille, mais il n'était pas là pour faire ami-ami, bien qu'il n'y aurait vu aucun inconvénient. Qu'importe l'âge, le sexe ou les origines, les compétences primes sur tout ça une fois sur le champ de bataille, et voilà l'unique chose qui m'importe. De plus, les héros Capel et Mordio étaient tout aussi jeune que vous et cela ne les a pas empêchés de participer à la chute de l'Adephagos, alors pourquoi pas ?
Détachant son regard du corps féminin pour le laisser se porter sur son familier, il constata que l'animal semblait trouver un certain intérêt à la demoiselle en la regardant avec insistance. D'ailleurs, Rock insistait tellement qu'il poussa sur son arrière-train pour se relever et ainsi pouvoir s'approcher d'Haruka. Il s'approcha même tellement qu'il fut assez proche pour venir renifler le bas de sa jupe, faisant soupirer Schwann d'un air un peu navré en même temps qu'il passait sa main inorganique dans ses cheveux, dégageant temporairement son front des mèches qui l'en recouvrait.
- Voici Rock, mon compagnon… Sa voix était cette fois-ci particulièrement lasse et il attrapa donc l'animal par la peau du cou avant de le tirer en arrière. Et arrêtes d'importuner la demoiselle toi !
Le ton autoritaire du capitaine laissa cette fois-ci le chien abaisser les oreilles, bien qu'il continuait de fixer Haruka comme si il n'espérait qu'attiser son attention et solliciter son intérêt pour recevoir une caresse.

Le brigadier se retourna alors pour commencer à se diriger vers la sortie nord. Brutal ne l'inquiétait pas et la probabilité qu'il soit là était faible, sans parler du fait qu'ils étaient assez nombreux pour lui tenir tête. Il fit signe à l'adolescente de le suivre en levant négligemment la main et se dirigea vers le panneau où il avait épinglé l'annonce, rajoutant le lieu où ils se dirigeaient au cas où quelqu'un souhaitait les rejoindre, ce dont il doutait vu qu'il attendait déjà depuis un moment. Il passa ensuite par la case marchand et acheta une vingtaine de gelée mixte et une dizaine de fiole de panacée, préférant fournir le groupe au cas où il y avait besoin et comme aucun d'entre eux ne semblaient avoir réellement d'aptitudes magiques. Puis il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas dépensé son argent… D'ailleurs son regard se porta sur l'attelage devant lui, et plus particulièrement une hallebarde assez classique mais qui semblait être d'assez bonne manufacture. En temps normal il n'en aurait rien fait mais après son retour à Zaphias, il avait laissé sa Sombrelame et Balmung à la capitale pour qu'elles soient correctement entretenue. Il aurait très bien pût prendre le katana de Trycia Oltorain mais cette arme avait une valeur sentimentale bien trop importante pour être utilisée comme une simple arme de fonction. Aussi l'on pouvait donc se demander comment il espérait mener à bien cette quête sans arme, et à ça il aurait simplement répondu qu'il aurait prit deux épées classiques dans la réserve de la caserne du bastion. Mais maintenant cela n'était plus d'actualité vu qu'il venait juste d'acheter l'hallebarde qui avait éveillé son intérêt, plaçant celle-ci dans son dos avant de prendre la direction de la sortie et de passer la porte en direction du plateau à l'est des plaines de Peyoccia.

Sur le chemin, Schwann accorda un peu plus d'intérêt à la demoiselle en lui adressant la parole.

- En tant que chasseuse de primes, vous devriez connaitre pas mal de monstres, mais je tiens à vous signaler que ceux que l'on recherche sont particuliers. Comme il ouvrait la marche, il donnait la cadence, et le rythme auquel il avançait été assez rapide et soutenu. Ils ne sont pas particulièrement intelligents ou dangereux, mais plutôt extrêmement résistants. Mais leur réels intérêts réside dans le fait d'être composé de plusieurs minerais différents, dont certains assez rares, sauf que pour cela il faut encore réussir à les déterrer du sol. Il s'arrêta dans son explication, notamment car il n'y avait pas grand chose de plus à dire, mais surtout car elle s'en rendrait rapidement compte en temps voulu. Il stoppa un instant la marche pour se retourner et la regarder, souriant légèrement. Et au fait, enchanté.
Il laissa passer une seconde puis se retourna de nouveau car ils étaient proche. Il saisit donc la hallebarde dans son dos et la dégaina, laissant celle-ci le long de son bras alors qu'il marchait lentement en regardant la zone…

Une fois sur place, au pied de la montagne au bord du plateau, il planta son arme dans le sol et prit ensuite un bout de tissus imbibé d'un liquide noir, enroulant celui-ci autour de son bras de mana occulte. Comme son arme n'avait aucun élément et qu'il ne connaissait aucunement l'origine de sa manufacture, il préférait ne pas prendre le risque que celle-ci se dégrade au contact de son bras immatériel, aussi c'était pour cela qu'il avait gardé ce bout de tissus recouvert de son sang et donc de son mana, bien qu'initialement il n'avait pas prévu manier une hallebarde mais une épée…
Le capitaine prit ensuite une fiole maudite et l'éclata au sol, une légère secousse se faisant alors sentir sous leurs pieds.

Mais pour l'instant seuls les monstres basiques de la région montraient leur nez, et il allait donc falloir nettoyer la zone de ce menu-fretin pour accueillir comme il se devait les invités tant attendu, un groupe de Rhinossus et de Bec-de-pioche se profilant déjà au loin alors que les Tréants endormis à proximité se réveillaient…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
LékaosLieutenant
Messages : 380
Date d'inscription : 26/09/2009
Age : 25
Localisation : N'importe où, pourvu qu'il n'y ait personne qui me fasse ch***...
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres
Arme: Dral'Nogul (Epée longue)
Classe: Guerrier
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Dim 23 Jan 2011 - 13:35

Le caractère d’un naturel assez impulsif de la jeune femme, l’ayant habituée à réagir au quart de tour, lui faisait souvent prendre des décisions quelques peu hâtives. Bien que cela puisse lui attirer plus souvent des ennuis, ce genre de comportement lui avait bien souvent évité de se faire tuer bêtement. Mais dans l’ensemble, cela restait un trait de caractère pouvant mettre les gens assez mal à l’aise.

Ce qui semblait bien être le cas du capitaine Schwann…

Lorsque l'animal de compagnie du capitaine impérial s'approcha d'un peu trop prêt d'elle, Haruka crut ne pas pouvoir se contrôler et envoyer un bon coup de pied dans le flanc du chien pour avoir osé violer l’intimité d’une jeune fille. Fort heureusement pour lui, son maître eut la brillante idée de l’attraper par le col en le tirant vers l’arrière, lui évitant de souffrir inutilement de blessures supplémentaires.
Elle qui le trouvait plutôt mignon comme bête, elle allait devoir s’en méfier. Ainsi que de l’homme en face d’elle, car on s’accordait à dire qu’un chien à tendance à ressembler à son maître, aussi bien physiquement que mentalement.

Pour l’heure, ils semblaient donc prêts à partir, le groupe se dirigeant tranquillement en direction de la sortie du Bastion de Deidon. L’adolescente n’accorda pas d’attention particulière aux achats du capitaine impérial, mais nota tout de même qu’il prenait soin de prévoir le pire, ce qui la conforta dans l’idée qu’il n’était pas qu’un tas de muscle sans cervelle.
Un bon point à ajouter, au moins… pensa-t-elle.

La remarque du capitaine lorsqu’ils s’avancèrent dans les plaines la fit doucement rigoler, car il omettait un détail plutôt conséquent. Preuve que de servir toute sa vie dans l’armée de l’Empereur empêchait les gens de se rendre compte des détails subtils de l’extérieur.

Elle ne répondit pas tout de suite, laissant l’officier terminer son explication sur les cibles qu’ils devaient trouver pour cette mission. Elle se doutait bien que pour que ce soit un haut-gradé de l’Empire qui aille jusqu’à demander un soutien pour accomplir cette tâche, les choses qu’ils cherchaient ne seraient pas vraiment du genre à se balader tranquillement en pleine nature, attendant bêtement de se faire trucider.

Ce n’est que lorsque le dispositif pour attirer les cibles fut mit en place et que les monstres habituels se mirent à débouler autour d’eux qu’elle daigna ouvrir la bouche pour répliquer :

-Vous savez, dans « Chasseur de prime », il y a peut-être le mot « chasse »… Mais il y a aussi le mot « prime », Capitaine Oltorain. Ce qui signifie que, quelque soit le travail, nous l’accomplissons tant qu’il y a une récompense à la clé. Vous confondez cela avec les gens des guildes comme celle des Lames Chasseresses, nous ne nous occupons pas uniquement de missions en rapport avec la chasse aux monstres. Cela peut très bien être de servir de garde du corps, de traquer un criminel ou de récupérer des matériaux en régions dangereuses, comme maintenant.

L’étudiante regarda alors autour d’elle et du capitaine, son regard bicolore passant en revue les ennemis très rapidement, avant qu’elle ne vienne lâcher un bâillement en s’étirant quelque peu.

-Moi qui pensais que j’allais pouvoir me défouler rapidement… On dirait que ce n’est pas pour tout de suite. En attendant, inutile que je me fatigue pour du menu fretin aussi pathétique.

A peine eut-elle prononcé ces mots qu’elle disparut soudainement du champ de vision de toutes les créatures présentes, qu’elles soient humaines, animales ou monstres. Quelques instants de flottements passèrent, pendant lesquels le chevalier et son animal de compagnie purent sentir le vent tomber d’un seul coup, avant qu’une bourrasque impressionnante ne souffle sur eux. Les Rhinossus, Bec-de-pioche et Tréants qui s’était approché d’eux furent alors projetés dans plusieurs directions à la fois, des marques de coups d’une puissance rare apparaissant un peu partout sur les corps, avant qu’ils ne disparaissent les uns après les autres dans une légère poussière multicolore. Le vent souffla encore violemment durant moins de cinq secondes, dispersant les restes brumeux dans l’air, avant de revenir à la normale tout aussi subitement qu’il s’était levé.
Haruka réapparut alors dans les airs dans un salto, juste au-dessus de Schwann et Rock, et vint atterrir gracieusement devant lui, un léger sourire sur les lèvres. Il put alors voir un léger éclat blanchâtre dans sa main droite, qui disparut presque aussitôt en laissant apparaître une carte que l'étudiante tenait du bout des doigts, seul le dos étant visible pour le capitaine tant qu'elle la tenait de cette manière.


-Et maintenant ? demanda-t-elle comme si de rien n’était.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Dim 23 Jan 2011 - 21:55

Le capitaine impérial soupira tout bonnement : cette fillette semblait bel et bien se considérer comme une grande personne à prendre le chevalier de haut. Il savait ce qu'était un chasseur de prime, il avait sans doute appris ce qu'il en était alors qu'elle n'était encore qu'un projet aux yeux de ses parents. Mais il préféra ne rien dire, la laissant croire qu'elle pouvait avoir le dessus sur lui. Et puis, il n'avait pas la tête à ça, son crâne vrillant encore de l'injection d'adrénaline qu'il c'était infligé. Il ne savait pas pourquoi mais bien que la douleur avait disparue, il avait l'impression que la douleur persistait à atteindre son organisme, à déchirer ses organes et ses tissus, et que cette drogue ne faisait que parcourir son sang sans effet.

Mais peut-être faisait-il erreur ? Après tout il était encore mal remit des blessures au glacier de Zopheir, et c'était peut-être simplement cette sensation qui lui était désagréable. Il n'en savait trop rien, et peut-être aurait-il dû rester quelques jours de plus au château le temps de voir ses membres être désengourdis… mais il aurait dérogé à l'un de ses principes lui intimant de ne pas se laisser aller trop longtemps sans quoi ses muscles risquaient de fondre, bien qu'il savait que ce ne serait pas quelques jours qui l'en ferait arriver à un tel résultat. Et d'habitude, se préserver physiquement arriver à faire taire quelques peu la douleur qui le rongeait de l'intérieur, alors pourquoi cette fois-ci il n'y arrivait pas… c'était une bonne question…

Il regarda la technique employée par la demoiselle Kagurazuna et s'interrogea sur celle-ci. C'était faire beaucoup de bruit pour pas grand chose, et cela devait comporter beaucoup de mouvement inutile, bien que la puissance déployée devait être conséquente. Enfin comme il le lui avait dit plus tôt, il n'était pas son juge, donc pas non plus son entraineur, alors il n'irait pas lui faire pas de ses critiques, gardant cela pour lui en fronçant légèrement les sourcils… car l'effet de la fiole maudite était toujours d'actualité, et enfin les secousses cessèrent pour laisser apparaître des lames sortant du sol. A vue de nez, elles étaient résistantes, comme il l'avait si bien dit, mais il y avait une information qui n'était pas cohérente : les ailerons qui ressortaient se montraient être menaçant, et bientôt leur déplacement prouva qu'ils n'avaient rien d'inoffensif. Donc lorsque l'un d'eux chargea le guerrier, il n'eût d'autre choix que de rouler sur le côté pour ne pas se faire sectionner en deux, soulevant au passage une belle colonne de poussière.

- Changement de programme, il semblerait que la double dose dans cette fiole maudite les rends un peu plus agressifs que prévu. Cria l'impérial alors qu'il faisait tourner la hallebarde au-dessus de lui en ne détachant pas son regard d'une des autres lames qui se dirigeait vers lui. Il intercepta alors la créature en faisant rencontrer les armes, projettant visiblement le monstre plus loin qui semblait un peu sonné…

Mais maintenant le groupe semblait encerclé, Rock restant toujours confortablement installé à deux pas de son propriétaire, attendant que l'on s'en prenne à lui ou que son maître soit en fâcheuse posture pour intervenir. A n'en pas douter, il y avait une dizaine de ces monstres qui leur tournait autour comme une meute de loup attendant la moindre faille dans la défense de leur proie pour intervenir. Et pour ne pas arranger la chose, les monstres classiques de la région arrivaient lentement au loin…

Pour l'instant, les créatures ne c'étaient pas encore découvertes, et il allait sans doute falloir les affaiblir au fur et à mesure pour en arriver à un tel résultat. Le problème est qu'avec cette vitesse il était difficile de pouvoir les affronter convenablement, et l'assaut le plus efficace était lorsqu'ils attaquaient de front comme avec Schwann un peu plus tôt, mais là encore c'était jouer dangeureusement, car les ailerons semblaient parfaitement tranchant et résistant. Au moins, le capitaine était satisfait de voir que cela pourrait permettre de forger de bonnes armes, bien que pour l'instant il risquait de devoir tâter de celles-ci pour s'en emparer…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
LékaosLieutenant
Messages : 380
Date d'inscription : 26/09/2009
Age : 25
Localisation : N'importe où, pourvu qu'il n'y ait personne qui me fasse ch***...
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres
Arme: Dral'Nogul (Epée longue)
Classe: Guerrier
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Dim 30 Jan 2011 - 20:27

La jeune femme fut légèrement surprise par l'apparition soudaine des lames terrestres, mais ne le montra pas vraiment pour ne pas paraître stupide. Certes, elle s'attendait bien à ce que des créatures surgissent du sol selon ce qu'elle avait compris des explications du capitaine. Mais pas vraiment à ce que la situation évolue de cette manière. Et puis, elle devait bien avouer que l'excitation liée à l'affrontement avec des monstres d'un genre inconnu lui faisait s’évanouir une partie de sa concentration. Ce n'était pas le moment de faire n'importe quoi, surtout après avoir dit toutes ces choses quelques secondes plus tôt. Elle en mourrait de honte, si elle se laissait bêtement déconcentré après son discours, qui ressemblait à un sacré gonflement d'égo dû à la présence de l'officier en ces lieux.

Elle devait bien l'avouer maintenant qu'elle y repensait, c'était vraiment stupide d'avoir agi avec lui de la même manière qu’avec tous ces types qui s'était moqué ouvertement d'elle. Après tout, il n'avait fait aucune réflexion en premier lieu. Elle était la seule à s’être braquée dès les premières secondes juste à cause de l'habitude qu'avaient les gens vis-à-vis d'elle, en ne la considérant par son apparence que comme une simple collégienne sans défense.

Ses pensées vagabondes furent alors subitement interrompues lorsqu’elle remarqua l’étrange aileron lui foncer à toute vitesse. Elle se reprit alors au plus vite en esquivant d’un bond agile l’ennemi partiellement visible, reculant de quelques pas en arrière pour suivre au mieux les mouvements de ces espèces de requins terrestres.

Cependant, sa course inversée se retrouva interrompue lorsque son dos rencontra une masse inconnue, qui se retrouva très vite frappée d’un redoutable coup de poing, l’impact faisant voler en poussière d’aer la créature sortit de nulle part. La surprise sur le visage d’Haruka, qui avait fait réagir au quart de tour la demoiselle lors de cette magistrale contre-attaque, fut alors bien vite remplacée par une grimace lassée de voir débarquer cette foule de monstres inutiles qui n’allait faire que les gêner.

La jeune femme décida alors de passer aux choses sérieuses, en vue de pouvoir se concentrer pour de bon sur les proies qui lui avaient été assignés.


-Très bien, l’échauffement est terminé. On va tous vous dire au revoir pour aujourd’hui et laisser la place à nos chers amis d’en-dessous ! Bye bye ! déclara-t-elle aux Rhinossus et autres monstres des plaines de Peyoccia ayant entouré le champ de bataille.

Brandissant la carte de tout à l’heure devant son visage, Haruka commença alors exécuter une série de gestes dans les airs de sa main libre tandis que le bout de papier vint s’illuminer du même éclat que tout à l’heure, cependant bien plus puissant qu’avant. Le vent se mit à souffler de nouveau autour d’elle, tandis qu’un motif lumineux ressemblant à un cercle se forma devant sa main libre.


-Adeat ! Transfert de la magie picturale ! Viens à moi, maintenant !

L’adolescente fit alors un large mouvement du bras en pivotant sur elle-même, la main tenant la fameuse carte venant rentrer en contact avec le cercle magique dans une gigantesque bourrasque faisant se lever un grand nuage de poussière.

On entendit alors des beuglements et des cris d’animaux, ponctués de plusieurs sons métalliques indiquant un affrontement avant que le vent ne commence à dissiper l’écran de fumée qui s’était formé, révélant la silhouette d’Haruka au milieu d’un tas de cadavres de monstres, qui s’évaporèrent ensuite en plusieurs volutes brumeux d’aer.
On pouvait désormais voir que ses vêtements et son uniforme de collégienne avait été remplacés par une armure empruntant l’aspect d’une robe noire à dorure, surmontée de renforts métalliques au bassin et au niveau du cou. Des jambières métalliques et une protection entourant totalement le bras gauche venaient compléter allègrement l’ensemble, bien que laissant planer le doute sur un réel potentiel défensif.
Sa main droite auparavant vide empoignait désormais une longue lame grise, dont le manche recouvert par plusieurs bandes de tissu blanc était terminé par une sorte d’anneau triangulaire supportant un ruban rouge vif. Au vu des dimensions conséquentes de cette arme, il était sûr et certain que cet équipement comportait un potentiel offensif impressionnant, ce malgré une forme plutôt basique. Preuve en était qu’un fois encore, l’élimination de la horde de monstres qui s’était rassemblée autour d’eux avait été accomplie à une vitesse tout aussi impressionnante voire plus élevée encore que précédemment.


Spoiler:
 

-Bien… Maintenant que ceux-là ne sont plus sur notre dos, on va pouvoir engager un « vrai » combat, j’espère ! déclara-t-elle venant faire basculer son arme sur son épaule, observant d’un air presque désabusée les créatures souterraines qui semblaient elles aussi enclin à la bagarre, l’une d’elle se dirigeant de nouveau dans sa direction. Vous ne m’en voudrez pas si je les abîme un peu ? lança-t-elle ensuite à Schwann en se mettant en position pour attaquer. J’ai un peu de mal à contrôler mes coups dans ce genre de situations.

L’herbe aux pieds d’Haruka se mit alors s’écraser totalement au sol dans un cercle parfait sous l’effet d’un force mystérieuse, avant que la jeune fille ne prenne appui sur ses pieds pour disparaître comme elle l’avait fait au tout début de cette bataille. L’aileron s’immobilisa sous l’effet de la surprise, se demandant comment sa proie avait réussi à se volatiliser ainsi, avant de se prendre un puissant coup par au-dessus, Haruka venant de réapparaître dans les airs en abattant sa longue lame sur son ennemi. Elle sauta alors en arrière, avant d’étendre son bras armée sur le côté en même temps d’appliquer sa main gauche sur la lame étincelante, qui s’illumina brièvement d’un léger halo vert avant qu’un tourbillon en forme de vrille ne s’en échappe pour foncer à toute vitesse dans le sol, avant de ressortir aussitôt à l’endroit où se trouvait la créature terrestre en la projetant à l’air libre ~Emeraude perforante~.

-Bon ! On va enfin voir à quoi ressemble leur sale tête… Désolé s’il est un peu amoché, je préfère voir le visage de mon adversaire, c’est plus commode pour la discussion ! ajouta la guerrière après s’être réceptionnée dans le dos de Schwann, un léger sourire venant éclairer son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Mer 2 Fév 2011 - 6:02

Le coup qu'avait porté Haruka dévoila enfin la créature… qui aussi étonnant que cela puisse paraître était un poisson. Le monstre comportait un aileron dorsal de la taille d'une épée à deux mains, et le corps faisait largement deux mètres de longs sans inclure les nageoires caudales, qui étaient-elles aussi composées de deux lames tout aussi tranchante que ne devait l'être la première et la plus voyante. Enfin, les ailerons au niveau du ventre étaient non-étonamment fait de la même manière, ce qui ne faisait plus aucun doute que ces simples parties ci étaient en assez grand nombre pour pouvoir fournir un petit régiment en armement. Et cela n'était naturellement que pour un seul monstre… donc au nombre de dix, cela devait allégrement pouvoir réarmer rapidement l'armée Krytienne. Du moins, si ils parvenaient à abattre ces créatures, car pour l'instant rien était encore joué…

Le reste du corps, lui, était composé d'écailles luisantes à la lueur argentée. Bien évidement, ce genre de cuirasse pouvait facilement convenir comme revêtement pour une armure, et un seul corps devait parmettre d'équiper deux hommes tout au plus. La tête du monstre, elle, était arrondie mais possédait une gueule béante jonchée de dents visiblement acérée. Chacune d'elle devait pouvoir permettre de servir de pointes pour des fléches. Pour ce qui était du reste du corps, comme il semblait s'agir là de poisson, une bonne partie interne devait être comestible, ce qui ne pouvait pas non plus être un mal étant donné que le peuple Krytien était peut-être un peu en manque de provision, bien que le guerrier savait que ce ne serait pas cela qui nourrirait suffisament de bouche…

Schwann, pour l'instant, ne se préoccupait nullement de la demoiselle qui l'accompagnait, sans doute car d'habitude il avait tendance à agir seul. De plus, son crâne bourdonnait une fois encore, signe que quelque chose clochait définitivement et qu'il aurait peut-être dû se reposer un peu plus avant d'entreprendre ce genre de mission. Il planta alors la hallebarde dans le sol afin de se maintenir, et de sa main d'ombre vînt se saisir le crâne, soutenant celui-ci qui lui paraissait bien lourd… Mais cela n'était peut-être qu'un léger coup de fatigue, malgré que son front gouttelait de sueur, ce qui là encore était assez rare chez le capitaine de brigade.
Néanmoins, lorsque l'un d'eux chargea dans sa direction, l'officier réagit au quart de tour, venant frapper de son pied la lame enfonçait dans le sol tout en la tenant toujours d'une main, décalant donc celle-ci du sol tout en pivotant le poignet pour la placer devant lui, pointe vers l'ennemi. Bien entendu, il se doutait que de front, son arme se briserait sans doute sur l'aileron dorsal du monstre qui s'approchait, mais il avait autre chose en tête… En effet, avant que le poisson terrestre n'arrive à proximité, il planta de nouveau son arme dans le sol afin d'y injecter du mana et de produire une ~Explosion Abyss~, l'Arte stoppant alors l'avancée de la bête en faisant voler en éclat des mottes de terre, ce qui découvrit partiellement la créature. A ce moment là, Schwann ne se gêna pas pour poursuivre son assaut, même si il sentait de nouveau sa tête vriller, comme si l'utilisation d'une technique ne faisait qu'empirer son état… Il planta donc la hallebarde dans l'œil du monstre, profitant du fait qu'il soit sonné, pour ensuite effectuer un ample mouvement circulaire afin d'éjecter la créature hors de son terrier. Et naturellement, un tel choc arracha les organes internes de cette partie du corps de la poiscaille, laissant donc le corps un peu plus loin qui semblait encore s'animer de quelques pulsions, s'agitant doucement sans être un danger.

Sauf que pendant ce temps là, deux autres créatures arrivèrent dans la direction du chevalier, profitant visiblement du fait qu'il soit occupé pour saisir leur chance. La première lame étant donc à proximité, il n'eût pas le temps nécessaire afin de pouvoir l'esquiver convenablement, pouvant alors sentir son bras de mana être sectionné au même moment où la créature rentrait sous terre, la seconde arrivant juste derrière pour cette fois-ci… le fendre en deux. Bien évidemment, l'instinct de survir du capitaine le contraint à faire quelque chose, et c'est donc en levant une jambe en direction du monstre qu'il stoppa son avancée, un bruit de métal sourd résonnant contre la botte d'acier du soldat, bien qu'il pouvait sentir le tranchant de la lame atteindre son pied au point de le faire saigner. Là, son premier réflexe ne fût non pas de dégager son membre en danger, mais plutôt d'abattre la créature en levant de son unique bras la hallebarde qu'il possédait, plantant celle-ci de toute ses forces dans le crâne du monstre en perforant l'épaisse cuirasse écailleuse qui lui servait de peau. Et cette fois-ci encore, un tel effort provoqua un vertige certain chez l'habituellement bretteur, mais surtout visible, son corps glissant lentement le long de l'arme, en particulier sa main qui semblait relâcher la pression qu'elle exerçait sur la barre permettant de manier l'outil de destruction. Ses jambes semblèrent flancher, et c'est en se rattrapant à sa lance qu'il réussit à se maintenir debout, bien qu'il ne faisait plus aucun doute qu'il luttait avec lui-même pour rester debout…
A cet instant, le piranha terrestre revînt par dessous son confrère sacrifié, propulsant alors le guerrier dans les airs en même temps que le corps maintenant inerte de son semblable qu'il avait sectionné en deux, un sang rouge clair se déversant sur le plateau verdâtre de la région… en même temps que celui noir et épais du chevalier qui venait d'être blessé au flanc gauche, une blessure qui venait d'apparaître à vue d'œil teintant les vêtements qu'il portait sur le dos…

Rock, lui, restait toujours en retrait. Il regardait le combat, semblant visiblement inquiet pour son propriétaire, mais il n'avait aucunement reçu l'ordre d'intervenir. Lorsque Schwann retomba au sol, il dressa les oreilles en entendant le bruit des organes froissés à l'intérieur de son corps, et rapidement il tourna la tête en direction du bastion de Deidon avant d'ensuite regarder de nouveau son maître à terre, étendu au milieu d'une flaque désormais de boue à cause du sang répendu au sol. L'officier avait le poisson au dessus de lui, maintenant celui-ci en l'air avec son pied blessé qu'il avait relevé et la hallebarde entre les mains. Il recréa alors son bras d'ombre, usant d'un peu plus de mana pour venir sonner le monstre d'un coup de poing dans son crâne dur comme la roche, et c'est à ce moment là que le chien se redressa sur ses pattes arrières pour courir en direction de la forteresse d'où ils étaient partis. Quelque chose clochait, et visiblement le compagnon du guerrier préférait aller chercher de l'aide…


- Tu… vas crever… oui… ! Hurla Schwann en faisant alors basculer la créature sur le côté, bloquant celle-ci sur le dos en lui ayant fait enfoncer son aileron dans la terre. Il se plaça alors au dessus d'elle et la bloqua entre ses jambes, relevant sa hallebarde pour venir la planter dans sa gorge, le sang extrêmement liquide du monstre lui giclant au visage d'une manière assez malsaine… alors qu'il sentait la migraine revenir, encore… et encore…

Et visiblement une autre créature semblait vouloir participer à la fête, s'approchant à grande vitesse de la position du chevalier dans un mouvement oscillant, la lame remontant et ressortant donc rapidement du sol, comme si elle cherchait à scier le capitaine en deux. Mais cette fois-ci il pût voir le coup venir et retira donc son arme du corps maintenant inerte, pour ensuite saisir celui-ci par la gueule et le soulever légèrement. Et lorsque l'autre monstre fût à portée, l'officier laissa s'échapper une ~Poussée obscure~ pour propulser la dépouille vers le piranha des terres, car même si il se trouvait sous terre, l'aileron de son congénère maintenant mort s'y trouvait aussi… et venait donc de perforer son crâne à grande vitesse grâce à l'Arte du guerrier.
Et visiblement, l'utilisation de mana influait sur l'organisme du chevalier, car cette fois-ci il tomba clairement à terre, essayant dans un signe de désespoir de se rattraper grâce à l'hallebarde, mais si celle-ci se planta dans le sol, la main du soldat glissa lentement le long de l'arme… jusqu'à attérir dans cette herbe verte, souillée par la boue et le sang… Depuis le début, le teint du brigadier était pâle, mais cette fois-ci il l'était un peu trop pour que cela soit normal. Son unique paupière c'était refermée, et sa respiration était maintenant bien faible.
Pour la première fois depuis longtemps, Schwann était inconscient…

De son côté le chien du chevalier venait d'arriver au bastion de Deidon, regardant autour de lui si il n'y avait pas quelqu'un qu'il pourrait appeller à l'aide. Il semblait savoir que les gardes n'étaient autorisés à quitter leurs postes qu'à une certaine limite, et la zone où se battaient Schwann et Haruka semblaient être trop loin pour qu'il puisse les y emmener. Aussi le familier semblait chercher quelqu'un de libre ou qui allait traverser les murailles en direction d'Halure.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
LékaosLieutenant
Messages : 380
Date d'inscription : 26/09/2009
Age : 25
Localisation : N'importe où, pourvu qu'il n'y ait personne qui me fasse ch***...
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres
Arme: Dral'Nogul (Epée longue)
Classe: Guerrier
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Mer 2 Fév 2011 - 22:19

Comme Schwann ne semblait pas se soucier réellement de ce qu’elle avait décidé de faire, Haruka comprit qu’elle n’avait pas non plus à prêter constamment attention à ce qu’il avait prévu de faire et reparti à l’attaque juste après que Schwann se soit jeter sur le requin des roches qu’elle avait extirper du sol. Qu’il se débrouille, elle n’avait de toute manière aucune raison de s’en faire pour lui. Au vu de son grade aussi important, il en avait certainement vu des biens pires.

Comme à son habitude, elle avait l’avantage de la vitesse et pouvait placer ses attaques facilement sur ses ennemis incapables de la suivre. Un, deux, trois de ces « squales souterrains » se retrouvèrent bien vite expulsé des profondeurs, puis magnifiquement aplatis sous la lame d’Haruka. Les suivants commencèrent finalement à comprendre le sens des manœuvres de la jeune fille et tentèrent bien évidemment de changer de tactiques en attaquant soit en groupe, soit en tentant de l’attaquer par des angles différents. Mais même en essayant des attaques par en-dessous ou en tenaille, ils étaient tout de même constamment pris dans les charges incessantes de la guerrière sonique. Seul le léger bruit des rubans à clochettes attachés dans ses cheveux pouvait être un tant soi peu perceptible lors de ses assauts fulgurants. Mais même ce léger détail ne permettait à personne de pouvoir la suivre dans ses déplacements, tellement la vitesse de ses attaques se révélait quasi-inhumaine. Ce n’était pas pour rien qu’on disait d’elle qu’elle était probablement la meilleure dans le métier à l’heure actuelle.

Quatre autres de ces monstres tombèrent encore, avant qu’Haruka ne s’arrête dans son entreprise, se demandant encore combien de ces choses elle allait devoir éliminer avant qu’ils ne se décident à rentrer. La facilité avec laquelle elle avait réussi à se débarrasser avait réussi à lui saper définitivement le moral. Il n’était même plus question de se servir d’eux comme défouloir, ils n’en valaient même pas la peine tant il était aisé de les battre les uns après les autres.


-Dites, ce n’est pas que ça m’ennuie mais si vous pouviez me dire de combien on a…

Le regard presque éteint par l’ennui et la fatigue qu’avait accumulé la jeune femme changea brusquement en voyant les difficultés auxquels était soumit le capitaine, ses yeux s’écarquillant légèrement sous le coup de la surprise de le voir dans un tel état. Une mare de liquide ocre et sombre entourait le corps inerte de l’officier à terre, s’écoulant du flanc ouvert de l’homme.

-C’est pas vrai ! Mais qu’est-ce qu’il lui prend ? Il croit vraiment que c’est le moment de s’écrouler comme ça ?!

Elle ne se posa pas plus longtemps de questions, un autre groupe de ces créatures profitant de la vulnérabilité du capitaine pour lui foncer dessus, leurs ailerons entrant et sortant du sol à intervalles réguliers. La jeune femme disparut alors une nouvelle fois de l’endroit où elle était pour réapparaître presque aussitôt juste au-dessus de la position du chevalier impérial, dos au groupe de poissons rocheux en entamant une rotation dans les airs comme pour une attaque retournée.

-Ça va être compliqué de les toucher d’un seul coup, ils avancent vite les bougres. Il va falloir bien viser !

La jeune femme se retourna alors complètement, sa lame fendant les airs dans un large demi-cercle orienté vers le bas. Un large projectile transparent se forma alors sur la trajectoire de l’épée, le croissant d’énergie venteuse fonçant ensuite à toute vitesse en direction du groupe de requins de sous-sol~Croissant d’émeraude~. La lame de vent s’écrasa alors en venant trancher la terre et déchiqueta les ennemis souterrains qui ne comprirent même pas ce qu’il se passait avant de mourir lamentablement.

La jeune femme se réceptionna alors au sol, juste derrière Schwann et vint se positionner pour éloigner les éventuels ennemis encore debout. Cependant, rien ne vint plus les déranger et au bout de quelques secondes, l’adolescente comprit que l’effet de la fiole maudite devait s’être estompé. Elle put alors se détendre quelque peu, mais resta tout de même encore un peu tendu vis-à-vis du fait qu’elle avait à s’occuper de Schwann.


-Abeat ! Renvoi de la magie picturale ! Va, maintenant ! s’exclama-t-elle en venant placer sa main gauche au-dessus de son épaule droite.

Son équipement s’illumina alors d’une douce lumière, avant de se faire comme aspirer vers ses doigts. L’épée et son armure disparurent alors en la laissant dans son uniforme de collégienne, tandis que la carte qu’elle possédait tout à l’heure fit son apparition dans sa main désormais démunie de protection. On pouvait alors voir un dessin sur la face avant du papier rigide, représentant Haruka arborant les pièces d’armure et l’épée dont elle s’était retrouvée équipée.

Elle se tourna alors vers l’officier impérial et s’en approcha doucement, venant se positionner juste devant la mare de sang noir qui avait, semble-t-il, fini de s’agrandir en commençant à coaguler lentement.
La jeune femme observa d’abord silencieusement le corps inerte du chevalier, remarquant l’étrange couleur du liquide vitale qui s’était échappé de la blessure sur son flanc gauche. Elle resta immobile quelques instants, pensiv, avant de venir poser sa main sur le crâne du capitaine, lui tirant quelque peu la chevelure pour lui relever la tête de la boue où il s’était écroulé.


-Bon, il a l’air de respirer encore… C’est déjà ça, même si je m’attendais à mieux de sa part. Parce que, être complètement dans les vapes comme ça, en plein milieu d’une bataille… On ne peut pas dire que ça soit très chevaleresque de la part de quelqu’un comme lui.

Haruka soupira alors et lui attrapa l’arrière de la ceinture en lâchant sa tête, le faisant se retourner sur le dos pour mieux voir comment se portait sa blessure. Elle examina brièvement la plaie, avant de fouiller un peu dans un des pans de sa veste pour en ressortir ensuite une bande de tissu blanc semblable à celle qui lui entourait la jambe gauche. Elle pansa grossièrement l’ouverture, enroulant le plus possible de tissu autour de la chair ouverte.

-Au moins comme ça, y’a déjà moins de risques… Maintenant, va falloir rejoindre le cabot pervers que j’ai vu partir tout à l’heure… Ça va être un peu plus dur, mais ça devrait le faire.

La jeune femme fouilla d’abord dans les poches de la veste du capitaine, en ressortant rapidement une des gelées mixtes qu’il avait acheté plus tôt. Son mana était presque entièrement épuisé, son style de combat puisant dans une bonne partie de ses réserves pour pouvoir agir aussi vite et il fallait bien ce genre de petites friandises magiques pour se régénérer plus rapidement. L’adolescente enfourna alors rapidement l’objet entre ses dents, le goût fruité la laissant impassible tandis qu’elle commençait à empoigner l’unique bras du capitaine. Elle força alors sur ses muscles habitués aux efforts demandés dans toutes ses tâches quotidiennes de chasseuse de prime et fit passer le corps par-dessus ses épaules, la masse humaine lui retombant douloureusement sur le dos à cause du poids imposé par la solide armure porté par l’impérial.

-Hé bien… C’est qu’il pèse son poids, celui-là… Pas étonnant que ces choses aient réussi à l’atteindre, avec tout ce qu’il porte sur le dos.

L’adolescente dû se concentrer quelques instants pour ne pas flancher sous l’effet de la fatigue et de l’effort, avant de commencer à faire de nouveau appel à son mana pour l’aider à se déplacer, une légère bourrasque commençant à se former au niveau de ses jambes en faisant voleter le tissu de sa jupe. Elle commença à partir en direction du Basion de Deidon, quand elle vit du coin de l’œil la hallebarde plantée à quelques mètres sur sa droite. Elle réfléchit quelques instants à ce qu’elle devait faire, se disant qu’il ne devait pas y tenir tant que ça vu qu’il venait à peine de l’obtenir. Et d’après ce qu’elle avait entendu, il avait plutôt l’habitude de manier le glaive ou l’épée. Et en pensant à ce qu’elle ferait elle-même si cet objet lui avait appartenu, elle se dit qu’elle n’aimerait pas garder quelque chose qui représenterait le jour d’une défaite. Son esprit guerrier ne supporterait pas de voir ce symbole d’échec. Comme ils faisaient techniquement partie de la même catégorie de combattant, elle se dit qu’il penserait sûrement la même chose. Elle en était persuadée, même, et reprit alors la marche en direction du sud, laissant la plaine dans un sale état.

*****

Combien de temps était-il allongé dans cette tente, derrière elle ? Elle ne saurait le dire exactement, mais cela suffisait à la faire soupirer sous le clair de lune…
La nuit était déjà tombée et elle était maintenant sûre et certaine qu’elle passerait au moins le reste dans l’enceinte du bastion. Les guérisseurs qui s’étaient occupés de lui disaient que la blessure ouverte n’était pas en elle-même très grave, mais qu’elle n’était pas non plus la cause de son état actuel. Ils avaient été incapables de dire ce qui avait pu causer ce malaise, mais qu’au vu des nombreuses autres blessures cicatrisées ou non qu’ils avaient pu voir sur le reste de son corps, il était étonnant qu’il ne soit pas déjà mort.

Elle ne savait pas vraiment ce qui lui avait pris, mais un élan de générosité, elle était repartie chercher la hallebarde laissée sur place ainsi que les restes encore utilisables des monstres pour qui l’homme borgne s’était mit dans un tel état. Elle avait tant bien que mal emballé tout ceci dans un bout de la chemise déchirée du capitaine et posé le paquet devant la toile de l’entrée de sa tente, la hallebarde plantée juste à côté jouant comme un rôle de surveillant menaçant aux côtés Rock, le fidèle compagnon qui les avait rejoint.

Désormais, elle somnolait à moitié dans un lit de fortune, installée sous la toile adjacente à celle de Schwann. Et elle réfléchissait. D’abord, elle repensait à cet homme. A tout ce qui avait été dit, à tout ce qu’elle avait entendu et à tout ce qu’elle avait vu durant cette soirée. Et au final, elle le trouvait bien pathétique. Même si elle savait que, bien qu’il paraisse habitué à se retrouver ainsi, il n’était pas vraiment responsable de son état, elle le trouvait particulièrement stupide. Stupide de s’être battu alors qu’apparemment, il n’était pas encore en état de reprendre ce genre d’activité. Mais aussi stupide d’avoir fait ainsi preuve d’une telle attitude si désinvolte et aussi froide, alors qu’il aurait très bien pu demander de l’aide.
Enfin, ce n’était pas non plus à elle de faire de reproches à qui que ce soit, vu l’attitude ont elle aussi avait fait preuve. Il avait beau avoir été assez désagréable d’un certain côté, elle n’avait pas à emprunter de grands airs ou à faire la fière. Elle n’avait de cesse de se répéter qu’elle avait encore fait n’importe quoi et cela l’agaçait au plus haut point. Elle avait preuve d’une telle immaturité, qu’elle avait l’impression d’avoir agi comme le faisait les gamins qu’elle détestait tant. C’était probablement ce qui la faisait enrager le plus.

Elle rumina ses sombres pensées durant encore une bonne partie de la nuit, avant de sombrer doucement dans un sommeil agité.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   Jeu 3 Fév 2011 - 11:34

Qu'importe ce qu'il arrive, la nuit fini toujours par tomber, que l'on vive ou non. A l'heure actuelle, il était encore difficile de savoir si Schwann était du monde des vivants ou de celui des morts, mais une chose était certaine : il se trouvait à la frontière de ces deux mondes. Allongé dans cette tente, sa cage thoracique se soulevait doucement selon sa respiration, bien qu'elle semblait faible. Sa blessure au flanc était partiellement refermée, le temps se chargerait de ne laisser aucune trace de l'attaque qu'il avait reçu de plein fouet, mais son corps semblait différent de d'habitude, et dans un lieu tel que celui-ci où les guérisseurs connaissaient principalement les soins rudimentaires, il était difficile de déterminer ce qui était réellement la cause de l'inconscience du chevalier…

Lorsque les gardes avaient vus revenir la demoiselle Haruka avec sur le dos le capitaine, ils l'avaient naturellement aidée à se délecter de ce poids, car même si il ne portait pas son armure lourde à ce moment précis, il n'en restait pas moins un guerrier fait de muscles avant tout. Il l'avait donc transporté dans la tente où il se trouvait actuellement, puis ils avaient fait envoyer un messager afin d'en avertir quelqu'un à la capitale. L'information était donc passée de bouche à oreille, parfois légèrement déformée ce qui laissait donc maintenant courir la rumeur au sein de l'Empire comme quoi l'officier était sur son lit de mort, mais cela ne restait encore qu'une vague information dont seulement quelques gardes parlaient pendant leur service, celle-ci ne quittant donc pas les couloirs du château… pour l'instant…
La personne la plus apte à recevoir cette information était donc le commandant Antoine Saint-Marc, et après que celui-ci fût mit au courant, Sasaki Kojirô avait réussi à entendre le garde chargé de porter la nouvelle, et en avait donc informé Lina, qui de suite avait laissée en plan tout ce qu'elle était en train de faire. Bien évidemment, certains des membres de la brigade avaient essayés de l'empêcher de se rendre sur place, qu'elle ne pourrait sans doute rien y faire et qu'il fallait laisser les guérisseurs s'en charger, mais elle n'avait rien entendue et était partie en n'emportant avec elle qu'une simple épée de vrai chevalier que Schwann gardait toujours dans les quartiers de la brigade, au cas où…

Pendant ce temps, Travian c'était rendu chez les Shido afin d'en informer le chef de famille et Eva. La succube en avait fait un malaise immédiat, et le maître d'armes ne savait pas encore ce que ferait l'espion. Mais au moins, il était au courant. Il ne savait pas si il se rendrait sur les lieux pour s'assurer de l'état des faits, après tout il ne pourrait rien faire de plus, mais après Lina il était sans doute la personne dans la brigade qui côtoyait le plus souvent le guerrier… et aussi qui le connaissait le mieux, malgré qu'ils ne se parlaient jamais. Ils n'avaient justement plus besoin de communiquer tellement leur lien combatif était efficace. Toutefois, Travian pouvait comprendre que Taimu n'avait pas envie de se rendre sur les lieux si Lina s'y trouvait, car elle pourrait sans doute le porter pour responsable de ne pas avoir assuré la protection de leur supérieur, même si cela était une explication tirée par les cheveux et qui avait peu de chance d'être entendue au vue de la gravité de la situation…

De son côté, Foa Requiem avait fait prévenir les gardes à l'entrée de la capitale pour qu'ils arrêtent la Krytienne attachée au capitaine. Elle ne pouvait rien faire, et avant qu'elle ne commence à se rebeller en blessant les soldats qui n'avaient rien demandés, le Lieutenant avait fait appeler un guérisseur compétent du Collège de Magie Impériale, afin qu'au moins elle ne se rende pas sur les lieux pour rien. Il s'agissait même d'un mage qui avait suivit un peu l'état du chevalier, donc il connaissait l'existence du miasme, même si cela restait encore un mystère des plus flou, comme pour tout le monde…

C'est donc une fois au bastion de Deidon que l'adepte des soins curatif et son escorte aux oreilles pointus qu'ils demandèrent où se trouvait l'officier. La nuit était tombée depuis un moment maintenant, et les remparts étaient définitivement calme en ce sombre jour. Et une fois que l'on leur eût indiqué la tente dans laquelle se trouvait l'impérial, Lina voulue se précipiter à l'intérieur afin de vérifier d'elle même l'état de celui pour lequel son cœur battait, sauf que le guérisseur l'arrêta immédiatement en lui disant que cela serait inutile qu'elle entre maintenant, en particulier si la situation était grave et que l'on ne savait pas si le temps pressait ou non. C'est donc dans une moue particulièrement triste qu'elle stoppa son geste et laissa le médecin faire ce qu'il avait à faire, faisant les cent pas devant la toile dressée avec Rock qui épiait chacun de ses faits et gestes, intrigués par son comportement. Au début, elle ne remarqua même pas la présence de cette fillette endormie devant la tente, comme si la seule chose qui existait pour le moment était l'état du chevalier.
Puis, lorsqu'enfin le mage impérial ressortit, elle lui sauta presque dessus pour savoir ce qu'il en était…

- Alors ?! S'exclama t-elle, presque menaçante.
- Doucement Lieutenant. Lui dit-il en levant les mains, signe qu'il n'y avait visiblement aucun réel danger. Il regarda ensuite la jeune fille endormie et intima de s'éloigner. Une certaine personne semble avoir veillée sur lui, aussi vaut-il mieux la laisser se reposer.
La Krytienne acquiesça, visiblement un peu déboussolée pour le moment. De manière générale, elle avait toujours tendance à s'inquiéter dès qu'elle entendait le prénom « Schwann », aussi il était un peu difficile pour elle de garder totalement son calme dans une telle situation, déjà qu'elle s'inquiétait toujours énormément dès qu'il s'agissait d'une personne qu'elle connaissait…

Elle suivit donc le mage à l'écart, près d'une tente vide, et écouta ses explications.

- Son état semble avoir empirée depuis son retour des glaciers de Zopheir. Je ne parle bien évidement pas de ses blessures toujours apparentes ou de ses limites physiques, mais bel et bien du miasme. Cette déclaration était, et comme tout bon médecin, faite le plus calmement du monde. Mais cela n'empêcha pas la jeune femme de retenir un cri d'effroi en plaçant ses mains devant sa bouche, les larmes lui montant aux yeux pendant qu'il continuait de parler. Il se trouva actuellement dans le coma, et comme vous vous en doutez, il est donc impossible de savoir quand est-ce qu'il va se réveiller. J'ai pût guérir un peu mieux ses blessures, mais le reste ne dépend aucunement de la médecine. Il va falloir qu'il se batte.
Lina retira ses mains de devant son visage afin d'essuyer les larmes qui se trouvaient au niveau de ses yeux, empêchant celle-ci de s'écouler. Schwann n'aurait sans doute jamais souhaité qu'elle pleure, aussi elle devait être forte, bien que ce n'était pas simple…

Le mage lui détaillant un peu plus ce qu'il avait, mais concrètement il n'était lui même pas capable de dire vraiment ce que le capitaine avait. La seule certitude était qu'il ne s'agissait pas là de ses blessures, mais bien de sa maladie qui le rongeait jour après jour. Aussi, il était donc tout aussi impuissant que les guérisseurs qui avaient auscultés le bretteur une fois qu'il avait été porté ici, n'ayant pût qu'apporter que quelques informations supplémentaires sans pouvoir rien faire pour lui. Le seul qui pouvait désormais faire quelque chose, c'était Schwann, car son esprit devait encore chercher à se battre à l'intérieur de son corps meurtris…

Lina remercia l'homme avant de regarder dans la direction de la collégienne qui dormait là, devant la tente du chevalier. Elle ne savait pas qui elle était, mais si elle restait ici malgré tout, c'était qu'elle devait soit connaître un peu le guerrier, soit qu'elle avait encore quelque chose à faire avec lui.
Son sommeil semblait agité, aussi elle s'approcha d'elle et s'agenouilla à côté, replaçant la couverture qu'elle avait sur le dos pour l'abriter du froid. Heureusement que les tentes se trouvaient au milieu du rempart, dans un renfoncement, comme ça le vent ne parvenait que rarement ici. Elle déposa ensuite une main chaude sur son front, dégageant son visage des quelques mèches qui l'en recouvrait, avant de murmurer un…

- Merci… à la fois triste et sincère…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une plaie qui ne se referme pas…   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une plaie qui ne se referme pas…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le hall de l'hospice
» ZOMBIBRITISH - 10ème plaie d'Egypte !
» Les mauvaises traductions ... Quelle plaie !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Le Bastion de Deidon-