AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 Une nuit tâchée de sang…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Une nuit tâchée de sang…   Lun 20 Déc 2010 - 17:22

« Capitale Impériale, Zaphias. Bas quartiers. Deux jours après l'affrontement aux glaciers de Zopheir. Deux heures avant le levé du soleil. »



Un fracas de bruit métallique se fît entendre au milieu d'une ruelle dans les bas quartiers de Zaphias, un homme en armure venait juste de renverser une poubelle, et celui-ci ne s'arrêta pas pour remettre son foutoir en place, continuant d'avancer en longeant le mur, appuyant une main contre celui-ci… qui glissa en laissant une trainée noire derrière elle au fur et à mesure que l'homme avançait…

Le soleil n'était même pas encore levé au dessus de la capitale impériale, et la population était encore endormie et allait sans doute le rester encore deux bonnes heures avant que les premiers ouvriers, marchants, commerçants, et toutes personnes devant mettre en place leur gagne-pain ne commence à se réveiller, cela aussi bien dans le quartier des nobles que celui des pauvres. Il faisait donc encore nuit, et les rues n'étaient éclairées que par les chandelles préalablement et magiquement allumées, laissant ainsi les bas quartiers de la grande ville impériale assez sinistre de part le manque d'éclairage à certains endroits.
Bien entendu, les rues n'étaient pas totalement désertes : l'on pouvait y voir des ombres rôder, tel des chiants errants ou des chats de gouttières. Par moment, les félins miaulaient et leur cri se laissait résonner dans l'immensité du ciel nocturne, et si cette plainte était répétée à de trop nombreuses reprises, les habitants ne se dérangeaient pas pour entre-ouvrir leurs volets et demander le silence, faisant ainsi fuir les créatures de la nuit.

Mais les animaux n'étaient pas les seuls vagabonds nocturnes. Souvent, l'on entendait les patrouilles armées s'assurer que personne n'essayait de commettre de méfait au sein de la cité impériale. Généralement par groupe de deux, ils se contentaient de faire leur ronde en ne laissant audible que le simple cliquetis de leur armure.
Sauf que lors de cette nuit qui aurait due être calme et paisible, cette fois-ci ce fût un petit détachement qui arpentait les rues de la ville, visiblement à la recherche de quelque chose…

- Où est-il passé ?! S'écria visiblement le Lieutenant du groupe. Retrouvez-le ! C'est un cas de force majeur !
- A vos ordres, chef ! Les troupes répondirent en même temps, comme un seul homme, se dispersant alors en groupe de deux soldats afin de quadriller une zone plus importante.
Au coin de la ruelle, l'homme en armure jetait un vague regard dans l'avenue principale, s'assurant que ses poursuivants ne se dirigeaient pas dans sa direction. Il marcha alors de quelques pas au milieu du couloir à ciel ouvert, cela toujours en restant collé contre le mur qui lui servait visiblement d'appui, puis remarqua à force d'avancer que le coin semblait tranquille pour le moment. Là, l'homme se laissa glisser contre la paroi rocailleuse, pour finalement se retrouver à terre, une jambe repliée vers lui et l'autre nettement tendue. Il accouda un bras aux propriétés étranges contre sa jambe repliée, puis ramena son autre main au niveau de son estomac, tenant fermement celui-ci en serrant le poing. Il n'était pas difficile de voir que cet homme souffrait le martyr…

Il y a deux jours, une dépêche avait été envoyée afin de calmer l'Aer Krene se trouvant dans les glaciers de Zopheir. Un groupe d'individu s'y était rendu afin de neutraliser la menace qui semblait faire distorsion avec le cristal d'Aer condensé. Mais la créature qu'ils trouvèrent sur place était anormalement forte, aussi elle laissa à elle seule des séquelles bien importante, sans parler de ce qui avait suivit…
Parmi eux se trouvait le Capitaine Schwann Oltorain de la onzième brigade. Naturellement, là où il y avait du grabuge, il n'était jamais surprenant de voir l'officier s'y trouver, préférant s'occuper de ce genre de besogne à la place de ses hommes plutôt que de rester derrière un bureau à remplir paperasse et document administratif. Ce chevalier était un homme d'action, et si l'Empire espérait vouloir le garder parmi ses rangs, ils étaient contraints de le laisser se rendre sur le champ de bataille dès qu'il en avait l'envie.

Mais cette tâche lui avait cette fois-ci était ordonnée par le Commandant Antoine Saint-Marc, et même si le bretteur n'aurait jamais attendu un quelconque ordre ou autorisation pour se rendre sur les glaciers afin de tarir la menace, cela avait au moins eu un côté officiel qui n'était pas passé inaperçu au sein de la ville impériale. Et c'est donc après une mission périlleuse dont tous les détails ne revenaient plus en mémoire du chevalier qu'il avait été transporté de nouveau jusqu'à la capitale contre son grès.

Schwann avait donc passé une nuit entière à l'intérieur du château, chose assez surprenante ces derniers temps. Depuis les deux mois où il avait disparu dieu sait où, le brigadier désertait assez souvent la capitale dès qu'il en avait l'occasion. De ce fait, bien des rumeurs circulaient à son sujet, notamment certaines concernant son étrange maladie : il se disait que le guerrier cherchait encore à trouver un moyen de guérir, son stade étant trop avancé pour que le remède qu'il est récupéré dans les creux de Cados soit efficace. L'on disait aussi que ses organes internes avaient commencés à pourrir et pour ne pas que cela se remarque, il préférait s'isoler. Et d'autres encore disaient qu'il devenait tout bonnement fou, et qu'afin de préserver son intégrité et celle des autres, il jugeait bon pendant ses instants de clairvoyance de s'éloigner des foules.
Mais tout cela était pour le plus macabre. Les plus optimistes disaient simplement qu'avec une telle notoriété, le brigadier ne comptait plus le nombre de prétendante qu'il avait à disposition, et qu'en temps que bon et preux chevalier, il se devait d'essayer de toutes les satisfaires entre deux coups d'épées.
Un peu plus sinistre, l'on avait aussi commencé à dire que l'officier se laissait de travailler pour l'Empire et de tuer sur ordre, qu'il aspirait simplement à une vie calme et paisible et donc qu'il commençait à se rapprocher d'une telle chose dès qu'il en avait l'occasion.
Et enfin, les plus fous pensaient que le bretteur c'était rallié à la botte de Ségonar, effectuant ainsi de basse besogne dans l'ombre de l'armée à laquelle il appartenait.

Le vrai du faux dans une telle histoire, seul Schwann le savait vraiment, et si pour l'heure il n'était plus dans sa chambre d'hôpital au château, c'était bel et bien car il avait fugué, refusant de rester enfermé une seconde de plus, surtout en sachant que Lina ne tarderait pas à venir à son chevet et à s'occuper de lui comme d'un petit frère malade. Le capitaine vagabondait donc depuis maintenant une journée, et bien qu'il savait pertinemment qu'il était futile d'espérer pouvoir aller bien loin, il était déjà surpris d'avoir pût s'en tirer si longtemps et y trouver d'ailleurs une certaine fierté… bien qu'il savait qu'une fois qu'il aurait la Krytienne sur le dos, cela risquait de barder pour lui.

Mais pour l'heure il commençait à être à bout de force : repousser constamment ses limites était quelque chose que le chevalier avait l'habitude de faire, mais son corps avait de plus en plus de mal à suivre avec le temps, notamment car il n'en prenait pas vraiment soin en le surmenant avec des efforts continuels et des doses d'adrénaline, mais aussi car à force d'être blessé il mettait toujours plus de temps à récupérer. Aussi pour l'heure il se trouvait donc dans une des ruelles des bas quartiers, sa vision devenant floue alors qu'il portait son regard vers le ciel étoilé. Au moins, la vue était belle et calme…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Lun 20 Déc 2010 - 18:40

Citation :
P.N.J. Wrath Peebles

Ok... là j'avoue, elle m'impressionne... murmura un jeune homme dans l'ombre d'une ruelle... Wrath Peebles, probablement l'un des guérisseurs les plus prometteurs du clan krityen se tenait dans une ruelle à peine en retrait de là où se tenait l'impérial... Cixi l'avait envoyé dès qu'il avait terminé de soigner Jhérer Elmundir, afin qu'il surveille Taimu Shido et Schwann Oltorain. Elle avait le pressentiment qu'aucun des deux n'accepterait de se soigner et de rester alité le temps que leurs blessures se referment, et il devait s'assurer qu'ils ne commentent pas d'imprudence. L'espion impérial avait semblé vraiment en trop mauvais état pour pouvoir se lever, de ce qu'il savait par les guérisseurs impériaux, il était dans un semi coma... mais le Seigneur Oltorain...

Il n'avait pour ordre d'intervenir qu'à distance et seulement si la vie du Capitaine était vraiment menacée... mais là pour l'heure, il ignorait ce qu'il devait faire. Schwann Oltorain était un homme d'honneur, il ne voulait pas non plus qu'il se sente offusqué de son intervention...


Tant pis... au moins ressourcer son mana pour ne pas que les choses empirent... il posa une main au sol et se concentra quelques secondes, une grimace apparut sur son visage, signe qu'il allait appeler les ténèbres ~Obscure guérison une sorte de flaque noire se répandit d'abord sur son bras, puis coula tel une mare de sang pour se retrouver au sol puis suivre les zones d'ombres afin d'atteindre le capitaine, de là, son corps absorba le mana ténébreux petit à petit, le soulageant un peu, sans pour autant apaiser totalement la douleur... la fatigue devait tout de même s'éloigner petit à petit... le guérisseur recula, un regard triste sur le visage... il détestait cela, les gens qui refusaient de se soigner sous quelque noble cause. Pour lui, pour pouvoir sauver d'autres personnes, il fallait d'abord se sauver soit-même, être en vie et fort... un faible ne pouvait pas protéger qui que ce soit... il recula, il n'avait que faire de savoir si l'impérial l'avait remarqué ou non, il s'éloigna un peu, mais les ordres de l'Ancien était clair, il devait continuer à l'observer à distance... au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
KitsuneEmpereur
Messages : 995
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 30
Localisation : Quelque part, c'est toujours ailleurs
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Golgotha (arc protecteur)/ Ramuh (brise-épée)
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mar 21 Déc 2010 - 20:02

Regardant les gardes courir à la lueur des lanternes, elle attendit que le bruit de leurs pas s’estompe dans le silence de la nuit. Il n’y avait que peu de monde dans les rues, les heures qui précédaient l’aube, mais les patrouilles ne relâchaient pas leur attention pour autant. Surtout depuis les attaques furtives qui avaient frappé plusieurs quartier de Zaphias pendant la bataille de Myorzo. Les instigateurs du grabuge n’avaient pas encore été identifiés, et ordre avait été donné de ne rien laisser au hasard ; chaque garde était plus vigilant que jamais, et les nuits de la capitale avaient rarement été aussi sures, ces derniers jours.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le grabuge que la femme recherchait. De même qu’elle savait que la patrouille qui venait de passer n’était pas à la poursuite d’un quelconque délinquant. Ils étaient après la même personne qu’elle, et elle comptait bien trouver sa cible la première. Elle doutait qu’ils puissent lui faire entendre raison, de toute façon. Pas si tout ce qu’elle savait de lui était vrai. Elle se souvenait très bien de la première fois où elle avait pu mettre un visage sur le nom, dans le bureau d’Antoine Saint-Marc. C’était quelques jours après la reformation des brigades par le nouveau commandant des chevaliers. Pâle et serein, comme à son habitude, Saint-Marc l’avait invitée à s’asseoir face à son grand bureau tandis qu’il sirotait de mauvaise grâce le breuvage médicinal que lui préparait son compagnon métis, le fils Gray. Elle était restée debout, l’écoutant plaisanter sur le goût de la mixture. Ils avaient ensuite échangé quelques souvenirs, quelques sourires. Avant d’en venir aux choses sérieuses.

« Comment se débrouille Tania ? » avait-elle fini par demander, l’air de rien.

« Elle sert efficacement son nouveau capitaine. »

« C’est bien ma sœur : toujours efficace. Elle n’a pas cherché à en savoir plus ? »

« Pourquoi ne pas lui demander toi-même ? Ce n’est pas comme si quitter l’ordre des chevaliers te coupait du monde. »

Elle avait souri, comme si cela ne la concernait pas particulièrement, avant de répondre.

« Bah. C’est mieux comme ça, pour le moment. J’aime avoir les coudées franches. C’est lui ? »

Sur la grande photographie, issue des laboratoires technomagiques de la douzième brigade, on pouvait voir les douze capitaines et leurs sous-officiers, ainsi que Saint-Marc. D’un doigt fin, elle désigna un grand homme à l’air sombre.

«C’est lui. »

« Le fameux Schwann Oltorain… Je ne vois pas en quoi ça me concerne, Tony. » Mais en disant cela, elle ne put tout à fait détacher son regard de l’image.

« Je savais que je réussirai à éveiller ton intérêt… » sourit Antoine Saint-Marc.

Lilith Aerys revint au présent, dans la ruelle. Elle se souvenait de tous les détails de la conversation. Celle qui avait été la capitaine de la septième brigade avant de la quitter pour divergences d’opinion concernant son rattachement au Spiritualisme poussa un court soupir dans la nuit. Elle avait disparu de la nature depuis, après avoir contacté son ancien supérieur –et son vieil ami- encore une fois. Elle avait parcouru les routes de Terca Lumireis, jusqu’à ce que Saint-Marc lui fasse parvenir un court message. Des ennuis s’annonçaient, et ses talents pouvaient s’avérer utiles. Elle s’était rendue aux glaciers de Zopheir, où la perturbation de l’aer krene s’était révélé bien plus que cela… Comme tous les participants de la mission, elle avait été salement éprouvée par les combats. Son bras gauche qu’elle portait en écharpe et la douleur lancinante dans son épaule étaient là pour le lui rappeler. Il y avait chez elle des blessures que la magie curative ne pouvait pas soigner si rapidement…

Ses longs cheveux blonds noués en une queue de cheval, vêtue d’un pourpoint mauve et doré et d’un long manteau émeraude, elle ne se fondait pas particulièrement dans la masse. Ce qui ne l’empêchait pas de se faire discrète, et ce malgré sa blessure. Elle avait appris à composer avec la douleur. Enroulée autour de sa taille comme une ceinture, son épée-fouet Rosarund était la seule arme dont elle avait jamais besoin. Enfin, elle se décida à se glisser dans la ruelle avenante, suivant la piste que les gardes n’avaient pas su déceler. Se coulant dans les ombres, elle se fia à l’aura obscure qu’elle avait si fortement ressentie à Zopheir. Elle sentit une autre présence, toute proche… Un guérisseur krytien. Elle arriva derrière lui et posa doucement une main sur son épaule.

« Je prends le relais. »

Avec un sourire et sans plus d’explications, elle planta là le krytien et s’enfila dans la petite ruelle où Schwann Oltorain avait trouvé refuge. Elle vint s’accroupir face au capitaine adossé contre le mur, ses yeux aux reflets indigo pétillant dans la nuit.

« Ca alors, voyons ce que j’ai trouvé là : un capitaine de brigade… Je me demande qui l’a laissé trainer, c'est pas très raisonnable, tout ça... »


"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre parce qu'il est mieux organisé." Terry Pratchett




______________________
Avatar by Cixi ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://plumederenard.hautetfort.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 22 Déc 2010 - 3:04

La vue du guerrier devenant floue à force qu'il ne se vide lentement de son sang ; il espérait que le problème n'était pas interne, car bien qu'il avait cautérisait la blessure que lui avait infligé ce ver géant à Zopheir, si l'un de ses organes était déchiré, il devait bien admettre ne pas être certain de s'en sortir cette fois-ci. Mais si il ne s'agissait que d'anémie, peut-être parviendrait-il à survivre une fois de plus. Enfin ça, il ne pouvait l'affirmer, après tout il ne faisait que défendre et ôter les vies, pas les sauver, aussi ses connaissances médicales étaient… sans doute dépassées depuis des années.

Regardant le ciel nocturne, Schwann avait du mal à distinguer les étoiles parmi cette fresque naturelle. Déjà qu'il était mauvais en astrologie, ne plus parvenir à voir les contours des astres ne l'aidait pas vraiment, et en plus de ça les points lumineux qu'il parvenait à voir semblait se déplacer et se dédoubler, ce qui le fit soupirer doucement, son souffle chaud ayant l'odeur du sang qu'il avait dans la bouche. Il devait tout bonnement commencer à délirer, aussi il préféra détacher son regard du ciel en laissant sa tête retomber devant lui, cela comme un poids mort, pour fixer son membre artificiel appuyé sur sa jambe repliée.
Ce dernier dégageait une légère poudreuse noire qui se dissipait lentement dans l'atmosphère. Par endroit, le bras commençait à se désagréger, comme si il s'effritait, ce qui signifiait le bretteur avait du mal à maintenir son sort permanent, cela sans doute à cause de son état critique et que malgré que deux jours c'étaient écoulés, il ne parvenait toujours pas à se recharger en mana. D'ici peu, il verrait donc sans doute ce membre disparaitre totalement en poussière, comme un château de sable se détruisant avec le temps. À ce moment là, peut-être devrait-il songer à dormir… ?

Mais dormir, ça, Schwann y pensait déjà, ou plutôt ses limites le forçait à y penser. À fréquence irrégulière, l'impérial voyait sa seule paupière se fermer d'elle même, son œil vitreux remontant doucement comme si sa pupille cherchait à se rapprocher de l'obscurité totale. Mais le guerrier savait aussi que s'endormir, c'était prendre encore plus de risque, surtout celui de lâcher pendant son sommeil, aussi il rouvrait vivement son globe oculaire dès qu'il avait l'impression de sombrer.
C'est d'ailleurs durant une de ces périodes que quelque chose se produisit : le bras artificiel se trouvant sous son regard stoppa net de laisser s'échapper des voutes de mana. De plus, il prit même une consistance plus sombre, comme un plein d'énergie. La surprise et l'incompréhension firent écarquiller le regard de l'officier, qui déjà relevait son bras en l'approchant de lui, remuant ses doigts en sentant une énergie nouvelle parcourir ce corps artificiel. Vu son état, une telle sensation était pour lui comme renaitre, mais pourquoi…? Jusque là son corps semblait bloquer et la régénération du mana ne semblait même pas avoir lieu. Alors pourquoi si soudainement ? Atteignait-il un état tellement critique qu'un ultime instinct de survie essayait de le sauver ? Ou bien son corps prenait-il conscience que l'esprit qui le dirigeait ne lâcherait pas le morceau et donc qu'il allait falloir tourner à plein régime ? Ou même encore peut-être commençait-il simplement à guérir, lentement mais sûrement ?
Toutes ces questions fusaient dans la tête du brigadier qui essayait de trouver des réponses inutiles alors que pourtant les faits étaient là, et qu'il aurait du s'en contenter. Néanmoins, cela avait le mérite de le laisser évei…

Une voix résonna alors, interrompant toute discussion dans la tête de l'impérial. Instinctivement, son bras artificiel réagit étant donné que l'épéiste savait qu'il n'avait aucune autre arme en possession à l'heure actuelle. La voix c'était à peine tue que déjà la main d'ombres avait attrapé la femme par le col, Schwann ayant en même temps poussé sur ses jambes pour se redresser, et ainsi placer sa prise dos contre le mur parallèle à celui contre lequel il était adossé il y a un instant, cela laissant la personne dans une position un peu similaire à la sienne plus tôt.

C'est là qu'il aperçu enfin son visage, ou plutôt ses yeux profond et perçant comme la nuit, luisant d'une lueur que le guerrier n'avait que très peu vu de sa brève existence. Cette profondeur l'envoutait presque au vue de ses capacités psychiques affaiblies par la fatigue, aussi il desserra doucement ses doigts sur le col de cette femme, ses traits se dessinant enfin alors qu'il prenait conscience que cela n'était pas un rêve ou l'irréel, mais bel et bien un être humain, et qu'il avait déjà rencontré qui plus est.

- Que fais-tu donc là… ? Demanda t-il dans un souffle faible, d'une voix cassée et presque inaudible, cela sans pour autant détacher son unique prunelle inexpressive des siennes, si infinie. De sa vie, il n'avait vu qu'une fois un tel regard, et il appartenait à la chef Krytienne, mais le chevalier avait toujours eut à penser que cela était une chose propre à ses origines et gènes, et qu'aucun Humain ne pouvait posséder une telle chose. Il avait aujourd'hui la preuve devant lui qu'il faisait fausse route… Comment m'as-tu ret…
Soudainement, sans aucune raison, le capitaine s'écroula tel une machine arrivant à la fin de ses batteries. Il tomba contre cette femme resplendissante, la tête contre son épaule droite alors que sa main de mana qui la tenait perdait enfin toute sa poigne, glissant sur son corps pour au final pendre lamentablement au côté du guerrier qui semblait désormais inerte.

Alors qu'il ne voyait plus rien et ne parvenait plus à réagir, Schwann avait l'impression qu'il perdait quelque chose, et il entendait comme un ruissellement d'eau, cela semblant venir de lui, de son ventre plus exactement. Pourtant, il n'avait pas mal, mais l'odeur caractéristique de son sang noir en train de souiller cette belle créature était bel et bien un fait. Son geste brusque pour la saisir avait probablement était de trop…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 22 Déc 2010 - 9:07

Citation :
P.N.J. Wrath Peebles, Loki

Le krityen fut surpris par la jeune femme, ne comprenant pas trop ce qu'elle voulait dire, d'autant qu'elle semblait visiblement mal en point elle aussi... n'y avait-il donc personne dans cette ville qui ne soit pas blessé? Il la regarda se diriger vers le Capitaine d'un air intrigué, et alors qu'elle se plaçait face à lui, il l'empoigna fermement avant de s'évanouir... l'oeil avisé du guérisseur remarqua la coulée de sang noir qui commençait à s'étendre sous le chevalier et il soupira, commençant à mettre une main au sol pour lancer cette fois-ci un véritable sortilège de soins, une voix résonna dans sa tête

Inutile... à cette distance, ça ne marchera pas... ses blessures sont trop importantes...

Wrath sursauta et tomba en arrière pour ensuite regarder à gauche et à droite... une silhouette noire se détachait progressivement de l'obscurité pour ensuite laisser apparaître deux yeux violets


Loki...

L'esprit s'avança jusqu'à lui, mais pas trop à cause de l'incompatibilité de leurs éléments, et attendit que Wrath se relève avant de poursuivre

Tu n'as pas le choix, soit tu te dévoiles pour le soigner, soit tu la laisses faire...


Elle est guérisseuse?
murmura le krityen... l'esprit ne répondit pas et se tourna vers le couple plus loin dans la ruelle

Je l'ignore...

Wrath grommela, ne sachant pas trop ce qu'il devait faire, surtout qu'il n'avait pas vraiment envie de venir en aide au chevalier, non pas parce qu'il était humain, le guérisseur avait montré à de nombreuses reprises qu'il n'était pas raciste, mais surtout parce que le chevalier montrait clairement qu'il se fichait pas mal de son propre corps, chose qui l'énervait au plus haut point...

Je te comprends, c'est un point sur lequel j'ai également du mal avec lui. C'est pourquoi je ne reste pas avec lui en permanence. Un tel mépris pour la vie n'est pas vraiment dans mes convictions...

Il plongea son regard dans celui de Wrath et disparut dans un nuage de mana pour intégrer le corps du capitaine... le krityen remarqua le changement d'aura du côté de l'impérial et haussa juste les épaules pour s'éloigner désormais. Si Loki était avec lui, il n'avait plus besoin de veiller sur le chevalier. Il se dirigea donc vers le château pour retourner surveiller l'espion.

Loki, désormais dans le corps de Schwann, s'attela à soigner ses plaies les plus importantes

Tu te mets vraiment dans de sales situations... si tu continues, tu ne pourras plus protéger personne! grommela l'esprit lupin... il se demandait si l'impérial l'avait entendu vu qu'il semblait inconscient, mais la bêtise humaine le rendait parfois bien aigri...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
KitsuneEmpereur
Messages : 995
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 30
Localisation : Quelque part, c'est toujours ailleurs
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Golgotha (arc protecteur)/ Ramuh (brise-épée)
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 22 Déc 2010 - 15:48

Le chevalier semblait en plus piteux état encore que Lilith ne l’aurait cru. L’étrange bras artificiel qu’il générait pour remplacer celui qu’il avait perdu semblait perdre de sa substance à vue d’œil. Et en parlant d’œil, celui qu’il lui restait avait de plus en plus de peine à rester ouvert. Il fixait les étoiles qui brillaient au-dessus de la ville, dans le tableau noir du ciel nocturne. Même sa respiration était faible, sa poitrine ne donnant l’impression de se soulever qu’avec difficulté. Le capitaine devait sans doute concentrer toute sa volonté dans l’effort de rester conscient. Avec le jeune espion impérial dénommé Taimu, Oltorain avait sans doute été celui qui avait le plus souffert des blessures reçues lors de la mission de Zopheir. Rien d’étonnant, étant donné qu’il s’y était battu comme un véritable lion. Lilith avait eu l’impression de voir une véritable incarnation de la guerre à l’œuvre, dont la lame frappait sans relâche. Elle n’avait pas vu tel combattant depuis… et bien depuis Antoine Saint-Marc. Dans l’abandon de soi dont faisait preuve Schwann dans la fureur de la bataille, il ressemblait énormément à Saint-Marc lorsqu’ils s’étaient connus. Et vu l’état du commandant aujourd’hui, la femme n’était pas certaine que ce soit une bonne chose…

En tout cas, le capitaine de la dixième brigade correspondait en tous points au portrait qu’en avait fait Antoine. Fort, doté d’une grande puissance et d’une volonté qui n’était égalée que par une abnégation presque totale. Une abnégation particulièrement dangereuse, quand on voyait l’état dans lequel était le capitaine. Un homme qui refusait d’abandonner, quoi qu’il lui en coûte. Peut-être à cause du mal qui le rongeait, et qui devait lui donner l’impression qu’il n’avait plus rien à perdre. Et que sa force était, quelque part, tout ce qui lui restait. Mais Lilith ne pouvait pas encore prétendre connaitre ce qui motivait vraiment les actes de Schwann Oltorain. Pour le moment, elle voyait surtout un homme borné, et grièvement blessé. C’était à croire qu’il n’avait même pas tenté de se soigner depuis son retour à Zaphias !

« Allons donc, une belle blonde se penche au-dessus de vous dans une ruelle, et tout ce que vous trouvez à lui demander, c’est comment elle vous a trouvé… » grommela-t-elle en examinant les blessures de l’officier.

A vrai dire, elle avait été incapable de se débarrasser de l’impression qu’avait laissé dans l’air l’aura du chevalier aux glaciers de Zopheir. C’était comme une odeur dans la structure même du mana qui se serait imprimée dans les narines mentales de la jeune femme. Elle n’avait jamais été particulièrement douée pour tout ce qui demandait de la finesse dans la manipulation de l’énergie magique, mais l’aura ténébreuse du capitaine était pour elle comme un phare au milieu de la nuit. Et en parlant de présence, elle en sentit une nouvelle, avec l’empreinte caractéristique des esprits. Elle la sentit se mêler à Schwann, et elle fouilla dans sa mémoire. Saint-Marc lui avait parlé de l’esprit des ténèbres qui passait parfois de son temps avec le capitaine.

« Au moins, si vous ne vous souciez pas de vous, il y a du monde pour le faire. » sourit-elle. L’esprit s’appliquait visiblement à soigner l’humain de l’intérieur. « Laissez moi donner un coup de main, un petit truc que je sais faire… »

Elle posa sa main droit sur une des blessures du capitaine et ferma les yeux, se concentrant sur une particularité bien unique qu’elle avait découverte très jeune. Elle transféra de sa propre énergie vitale, l’échangeant contre celle du chevalier pour alléger sa souffrance. C’était un tour qu’elle avait vu rarement accompli par d’autres, et qu’elle avait appris à perfectionner au fil des années. Non sans quelques inconvénients…

Et elle n’était certainement pas préparée à affronter ce qu’elle ressentit ensuite. La douleur, la souffrance, comme si le mal vicieux qui dévorait Schwann essayait de sauter à la gorge de Lilith comme des tentacules lacérant sa chair. Avec un cri bref, elle lâcha le guerrier et se sentit basculer en arrière. Elle dut sombrer dans l’inconscience l’espace d’une seconde ou deux, car lorsqu’elle rouvrit les yeux, la tête lui tournait et la douleur continuait de lui vriller les tempes. Elle resta là, accroupie et pantelante, son bras valide appuyé sur le sol pour conserver son équilibre…


"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre parce qu'il est mieux organisé." Terry Pratchett




______________________
Avatar by Cixi ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://plumederenard.hautetfort.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Jeu 23 Déc 2010 - 14:58

Comme si l'esprit du chevalier n'était déjà pas assez embrumé de lui même, Loki pénétra son corps afin de commencer à refermer ses plaies. A cet instant, Schwann dû admettre être surpris : l'Esprit avait toujours maintenu n'en avoir que faire des humains, alors pourquoi se préoccupait-il seulement du sort de l'un d'eux, en particulier celui qui avait toujours tendance à se placer dans les pires situations comme il l'avait si bien dit.
Mais l'idée qu'après tout il n'était qu'un sujet d'expérimentation et d'étude lui effleura l'esprit, peut-être Loki cherchait, par le biais de son existence, à en savoir plus sur le miasme qui c'était imprégné dans son organisme. Ou bien alors la ténacité du bretteur fascinait d'une manière ou d'une autre l'entité spirituelle. Dans les deux cas, le capitaine devait admettre ne pas trop apprécier cela, mais il n'avait semble t-il pas le choix. Bien entendu, connaissant Loki, il pourrait très bien se rebeller et montrer son mécontentement à ce sujet, le loup divin ne pouvant aucunement s'en prendre à lui étant donné que jamais il n'avait détruit une seule vie, mais ce serait aussi prendre le risque qu'un jour il fasse faire une entorse à cette régle que l'Esprit s'imposait lui même.

Si Schwann n'avait pas été totalement paralysé, il aurait probablement sourit à cette pensée. Au fur et à mesure qu'il cotoyait ▬parfois bien malgré lui▬ l'Esprit, celui-ci savait toujours se montrer surprenant, notamment lors de ses apparitions au moment les plus inattendus mais pourtant les plus critiques. En fait, l'impérial avait commencé à remarquer qu'il n'avait même plus besoin de souhaiter la présence de Loki pour qu'il soit là, celui-ci sembla constamment garder un oeil sur lui bien qu'il était parfois à des milliers de kilomètres du lieu où lui se trouvait. D'une certaine manière, il était pour lui un peu comme un anga gardien, mais le genre d'ange moralisateur qui peux se permettre de dire tout savoir, et nous la faire mettre en veilleuse même lorsque l'on a raison.
Dans tout ça, le guerrier aurait très bien pût penser que Loki s'inquiétait bel et bien de voir cette vie de tourment disparaître, mais en s'en tenant aux dires de l'Esprit lui même et des conclusion qu'il avait pût en faire avec le temps, Schwann avait depuis longtemps banni ce genre d'idée illusoire de son cerveau : il n'était sans doute qu'un passe-temps assez intéressant en comparaison des autres humains, rien de plus, rien de moins.

Mais finalement, le bretteur pouvait ressentir l'étrange sensation des plaies qui se referment, la chair se ressoudant en recréant lentement les tissus arrachés ou tranchés, et l'officier qui avait toujours trouvé cette sensation désagréable trouvait cette fois-ci son contentement dans cela, la douleur s'estompant au fur et à mesure, à tel point que même la simple petite égratignure qui disparaissait était pour lui un immense soulagement.
Et en plus des soins prodigués par Loki, la jeune femme dont le nom était encore inconnu au chevalier semblait elle aussi capable de lui venir en aide, l'éternelle douleur qui arrachait peu à peu la vie du capitaine s'estompant presque totalement pendant l'espace d'une seconde, pour ensuite revenir de manire moins prononcée. Visiblement, elle était capable de prousse supérieur à celles de certains guérisseurs, et Schwann pût instinctivement bouger de nouveau, son corps se soulevant légèrement alors qu'il prenait appui sur ce qu'il y avait en dessous de lui, donc en somme le sol pavé et la belle blonde. Il redressa légèrement la tête et commença à remuer ses lèvres pour corriger la demoiselle avant que ce ne soit Loki qui s'en charge.

- Vous faites fausse route : il ne se soucis pas de moi, il fait plus cela par intér… En voyant l'air faible que venait de prendre cette combattante, Schwann comprit que son tour de passe-passe d'il y a un instant caché quelque chose d'étrange. Elle avait désormais le même regard que lui lorsqu'il était dévoré par le miasme, un air éternellement faible et vide, comme si le néant avait commencé à consummer notre âme. Naturellement, cette impression s'estompa aussi rapidement de son visage que le soulagement auquel Schwann avait eu droit lors de l'utilisation de cette technique, mais à cette instant son sang ne fît qu'un tour et il fût contraint de réagir pour la sermoner, lui qui était bien mal placé pour ça.
- Qu'avez-vous fait ?! Êtes-vous totalement inconsciente ou alors particulièrement stupide ?! Si il paraissait énervé dans ses mots et son intonation, le brigadier avait un regard étrange gravé d'inquiétude, ses sourcils étant fronçé alors qu'il avait saisit la jeune femme par les épaules comme pour l'empêcher de s'évanouir. Si il y avait bien une chose que Schwann ne voulait pas que l'on fasse, c'était ressentir la douleur dûe au miasme, car c'était bel et bien cela qu'elle lui avait volé avec ce « petit truc » dont elle avait parlé…

Intérieurement, le bretteur se surprit lui même. Habituellement il ne s'énervait jamais, personne n'arrivant à le tirer de ses retranchements, alors que cette fois-ci, cette femme encore sans nom y était parvenue en l'espace d'une seconde, lui qui ne connaissait rien d'elle autre que les techniques de combat qu'il avait pût observer aux glaciers de Zopheir. Et alors qu'il ne détachait plus son regard inquiet de ses yeux violacés, il sentit sa douleur physique revenir par vague, un léger filet d'hémoglobine noir coulant au coin de sa bouche…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Jeu 23 Déc 2010 - 15:30

Citation :
P.N.J. Loki

Alors que Loki était entré dans une sorte de méditation afin de soigner les plaies de l'impérial, il eut une désagréable sensation d'intrusion et d'échange de flux qu'il n'appréciait guère... il eut lui-même le sentiment qu'une partie de lui était aspirée chez l'humaine alors que sa propre énergie venait l'aider à guérir le chevalier...

lorsqu'enfin tout revint en ordre, il fronça intérieurement les sourcils, s'il avait pu lui sauter à la gorge, il l'aurait fait, non mais oh! Pour qui elle se prenait celle là?

C'est alors que Schwann qui était désormais un peu plus en forme l'attrapa par les épaules et lui demanda si elle était inconsciente ou stupide

Pour ma part, je penche pour totalement stupide grommela t'il tout en retournant lentement à sa méditation... décidément, il y avait vraiment des choses qui le mettaient hors de lui chez les humains, ce besoin de toujours se sacrifier pour en sauver un autre, sans prendre en considération qu'une vie vaut une vie, même la sienne. Mais il se surprit à ricaner, après tout, au final, il semblerait qu'ils étaient pareils tous les deux, Schwann n'en était pas moins stupide à s'être enfui du château afin de recevoir des soins convenables... s'il n'avait pas été là, qui sait ce qu'il lui serait arrivé?

Il se concentra à nouveau pour continuer à soigner le chevalier, évidemment, il n'avait pas l'intention de faire comme Aska avec l'autre espion et utiliser toutes ses ressources jusqu'à faiblir pour soigner le chevalier, non, il refermerait les blessures les plus importantes d'abord, puis si cela ne le fatiguait pas trop, il soignerait le reste! Non mais... il n'était pas le guérisseur attitré de monsieur non plus!

Mais il se rendait compte quand même qu'avec le temps, il avait appris à apprécier cet humain, en particulier parce qu'il le surprenait toujours et donc, au final, qu'il ne s'ennuyait jamais en restant à proximité... puis un détail lui revint... où était le chien? Cela le déconcentra quelques secondes, flute alors, il n'avait pas la moindre idée d'où se trouvait Rock, il aurait tellement voulu l'étudier un peu mieux... la dernière fois, c'est à peine s'il avait pu analyser toutes ses capacités...

Bon... il demanderait au Capitaine un peu plus tard... de toute manière, il ne risquait pas d'aller bien loin, il se demander si l'autre humaine stupide s'en remettait, hors de question de la soigner elle aussi! Et Wrath qui s'était éloigné... quelle plaie!
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
KitsuneEmpereur
Messages : 995
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 30
Localisation : Quelque part, c'est toujours ailleurs
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Golgotha (arc protecteur)/ Ramuh (brise-épée)
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mar 4 Jan 2011 - 9:30

Si Lilith s’était attendue à bien des choses, elle ne s’était certainement pas préparée à ce qu’elle venait de ressentir. A l’instant même où elle avait touché le capitaine, elle avait compris qu’elle avait probablement fait une erreur. Le mal qui dévorait les entrailles de Schwann Oltorain n’était nullement causé par les blessures subie à Zopheir, mais par quelque chose de bien plus profond. Un mal ancré en lui depuis bien trop longtemps… Saint-Marc avait bien mentionné la condition qui affligeait son capitaine de division, mais lui-même n’avait pas tous les détails. Et pourtant, s’il y avait une personne capable de comprendre ce que ressentait un guerrier comme Schwann, piégé par la maladie, c’était bien Antoine Saint-Marc.

Ce qui était certain, en tout cas, c’était la souffrance qui s’était emparée l’espace de quelques instants du corps et de l’âme de Lilith. Submergée par ce mal inconnu, c’était comme si elle avait sentit chaque parcelle de son être se racornir au contact de ce fléau qui avait menacé de l’emporter comme une tempête le fragile fétu de paille. Sa poitrine se soulevait avec frénésie, sa cage thoracique lui donnant l’impression d’être prise dans un étau de fer, froid et brûlant à la fois. Ses yeux s’étaient voilés, remplis à ras bord de ce trop plein de douleur. Elle toussa avec force, incapable de se contenir, le goût du sang dans la bouche. Il ne coulait pas, pourtant, mais c’était tout comme.

Et puis, après quelques brèves secondes qui lui parurent des heures, le mal… partit. Elle le sentit brutalement s’arracher à elle comme une seconde peau, et ce fut presque aussi douloureux que son arrivée. Ce fut comme si une gangue noire et humide qui s’était infiltrée dans la moindre de ces cellules s’était soudain fait arrachée, emportant une petite partie de Lilith avec elle. L’ancienne chevalier resta là, pantelante, un poing sur le pavé de la rue pour maintenir un fragile équilibre. Des mèches de ses cheveux blonds étaient collés le long de son front par la sueur, et elle les dégagea de sa main libre, secouant la tête pour reprendre ses esprits. Elle ne s’était vraiment pas préparée à cela en utilisant le don qu’elle portait avec elle depuis aussi loin qu’elle s’en souvenait… Une fois de plus, son impulsivité avait failli lui coûté bien plus que ce qu’elle pouvait donner. Antoine l’en aurait sûrement réprimandée, un air agacé sur son doux visage dont elle était une des seules personnes capables de rendre aussi expressif sans qu’il ne le décide. Mais Lilith ne s’en voulut pas de son impulsivité cette fois-ci. En partageant la douleur de Schwann, en portant ne serait-ce qu’un instant ce mal qui le rongeait, elle avait partagé avec lui un lien profondément intime. Et peut-être était-ce là ce dont elle avait besoin, cette connaissance de la douleur du chevalier, pour mieux le comprendre…

Sentant à nouveau la vie affluer en elle et l’air nocturne caresser son visage, elle prit une profonde inspiration, savourant pleinement ce moment. Puis elle rouvrit ses yeux à nouveau clairs, et son sourire illumina son visage :

« Vous savez trouvez les mots pour parler aux femmes, vous. Surtout quand elles essaient de vous donner un coup de main. Je ne crois pas être stupide, mais on m’a traitée d’inconsciente plu d’une fois. Et si j’en crois votre réputation, n’est-ce pas également votre cas, Oltorain ? »

Les yeux de Lilith étincelèrent d’amusement, puis elle tendit une main fine à Schwann avec un grand sourire :

« Je ne crois pas m’être formellement présentée, à Zopheir. Lilith Aerys, anciennement capitaine de la septième brigade et actuellement aventurière casse-cou. Enchantée. »



"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre parce qu'il est mieux organisé." Terry Pratchett




______________________
Avatar by Cixi ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://plumederenard.hautetfort.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 5 Jan 2011 - 21:42

Cette femme devait être folle pour arborer désormais un tel sourire malgré ce qu'elle venait d'endurer. Mais d'une certaine manière, Schwann éprouvait du respect pour elle, car bien des gens seraient sans doute restés à suffoquer après une telle chose… alors l'officier admirait un peu cette bravoure dont elle faisait preuve en face de lui, car il se doutait bien que si elle souriait désormais, c'était pour ne pas perdre la face devant la foule. Il était pareil à toujours vouloir paraitre fort dès qu'une personne était présente, cela pour n'inquiéter personne.
Du moins, c'était là l'impression qu'il avait et il ne faisait qu'une supposition sur elle.

- Je suis tout à fait consciens de ce que je fais. Comme vous l'avez dit, ce n'est que ma réputation qui me fait passer pour inconscient, et ce n'est pas moi qui l'est bâtie. Il se laissa de nouveau tomber en arrière, ses deux bras le maintenant assis en l'empêchant de se retrouver dos au sol. Il laissa toutefois sa tête basculer en arrière en fixa de nouveau le ciel nocturne. Je connais mes limites, et je ne fais que m'en approcher pour les repousser.
D'une certaine manière, le guerrier savait qu'un tel comportement pouvait être qualifié d'inconscient, car à la moindre erreur de calcul et il pouvait y rester ou perdre beaucoup. Sauf qu'il faisait confiance à ses capacités, voilà pourquoi il se permettait d'être aussi tête brulée.

L'impérial soupira doucement avant de plonger une nouvelle fois son regard dans les prunelles violettes qui le dévisageait. Cette couleur était définitivement surréaliste, et lui avait l'impression d'être bien pitoyable avec son unique œil gris qui ne dégageait ni profondeur ni émotion. Mais ça, c'était pareil avec tout le personnage ; il restait totalement insensible à ce qui l'entourait, et même si ce regard qui le fixait le captivait, le bretteur n'en était pas pour autant déstabilisé.

- Joli prénom. Particulièrement démoniaque, j'aime beaucoup. Pendant un bref instant, le capitaine eût l'envie de sourire afin de paraitre chaleureux, mais il garda cependant cette idée à l'état de pensée, préférant pour l'instant rester totalement neutre tant qu'il ne pouvait pas encore s'assurer de ce que lui voulait cette femme. Je pense qu'il est inutile que je me présente, premièrement car vous ne m'auriez sans doute pas suivis si vous ne saviez pas qui j'étais, et deuxièmement car vous avez déjà mentionnée mon nom plus tôt. Le brigadier parlait d'un ton relativement froid, rien d'inhabituel à cela, mais une vague part de lui craignait qu'elle ne prendrait mal sa façon d'agir, alors que pourtant ce n'était nullement son intention : il ne faisait qu'être lui-même à cet instant précis. Mais il savait très bien que parfois, sa manière d'être pouvait faire fuir les gens qui ne le connaissait pas, alors que ceux qui le connaissait savait sans doute qu'il n'était pas le genre d'homme capable de faire du mal intentionnellement.

Hormis cela, le regard du capitaine daigna enfin vouloir observer plus en détail la demoiselle. Au début, son unique œil porta son regard sur sa chevelure d'or. Habituellement, il ne s'attachait pas vraiment à la coiffure des individus qu'il rencontrait, mais il fallait croire que dans l'obscurité de la nuit, sous les reflets de la lune et sous l'effet du manque de sang qui déboussolait un peu le chevalier, il pouvait enfin porter un peu plus d'intérêt à la créature qui se trouvait devant lui.
Cette vision n'était donc pas désagréable en fin de compte, et le guerrier murmura quelques mots presque inaudible, mais qui dans le calme de la nuit pouvait néanmoins être entendu d'une ouïe fine.

- Effectivement, une belle blonde… Le regard du soldat continua son bout de chemin en s'arrêtant sur ses lèvres. Il aurait très bien pût regarder de nouveau ses yeux, mais c'était prendre une fois de plus le risque d'y perdre son regard, et vue l'état dans lequel il était il valait mieux qu'il garde les pieds sur terre jusqu'à être totalement guérit.
En continuant de descendre, le guerrier regardait chaque détail de sa tenue : elle avait visiblement l'air d'être plus une noble qu'une simple voyageuse, mais en s'en tenant à ce qu'elle venait de dire, elle devait apprécier l'aventure et les dangers qui vont avec. Pourquoi avoir quitté l'Empire si elle recherchait l'affrontement ? Certes le rang de capitaine incluait aussi une partie administrative, mais si lui pouvait déléguer une bonne part de cette tâche à l'un de ses subordonnées, elle pouvait bel et bien faire de même. Les raisons devaient donc être autre… Peut-être n'aimait-elle simplement pas le fait de se faire commander ? Tout cela cachait bien des choses et éveillait la curiosité du chevalier…

Finalement, il soupira de nouveau, paraîssant une fois de plus bien las.

- Tu as définitivement raison, Loki… Où que j'aille, je croise toujours des femmes sur mon chemin… Transmit-il par la pensée à l'Esprit qui s'appliquait à soigner ses blessures les plus importantes sans qu'il ne lui est rien demandé, ce qu'il trouvait toujours aussi étrange d'ailleurs, mais cela faisait bien longtemps qu'il ne cherchait plus à comprendre pourquoi Loki agissait ainsi.
Mais un tel raisonnement était étrange, il fallait l'admettre. En temps normal, tout homme normalement constitué ne ce serait jamais plein d'avoir la chance de cotoyer régulièrement des femmes, sans compter que celle que Schwann croisait étaient généralement belles et n'avaient aucun mal à attirer les regards au milieu des foules. Décidément, il devait définitivement avoir perdu une part d'humanité au cours d'un combat, ou bien il était tout simplement devenu une machine de guerre avec le temps.

En fin de compte, l'unique œil du bretteur restait figé… en direction de la poitrine de la demoiselle Lilith, geste non-volontaire étant donné qu'il c'était tout simplement perdu dans ses pensées entre-temps. Mais allait faire croire autre chose à une jeune femme bien portante, surtout lorsqu'elle ne vous connait pas.

- Que me vaut donc votre visite, mademoiselle Aerys ? Demanda t-il comme si de rien était malgré tout, parler simplement de ce qu'il venait de voir en s'excusant aurait été le meilleur moyen d'installer un certain malaise, du moins du côté du chevalier, car il ne savait pas encore ce que lui voulait cette femme. Je me doute que vous ne m'avez pas suivis uniquement dans le but de vous assurez de mon pitoyable état.
Bien entendu, dans le crâne du guerrier, les hypothèses fusaient à une vitesse fulgurante, mais peut-être que l'une d'entre elles étaient bonnes, ou alors qu'aucunes ne l'étaient, aussi il s'arrêta rapidement à attendre tout simplement une réponse de sa part… ou peut-être un geste étant donné qu'il venait de loucher sur ses seins sans même s'en rendre compte…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 5 Jan 2011 - 22:00

Citation :
Loki

L'esprit lupin grommela en sentant au travers de Schwann les quelques rares émotions qui le parcouraient alors qu'il scrutait la "belle blonde" comme il le mentionnait

Ah ben ça... je me demande même si j'arriverai un jour à débarquer sans que tu ne sois en charmante compagnie...

Loki avait l'impression d'avoir la nausée, si une telle sensation lui était accessible... il préférait ne rien dire, surtout qu'il n'aimait pas non plus cette femme... au final, iln'aimait aucune de ces femmes qui lui tournait autour... excepté peut être Cixi, l'Ancien, mais elle ne lui tournait pas vraiment autour et le fait qu'il l'appréciait un peu plus que les autres étaient probablement du au fait qu'elle était liée à Luna.

Finalement, il se contenta de simplement ronchonner à l'intérieur de l'impérial, s'attelant simplement à le régénérer, maintenant qu'il se tenait tranquille, il pouvait prendre son temps et ressouder tranquillement ses chairs... probablement mieux qu'aucun autre guérisseur ne pourrait le faire grace à leur élément commun...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
KitsuneEmpereur
Messages : 995
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 30
Localisation : Quelque part, c'est toujours ailleurs
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Golgotha (arc protecteur)/ Ramuh (brise-épée)
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Sam 15 Jan 2011 - 14:03

Ce n’était pas la première fois qu’on faisait remarquer à Lilith la consonance toute particulière de son prénom. Dès qu’elle fut en âge de comprendre les mots de ses petits camarades, elle en devint une cible de choix. Il n’y avait pas un quolibet qui lui fut épargné, une pique qui ne lui fut pas adressée. La nature démoniaque de son patronyme n’avait été que renforcé par la couleur de ses yeux, guère répandue parmi les humains. Les deux éléments s’étaient combinés en l’un de ces étranges et fort à propos hasards dont la vie avait le secret, et elle avait appris à vivre avec dès sa plus tendre enfance. Petite fille blonde à la peau pâle, elle aurait très bien pu être la fragile victime incapable de supporter moqueries et pointages du doigt. Mais le caractère fort dont elle était trempée, comme la plus solide et souple des épées dans l’acier rougeoyant, lui avait permis de se propulser à travers la vie sans jamais laisser la moindre faiblesse la mettre à terre. Elle était la démone aux yeux mauves ? Et bien soit ! Elle se confirmerait au regard des autres afin qu’ils puissent médire sur sa personne en toute connaissance de cause. Elle avait drapé son âme de fer, et nul n’avait osé s’en prendre à elle plus d’une fois. Elle était devenue la redoutable démone aux cheveux dorés, guère soucieuse de ce qu’on pouvait bien en penser et n’hésitant nullement à répondre à l’agression… par l’agression. L’exploitation de son curieux don de transfert n’avait qu’ajouté du bois dans le feu des rumeurs et des racontars. Dure comme le diamant, froide comme la glace aux yeux du monde, protégeant sa sensibilité de l’extérieur. Les feux de sa passion côtoyaient la fermeté de son esprit, et son absence d’affinité élémentaire avait contribué à la rendre aussi imprévisible. Alors elle pouvait bien être Lilith la démone, elle savait toujours qui elle était réellement en plus de cela, de même que le savaient ceux qui comptaient réellement. Comme sa sœur Tanya, ou Antoine Saint-Marc.

Et pourtant, les mots soufflés par le chevalier blessés réussirent à l’atteindre. Peu de personnes réagissaient à son simple prénom en disant l’apprécier, et moins encore à provoquer en elle pareil émoi. Peut-être était-ce parce qu’elle avait partagé, l’espace de quelques secondes plus longues que des années, la douleur la plus intime de Schwann Oltorain qu’elle se sentait ainsi liée à lui. Son intérêt pour l’homme avait été piqué à vif avant la débâcle de Zopheir, mais rencontrer le capitaine, se battre à ses côtés puis connaître sa souffrance avaient représenté bien plus que le plus fidèles des discours. Elle n’était plus du tout étonnée de l’intérêt qu’Antoine portait à Oltorain. Ils étaient aussi semblables qu’ils étaient différents. Aujourd’hui du moins ; Schwann ne cessait de furieusement rappeler le jeune Antoine Saint-Marc à Lilith.

« La réputation n’est autre que la somme de nos actes vue par autrui, Oltorain. Oui, je sais quel personnage vous êtes, la preuve en est. Les histoires sur votre compte foisonnent. Mais je ne sais pas
qui vous êtes. La différence est importante. »

Elle sourit, puis remarqua que le regard du capitaine s’était fixé sur un point tout particulier de son anatomie typiquement féminine. L’unique œil de Schwann Oltorain s’était un instant perdu là où de nombreux regards l’avaient fait avant lui, et Lilith n’était nullement femme à jeter la pierre. Partant du principe que la gente féminine arriverait à cour de cailloux avant que les hommes ne cessent de les reluquer comme s’ils n’avaient jamais vu de poitrine auparavant, elle s’était depuis longtemps habituée à l’effet qu’elle pouvait susciter chez les mâles. Tout de même, elle ne savait guère le prendre de la part d’un homme comme Schwann. Elle décida de s’en amuser et, haussant les épaules, bomba la poitrine en avant, tandis qu’elle rivait ses yeux dans l’œil valide du chevalier :

« Je ne trouve pas votre état si pitoyable que cela ; vous semblez très réceptif, pour un homme dans votre situation. Puisque nous parlons de réputation, la vôtre n’a pas menti sur votre endurance. Et je n’irai pas jusqu’à dire que je vous ai suivi. J’ai capté votre présence, la reconnaissant à partir de celle émanée à Zopheir, et je me suis dit que je pourrais tout aussi bien venir à votre rencontre. Histoire de m’assurer que vous n’expiriez pas dans un caniveau. Je peux vous tirer sur la grande place, si vous le souhaiter ; il serait plus chic d’y pousser son dernier soupir que de le faire ici entre deux flaques d’eau croupie, vous ne croyez pas ? Bien sûr, on peut aussi imaginer que tant qu’à faire, vous surviviez afin de retourner donner de grands coups d’épées dans le lard des mentaïs et de leurs immortels. Une perspective plus amusante que de se vider de son sang maintenant, vous ne trouvez pas ? Je ne sais pas vous mais, en ce qui me concerne, j’ai une sacrée revanche à prendre sur ces individus… »

Ah ça, Lilith Aerys n’était pas femme à rester sur une défaite. Et quiconque se mettait en travers de sa route se devait de le comprendre, qu’il soit mentaï ou capitaine des chevaliers…


"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre parce qu'il est mieux organisé." Terry Pratchett




______________________
Avatar by Cixi ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://plumederenard.hautetfort.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Sam 15 Jan 2011 - 20:48

Intérieurement, Schwann était presque amusé de la manière dont réagissait l'Esprit qui occupait son corps. Il ne savait pas si l'on pouvait qualifier cela de tel étant donné qu'il n'était qu'une entité, mais le guerrier avait un peu l'impression que cela s'apparentait à de la jalousie, que Loki désirait parfois s'accaparer pour lui seul le chevalier sans qu'il ne fricotte avec aucune demoiselle. Et d'ailleurs si un jour l'impérial avait été intéressé par les hommes, il était persuadé qu'il aurait réagit de la même manière. Mais d'une autre manière, le guerrier trouvait cela un peu triste et dommage, car si il espérait un jour pouvoir pactiser avec l'Esprit, il lui faudrait rester seul pour le restant de son existence, à moins de trouver une demoiselle qu'ils appréciaient tous deux, chose presque impossible… Et d'ailleurs le brigadier ne pouvait exclure l'hypothèse que si l'entité spirituelle réagissait ainsi c'était car eux ne pouvaient pas vraiment lier leurs âmes à un de leurs confrères, et ce comportement purement égoïste désolé un peu l'impérial…
Mais d'une certaine façon c'était sans doute mieux ainsi pour tout le monde : un soldat comme lui ne pouvait pas se permettre d'avoir d'attache, car sa tendance à l'auto-destruction causerait sans aucun doute du tort à quiconque s'attacherait à lui. D'ailleurs, c'était déjà un problème car certaines personnes ne semblaient pas vouloir voir en lui une simple machine de guerre mais bel et bien un être humain, pourtant il n'arrivait toujours pas à comprendre ce que les gens pouvaient voir d'humain en lui autre que son apparence. Comme quoi, des fois lorsque l'on essaie de faire quelque chose, c'est tout l'inverse qui se produit, et qu'il y aurait probablement plus de gens qui ne l'apprécierait pas si il se contentait d'être humain, ce qui le fît sourire doucement… En effet, cette Lilith semblait elle aussi avoir décelée quelque chose d'attachant au travers du chevalier, et cela ne faisait que rajouter une personne de plus sur la liste des gens qui risquaient de regretter sa mort. Mais après tout, il s'agissait de leurs choix et il ne pouvait pas aller à l'encontre de ceux-ci, chacun étant libre de ses actes, tout comme lui en mettant continuellement son existence en danger.

Lorsque la belle blonde mit sa poitrine plus en valeur, le guerrier releva le regard pour fixer quelques instants les yeux mauves de la combattante. Naturellement, il trouvait toujours ce regard aussi agréable, mais ce n'était pas dans ses habitudes que de dévisager les autres, aussi il ne tarda pas à laisser son unique œil regarder en direction de la sortie de la ruelle.

- Schwann Oltorain, voilà qui je suis. Répondit-il assez nonchalamment alors qu'il sentait encore le goût de son sang amer dans sa bouche. C'est là tout ce qu'il y a à savoir à mon propos, car je ne suis qu'une goutte d'eau dans l'océan à l'échelle du monde, et ce n'est pas l'Esprit qui est dans mon corps qui dira le contraire. Il aurait pût pousser la métaphore plus loin afin de détailler, et ainsi dire qu'il n'était plutôt qu'une goutte de sang tombant dans l'océan et qui ne faisait que se dissoudre au contact des autres pour les imprégner un peu, jusqu'à finalement disparaître. Mais la situation ne se prêtait pas vraiment à ce genre de pensée, et cela n'aurait pas vraiment apporté grand chose à la conversation si ce n'est dévier un peu plus le sujet. Aussi, je ne vois pas en quoi le fait de périr ici ou sur la grande place ▬qui de toute manière pour l'instant doit être déserte▬ changerait grand chose si ce n'est qu'agiter un peu plus la population au moment du levé du soleil alors qu'elle est déjà assez apeurée comme ça par les temps qui cours.
Contrairement à la plupart des gens qui espéraient sans doute être reconnus une fois mort, Schwann préférait plutôt que son nom soit oublié de l'histoire durant quelques temps : au vue de la situation il était préférable que le peuple n'apprene jamais sa mort, ou du moins pas tant qu'ils n'auraient pas arrêté Ségonar. En effet, les capitaines impériaux inspirent le respect, la force et le courage, aussi si l'un d'eux tombe au combat le moral des troupes ne peux que s'en sentir affecté, chose qu'il vaux mieux éviter une fois au front. De plus, la population serait elle aussi démoralisée et en tant de guerre, son soutien peux parfois revigorer les troupes, aussi il n'était pas utile que sa dépouille jonche au milieu de la grande place où des milliers d'innocents auraient l'occasion de la voir avant qu'elle ne soit retirée.
En revanche, si il se contentait de mourir ici ce serait sans doute les gardes qui le remarquerait bien assez tôt, et ils auraient le temps de retirer son corps sans que la population ne puisse le voir, ce qui était nettement préférable pour tout le monde, sa mort ne serait sans doute que communiqué une fois la guerre terminée ou bien lorsque la situation virerait en leur avantage sans aucune chance de revirement de situation en faveur de Ségonar. Bien entendu, les troupes seraient forcément au courant, mais toutes les brigades ne le seraient pas nécessairement, et si certains pourraient s'étonner de la non-présence du capitaine sur le champ de bataille, il suffirait simplement de mentir au peuple en disant qu'il est affilié à un assaut furtif.

Mais ce genre de pensée n'ayant rien de vraiment joyeux, le bretteur préféra garder celles-ci pour lui sans en dire plus. Puis si elle était une ancienne combattante impériale, peut-être possédait-elle aussi ce genre de raisonnement, bien que Schwann savait que le sien était vraiment particulier.
Il regarda donc de nouveau la jeune femme dans les yeux et soupira, l'odeur du sang s'échappant d'entre ses lèvres.

- La vengeance n'apporte vraiment rien de bon, et je parle en connaissance de cause… Il désigna son bras amputé, les images de son combat contre Travian défilant dans sa tête. C'est une guerre et il ne faut nullement laisser nos sentiments personnels interférer dans cette bataille. Puis… Un léger sourire apparût sur son visage, sourire un peu triste qui s'estompa aussi vite qu'il c'était dessiné sur son visage. …vous avez éludé ma question : pourquoi êtes-vous ici ? A une heure si matinale, ce n'est sans doute pas pour rendre une visite de courtoisie à quelqu'un habitant le quartier pauvre, sans parler que vous pouviez très bien n'avoir que faire de ma présence en ces lieux et passer votre chemin.
A force de parler, le capitaine sentait le goût du sang remonter dans sa gorge, ses blessures internes étaient sans doute plus grave qu'il ne le pensait, aussi son organisme le força à tousser, sa main organique venant se plaquer contre sa bouche alors qu'il essayait d'étouffer les bruits pour ne pas se faire entendre des gardes qui étaient toujours à sa poursuite, même si c'était pour son bien.
Lorsqu'il retira sa main de devant sa bouche, il constata que celle-ci était maintenant encore plus couverte de sang qu'avant, mais ce n'était plus ce genre de chose qui le dérangeait, loin de là. Un filet d'hémoglobine dégoulinait au coin de sa bouche et il l'essuya d'un revers de la main, étalant plus le sang sur son visage qu'autre chose. Loki avait beau le soigner, son apparence n'en restait pas belle à voir…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Dim 16 Jan 2011 - 9:40

Citation :
P.N.J. Loki

L'esprit lupin prenait son temps... il fallait le reconnaître. Non pas parce qu'il estimait que Schwann pouvait se le permettre, mais surtout parce que même s'il appréciait le chevalier, il n'avait pas l'intention de faire comme Aska avec l'autre gamin et de se tuer la santé pour le maintenir en vie. D'autant que si ses blessures étaient importantes, il avait désormais refermé les plus grave, et seul son état de fatigue posait problème désormais pour qu'il puisse supporter les autres.

N'écoutant qu'à moitié la conversation entre la femme aux prunelles violettes et Schwann, il devait reconnaître qu'elle dégageait quelque chose d'intéressant, mais il ne savait pas encore quoi, ne l'ayant pas vraiment observée ni analysée pour le moment. Déjà son espèce de pouvoir, il n'avait encore jamais entendu parler de ce genre de transfert. Certains krityens étaient capables de transférer une partie de leur esprit dans un hôte afin de le sonder et de l'analyser et ainsi guérir certains troubles mentaux, mais il n'avait encore jamais entendu parler d'un tel échange physique... même s'il avait trouvé l'acte de la jeune femme stupide dans la mesure où il s'agissait de Schwann, son égo en avait pris un coups de voir qu'elle possédait un don de la sorte, ce qui pouvait également expliquer qu'il ne l'aimait pas au premier abord... mais elle l'intriguait.

Puis Schwann toussa, aggravant une légère blessure au niveau de l'estomac, qui était presque refermée, mais depuis peu. Le sang qui avait donc pénétré l'organe un peu plus tôt était remonté pour sortir par la bouche au gré de la quinte de toux, et le loup noir vérifia que tout était en ordre, cette plaie était bien guérie, mais évidemment, il n'allait pas en plus faire le ménage et retirer tout le sang écoulé des différentes hémorragies internes qu'il avait faites un peu plus tôt.

Les plaies internes semblaient toutes bien refermées désormais, il allait pouvoir s'occuper des plaies externes... toujours en prenant son temps, et marquant une légère pause pour se reposer, il en profita pour analyser un peu de loin la jeune femme... il la trouvait étrange aussi dans la mesure où il ne ressentait pas son élément, peut être n'en avait-elle pas?
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
KitsuneEmpereur
Messages : 995
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 30
Localisation : Quelque part, c'est toujours ailleurs
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Golgotha (arc protecteur)/ Ramuh (brise-épée)
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Jeu 20 Jan 2011 - 12:45

Et bien, ce Schwann Oltorain n’était décidément pas facile d’accès. Saint-Marc avait raison sur ce point : il était bien ardu de dépasser la cuirasse de ses propos pour atteindre le véritable discours de l’homme qui se cachait derrière. Cet homme aux multiples cicatrices était certainement bien plus complexe qu’il ne voulait l’admettre, et Lilith n’était pas prête de voir sa curiosité assouvie. Ce qui n’était pas plus mal ; elle était femme à ne vivre que pour relever les défis les plus difficiles. Et un être comme Schwann était une énigme on ne peut plus intéressante. D’autant qu’il avait lui-même l’art de poser les bonnes questions et paraissait tout aussi déterminé que Lilith à ne pas lâcher le morceau quand il en trouvait un…

« J’ai tendance à penser que quitte à périr, autant le faire de manière à ce que l’on se souvienne de nous plutôt qu’oublié au fin fond d’une ruelle. N’y voyez pas là de la vanité mal placée, plutôt… le souhait d’une femme qui n’a jamais su passer inaperçue. »

Elle sourit, s’accroupissant à nouveau pour que son visage fasse face à celui de Schwann :

« Quand à ces histoires de gouttes d’eau dans la mer et tout ce charabia, je n’y crois pas un seul instant. Vous comme moi –comme chaque individu- sommes plutôt comme des flocons de neige : innombrables et faisant partie d’un tout, certes, mais uniques. Il ne dépend ensuite que de nous de nous forger un destin autre que celui de fondre tristement sur la chaussée. Et je sais assez de choses pour savoir, Schwann Oltorain, que vous êtes bien plus que ce que vous persistez à affirmer. Quant à la revanche… »

Lilith s’interrompit un instant, les images du combat de Zopheir repassant dans son esprit. Elle revoyait le mentaï aux cheveux gris, Ichissin Geru, parant les attaques de Lyon de la Rose Blanche de ses seuls doigts. Et puis la surprise qui s’était emparé de ce redoutable adversaire quand il avait aperçu Lilith. L’infime moment où il avait paru incertain, très rapidement remplacé par le sourire froid et sûr de lui. Et la cuisante défaite qu’il avait infligée à la jeune femme, responsable de son bras en écharpe pour l’instant au-delà de tous soins magiques, et de l’entaille qui zébrait encore sa gorge. Elle y porta sa main comme dans un réflexe, se demandant pourquoi elle avait produit un tel effet chez le mentaï. Et pourquoi, malgré cela, il s’était débarrassée d’elle aussi facilement, se donnant même la peine de l’épargner. Alors qu’il aurait pu mettre fin à la vie de Lilith le temps d’un battement de cœur. Moins peut-être, tellement sa vitesse était grande. Mais il ne l’avait pas fait. A vrai dire, aucun des deux mentaïs n’avait achevé les compagnons de Zopheir, se contentant de les laisser brisés et vaincus dans la neige et la glace. Et depuis, le sourire de Geru hantait l’esprit de Lilith Aerys.

« … ce n’est pas tant de vengeant qu’il s’agit. Plutôt d’un désir brûlant de voir certaines questions sans réponses éclaircies. Et quand bien même, je suis une guerrière. Quels que soient les nobles motifs qui animent mes actes, je sais très bien qu’au fond de moi, je brûlerai toujours du besoin de me dépasser et de réussir là où j’ai précédemment échoué. De ne pas rester sur une défaite. Prétendrez-vous le contraire, Schwann Oltorain ? Que vous n’attendez pas la moindre occasion de défier à nouveau Antoine Saint-Marc, ou tout autre adversaire qui vous aurait donné du fil à retordre ? »

Mais Lilith ne continua pas quand elle vit le chevalier cracher à nouveau du sang. Il coulait le long de son menton là où il n’avait pas encore commencé à sécher, pour aller goutter sur le pavé. La blonde poussa un discret soupir, mi-résigné mi-agacé, puis sortit un grand mouchoir blanc brodé de sa tunique. Elle commença à essuyer soigneusement, délicatement, le visage du capitaine. Elle ne pouvait peut-être pas prendre sa douleur, mais elle pouvait au moins lui redonner un semblant de dignité.

« Quant au pourquoi de mes errances en ces lieux à une heure aussi indue… Est-ce là une question à poser à une jeune femme ? » sourit-elle, amusée, tout en continuant soigneusement son ouvrage. « Je vous répondrai cependant que les bas quartiers m’ont toujours parus plus propices à une promenade nocturne que les riches hauts de la ville. Et qu’on y risques rencontre souvent bien plus intéressantes, ne trouvez-vous pas ? »


"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre parce qu'il est mieux organisé." Terry Pratchett




______________________
Avatar by Cixi ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://plumederenard.hautetfort.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Jeu 20 Jan 2011 - 20:29

Suite à la bataille à Zopheir, une âme qui avait assité au combat mais que personne ne semblait avoir remarqué marchait désormais, lentement, en direction de la capitale impériale. Cette vie n'avait pas ratée la moindre parcelle de l'affrontement, et après celui-ci, après que le calme soit revenu sur l'étendue glacée de la banquise, elle avait récupérée le manteau du capitaine de la onzième brigade, dernière anomalie du décor enneigé. Et c'est donc aujourd'hui que cette existence marchait calmement au travers de la nuit en direction de la capitale, ses pas le guidant là où il devait se trouver. Comment en être certain ? Il n'y avait pas grand chose qui permettait de l'affirmer réellement, si ce n'est l'instinct…

Traversant la colline d'Ehmead en passant proche de la ville fleurie, les passants, habitants et toutes personnes se trouvant là l'avait regardé maintenant ce qui s'apparentait n'être plus qu'un haillon, le précieux vêtement que Lina avait laissée au chevalier ayant était transformé en un vulgaire bout de tissus, ne restant que lambeaux imbibés du sang noir du capitaine. Mais c'était sans importance, car cette âme ressentait le besoin de le lui ramener alors qu'il ne devait même pas y avoir pensée, comme si il s'agissait d'un devoir, bien que personne ne le lui avait ordonné, et que personne ne l'aurait même un jour mentionné. Cette existence marchait donc sans se soucier des regards qui se posait sur lui, continuant jusqu'au bastion de Deidon, et une fois la plaine traversée et à l'intérieur de l'édifice qui n'était encore jamais tombé, c'était les gardes qui jetaient leurs yeux dans sa direction. Bien entendu, ce ne fût pas non plus ceci qui fît vasciller la volonté de cette vie, et une fois l'autre porte de la muraille traversée, le chemin qui menait jusqu'à la capitale était tout droit et tout tracé, l'âme désireuse d'être serviable continua encore et encore jusqu'à traverser le pont devant la capitale… et enfin arriver devant l'entrée du quartier des citoyens.

Bizarrement, il n'y avait aucuns gardes. Sans doute étaient-ils en urgence pour délaisser leur poste, mais étant donné qu'il faisait nuit et que les possibilités qu'il y est un problème nécessitant la présence d'impérial était faible étant donné qu'il n'aurait dû y avoir normalement aucune vie pour passer cette porte à cette heure si matinale.
Combien de temps cette existence avait vagabondée avant d'arriver ici ? Difficile de le dire. Elle avait vue passée plusieurs jours et plusieurs nuits du fait de sa marche lente, sans compter les haltes pour se nourrir et se désaltérer, mais dans le fond cela était sans importance… et pour le moment son instinct lui intimait de se rendre dans les quartiers pauvres, sans vraiment savoir pourquoi, et cela jusqu'à l'entrée d'une ruelle sombre…

De son côté, Schwann se demandait bien pourquoi cette femme était aussi bornée à vouloir donner une importance au chevalier alors qu'il maintenait que cela était futile. Après tout, il n'était qu'un soldat, et les soldats se battaient et mourraient au combat sans que l'on se soucis de ce qu'il pouvait advenir par la suite. Certes, il était d'un rang assez élevé dans cette armée, mais sur le champ de bataille c'était vivre ou mourir, et le grade ne participait aucunement à la survie…
Son regard vitreux retomba donc sur le sol, sans doute pour fuir celui de Lilith qui essayait de lui imposer, bien qu'il trouvait cela amusant d'une certaine manière, et qu'il voulait aussi savoir si elle était du genre obstinée ou non.

Néanmoins, quand elle essuya le sang qui dégoulinait le long du visage du guerrier, il en fût surpris à tel point qu'il recula la tête, stoppant un instant ce geste inattendu. Il avait toujours eût la facheuse tendance à être mal à l'aise lors des contacts avec les autres, alors quand en plus il ne connaissait pas réellement la personne ▬pour ne pas dire pas du tout dans ce cas présent▬ il aurait aimé pouvoir voir venir le geste, bien que son unique œil écarquillé par cet acte retrouva rapidement son éclat initial, laissant donc le loisir à la guerrière de reprendre là où elle en était…

- Effectivement, ce n'est pas une question à poser à une jeune femme étant donné qu'elle n'a tout bonnement rien à faire à se promener la nuit, en particulier dans une ruelle sombre. Rétorqua t-il, se demandant si il était vraiment cynique ou simplement désagréable, ce qui au final ne devait pas changer grand chose. Et vous n'êtes actuellement pas vraiment en train de faire une rencontre des plus intéressantes : un simple soldat en train de se vider de son sang entre deux flaques d'eaux croupies… Lâcha t-il cette fois-ci pour reprendre ses termes et se moquer légèrement d'elle. …n'a rien de vraiment passionnant. Puis, celui-ci est déjà connu pour ses faits et gestes, et l'on se souvient rarement des combattants pour leurs morts, qui se trouvent être de manière générale toujours assez stupide.
Décidément, il était vraiment le genre d'homme froid quelque soit le cas, toujours à essayer d'avoir raison lorsque cela le concerne, sans doute car il savait qu'il ne pourrait pas être raisonné. Mais pourtant, il avait aussi la sensation qu'elle n'allait pas en rester là, et qu'ils pourraient tous deux poursuivre ce débat pendant des heures si il n'y avait rien pour les interrompre.

Il resta silencieux quelques instants, croyant entendre des gardes passer près de la ruelle où tous deux se trouvaient, son unique pupille regardant d'ailleurs dans cette direction. Mais le passage étant assombris par les bâtiments, il n'arrivait pas à voir grand chose et se contenta donc de laisser son ouïe faire le travail jusqu'à ne plus entendre un seul bruit, son attention se portant donc de nouveau vers la combattante qui s'occupait de lui plus qu'il ne l'avait fait lui-même pour l'instant.

- Le commandant Antoine Saint-Marc… Je n'ai pas l'envie de le défier, mais bel et bien de le battre. Et c'est pareil avec ces Mentaïs… Un voile triste passa sur son visage, comme si quelque chose le dérangeait dans ce qu'il venait de dire. Peut-être était-il borné mais… En temps normal, une défaite signifie la mort. Le commandant m'a épargné car il a besoin de moi, mais je dois réfléchir sur cette défaite… et il en est donc pareil avec nos ennemis communs, même si eux n'avaient aucunes raisons de m'épargner…
Cette fois-ci, la brigadier eût réellement l'impression d'entendre un bruit, et avant même que son regard ne se tourne vers l'entrée il sentit une présence à côté de lui, mais une présence familière. Ce qu'il se tenait à côté de lui venait juste de déposer sur ses genoux le manteau qu'il avait laissé sur le champ de bataille de Zopheir, et la créature quadrupède venait caler son museau contre son torse.

Le regard de Schwann restait figé sur l'animal qui n'était autre que son précieux familier, Rock, qui avait été laissé sur ce qu'il restait du champ de bataille. Si il n'était pas paru inquiet, ce sentiment qui le rongeait de l'intérieur bien plus que le miasme s'estompa l'espace d'un instant, le cœur du chevalier restant comme brisé à l'idée que finalement, il n'était pas mort. Mais à cet instant, quelque chose de presque incontrôlable s'extirpant du bretteur, son corps dégageant une aura noire comme dirigée par sa haine, sa colère envers le Mentaï qui avait laissé le chien dans cet état, les poils de la bête étant collés et souillés par du sang séché, à tel point qu'il marchait presque uniquement sur deux pattes et qu'il en était maintenant assis en train de couiner en se frottant contre l'impérial.
Mais la haine du soldat n'étant pas uniquement tournée vers les agresseurs, mais aussi vers les Esprits qui n'avaient pas jugés utiles de s'inquiéter pour Rock, ne semblant même pas se soucier de son cas. La semi-conscience du capitaine l'empêchant cependant d'en vouloir à Loki qui avait du se charger trois personnes à transporter, et même en temps que polymorphe et si le nombre n'avait pas d'importance pour lui, son caractère était tel que cela ne pouvait même pas surprendre le guerrier. Mais pour les autres… ils n'avaient sans doute jamais pensée que ce précieux compagnon pouvait toujours être en vie, lui qui avait sauvé la vie du responsable de la onzième brigade impériale durant les deux mois de sa disparition, alors que eux étaient même incapable de rivaliser avec de simples humains sous prétexte qu'ils soient Mentaïs.

Il contourna cependant cet état d'esprit et utilisa la puissance naissante dans son organisme pour léguer du mana à l'attention de la bête, cela à un débit si élevé pour un guerrier que son état sembla s'affaiblir directement, de la sueur perlant son front alors que son teint déjà clair pâlissait légèrement. Il n'était pas capable de soigner correctement l'animal, mais il pouvait au moins le soulager un peu de sa fatigue et de sa douleur, et peu à peu l'aura noire qui enveloppé le guerrier se dissipa… en même temps que son corps semblait perdre sa force pour retomber un peu sur la créature fidèle qu'elle était. Et si d'un point de vue extérieur on aurait pût penser que Schwann tournait de l'œil, il avait saisit le cou de Rock et le serrait contre lui alors qu'il couinait encore, le sifflement strident qu'éméttait l'animal résonnant doucement dans la nuit…

Le visage du chevalier déclarant clairement un côté humain de sa personne par un voile extrêmement triste, son seul œil tremblait tellement que l'on aurait pût croire qu'il allait verser des larmes aussi rare que l'humanité de l'homme, ses cordes vocales ne lâchant qu'un significatif et sincère…

- Bienvenue… Rock…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Jeu 20 Jan 2011 - 20:54

Citation :
P.N.J. Loki, Wrath Peebles

Le krityen filait vers l'entrée de la ville, estimant que l'espion impérial n'avait pas besoin d'un guérisseur supplémentaire pour le moment. Mais alors qu'il s'apprêtait à franchir la grande porte, il croisa une ombre étrange... un chien... qui tenait quelque chose dans sa gueule. Mais pas n'importe lequel, il était... étrange. Il n'agissait pas comme les autres chiens, semblant chercher une direction précise, comme porté par une force invisible.

Wrath décida donc de le suivre, et il ne fut presque pas étonné de le voir retourner vers Schwann Oltorain. Il soupira et remarqua que l'impérial donnait de son propre mana pour restaurer l'animal, alors que lui-même était dans un état pitoyable. Il soupira, Lady Elmundïr allait le tuer s'il ne faisait pas quelque chose, et dans le corps du capitaine, Loki était furieux que son précieux mana soit gaspillé pour un chien, même un chien combattant...


Bonsoir Seigneur Oltorain. Wrath Peebles, je suppose que vous vous souvenez de moi?

Il ne chercha pas à lui tendre la main et mit un genou à terre, si on aurait pu croire qu'il cherchait à s'approcher du chevalier, il n'en fit rien

Comme je suppose que vous n'allez pas vouloir que je m'occupe de vous, me permettez vous de m'occuper de cet animal qui semble vous être attaché?

Sans réellement attendre la réponse, il fixa le chien en levant doucement la main pour lui faire comprendre qu'il ne lui voulait pas de mal et posa sa main au niveau de son cou, plongeant l'animal dans le sommeil, il le rattrapa avec douceur pour ne pas qu'il tombe trop lourdement sur la pierre de la rue.

De là, il se mit à l'ouvrage et commença à le soigner, jamais il n'avait vu pareilles blessures sur un animal, il fronça les sourcils, il avait encore des éclats de neige dans les poils, preuve qu'il avait du rester un long moment dans la glace et le froid... pauvre animal qui devait être déshydraté et terriblement affaibli.

Il donna de son propre mana pour renforcer le chien avant de lui relever la tête et utiliser du mana d'eau pour le réhydrater dans un premier temps, puis il utilisa l'eau également pour nettoyer son poil et ainsi mieux voir ses plaies. De petites boules lumineuses flottaient juste au-dessus de lui pour l'éclairer au mieux. Il ne pouvait pas conduire un chien dans un hôpital, et il supposait que Schwann refuserait. Une fois l'animal presque propre, il commença à refermer doucement ses plaies


Comment a t'il pu être dans cet état? C'est... il tourna les yeux vers Schwann, oui... le chien était dans le même état que son maître... il secoua un peu la tête

Il va lui falloir du temps pour s'en remettre... son oeil gauche est bien endommagé. Je suis désolé, je crains qu'il n'ait perdu une bonne partie de ses capacités visuelles, et je ne peux vous garantir qu'il les récupérera un jour...

Il fronça les sourcils et posa une main sur son front, l'air agacé... ce chien n'était pas un chien ordinaire, mais qu'il puisse être dans cet état... il soupira et prit des bandages dans son sac, il s'occupa d'abord de la tête, puis sur les côtes, le soulevant doucement pour faire passer les bandages en dessous, puis il serra bien le tout, gardant la main posée sur le ventre qui se gonflait doucement sous une respiration maintenant plus régulière que la plupart de ses plaies étaient soignées. Il soupira

Il va se réveiller dans quelques minutes... ne vous inquiétez pas, ça devrait aller.

Il se releva, se sentant étrangement las. Se massant doucement la nuque, il se tourna vers l'impérial, puis vers la jeune femme

Je dois me rendre au château de Zaphias pour obtenir du matériel médical pour Myorzo. Je ne m'attendais pas à croiser un chien aussi... étrange. il eut alors un léger sourire triste à l'attention du capitaine Il vous est dévoué pour vous avoir ramené votre cape, Capitaine. Soignez vous bien, lorsqu'un chien est ainsi attaché à son maître, il se laisse généralement mourir si son propriétaire vient à décéder...

Il posa une main sur son coeur et les salua tous le sdeux Madame...

Et il tourna le dos pour retourner vers le château... finalement, vu les évènements, il valait mieux qu'il aille constater l'état de Taimu Shido
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
KitsuneEmpereur
Messages : 995
Date d'inscription : 09/09/2009
Age : 30
Localisation : Quelque part, c'est toujours ailleurs
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Golgotha (arc protecteur)/ Ramuh (brise-épée)
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 26 Jan 2011 - 11:12

En fait, Lilith en arrivait doucement à la conclusion que Schwann Oltorain n’était pas borné, comme on se plaisait à le croire. Non, il était bien au-delà. Lorsqu’il avait une idée en tête, il ne se contentait pas de s’y accrocher comme un chien à son os. Schwann n’incarnait pas l’abnégation, il était l’abnégation. Et de ce fait, il ne semblait décidément pas accorder la moindre importance à lui-même. Et mettait un point d’honneur à faire valoir son point de vue. Et Lilith se demandait si un homme qui ne vivait que pour aller de bataille en bataille, sans considération pour ses propres limites, vivait vraiment. Elle se demanda en quoi pouvait constituer le quotidien du chevalier, lorsqu’il n’était pas en mission, en train de s’entraîner ou d’administrer sa brigade. Il ne donnait pas l’impression d’avoir un hobby simple comme le jardinage ou le macramé, pas plus qu’il n’avait l’air de celui qui avait une vie sociale bien remplie. Autant d’éléments qui faisaient de lui le chevalier avant d’être Schwann. La fonction plutôt que l’être.

En Lilith, cela éveilla un écho désagréable qu’elle avait cru réduit au silence depuis longtemps. Mais elle comprenait maintenant qu’il était toujours resté un murmure, souvenir permanent des craintes qu’elle avait souhaité laisser derrière elle longtemps, bien longtemps auparavant. Avec la vie qu’elle menait alors, et dans laquelle elle ne voulait plus se replonger. Et puis voilà qu’elle croisait le chemin de Schwann Oltorain, qui représentait quelque chose qui la bouleversait comme peu avaient réussi à le faire. Et elle n’était pas sure d’avoir besoin de cela. En fait, elle ne voulait pas de cela. Et soudain, l’attitude de ce chevalier, qui la fascinait il y a encore quelques instants, l’agaça profondément. Elle ne voulait plus comprendre ce qui faisait de lui une telle personne, pas tout de suite ; sur le moment, elle avait surtout très envie de lui faire ravaler ses paroles. Elle termina d’essuyer son visage d’un geste rageur, avant de jeter en boule le mouchoir souillé de sang sur le pavé. Puis elle se redressa vivement, les poing sur les hanches, lançant un regard noir au blessé :

« Ce qu’à faire une femme ou non n’est nullement de votre ressort, chevalier. Aussi, je vous prierai de garder vos opinions machistes pour vous. Vous êtes toujours aussi désagréable avec les gens, ou c’est juste que vous avez les capacités sociales d’un tabouret grognon ? Alors quand quelqu’un essaie de vous donner un coup de main, vous pourriez au moins le traiter comme un être humain et non comme une sorte d’étrange créature, au moins le temps d’une minute ou deux. Ou est-ce trop vous demander de faire autre chose que de tenir une épée et de vous faire tuer au combat uniquement parce que vous êtes trop borné pour concevoir autre chose ? »

Elle fronça le nez, signe chez elle d’un profond agacement qu’elle ne comprenait pas, et continua :

« Et je décide par moi-même de ce qui est intéressant ou pas. Même si je commence effectivement à penser que vous ne méritez pas l’intérêt qu’on aurait le malheur de vous portez. Surtout étalé dans une flaque d’eau croupie, résigné à vous vider de votre sang uniquement parce que vous êtes tout bonnement incapable de concevoir autre chose. Alors… »

Elle allait continuer, quand la scène prit un tournant des plus inattendus. Un chien fit irruption dans la ruelle, trainant un manteau avec lui. Il semblait avoir passé par des jours difficiles, et il était en si mauvais état, blessé de toutes parts, que Lilith ne le reconnut pas tout de suite. Puis en le voyant rejoindre Schwann, elle comprit qu’il s’agissait du molosse qui accompagnait Oltorain à Zopheir et qui s’était battu aux côtés des compagnons contre les mentaïs et les hommes en armure. Elle se rappela que Rock –c’était donc son nom- avait subit de plein fouet la puissance du même mentaï qui avait vaincu Lilith. Et en le voyant ainsi avec Schwann, elle se sentit alors radoucir. La connexion entre les deux êtres, chien et humain, semblait extrêmement profonde, bien au-delà des mots. Et la jeune femme se sentit touchée par un tel spectacle.

Le chien était au moins en aussi mauvais état que son humain, et Lilith se demandait si elle pouvait y faire quelque chose quand le guérisseur krytien fit son apparition. Sans considération pour Lilith ou Schwann –l’esprit habitant le chevalier suffisant au chevalier- le krytien avait aussitôt porté son attention sur Rock. La mage curative commença à faire son effet, et le guérisseur repartit presque aussi vite qu’il était venu. Lilith avait assez d’expérience pour deviner que ce Peebles n’était vraiment pas dans les environs par hasard. A croire que malgré tout ce que pouvait persister à penser Schwann, bien des gens se souciaient de sa condition… Lilith hocha la tête pour saluer le krytien, puis s’accroupit à nouveau auprès de Schwann et de Rock. Sans même réfléchir, elle laissa sa main glisser sur le pelage du chien endormi par les soins du krytien. L’animal et elle avaient affrontés le même ennemi, et elle était intriguée par cette créature, visiblement bien plus que ce qu’elle paraissait être. Comme Schwann, pensa-t-elle.

« Alors, si vous n’avez pas d’autre commentaire stupide sur l’inutilité de votre existence, si vous me racontiez comment vous avez réussi à vous attacher les services d’un compagnon aussi loyal et particulier que Rock ? Je gage que ce n’est nullement grâce à votre délicieux caractère… »


"Le chaos l'emporte toujours sur l'ordre parce qu'il est mieux organisé." Terry Pratchett




______________________
Avatar by Cixi ^.^
Revenir en haut Aller en bas
http://plumederenard.hautetfort.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   Mer 26 Jan 2011 - 17:25

Cette femme… Elle était définitivement étrange. Déjà, elle se permettait de sermonner l'impérial alors qu'elle ne le connaissait même pas, qu'il n'y avait pas le moindre lien entre eux et que ce n'était pas ce genre de discous moralisateur qui allait faire changer littéralement le chevalier, sans compter qu'il avait déjà entendu ce genre de chose des milliers de fois auparavant, et qu'il l'entendrait encore sans doute autant de fois à l'avenir. Aussi était-elle sans doute un peu naïve pour penser qu'il aurait ainsi le déclic en attendant une inconnue lui rapporter ce genre de constat.
Mais après tout il s'en fichait un peu : elle n'était rien d'autre pour lui qu'une femme ayant participée à la même bataille que lui, et même si il était persuadé qu'aujourd'hui cette rencontre n'était pas le fruit du hasard, il n'avait aucune certitude quand au fait de la revoir un jour, alors elle pouvait bien lui dire ce qu'elle pensait de lui il s'en fichait et il n'en tiendrait même pas compte : il n'avait pas le temps de se soucier de ce genre de futilité au vue du temps qu'il lui restait à vivre. Il la laissa donc parler sans rien dire, au moins elle aurait peut-être l'impression de gagner une quelconque bataille verbale en dépit de ne pas avoir pût remporter celle de Zopheir. Lui, il avait autre chose à penser que se soucier de son état, comme trouver un moyen de battre Ségonar, car les Mentaïs avaient beaux être forts ils devaient l'être moins que le mage noir, et mettre à terre celui-ci était sans doute le meilleur moyen de mettre à un terme à cette guerre.

Mais pour l'heure il aurait simplement pût vouloir remercier le Krytien qui venait de soigner Rock. En soit, Schwann ne s'inquiétait pas vraiment de la santé de son familier étant donné qu'il avait beau être un chien, il était au moins aussi valeureux qu'un guerrier, et le simple fait qu'il est parcouru la distance Zopheir - Zaphias montrait sa ténacité. Mais le guérisseur à qui l'on avait rien demandé méritait néanmoins des remerciements, bien qu'il n'avait sans doute pas fait cela pour le chevalier… D'ailleurs, que pouvait-il bien faire en ces lieux ? La première fois qu'il l'avait rencontré c'était dans la résidence de dame Elmundïr, et le revoir ici aujourd'hui était… Impossible. Cixi avait-elle commandité à cet adapte des soins curatifs l'ordre de rester à proximité du guerrier, ou bien se trouvait-il dans la capitale impérial par simple hasard, chose quasiment impossible à cette heure de la nuit. Décidément, tout le monde semblait ne pas vouloir le laisser se vider de son sang au milieu d'une ruelle. Pourquoi se souciait-il tous de son existence alors qu'il vouait celle-ci à être condamnée ? Il y a bien longtemps qu'il était maître de ses choix, et il aurait au moins apprécié que l'on respecte les siens plutôt que de constamment essayer de le remettre sur ce que eux considéraient comme le droit chemin. Pourquoi devrait-il seulement vivre comme un humain alors qu'il allait simplement mourir d'ici quelques temps ? Pourquoi devait-il prendre le risque d'apprécier la vie alors que celle-ci allait lui être retirer trop tôt ? Et pourquoi persistait-on à s'attacher à cette vie condamnée qui allait inéluctablement disparaître sous peu ? Peuple d'idiots… Personne ne pouvait-il seulement comprendre ça ? En même temps, c'était logique étant donné que peu de gens étaient contaminés par le miasme…

Enfin, pour le coup il n'avait même pas eût le temps de se redresser pour pouvoir saluer convenablement le Krytien que celui-ci était déjà parti. Au passage, il trouvait que c'était n'importe quoi d'ordonner à un guérisseur de se trouver ici alors que le monde avait sans doute plus besoin de ce genre talent là où les séquelles de la guerre étaient visibles, et il en toucherait sans doute deux mots à la chef Krytienne lorsqu'il la reverait… bien qu'il n'avait déjà pas la certitude de pouvoir la revoir, et pas non plus celle que cela serait dans un avenir proche.

- Une simple bourse d'argent suffit pour se procurer un tel animal. Répondit-il toujours aussi froidement. Le reste, cela se fait avec le temps j'imagine… Mais je n'ai pas le privilége de l'éducation de ce chien, alors il n'y a pas grand à dire là dessus. Il releva la tête en direction de Lilith, son regard étant simplement redevenu celui de l'homme qu'il avait toujours été, c'est-à-dire sans la moindre once d'émotion. Si vous êtes intéressée sur l'éducation de ces bêtes là, pourquoi ne pas allait faire un tour du côté de l'oubliée Scizontania ? Et si vous ne connaissez pas le chemin, je pourrais toujours vous montrer comment vous y rendre, j'aurais moi-même quelques affaires à y régler d'ici peu…
Cela commençait à faire un moment qu'ils se trouvaient là, et les gardes allaient sans doute surgir d'ici quelques minutes. Mais pour l'instant il était paralysé par la présence de Rock, aussi il devait attendre qu'il se réveille pour pouvoir bouger, non pas qu'il n'avait pas la capacité de porter l'animal, mais plutôt que cela n'avait rien de discret et qu'il préférait pour l'instant éviter de le déplacer. Puis dans le pire des cas il savait qu'il ne pourrait pas rester déraisonnable indéfiniment, mais quitte à pouvoir profiter un peu de l'air libre autant que cela soit jusqu'au bout.

Une étrange douleur vînt alors frapper l'organisme du capitaine. Quelque chose d'inhabituel mais proche des effets qui lui faisait le miasme, et même les soins que lui prodiguait Loki ne semblait pas pouvoir apaiser ces maux là, sans doute car l'impérial était le seul à pouvoir les ressentir. C'était comme si l'on venait d'injecter une quantité de gaz à l'intérieur de son corps en plus de celui qu'il possédait déjà, et il fallait admettre qu'il trouvait cela des plus désagréables, bien qu'il s'efforçait de garder un visage le plus neutre possible. Et malheureusement, dans la précipitation il n'avait pas pensé à emmener l'adrénaline qu'il gardait habituellement sur lui, ce qui risquait d'être un temps soit peu problématique… Enfin, il avait enduré cela tellement longtemps qu'il pouvait bien recommencer le temps de rentrer au château.

- Enfin… J'ai l'impression que l'on ne fait que parler de moi depuis le début, et comme vous semblez persister à éluder l'unique question que je me pose à votre propos, je vais vous en poser une seconde : pourquoi portez-vous un uniforme bien trop proche de celui de l'Empire alors que vous ne semblez pas y être affiliée ?
Est-ce qu'elle répondrait ou non, ça il ne le savait pas encore, et le simple qu'il est cherché une fois de plus à en savoir d'avantage à son sujet en essayant de faire en sorte que elle en sache le moins possible à son propos risquait de l'énerver, bien qu'il avait néanmoins dit la vérité concernant Rock : il n'y avait aucune raison pour laquelle il lui était attaché si ce n'est le peu de temps qu'ils avaient passés ensemble… et par moment Schwann trouvait cette vision bien cruelle, car comme il pouvait disparaître à tout moment l'animal risquait de se retrouver seul. Bien entendu, Lina s'en occuperait étant donné qu'elle avait toujours adorée les bêtes, mais cela serait différent, et même si le capitaine savait qu'un tel chien guerrier ne se laisserait pas mourir comme le lui avait fait remarquer Wrath Peebles, son efficacité risquait de diminuer…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une nuit tâchée de sang…   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nuit tâchée de sang…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Refusé] Postulation Simag rogue elfe de la nuit
» Une nuit magique. Ou pas. [PV: Roy & Aï]
» Un Parenter Elfe de la Nuit et Troll?
» [Acceptée][Nami] [Voleur] [Niveau 35] [Nefle de la nuit]
» nuit sanglante
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Zaphias-