AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 Sur les traces du passé…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Sur les traces du passé…   Lun 26 Juil 2010 - 21:49

Alors que l'époque actuelle n'allait pas tarder à redevenir une ère bien sombre, certains endroits de cette planète étaient pour l'instant épargnés par les sombres dessins qui se préparaient.

La ville de Scizontania était assez reculée. Depuis la capitale impériale, il fallait se diriger au sud pour atteindre un plateau surélevé et ainsi se retrouver au sud des plaines de Mayoccia.
Depuis ce lieu, il fallait traverser une forêt où grouille principalement les Culbugobelins et les Sangliers Sauvages. Mais, généralement, si l'on ne dérangeait pas les monstres, ces derniers restaient relativement sages de part la rareté des hommes sur les routes de la région. D'ailleurs, les arbres étaient relativement grands et denses, ce qui prouvait une fois de plus que la région était peu visitée.

Après la forêt se trouvait une montagne où la route était encore moins praticable, mais l'affluence des monstres était déjà bien moindre en ces lieux et, une fois en haut des monts, il était facile de voir la ville au loin, ce qui signait la réussite de plusieurs jours de marches, aussi bien à pied qu'à cheval…



Ainsi marquait le périple que venait de faire le capitaine de la onzième brigade, Schwann Oltorain, ainsi que l'espion impérial à sa botte, Taimu Shido. Et tous deux se tenaient maintenant là où un jour, il y a de cela des années, les héros Flynn et Yuri avaient admiré le même spectacle.

La ville semblait en assez mauvais état, sûrement car elle n'avait pas reçu de soutien depuis longtemps, et c'était justement pour ça que le brigadier avait décidé de voir l'état de la situation, car selon lui aucune civilisation ne méritait de s'éteindre, aucun peuple de mourir, et aucune vie d'être gâchée.

- Elle est comme dans les livres d'histoire… Avait dit le bretteur au risque de surprendre Taimu, Schwann n'étant à vue d'œil pas le genre d'homme qui devait passer son temps à lire. Soit prudent. On ne sait pas comment réagiront les gens d'ici, bien que je pense que vu le peu de visite qu'ils doivent avoir, ils seront contents de notre présence.
Sur ces mots, il laissa son regard fixer encore quelques instants en direction de la ville avant de tirer sur le harnais de sa monture, le chevalier n'ayant prit qu'un simple Quietta apprivoisé pour ne pas effrayer les habitants avec son Kimera.

La monture se cabra alors pour ensuite suivre les indications que lui ordonnait le cavalier…

Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mar 27 Juil 2010 - 17:03

Debout à côté du Quietta, l'espion observait la ville depuis leurs perchoir.
Le spectacle valait le détour, mais plus que cela, c’était le fait de voir comment un lieu laisser à part avait put évoluer. En effet, les rapports entre cette ville et Zaphias avaient brutalement été interrompus laissant donc la ville au impériaux qui y étaient présent ainsi qu'au guildiens qui s'y trouvaient.

Et, de là où il se trouvait, l'espion pouvait dire que la ville ne semblait pas abandonné, après il faudrait réellement y aller pour vérifié cela.
Il préféra ne rien rajouter à ce qu'avais dis le capitaine. Après tous, lui n'avait jamais fait de recherche sur cette ville, aussi se contentait-il de ce qu'il avait sous les yeux et pour le moment la seule chose qu’il savait, c'est que la vue était agréable.

Mais bon, maintenant qu'ils avaient monté la falaise, il leur fallait la redescendre de l'autre côté, ce qui pouvait expliquer pourquoi les communications avaient été coupées. La distance n'était pas grand chose mais la difficulté du terrain jouait énormément et maintenant que la Dame de l'empire avait vu le jour, il était de bon ton de reprendre contact avec les Scizontaniens.

Bref, les deux impériaux avaient repris leurs routes et Taimu se félicitait de ne pas avoir pris de monture, il se sentait bien mieux avec seulement son sac de voyage, celui-ci contenait le nécessaire d'escalade et de quoi camper pendant plusieurs jours, et si il le fallait, l'espion pourrait toujours chasser étant donner que la forêt était pleine de gibier.



Dernière édition par Taimu le Jeu 26 Aoû 2010 - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mar 27 Juil 2010 - 22:47

Le vent d'été soufflait dans les cheveux du capitaine impérial, découvrant son visage des mèches qui avaient tendances à masquer son œil droit perdu il y a des années. C'était dans ces moments là qu'il était le plus probable d'apercevoir cette cicatrice profonde qui faisait parfois encore mal au guerrier, et le jeune espion avait là tout le loisir d'observer cette blessure physique qui faisait une bonne part du charisme de l'impérial.

Mais hormis ce genre de détail, Schwann était toujours sur le dos de son Quietta et descendait la falaise en empruntant un chemin prévu pour rejoindre la ville de Scizontania. Le bruit des sabots de l'animal frappait violemment la caillasse au sol, et lorsque le terrain laissa place à un chemin verdoyant, c'était la terre et l'herbe qui était soulevé par la monture, laissant ainsi le sillage de l'animal comme preuve du passage de l'épéiste émérite.

- Comment se passe la vie avec Eva ? Aussi surprenant que ce soit cette question, il semblait presque avoir pût déceler une pointe d'intérêt dans la voix du chevalier, mais pour affirmer une telle chose il aurait fallut avoir l'avis de la personne qui connaissait le mieux cette machine de guerre : Lina Dovermean. J'espère qu'elle n'est pas trop désagréable à vivre, que le fait qu'elle te soit imposée n'est pas un fardeau, et même si j'ai cru comprendre que de toute manière elle ne te laissait pas vraiment le choix.
Dans le fond, Schwann aurait aimé avoir quelques détails, cela car il ne connaissait pas du tout sa sœur biologique. De plus le bien être de ses troupes était pour lui une chose primordiale, et il aimait à penser qu'il pouvait avoir toute confiance et ses hommes et réciproquement, alors parler ainsi avec le jeune espion, seul à seul, était quelque chose qu'il aurait presque pût trouver agréable.

Mais petit à petit la ville se faisait de plus en plus proche, et au fur et à mesure qu'ils descendaient, la porte principale se faisait de plus en plus grande, ce qui leur laissait le loisir d'admirer l'édifice qui accueillait les visiteurs, une réplique miniaturisée de l'ancien Blastia en forme de hache à double tranchant ayant était placée au dessus en guise de décoration.
Mais de toute manière il leur fallait encore traverser le pont, et au loin il semblait que les portes avaient été fermées, et difficile de forcer le passage au vue de l'armature qu'elles possédaient.

Le capitaine laissa sa main de mana libre des rennes qu'il tenait afin de prendre un peu plus ses aises.

- Et bien, et bien. Qu'avons-nous là ? Il ne détachait pas son regard des portes en bois renforcés, attendant toujours une réponse de la part de Taimu. Il semblerait que la voie diplomatique soit de rigueur. Dit-il alors que les sabots de son Quietta venaient juste de toucher le début du pont…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Jeu 29 Juil 2010 - 15:31

Au fur et à mesure que les impériaux descendait la falaise afin de rejoindre la forêt qui la soulignait, les courant ascendant était de plus en plus fort et Taimu du faire quelque chose qu'il n'avait que très rarement fait dans sa vie.
Il sorti de son sac un long foulard et se noua les cheveux au niveau du haut de son cou, ainsi lié ses cheveux ne venait pas se loger devant son visage à cause du vent et l'espion pouvait donc reprendre son chemin tranquillement.

Le chemin était très escarpé mais pas suffisamment pour le rendre impraticable mais alors que l'espion était concentré afin de bien faire attention au endroits où il posait les pieds, Schwann lui parla d'Eva.
À l'évocation de ce nom l'espion mit le pied sur une pierre mal agencé du chemin, celle-ci glissa sous le poids de l'espion qui tomba alors dans le vide.

Grâce à ses réflexe il put rapidement saisir une prise et se tenait à la force d'une main accrocher à un rocher qui dépassait un peu plus de la falaise.
L'espion mit alors sa main libre dans son sac et en sorti un crochet qu'il planta dans la paroi tout en écoutant son capitaine parler.

La question qui tournait dans l'esprit de l'espion était e savoir si il s'agissait d'un frère inquiet pour sa soeur ou d'un capitaine inquiet pour un de ses sous-fifre, car Taimu ne formulerai pas les chose de la même façon selon le cas.

L'espion se servit du crochet comme d'un appuie et remonta aisément les quelques mètre qui le séparait du capitaine.


- Franchement capitaine, on ne peut plus appeler cela une vie et en plus je lui ai promis de prendre des vacances d'ici peu pour rester avec elle.

L'espion espérait que le capitaine ne prendrais cela mal, mais il était vrai que depuis qu'elle était arriver au manoir, les problèmes s'empilait à une vitesse proche de celle du son, entre les servantes jalouses et celles qui rêverais de prendre la place du maitre de maison pendant une nuit.
On peut dire que la résidence était devenu subitement très vivante et animée et cela ne plaisait pas forcement à Taimu qui avait rêvé d'une meilleur ambiance.

Mais pour le moment l'espion s'efforça de ce concentré sur le chemin et finalement ils atteignirent le pied de la falaise et n'eurent plus qu'a traverser la forêt afin de voir les porte de la ville.
Comme on pouvait s'en douter celle-ci étaient close.


- Et bien, et bien. Qu'avons nous là ? Demanda alors le capitaine.
Taimu du lutter pour ne pas répondre "Une porte close monsieur" car cela aurait plus été du je-m'en-foutisme que de la participation constructive.
Aussi l'espion se contenta de lever la tête pour voir jusqu'où les portes montaient.
Puis finalement il suivit son capitaine sur le pont de pierre qui enjambait la rivière.

La seule chose qu'espérait l'espion était qu'il ne s'agissait pas d'un pont-Levi.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Sam 14 Aoû 2010 - 17:02

Lorsque le jeune espion avait donné sa réponse, Schwann eût presque envie de rire. Après tout il était vrai que la belle Eva ne devait pas être le genre de personne facile à vivre à moins d'avoir des nerfs en titane, mais c'était sans nul doute un bon entrainement pour Taimu.
Restait encore à définir à quel niveau…

- Vacances accordées. Rétorqua alors le cavalier sur son habituel ton froid et vide d'émotion, sa voix convrant parfaitement le bruit des sabots de sa monture qui frappait machinalement la pierre taillées sur laquelle ils étaient contraints et forcés de marcher pour atteindre la ville de Scizontania.

Une légère brise venait frapper les deux chevaliers, traversant leurs cheveux en les faisant osciller avec disgrâce et désordre. C'était définitivement l'une des choses que le guerrier appréciait le plus, et cela pouvait se voir légèrement sur son visage, sur cet air un peu triste et mélancolique. Ajoutait à cela le clapotis de l'eau en contrebas et vous obtenez quelque chose de réellement apaisant aux yeux du guerrier, sans compter le décor au loin et la tranquillité de la région.

Mais le silence fut rompu lorsque le capitaine tapota l'encolure de sa monture blanche au casque doré : ils étaient juste devant l'édifice qui accueillait les voyageurs.

- J'aurais dû m'annoncer… Soupira le guerrier en ramenant l'une de ses jambes du côté de sa semblable pour ensuite se laisser tomber de l'étrier du Quietta. On va improviser.
Schwann tapota de nouveau sa monture comme pour la remercier de l'avoir porté durant tout ce voyage puis il s'approcha de la porte principale, faisant signe à Taimu d'un bref geste de main dans sa direction de rester sur ses gardes, juste au cas où…

Le bruit des pas du brigadier était caractéristique : un bruit sourd de métal qui vient frapper à répétition et à allure régulière le sol en pierre. Et au fur à mesure que ses pas résonnait dans la vallée, le chevalier s'approchait de la porte jusqu'à se retrouver juste devant, sa main organique se levant pour frapper de trois coups secs qui firent vibrer le bois ancien.

Mais rien. Pas la moindre autre réponse que le bruit du vent et le torrent de l'eau en dessous du pont, ce sui fit soupirer Schwann.

- Ça aurait été trop facile… Il se frappa une fois le front avant de tourner le haut de son corps en direction de Taimu. On peux toujours essayer la seconde entrée.
Le capitaine termina son demi-tour avant de s'avancer d'un pas en direction de son subordonné… quand la porte gronda avant qu'un bruit de chaîne retentisse, l'entrée de dégageant lentement du bois qui empêchait les voyageurs de passer.

L'impérial secoua la tête avant de se retourner de nouveau. Lorsque la porte fut ouverte d'environ un mètre, quatre chevaliers vêtus d'une armure inconnue se glissèrent sur le pont, l'arme à la main. Leur casque comportait une fente totalement différente de celle des chevaliers de l'Empire, cela un peu comme un « Y » stylisé. Leurs plaques d'armures étaient dans un alliage classique et semblaient mieux protéger le combattant au détriment d'une vitesse sans nul doute diminuée. Et par dessus cette armure, les chevaliers portaient une toge ornées de motifs jusque là jamais vus encore.

Pour ce qui était de leurs épées, la poignée était longue ce qui en faisait des armes à deux mains. Après la garde, la base était courte mais s'élargissait jusqu'à atteindre une largeur importante. Là encore elles possédaient quelques motifs jusque là jamais vus de l'œil du brigadier, le tout dans une teinte très foncée en faisant abstraction du tranchant de la lame.

Mais les soldats non-identifiés qui rappelaient pourtant vaguement quelque chose au bretteur encerclèrent le capitaine, qui d'un geste vif de sa main de mana fit signe à Taimu de ne pas bouger, ne sachant pas si il venait ou non de dégainer ses armes.

- Et bien… Si je m'attendais à ça… Murmura presque le guerrier alors que sa main de chair glissait lentement vers le pommeau de sa seconde épée.
- Identifiez-vous ! Ordonna l'un des gardes d'une voix étouffée par son casque.
- Amusant. Lâcha Schwann d'un ton neutre, celui qu'il employait toujours lorsqu'il était au front.
- Deuxième avertissement : qui êtes-vous ?! Hurla le même garde en resserrant son emprise sur le manche de son arme, ce qui signifiait qu'il s'agissait là aussi de la dernière sommation.
Mais le dirigeant de la onzième brigade n'appréciait pas vraiment le ton que ce simple soldat employait, alors cette fois-ci son membre immatériel saisit la Sombrelame et la dégaine d'un coup sec alors que sa main de chair empoigna avec ferveur Balmung, sa seconde épée, et la retira elle aussi de son fourreau, les deux lames pendant autour du chevaliers alors que ceux qui le menaçait venaient de reculer d'un pas.

- Est-ce une façon de s'adresser à un capitaine impérial ?!
Mais c'était trop tard, l'un des gardes venait de sauter en direction du brigadier, sauf qu'il fut accueillit par une lame pour parer la sienne et un coup de talon dans l'estomac pour le repousser, lui secouant ainsi les entrailles dans une douleur sûrement atroce.
- Il suffit ! Une voix plutôt féminine étouffée par une couche de métal venant de derrière les deux impériaux, par le même chemin qu'ils avaient empruntés pour venir à Scizontania.

Les chevaliers à l'armure étrange se stoppèrent alors, deux de mettant au garde-à-vous alors que le troisième aidé son collègue à de relever.

Schwann se retourna donc pour y voir une armure assez imposante marcher dans leurs directions…



Cette armure était indescriptible autrement que par le sifflement que lâcha le bretteur. Jamais encore il n'avait vu une armure égaler celle que pouvait créer Minos, alors il était légèrement surpris sans pour autant rester ébahit plus d'une seconde, chassant déjà cette émotion dont l'existence pouvait être remise en cause vu le peu de temps qu'elle avait durée.
- Excusez mes hommes capitaine. Ils sont un peu sur les nerfs ces temps-ci avec les monstres et brigands qui s'en prennent à la ville. La femme en armure continuait de se rapprocher, sa faux suivant les mouvements de son corps comme si elle ne faisait qu'une avec sa propriétaire.

Elle arriva alors juste devant Schwann. Avec cette armure elle faisait la taille du chevalier.

- Séléne Wolgrey, deuxième général des chevaliers de l'Oracle.
Le guerrier était un peu perplexe. Il n'avait jamais entendu parler de l'Oracle, et encore moins de cette combattante. Peut-être n'était-ce même pas son véritable nom, mais la politesse était de se présenter aussi.
- Schwann Oltorain, capitaine de la onzième brigade des chevaliers impériaux.
Il y a par la suite un lourd silence pesant, chacun des hauts gradés se faisant face, même si le borgne ne pouvait pas voir au travers du casque de cette femme. C'était comme si ils se défiaient, cherchant à analyser l'autre, la moindre défaillance, faiblesse. Mais rien, et au bout d'un moment ils rengainèrent tous les deux leurs armes.
- En quoi puis-je vous être utile ? Demanda Séléne en regardant Schwann puis Taimu, attendant que l'espion se présente à son tour et pose éventuellement des questions…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mar 17 Aoû 2010 - 16:48

Citation :
P.N.J. Loki

Le loup noir avait fini par revenir vers le chevalier. Il avait toujours tendance à disparaître lorsque Schwann se trouvait en compagnie féminine. Il fallait se rendre à l'évidence, l'esprit de ténèbres n'aimait pas les femmes, surtout la tête blanche qui changeait légèrement la personnalité du capitaine impérial.

C'est sous l'apparence d'un loup noir, assez fréquent dans la région, qu'il avait suivi le duo Schwann / Taimu. Lorsque les gardes commencèrent à attaquer le capitaine, il ne tressaillit pas, mais s'approcha malgré tout, changeant d'apparence pour devenir un bon gros chien noir et avancer doucement pour faire face à l'étrange femme

Décidément, où que tu ailles, y'a toujours des femmes sur ton chemin à toi!

Il tourna sa grosse tête noire vers l'espion, il cherchait surtout Aska...

Salut boule de poils...

Le gros chien montra les crocs à l'attention de l'esprit amusé de la situation, puis se tourna de nouveau vers le groupe de chevaliers de l'Oracle. Ce nom lui disait quelque chose, mais il ne se souvenait plus quoi... il avait bien du lire quelque chose là dessus, mais quoi...

Il tourna de nouveau la tête vers Schwann

Vous avez l'intention de camper là? Ca vous dit pas d'entrer pour expliquer la raison de votre venue?

Le message fut transmis à Aska également, pour le cas où l'espion lancerait cette idée à son supérieur si celui-ci décidait de rester muet comme une tombe, telle son habitude première...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mer 18 Aoû 2010 - 12:36

Loki revenait toujours au moment où le capitaine s'y attendait le moins, sans doute à cause du caractère bien lunatique de la bête. Mais pour l'heure le chevalier ne releva même pas : il n'était pas un moulin où l'Esprit pouvait entrer et sortir quand bon lui semblait, et comme le bretteur avait tendance à être du genre renfermé, cela ne devrait même pas surprendre le loup spirituel que le guerrier lui accorde si peu d'attention.

Derrière son casque, Séléne regardait le loup noir avec dégoût, comme si elle avait perçu quelque chose de différent d'un simple chien en lui, peut-être à cause de sa taille trop imposante, ou alors car il était d'une apparence peu commune, voir encore parce qu'il dégageait quelque chose d'inhabituel. Ce qui était certain, c'était qu'elle avait remarqué qu'il était un Esprit, mais ne le signala pas pour autant.

- Messieurs les chevaliers, il serait préférable de rentrer. La région est peu sûre, et quand bien même nous pourrions survivre, je préfère éviter les pertes inutiles. Elle passa donc à côté du capitaine et de son subordonné pour ensuite lever la main devant ses hommes qui déjà rentraient à l'intérieur de la ville oubliée. Elle se retourna ensuite vers les visiteurs et leur laissa le passage.

Schwann regarda un instant encore la femme en armure. Ne pas voir son visage était presque troublant, mais cela serait sûrement passé pour une demande irrespectueuse de lui demander d'hôter son heaume : elle avait sans doute ses raisons de ne pas l'avoir fait.
Le bretteur rengaina donc ses armes en bandouillère dans son dos avant de s'avancer lentement sur le chemin indiqué, Taimu faisant de même car il n'avait pas vraiment le choix.

A l'intérieur, la première chose que l'on apercevait était une grande allée partant de la porte principale jusqu'au centre de la ville, là où se trouvait la tour qui soutenait l'ancien Blastia en forme de hache. Il n'était pas difficile de deviner que lors des jours de marché, l'affluence devait être importante à cette place de la ville. Mais à ce moment là une question traversa l'esprit du chevalier : comment une ville oubliée de l'Empire, les Guildes et sans aucun doute des Krytiens pouvait-elle avoir prospérée jusque là ? En particulier si les monstres étaient du genre agressif sur les remparts de la ville. Alors Schwann s'adressa à Séléne afin de vérifier si elle était bien pour quelque chose dans cette histoire.

- Depuis quand êtes-vous ici ?
En plein milieu de la grande place, Séléne s'arrêta subittement, comme si cette question était justement celle qu'il ne fallait pas poser. Elle se retourna lentement vers le chevalier avant de lâcher un soupir de derrière son casque.
- Cinq ans.
Le brigadier était légérement surpris, mais dans le fond cela expliquait bien des choses. Cette ville aurait dû être détruite il y a bien longtemps, mais grâce aux chevaliers de l'Oracle, il semblerait que cette ville est pût perdurer.

Séléne se retourna de nouveau pour se remettre à marcher en direction du Blastia. Schwann, lui, ne tarda pas à l'interroger sur l'ordre auquel elle appartenait.

- Que pouvez-vous nous dire sur l'Oracle ? Le timbre de voix du guerrier était toujours aussi neutre, froid et impassible, mais cela ne semblait pas déranger la guerrière qui cette fois-ci continua de marcher.
- L'Oracle a été fondé par Haruka Stranglass il y a de cela une quinzaine d'années. Le capitaine impérial écarquilla légèrement son unique oeil, mais il fallait bien le connaître pour se rendre compte qu'il était surprit. Le nom « Stranglass » ne lui était pas inconnu : en effet, il s'agissait là du même que celui de sa première épouse, Juri. Mais peut-être n'était-ce qu'une coïncidence et qu'ils n'avaient aucuns rapports ? Il laissa donc Séléne poursuivre. Au début de la création de notre ordre, nous ne faisions qu'accomplir de petites missions sans grande importance, apportant quelques soutiens aux villes isolées comme celle-ci. Puis au fur et à mesure ces même villes voyaient en nous un profond respect, et certains des habitants abandonnés leurs travail pour nous rejoindre, renforçant ainsi nos rangs.
Ils arrivèrent enfin devant la tour au milieu de la ville. La générale divine fît signe à ses hommes de retourner à leurs postes avant de regarder autour d'elle.
Certains habitants avaient sortis la tête de leurs fenêtres afin de regarder ce que faisaient deux chevaliers impériaux dans cette ville oubliée. Schwann remarqua aussi les citoyens mais ne releva pas, laissant encore une fois Séléne poursuivre son récit.

- Mais nous avons continuer d'agir sans faire parler vraiment de nous dans les grandes villes, car nous ne faisons pas cela pour la gloire.
- Et pour quoi agissez-vous ? Demanda directement le chevalier sans laisser un quelconque silence s'installer.
- Je ne suis pas habilitée à répondre correctement à cette question. Du moins, pas si tôt… Je pourrais juste vous dire que nous agissons là où l'Empire n'est pas.
Schwann se contenta de cette réponse. En soit c'était assez mystérieux et cela cachait sans doute quelque chose, mais il ne préférait pas se mettre l'Oracle à dos dès le premier contact.

Mais cette fois-ci ce fût la faucheuse qui s'adressa à l'impérial.

- Et puis-je vous demander la raison de votre venue ici ?
- J'ai eût des échos comme quoi des chiens guerriers étaient dressés dans cette ville. J'aurais aimé savoir si il était possible que certains d'entre eux puisse rejoindre les rangs de ma brigade.
Sans donner de réponse pour le moment, Séléne se contenta de faire signe à un soldat de garde de les rejoindre, ce dernier se hâtant afin de ne pas faire attendre les impériaux.
- Ce soldat vous guidera à l'enclos des chiens.
Schwann fît signe à Taimu de suivre le chevalier pendant que lui continuait de parlementer avec la générale. Il faisait toute confiance à l'espion, et ce dernier n'aurait qu'un rapport à lui fournir sur les bêtes qu'il verrait…

____________________

Défi Rôle Play : L'ami des bêtes ( Taimu uniquement ).
Rencontre des chiens guerriers et décris leurs caractère, leurs comportements, leurs aptitudes, leurs apparences ( Tu peux fournir des images si tu veux )… etc. Une fois cela fait, retourne faire ton rapport à Schwann.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Jeu 19 Aoû 2010 - 14:40

Deux poids, deux mesures, c'est comme cela que l'on pouvait caractérisé le caractère du capitaine de la onzième brigade, du moins c'est la réflexion que c'était faites l'espion à son service lorsque son supérieur avait trouver intéligent de provoquer les portiers.

Et pendant que le capitaine échangeait quelques passes avec le portier, Taimu lui se demandait ce qu'il pourrait faire des vacances que lui avait accordé le capitaine, parce qu'en réalité il comptait beaucoup sur le fait que celle-ci lui soit refusé afin de déserter sa propre maison.

Non pas qu'il détestait la soeur du capitaine, mais le fait qu'elle est autant de prise sur lui, lui faisait vraiment peur de plus il semblait que le capitaine mettait tous en oeuvre pour que l'espion passe du temps avec sa soeur, peut être comptait il sur lui pour lui fourir des renseignement sur le passé d'Eva.

En tous cas ce fut une voix de femme qui le tira de sa réflexion, c'était elle qui avait mis fin à l'échange des deux bretteurs et il fallait avouerque c'était là une sage décision si elle voulait garder ses hommes en vie.
L'espion vint alors se placer près de son capitaine mais resta silencieux, aller savoir pourquoi bien que les espion soit former pour tous ce qui est diplomatie et autre broutille telle que la cartographie et stratégie de bataille à grande échelle, la plupart du temps on leur demande de la fermer de laisser le plus haut grader parler.

Au moins cela évite les problème en cas d'échec, du moins c'est de cette manière de Taimu le prenait pour ne pas se sentir vexer lors de ses début et aujourd'hui il trouvait que ce n'était pas plus mal, après tous on pouvait apprendre beaucoup de chose lorsque tous le monde oublie votre existence.

Dans l'esprit de l'espion quelque chose attira son attention et Aska qui somnolait se réveillat pour le prevenir de l'arrivé soudaine de Loki.
Et lorsque l'espion vut alors le gros chien passer à côté de lui avant de s'arrêter pour lui grogner dessus il comprit alors qu'il s'agissait de l'esprit, après tous il était toujours là quand on découvrait quelque chose, pourquoi cela changerait ?

En tous cas il fut de bon conseil, entrer en ville, voila qui était une riche idée, l'espion n'était pas spécialement à l'aise de rester ainsi immobile en terre inconnue.
Le groupe constitué de guerriers en tous genre pénétra donc en ville en passant par la "petite" porte, et l'espion eut alors le loisir d'admirer le décors et surtout les habitations.

En cent ans, la ville ne semblait pas avoir changée, en tous cas pas l'architecture, d'un côté vivre plus d'un siècle sans contacts extérieur ne devait pas aider à trouver les matériaux, car si le bois était abondant dans cette régions il n'en est pas de même pour les pierres ou autre.

Il y avait quelques autochtone qui observait leur arrivé par leur fenêtres, peut être que certain étaient content de voir des nouveau venue alors que certain devaient plus être prudent, d'ailleurs le chevalié qui fut désigner pour l'accompagné ne semblait pas vouloir lui tourner le dos et restait visisblement sur ses gardes.

Taimu lui accorda un sourire avant de se maintenir à côté de lui afin de marcher àson rythme, montrant qu'il ne voulait pas passer dans son dos.
Ils traversèrent donc plusieur rue avant de déboucher sur un grand boulevard puis il lui fit traversé une petite propriété en lui expliquant qu'il s'agissait du lieu où les chiens était élévé puis éduqué.

Là il laissa l'espion au soin de deux éleveur et guerriers qui l'amenèrent près d'une sorte d'enclot fait de planche de bois, à l'intérieur de celui-ci deux chiens, l'un blanc et l'autre noir, s'affrontaient.
Il s'agissait donc d'une arène où les chiens s'entrainaient, et les deux combattant du moment faisait preuve d'endurance et de dextérité, mais l'espion devait voir de quoi ils étaient capable face à des humains.

Il s'approcha donc de l'un des éleveurs et lui expliqua que son capitaine avait l'intention dans récupérer pour leur brigades aussi il voulait voir leurs meilleurs chiens.
Le guerrier hocha doucement la tête puis siffla à plein poumons pour annoncer la fin de l'entrainement.


- Téquila ! Koromaru!, c'est bien mes braves, aller vous reposser pour le moment.

Les deux chien tournèrent la tête puis bondirent hors de l'enclot puis s'installèrent un peu plus loin de l'enclot, ils se laichaient mutellement leurs blessures afin d'aider de se soigner, là encore les éléveur avait fait preuve de génie pour avoir fait de ces bête, de véritable guerriers.

L'autre éleveur était déjà parti et lorsqu'il revint il était en compagnie de quatre gros chien, le premier était clairement dôté du physique de l'emploit, gros, noir, dôté d'une puissante musculature qui se mouvait sous sa peau à chaque mouvement exécuté par celui-ci.
Il avait une lueur d'intelligence dans le regard et surtout les croc d'un tueur et d'après le jeune homme qui les avait ammené il répondait au nom de Rock.

Une petite femme rondelette fit alors son apparition, elle sortait de ce que l'on pouvait appeler des etable pour chien avait un petit chiot dans les bras, apparemment voir un inconnu semblait être le passe temps à la mode car tous le monde le regardait comme si il était une bête de foire.
En tous cas personne ne lui faisait de remarque où ne semblait hostile à l'idée de marchander avec lui.

Et c'est la petite dame qui poursuivit la présentation des chiens, le second chien était un peu plus mince que le précédent mais semblait tailler pour la vitesse, il répondait au nom de Betty et l'espion en conclu qu'il s'agissait d'une femelle.

Les présentation faites les deux autres chien allèrent rejoindre ceux qui s'affrontaient un peu plus tôt tandis que ceux qu'on lui avait présenté venait d'entrer dans l'enclot, ils furent très vite rejoind par l'espion qui avait laisse ses armes dans son sac pour être sur de na pas les dégainer quoi qu'il arrive.


- Ne vous fiez pas à ce que vous avez vu un peu plus tôt, ces deux chiens sont d'un niveau complètement différent et pourraient même vous surprendre. L'espion regarda alors l'éleveur puis lui sourit légèrement.

Si on lui avait qu'un jour on le remplacerai par un vulgaire chien Taimu l'aurai certainement pris pour une farce mais là il commençait à se demander si ce n'était pas ce que le capitaine avait en tête.

Le jeune dogfrenier siffla, annonçant le début du combat, la chienne bondit alors sur l'espion qui eut juste le temps d'esquiver l'attaque en se baissant, mais il se retrouva alors face à la gueule de Rock qui l'aurai certainement broyé si l'espion ne lui avait pas décocher un coup de coude sur le haut du crâne lorsqu'il avait comprit la tactique employé par les deux chiens.

effectivement leurs niveau était bien différent, en plus d'être fort individuellement ils savaient comment combler les faiblesses de chacun et cela faisait leur force, bien l'espion les aurait certainement battut si il avait eut ses armes mais pour le moment il parvenait tout juste à les empêcher de le bouffer.
Après cinq minute de combat acharné, un nouveau sifflement traversa l'air et les deux chiens se calmèrent tellement vite que l'on aurait pas put croire que quelques secondes plus tôt ils étaient en plein combat.

L'espion Bondit hors de l'enclot puis se tourna vers les trois éleveur.


- C'est juste incroyable, il sont surement plus fort que la plupart des guerriers que je connais.
La remarque ne semblait pas émouvoirent les trois chevaliers, ils semblaient même trouver cela normal.
En tous cas j'ai vu ce que je voulais voir, merci pour le temps que vous m'avez accordé.

Sur ces mots l'impérial s'inclina légèrement puis pris la direction de la sortie où le soldat qui l'avait accompagné attendait, en le voyant celui-ci se redressa vivement de façon à se donner une certaine contenance mais cela n'impresionnait guère le jeune espion qui lui demandat de l'amener à son supérieur.

Le jeune soldat l'emmena donc à travers la ville tendis que sur le passage de Taimu fenêtre et porte s'entrebaillait pour laisser parfois voir oeil ou même moitié de visage, les paysans étaient donc devenu craintif avec la captivité et le temps, mais déjà ce qui pouvait ressembler à un quartier générale de l'armé se venait de faire son apparition alors qu'ils venait de tourner au coin d'une rue.
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Jeu 19 Aoû 2010 - 23:05

Citation :
P.N.J. Loki

Loki était d'avantage intrigué par ces fameux chiens guerriers que par la discussion entre Schwann et la femme. Il suivit donc l'espion. Il se rendait bien compte qu'il était démasqué par la femme chevalier, et il fut relativement agacé qu'elle ne lui ait pas montré un minimum de respect du à son rang d'esprit. Il gardait cependant cette apparence pour les quelques civils qui les regardaient, Taimu et lui comme des phénomènes de foire. Ils semblaient cependant être habitués aux chiens "étranges", ce qui fait que l'espion était probablement plus une source d'attention que lui.

Lorsqu'il remarqua le gros molosse du nom de "Rock", il fut rassuré de voir que finalement, il n'était pas "le plus gros chien" du coin, se disant qu'ainsi, il paraissait plus crédible. Son égo l'avait toujours poussé à être un animal de bonne taille lorsqu'il prenait cette apparence, il s'était toujours demandé s'il n'était pas trop gros... désormais, il était "rassuré", si le fait d'inquiéter les humains étaient un temps soit peu sa préoccupation.

Il avait observé du coin de l'oeil le combat de Taimu avec les deux chiens, tout en observant le blanc et le noir. Il avait entendu parler de ces chiens et de cette ville, bien avant l'époque Brave Vesperia. Le légendaire Repede, compagnon de Yuri Lowell serait né ici d'après les écrits. Il s'approcha un peu, mais les chiens noir et blanc semblèrent le craindre, il dut réduire son aura pour qu'ils se calment. Puis il retourna vers Schwann, devançant Taimu pour se placer à ses côtés

Il est pas mal ce gosse... dommage qu'il ait le piaf avec lui...

Puis il leva la tête pour regarder tout autour, se demandant bien combien de temps ils allaient passer là...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
ValerianMessages : 162
Date d'inscription : 18/08/2010
Age : 27
Localisation : Dans Terca Lumireis
avatar

Personnage
Elément: Neutre
Arme: Aphansa
Classe: Mage
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Lun 23 Aoû 2010 - 9:11

- Une effervescence a envahit la population. La cérémonie qui commémore la fondation de la ville a lieu ce soir.
- Mais elle t'a aussi conquise, me dit-elle de son sourire angélique.
- Tu as raison mais ce n'est pas seulement parce que la fête sera exceptionnelle.
- Tu me caches quelque chose, toi...
Me questionnant d'un œil taquin, elle posa son index sur mes lèvres avant de m'embrasser avec toute la fougue que nous permettait notre paquetage.


* *


- Hum, hum...
Qu'est ce qui me lèche le visage?

Ouvrant les yeux, je vis l'air de chien battu de Kashka.
Nous manquons de sommeil tous les deux mais je dois économiser les fioles sacrées jusqu'au moment où il sera possible d'en refaire. Il me manque encore trop d'ingrédients.
Prenant en une dans mon sac, j'en contais le nombre.

- Il ne nous en reste que trois, mon ami.
J'en utilisais une tandis qu'un feulement sortit de lui.
- Moins une, dis-je tout en ponctuant ma phrase d'un rire sardonique.
- Waouf!
- Oui, je sais. On va pas avoir le choix. Va falloir aller dans une ville.
- Grrr!! Grrr!!
Je plaquai mes mains sur mon estomac tandis qu'Kashka se plaquait au sol pour m'imiter.
- Et pour manger aussi!
Partant d'un petit rire sarcastique, je levais alors la tête et vit son étoile.
- Arya, mon amour...
Avant que les larmes ne commences à couler aux souvenirs de ce rêve, de cet époque, je secouai la tête et me tourna vers Kashka.
- Aller, rendormons-nous pour le moment. Je suis trop épuisé pour marcher, et toi aussi. Et surtout, il fait encore nuit.
Me replaçant dans ma couche, j'attendis qu'il se couche à mon côté avant de sombrer à nouveau dans le sommeil.


* *


Je me tenais devant les flammes qui ravageait notre maison. Je restai hypnotisé par ces flammes qui m'enlevait ma bien-aimée. Les habitants des alentours étaient venus voir ce qu'ils se passaient avant de s'affairer avec le reste de la population pour tenter d'endiguer la progression du feu vers le reste de la ville.
Je me laissais porter à nouveau par cette langueur. Des chevaliers me portaient à nouveau à l'écart de cette vision d'horreur. À mon réveil, mon père me parla mais je m'étais fermer au monde extérieur.
Je me retrouvais entrain de fuir, de passer devant ma famille jusqu'à décider d'aller chez eux.

Trop de souffrance m'amenèrent à un choix souhaitable à personne. Je pris mon épée, de quoi entretenir cette dernière, le sac de potions et autres de ma mère, et parti à toute allure dans les bois.
Je m'arrêtai devant le chêne de mon enfance, le chêne où je l'avais rencontré.
Arya, mon amour... sans toi... je ne suis rien...
Je fuyais en direction de la forêt pour errer...



Cette fois ce fut le rougeoiement du soleil sur mes paupières qui me réveilla.
Me relevant à demi, je pus constater qu'il était proche de dix heures du matin. Kashka bougea alors avant de partir dans un long bâillement à s'en décrocher la mâchoire. Cela me fis sourire, depuis si longtemps...
Nous levant tous deux, nous préparâmes nos affaires, lui me rassemblant mes affaires et moi l'aidant à mettre sa protection avant qu'il ne prenne son couteau dans sa gueule. Fixant mon épée dans le dos et attrapant mon sac au passage, nous prîmes le chemin que nous avions trouvé hier soir et que nous nous étions résolus à prendre.

Au bout d'une heure, l'endroit me parut familier mais je chassais cette idée en regardant mon chien. Il trottinait à mon côté. L'air serein.
Ça devrait être une journée sans attaque aujourd'hui. On devrait tenir encore une demi-journée avec l'arte que j'ai lancé sur les potions.
D'un coup, je me rendis compte que Kashka m'avait faussé compagnie. Il était couché à l'ombre d'un arbre le regardant avec insistance. M'en approchant, je compris pourquoi. Il s'agissait du notre, celui où elle et moi nous venions en cachette, celui où pour la première fois je l'avais vu.

Cette fois-ci, je ne pus retenir le flot de larmes. Je tombais à genou, les mains à plat sur le sol.

- Arya... Arya... tu me manques tellement, soufflais-je.
Kashka s'approcha de moi et renifla avant de placer son museau sous mon bras et de tenter de me réconforter, car nous partagions les mêmes sentiments; lui aussi avait perdu sa maîtresse, elle qui l'avait élevé comme son enfant depuis sa naissance. Sans lui, je ne serais pas là aujourd'hui.
Me relevant brusquement, je me rendis compte de ce que cela signifiait. Nous n'étions qu'à cinq minutes de la maison de mes parents.

Quelque chose en moi m'incitait à prendre cette direction, comme si cela était vital pour moi et nous le ressentions tous deux. Nous étions tendus dans cette direction.
Partant d'un pas rapide avant de courir dès la seconde suivante, nous ne tardâmes pas à voir la maison de mon enfance. Le potager était toujours aussi florissant, foisonnant de légumes et de plantes médicinales et autres.
Me dirigeant vers la porte, je me rendis compte avant d'y être et de l'avoir ouvert, que mes parents n'étaient pas là, non plus que ma sœur. Je repensais à mon départ, j'avais du leur faire de la peine. Tournant les talons, je me dirigeais vers la ville. Scizontanya, la ville que je détestais tant il y a encore quelques heures à peine. J'avais besoin de revoir mes parents, de sentir leur présence à mon côté.

Arrivant devant le pont levis, je m'arrêtai pour examiner cette ville fortifiée. De nombreuses batailles avaient eu lieu en mon absence et je ressentis de la culpabilité de les avoir laissé combattre seul même s’ils s'en sont très bien sortit.
Je prenais alors par précaution le couteau de Kashka et le mit dans son fourreau sous sa couverture de voyage. Je plaçais ma cape de même sur mon épée.

- Essayons d'être discret dans l'immédiat, soufflais-je à Kashka.

Je repris ma marche vers la grande porte, garder par deux jeunes chevaliers dont je ne connaissais pas l'identité.

- Halte! Qui êtes-vous? me dit un chevalier du haut d'une des tours.
Je sens les ennuis venir. Il faut que je reste diplomate mais j'ai bien envie de leur faire une petite blague. Si tout ce passe comme prévu, je n’aurai pas à demander le chemin.

- Je ne suis qu'un noble voyageur. Je manque de nourriture et mon chien et moi souhaiterions faire une étape dans votre ville pour nous y ravitailler. Nous permettez-vous d'entrer, nobles chevaliers?

Ils étaient tombés dans le piège, un peu de flatterie et ils s'engorgent comme des jeunes recrues.
Que leur avons donc appris?

Vous pouvez entrer noble voyageur, me lança celui de gauche.
- Mais pas de bêtise. Nous n'aimons pas les ennuies ici. finis cependant celui se tenant au pied de la porte et qui avait l'air un peu plus expérimenté ou plus sérieux.
Le pont-levis s'ouvrit devant moi et je commençais à tomber dans la nostalgie.
Et voilà le travail. Une petite menace pour faire peur au voyageur qui font un peut trop de zèle.

Je commençais à fouler les pavés de la ville lorsque celui de droite remarqua mon épée cacher sous ma cape à la suite d'une petite brise ravageuse. Il m'attrapa le bras au moment ou un autre garde, ayant compris ce qui se passait ou faisait semblant, pointait sa lance sur moi.

- Que faîtes-vous avec cette arme, noble voyageur. reprit-il tout en insistant sur ces derniers mots.
Changeons de stratégie...

- Messire, il me faut bien une arme pour me défendre et traverser cette forêt infester de monstres.

- Hum. Suivez-moi. Mon chef décidera de votre sort, je n'en ais pas l'habilité.
Vous,
dit-il tout en désignant les gardes de la relève entrain de jouer aux cartes.
 une bataille me semble t-il. Se doit être l'heure de pose. Il est donc plus tard que ce que je pensais.

Remplacez nous pendant que nous allons voir le commandant.
Oui, chef!
Au pas de course, ils allèrent à leur poste.
Et bas, un jeune qui à autant de respect, y a de nouvelle bonne recrue ici.
Un petit rire m'échappa.

- Tu ne vas pas rire très longtemps mon cher.
S'il savait que je connais surement son commandant. Je lâchai un soupir d'exaspération.
Je serais un ennemi et qu'une attaque se préparait, la ville serait déjà assiégée.

Nous avançâmes tranquillement vers le bureau du secteur. Il m'ouvrit la porte me faisant passer en premier suivit par Kashka, toujours pas surveiller.

- Pourquoi êtes-vous là, il me semblait vous avoir confié la garde de l'entrée principale.
- C'est exact commandant mais ce voyageur à voulu entrer. Et je me suis rendu compte qu'il portait une épée que voici. dit-il tout fier de lui.
Mon ancien chef, qui avait apparemment reçu une promotion, prit mon épée et se leva brusquement.
- Ton nom voyageur, quel est-il?
- Valerian Ashtara, mon chef.
Les nouvelles recrues parurent surprise que nous nous connaissions et surtout ils se rendaient compte au regard du chef, qu'aucun d'entre eux n'avaient penser à me demander mon nom, même si j'aurais pus ne pas le leur dire.
- Valerian! C'est bien toi!
Il me sauta littéralement dessus.
Comment vas-tu? Je ne te reconnais pas. Et Kashka, on se demandait où il avait bien pu passer même si je me doutais qu'il te suivrait. Vous êtes inséparables.
- Waaaaaooooooouuuuuuuuuffffffffff!!!!!!!!
Kashka approuva ses dires à l'aide d'un long hululement que nous trois connaissions bien. Le sourire me vint aux lèvres tandis qu'Armas caressa la crinière du chien de combat.
- Oui, oui tu m'as manqué aussi.

Se tournant vers moi, il continua.
Ca fait déjà plus de 20 mois que tu as disparu. Tes parents s'étaient inquiétés mais ils ne voulaient pas intercéder dans ton choix.
Ma culpabilité réapparu et je me promis de passer les voir.
Ta sœur par contre, elle s'est juré de te retrouver et est rentrée dans l'ordre pour venir te chercher dès qu'elle serait assez forte.
Il vit se peindre la peine et l'inquiétude sur mon visage.
Ne t'inquiète pas, elle ne risque rien. Ton ancien maître s'en est occupé avant qu'on ne se rende compte qu'elle était mieux pour lancer des artes magiques. Elle est d'ailleurs la plus forte d'entre nos mages.
Que dirais-tu d'un petit combat contre un de mes nouveaux ? Il est très fort mais il a trop confiance en lui et je me rappelle que tu correspondrais tout à fait comme adversaire.

- Tout à fait, ca me changera des montres à l'extérieurs de la ville.

Il partit dans un de ses rires fracassants tandis qu'il me tendait mon arme. Je le suivis sur l'air de combat m'en rappelant avec nostalgie.
Le nouveau était très doué. Je comprenais pourquoi Armas était impressionner. Agile, rapide, il esquivait les attaques de ses adversaires avec une aisance non feinte mais avec trop d'assurance comme il me l'avait dit.
Il finit son combat et aida son adversaire à se relever avant de se tourner vers moi.

Je m'en occupe.

Enlevant ma cape et mon sac, je m'approchais de lui sans dégainer mon arme. L'étonnement apparut sur son visage avant qu'il ne se ressaisisse.
- Sors ton épée!
- Je n'en aurais pas besoin.
Mon ancien chef acquiesça lorsque mon adversaire l'interrogea du visage. Il se jeta alors sur moi l'épée brandit au-dessus de sa tête.

Le coup de l'aigle. Pas mal pour un petit nouveau mais ce ne sera pas suffisant.
Esquivant le coup en me déplaçant légèrement à ma droite, je me fendis d'un sourire car cette technique bien que puissante, a un énorme défaut. Le porteur de l'épée étant entrainer par le poids de son arme ne peut pas contrer une attaque sur le côté. Mais Armas veut qu'il perde un peu de confiance en lui donc il me faut ébranler cette dernière.
Il repartit à l'assaut, enchaînant deux estocades à la suite.
Il teste mes esquives. De mieux en mieux mais toujours pas assez.
Fendant l'air à ma droite, il se ressaisit plus rapidement. Reprenant son enchaînement mais d'une autre manière.

Tiens tiens. Je n'avais pas prévu cela.
Il ne tenait plus son épée comme un simple marteau, il cherchait plus de précision pour compenser son manque de vitesse. Il passa l'index au-delà de la garde et le replia. Il reprit les estocs, une technique plus spécifique à une rapière qu'à une épée, si on souhaite le développer.
Il manie bien son épée bâtarde. Bon, encore quelques minutes d'amusement et on va mettre fin au combat.
Il exécuta une feinte sur la droite avant de prendre la direction opposée. Je faillis tomber dans ce piège un peu grossier tout de même mais l'esquivait d'une roulade. Plaçant son arme en position intérieure droite, il courut vers moi. Esquive facile mais que je ne fis pas ce qui le surpris et le fis douter me permettant ainsi de ne bouger que légèrement. Pris dans son élan, un croche patte suffit.

Se retrouvant à terre, étourdi, il se releva prestement.
Je m'éloignai quelque peu de lui et préparer mon sort dans le but de finir ce combat. J'écartais les bras du corps, les mains ouvertes. Dans la main droite, le feu, puissante et lumineuse. Dans la gauche, l'eau, vie et sagesse du monde. Rejoignant mes mains, je fondis les deux boules de matière en une autre, la lumière.
J'y met juste de quoi le faire tomber et l'étourdir une minute.
Armas comprit que je mettais fin au combat mais pas ce que je faisais. À la base, je ne suis qu'un guerrier. Remontons mes mains vers mon torse, je vis mon adversaire venir vers moi. Lui aussi voulait tenter d'en finir. Créant un petit arc de lumière, je le positionnais en direction de son torse. À deux mètres de moi, il s'arrêta net et décochant cette flèche je la suivais en m'approchant de lui.

Tombant à terre, je le rattrapais pour éviter qu'il ne se blesse. Le remettant debout, je récupérais son épée qu'il avait lâché sous le choc.

- Comment vas-tu jeune homme? J'espère avoir dosé la bonne puissance. Je n'utilise pas très souvent cette technique.
- Heu, ça va. Merci... pour ce combat.
- Mais de rien mon jeune ami. N'oublie pas ce que tu as appris aujourd'hui. La prudence est mère de sureté. J'étais comme toi il y a quelque année pensant plus à manier mon arme comme un marteau que comme une dague. Comprends-tu pourquoi tu as réussi à plus m'approcher?
- Je dois bien vous avouez que non. me dit-il tandis que je l'amenais vers un banc.
- C'est très simple, tu t'es servi de ta tête. Comme je me suis dit, tu as choisi la précision plutôt que la force brute. Tu as réfléchi, tu as réagit, tu t'es adapté à ton adversaire. Inconsciemment, certe, mais tu l'as fait. Ne te rengorge pas pour autant. Dit toi une chose : en Tercalumireis, il existera toujours une personne plus forte que toi. Même moi qui te parais fort, est faible à l’extérieure de cette ville.
- As-tu compris?
- Je pense que oui. J’essayerai d’appliquer vos conseils.

Je mettais lever pour partir dans une rue avant qu’Armas me questionne sur ce tour de magie, et retrouver mes repères et ma famille par la même occasion. J'aperçus un homme de dos avec une crinière descendant jusqu'au-dessous de ces genoux.
- Désoler pour la vanne mais c'est qui ce balai-brosse? dis-je tout en désignant cet homme d'un coup de tête.
- Il s'agit d'un impérial arriver deux heures plutôt. Je ne connais pas le nom de celui là mais son chef est le capitaine de la onzième brigade. Je ne sais pas ce que ça veut dire mais il doit avoir de l'influence. Ils sont assez forts, plus fort que nous même.
Je regardais mon ancien chef. Très peu de chose, depuis que je le connaissais, avaient réussi à l'impressionner. L'interrogeant du regard, il me répondit.
Quand ils sont arrivés, aucune égratignures ne recouvraient leur corps.

L'étonnement se peint sur mon visage surtout en vue de mon état. Dès mon premier combat, de nombreuses blessures m'étaient survenues. Sans les potions de mère, je serais mort. Et envers Kashka, je dois plus que la vie. Me souvenant de lui, je le cherchais des yeux.
Je me mis en direction de cet inconnu, Kashka sur mes traces après que je lui ais fais signe. Il arriva à mon côté, un steak dans la bouche et tout fière de lui. Pendant mon combat, j'avais vu un chevalier brandir ce steak devant lui ne se doutant pas de la vélocité du chien. J'en conclus que Kashka avait gagné.




Dernière édition par Valerian le Ven 25 Fév 2011 - 10:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Jeu 16 Sep 2010 - 17:42

Lorsque Loki avait suivit Taimu en direction de l'enclos des chiens, le capitaine s'était pendant un bref instant sentit étrangement seul. Il trouvait lui même cela étrange étant donné qu'il avait pour coutume de travailler le plus possible en solitaire, bien que cela n'arrivait bien évidemment que trop rarement à son goût, soit parce que Lina était constamment en train de veiller sur lui dès qu'il préparait une escapade seul, se retrouvant donc avec un de ses hommes sur le dos, soit parce que dès qu'il se rendait quelque part il y avait toujours quelqu'un qui faisait un bout de chemin avec lui. Ainsi il ne pouvait pas prétendre être constamment seul, et c'était peut-être pour ça que le chevalier se sentait un peu mal, maintenant qu'il l'était bel et bien alors qu'il ne l'avait pas souhaité…

Mais le cœur de Schwann — ce cerveau défectueux — avait rapidement était mît de côté par la raison : il n'avait pas le temps de ressentir, et surtout pas alors que la générale divine des armées de l'Oracle, Séléne Wolgrey, était en train d'attendre qu'il daigne bien vouloir la suivre en direction des installations de leur ordre.

Il y a plus de cent ans, avant même la réapparition de l'Adephagos, l'Empire avait occupé cette ville et de cette manière, tout un quartier de Scizontania avait été aménagé pour le confort des impériaux sans qu'ils aient à vivre au milieu des habitants. Bien entendu, les relations restaient bonnes avec les civils au risque d'en surprendre plus d'un à l'époque, et c'est sur ce modèle que l'Oracle avait décidé d'occuper à leur tour cette ville, aidant quotidiennement la population dans leurs taches et en les protégeant des monstres. Une relation basée sur la confiance, ce qui faisait qu'ils ne voyaient aucune objection à ce que l'Oracle occupe un quartier entier de la cité oubliée.

C'est donc dans le complexe principale que Schwann se trouvait actuellement, un peu mal à l'aise d'être entouré par des chevaliers d'un ordre dont il ne savait rien.

- Je présume que vous n'êtes pas uniquement venu ici pour les chiens. Demanda Séléne sur un ton assez non-chalent, espérant bien que le capitaine viendrait à laisser découvrir ses intentions.
- Vous présumez bien.
- Et puis-je vous demander pourquoi ? Embraya t-elle directement après lui, comme si elle c'était attendue à cette réponse.
- On ne peux pas dire que cette ville soit dans les légendes. Toutefois, si l'Empire a décidé de délaisser ce territoire, ce n'est pas mon cas. Le bretteur avait dit cela sur le ton le plus sérieux qu'il pouvait arborer, ne s'exprimant de la sorte qu'occasionnellement.

Il savait bien que ce qu'il venait de dire devait ennuyer Séléne : si l'Oracle n'avait jamais vraiment fait entendre parler de lui au grand jour, c'était sans doute car il préférait rester un ordre relativement fermé et sélectif. Alors savoir que l'Empire viendrait empiéter sur leurs plates bandes devait être assez énervant, voir vexant.

- Il n'y a rien de bien intéressant à voir dans cette région.
- J'en jugerais par moi même. Enchaina cette fois-ci le guerrier sans laisser un quelconque temps de répit, ayant à son tour anticipé ce que la femme avait dit.
- M'est-il accordé de savoir pourquoi ?
- Vous agissez là où l'Empire ne se trouve pas, et je trouve que c'est une erreur que l'Empire ne soit pas présent partout.
- Cela semble s'apparenter à un projet de domination mondial.
- De sécurité. Le capitaine regardait toujours la générale avec un léger air de défi, comme si il essayait de pousser cette dernière à se démasquer. Avec les tensions actuelles je préfère que nous ayons un contrôle plus important, cela devrait limiter les actions de nos adversaires.
- Le mal sera toujours présent. Lui dit-elle avec à son tour une pointe de défi, répondant ainsi à la provocation.
- Est-ce une raison pour ne rien faire et laisser cela se propager ?
Séléne grogna sous son casque. Jusque là il avait l'avantage dans cette conversation et elle ne pourrait pas aller à l'encontre de ses agissements sans argument valable, sans quoi cela pourrait passer pour un affront et un refut d'obtempérer.
- Tant qu'il y aura des hommes il y aura le chaos… Dit-elle cette fois-ci d'une voix plus basse en détournant le regard, comme si il y avait là un problème ou une gêne.
- J'essaie pour ma part de me battre pour l'idéal auquel je crois. Si il n'y avait aucune opposition à ce dernier je ne serais d'aucune utilité.
La guerrière releva lentement la tête dans sa direction. Il disait vrai : les chevaliers étaient là pour de battre et dans un monde en paix ils ne serviraient à rien. Elle soupira ensuite sous son casque et haussa les épaules.
- Je crois que je n'ai pas le choix… Elle soupira de nouveau avant de se lever pour prendre une enveloppe scellée. Retrouvez votre homme et occupez vous de cette mission. Nous sommes débordés et n'avons même pas le temps de nous charger de toutes les demandes. En voyant le regard perplexe du chevalier elle soupira une troisième fois avant de reprendre d'un ton plus chaleureux. Bienvenue à Scizontania.
Schwann se leva et esquissa un léger sourire avant d'incliner la tête en guise de salut. Il sortit ensuite du bâtiment et rejoignit la grande place, se doutant que c'était là l'endroit le plus probable pour y retrouver l'espion.

Mais le premier et revenir fut Loki qui semblait porter un peu d'intérêt à Taimu. Naturellement le bretteur en fut légèrement surpris, la nature de l'Esprit n'étant clairement pas du genre à porter un quelconque intérêt à quelque chose ou quelqu'un tant que ça ne relevait pas d'une expérience scientifique. Mais peut-être comptait-il se servir de l'impérial comme prochain sujet d'expérience ? Ou bien c'était car ce dernier avait pactisé avec Aska et qu'il s'intéressait aux pactes ?
Allez savoir…

Pour l'heure le sujet d'expérimentation Schwann sentait le miasme bruler ses organes internes. En soit c'était supportable mais si ils devaient partir en mission il préférait être au mieux de sa forme, et c'est donc ainsi qu'il plongea sa main de chair dans sa sacoche pour en extirper une seringue et une fiole d'adrénaline. Il remplit cette dernière en tirant sur le piston puis releva sa manche à l'aide de son bras de mana pour ensuite échanger de main la piqure qu'il ne tarda pas à se faire.
Le stimulant de répandait rapidement dans son organisme, dilatant son unique pupille alors que son rythme cardiaque accélérait, le flux sanguin faisant alors ressortir ses veines.

Puis Taimu arriva enfin. Le bretteur rangea son attirail et s'avança vers son subordonné.

- Rapport. Lâcha t-il le plus simplement du monde, espérant que cela donnerait quelque chose, car quitte à venir ici autant pouvoir en tirer profit au maximum…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Ven 19 Nov 2010 - 16:47

Avant même que l'espion n'est eût le temps de répondre à son supérieur, un cri se fît entendre dans l'enceinte de la ville, non loin de là où se trouvait les deux impériaux. Naturellement ils se regardèrent l'un l'autre avant d'acquieser tous les deux.
- On y va. Ordonna Schwann alors qu'ils se mettaient tous les deux en marche vers la source de ce cri. Sur le chemin ils croisèrent un demi-Krytien aux allures un peu pittoresque, sans doute à cause des haillons qu'il avait sur le dos et des traces de blessures apparentes. Peut-être un voyageur… Enfin dans tous les cas et dans la précipitation, le capitaine lui rentra malencontreusement dedans, et la différence de carrure fît que c'était ce pauvre qui tomba au sol, l'officier soupirant en glissant une main derrière lui comme pour chercher quelque chose dans ses affaires.
- J'espère qu'il n'est pas porteur de maladie… Murmura le bretteur avant de finalement prendre une bourse de sa besace, visiblement pleine à craquer d'argent, cela pendant qu'il essuyait la poussière qui l'avait recouvert lors de ce contact avec le jeune homme. Tiens maraud, et passe ton chemin.
Là dessus, Schwann lui lança négligement la bourse avant de se retourner de nouveau, s'excusant d'avoir fait attendre Taimu avec ce vagabond.

Deux rues plus loin, ils virent une jeune femme alarmée se tenir au dessus d'un tonneau, comme si elle cherchait à échapper à quelque chose. Et c'est en contournant le fût de bière qu'ils pouvaient effectivement voir de quoi il s'agissait.
Il y avait là une petite créature ne dépassant pas les vingt centimètres en train de se tenir contre le tonneau de bois, cherchant visiblement à monter pour atteindre la jeune femme en détresse. Il avait une queue fine et longue avec une sorte de plumeau s'en détachant au bout. Au niveau du coup se trouvait une fourrure abondante et il possèdait également de longues oreilles, un peu comme celle d'un lapin, avec entre elles des petites cornes se mêlant si bien au pelage qu'on pouvait douter de leurs présences. Dans son dos se trouvaient aussi une paire d'aile visiblement trop petite pour être réellement utile. Enfin, une cicatrice hornait son front et à l'arrivée des deux chevaliers il se tourna vers eux, ouvrant alors la bouche pour lâcher un cri redoutable qui valait sans doute l'affolement de la femme.

- Burupya !
Schwann faillit presque exploser de rire tellement cette scène était ironique, la petite créature posant son derrière à même le sol en regardant étrangement les deux chevaliers.


Afin de se calmer, le guerrier ouvrit enfin la lettre scellée pour voir ce qu'ils allaient devoir faire afin de pouvoir résider dans cette ville. Jouer les mercenaires n'avait jamais été le penchant favoris du capitaine, mais il fallait croire qu'il n'avait pas le choix pour ce coup-ci, et puis pour une fois il considérait que ceci en valait réellement la peine.

Pendant qu'il lisait l'ordre de mission, la petite créature regarda derrière elle, bailla puis se mit à courir vers une destination inconnue. Vraisemblablement, personne ne semblait réellement s'en préoccuper, du moins jusqu'à ce que Schwann relève rapidement la tête.

- Taimu ! Attrape-le !
Au début, l'espion ne semblait sans doute pas comprendre pourquoi son supérieur lui ordonnait une chose si… incohérente et incompréhensible, aussi le capitaine embrailla de nouveau sur un ton encore plus autoritaire.
- On en a besoin pour éliminer un monstre ! C'est le seul qui peux nous conduire à lui, alors grouille ! En temps normal, l'officier ce serait chargé lui même d'attraper une telle créature, mais au vue de la vitesse à laquelle elle était partie, il n'y aurait bien que Taimu pour rattraper une si petite chose et la ramener à son supérieur.

Le Burupya était actuellement en train de courir au milieu de la ville. Il n'était pas réellement difficile de suivre son avancée de part les cris des femmes et les râles général de la population, mais partout où il passait il semblait mettre la pagaille, renversant des caisses de pommes qui se déversaient au beau milieu des allées, grimpant le long des gouttières pour ensuite faire glisser les tuiles des toîts. Bref. Partout où il passait, il rendait le chemin difficilement pratiquable, et naturellement il ne prenait que les rues grandement bondée…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mar 28 Déc 2010 - 12:15

Alors qu'il courait dans un allée parallèle à la grande rue que traversait une petit boule rose provocant catastrophes, Taimu réfléchissait sérieusement à ce qui se passait autours de lui depuis quelques temps.
L'arrivé brutal d'Eva dans sa vie, le fait que son capitaine la colle chez lui et semble presque diriger cette histoire avec un œil de vipère et surtout le fait qu'il lui demande de faire un rapport sur ces chiens de combats.

Bon nombres d'idée fusèrent dans la tête de l'espion, tendis qu'il sauta une première fois afin d'éviter un paysan qui passait.
Mais la seule qui lui parut concrète était que Schwann Oltorain voulait coller l'espion avec sa sœur et le remplacer par un chien.
Finalement la petite bête rose venait de grimper sur un toit, chose qui arrangeait plutôt l'espion à vrai dire, il passa donc dans la grande rue, bouscula un jeune homme au passage.

Il s'agissait du fils du palefrenier du coin qui avait gauler quelques pomme sur l'arbre à côté de la serre de combat, aussi quand un impérial lui rentra dedans, il tomba par terre et les pommes qu'il tenait contre lui s'envolèrent de tous les côtés.
Et comme si le fait de l'avoir fait tombé n'était pas suffisant, le type au cheveux hyper long, attrapa une pomme au passage et bondit sur un baril contenant les eaux usagé et se propulsa sur le toit de la maison avant de continuer sa course.

À présent qu'il avait atteint le toit Taimu avait tous le loisir d'utiliser le projectile de fortune qu'il venait de récupérer, il serra sa prise sur le fruit puis le lança très vite en direction du buryupa qui se retourna et ouvrit grand la bouche pour attraper la pomme et la manger en une seule bouché.
Au moins cela l'avait arrêté, même si ce n'était pas vraiment le but de l'espion.
Il s'arrêta à son tour et tendis main droite vers la bête rose alors que l'énergie rouge l'entoura le temps d'un battement cils, Uncast : Move or not.

La petite bête s'apprêtait à repartir quand le sort fit effet et elle se stoppa net dans son élan avant de tomber par terre, l'espion en profita pour rapidement la capturer car le sort ne la paralyserai que quelques secondes.
Il la touche de la main et lui appliqua Paume de Sommeil afin de l'endormir avant de la mettre dans son sac, puis cela étant fait Taimu se remis tranquillement à marcher sur ses pas afin de retrouver son supérieur en se promettant d'avoir une petite discussion avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Ven 14 Jan 2011 - 12:56

Voyant son subordonné revenir, le capitaine resta totalement stoïque, son air décontracté signifiant sans doute qu'il était parvenu à capturer la bestiole, bien qu'il ne la voyait pas pour le moment. C'est donc en l'observant avec attention qu'il remarqua que le sac du gamin semblait plus lourd qu'avant, et donc que le Burupya devait s'y trouver, aussi il ne jugea pas nécessaire de lui demander de lui montrer la bête, surtout que le sac remuait légèrement, signe qu'elle respirait…

Le bretteur se dirigea donc vers la sortie de la ville sans dire un mot, ne jugeant pas que pour l'instant il était vraiment utile de converser avec l'espion, sans compter qu'il n'aimait pas particulièrement cela en cours de mission, cela abaissant l'attention et donc pouvait permettre à un danger de s'installer. Enfin, la probabilité que cela arrive était sans doute aussi grande que de renconter un Esprit, et le chevalier n'était pas non plus du genre superstitieux, bien au contraire… il était bien trop rationnel pour croire que n'importe quoi pouvait arriver à tout moment, et il pensait plutôt que si quelque chose venait à se produire, c'était uniquement car on désirait attenter à sa vie ou à celle de l'espion, donc une attaque prémédité en somme…

Une fois à l'orée de la fôret, Schwann sortit une corde qu'il avait acheté pendant que le jeune impérial poursuivait la créature roseâtre, et d'ailleurs il lui demanda de sortir celle-ci de son sac. Une fois fait, il entrava celle-ci en lui passant la corde autour de la taille et du cou, se servant ainsi de la créature comme appât pour la suite de la mission…

- Bon… Ça ne devrait plus trop tarder… Dit-il d'un air totalement neutre et las avant de reprendre la marche, le groupe marchant ainsi sans rien dire jusqu'à ce que le bruit d'un court d'eau ne se fasse entendre au travers de la végétation, le Burupya tirant sur sa corde, cherchant visiblement à vouloir se ressourcer un peu, le bretteur laissant donc leur prisonnier les guider.
Et une fois devant le ruisseau, la bestiole tira une fois de plus jusqu'à ce que Schwann lui accorde de s'approcher, le Burupya trempant alors son museau dans l'eau avant de se secouer lentement… pour voir ensuite le sol trembler, une masse imposante de rocher se soulevant au milieu du court d'eau, le guerrier relâchant alors la corde qui maintenait en captivité le monstre pour dégainer les deux épées qu'il avait dans le dos…



- Voilà notre cible. Parait-il qu'il raffole de ce genre de bestiole rose. Commenta le brigadier alors que le Burupya allait se cacher derrière celui qui l'avait capturé plus tôt…

Regardant alors la créature, Schwann constata que la roche était fissurée au niveau de l'épaule droite et de la cuisse gauche, tout comme le machoire inférieur du monstre. En revanche, pour ce qui était de l'élément de la créature, le chevalier avait encore un doute, mais de l'eau ruisselait entre certaines failles du corps inorganique et l'appréhension du combattant se lisait dans son œil unique… si il était de l'élément de l'eau, Taimu aurait probablement du soucis à se faire, et pour l'heure le guerrier espérait qu'il ne s'agissait que d'une cavité à l'intérieur du monstre qui c'était rempli durant son sommeil au milieu de la rivière…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Dim 16 Jan 2011 - 13:32

Et voilà, quand ils ne sauve pas le pays d'une invasion quelconque et bien ils combattaient des monstre faisant quatre ou cinq fois leurs taille.
Un long soupir quitta les lèvres de l'espion alors qu'un cercle de sort de dessina sous ses pieds, pour le moment il devait parer au plus pressé aussi il renforcerai le guerrier pour qu'il s'occupe du monstre tendis que lui attirerai l'attention de celui-ci à l'aide de la bestiole rose.

Il devait aussi s'agir du plan du capitaine et bien que les deux impériaux ne travaillait ensemble que depuis presque un an Taimu avait l'impression de n'avoir jamais eu besoin de lui parler pour mettre des plans en œuvre avec le guerrier.
Aussi l'espion lui lança un Steel is my body en fire is my blood Comme cela il lui ferai plus mal et encaisserai mieux les coups de la montagne vivante.

Et la dessus L'espion brandit la petite boule de poil sous l'œil de leurs proie afin d'attirer son attention puis il se mit enfin à mettre de la distance entre elle et lui, et au vu du temps que le monstre mettait pour mettre un pied devant l'autre, Taimu prit alors la précotion supplémentaire de s'appliquer Haste avant de faire signe à Schwann qu'il pouvait s'en donner à cœur joie pendant que l'espion préparait déjà un Defenseless afin de rendre les coups du guerriers encore plus efficaces.

Cela fait, il tira sur la corde de la bestiole afin de bien se la caler sous la bras puis il se mit à courir car le monstre rocher commençait lui aussi à charger l'espion et même si il était lent, une fois la course lancé il pouvait être dangereux, Taimu se mit donc à courir utilisant alors les arbres comme obstacle pour le monstre et aussi pour se propulser et prendre de l'altitude pour ne pas perdre de temps à esquiver les branches au sol et surtout afin de trouver un endroit approprié afin d'avoir une vue d'ensemble sur le combat lorsque le guerrier aura stopper la bête pour la combattre.
Ainsi l'espion pourrait soutenir Schwann de la meilleurs façon possible en utilisant les sort approprié et au dernier moment si il le faut à l'aide de l'uncast.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Lun 17 Jan 2011 - 5:13

Sentant sa force physique être accrue, ses muscles se tendre et son corps être plus souple et léger lors de mouvement basique, Schwann failli esquisser un léger sourire car une fois de plus il n'avait nul besoin de parler à son subordonné pour que ce qu'il est à faire paraisse évident, leur coopération étant tel qu'il était presque possible de parler d'un lien combatif similaire à ceux que peuvent posséder un Esprit et un être humain. Mais il resta stoïque, car même si ils se connaissent comme des frères d'armes sur le champ de bataille, il n'en était rien au-delà, le capitaine connaissant à peine le nom de famille du gamin, ou plutôt pouvait-il dire qu'il lui arrivait parfois de ne pas s'en souvenir étant donné qu'il n'appellait que par son prénom, ce qui était amplement suffisant. Il fallait aussi dire que le bretteur n'était pas du genre à s'incommoder d'un esprit très noble lors des combats, ce genre de futilité se trouvant à des années lumières de lui une fois qu'il avait son épée entre les mains.

Mais l'heure n'était pas à ce genre de pensée, en particulier car le dit gamin était actuellement en train de servir d'appât en même temps que la petite créature rose qu'il avait sous le bras, et après avoir émit un long soupir inaudible à cause du vacarme que provoquait chacun des pas de la montagne ambulante, l'impérial se mit en tête d'essayer de l'arrêter. Il partit donc comme une fléche, lames derrière lui, afin d'intercepter le golem qui venait tout juste d'attraper un arbre d'au moins sa hauteur, tirant sur celui-ci pour l'en arracher du sol, les racines persistant visiblement à vouloir rester là où elles se trouvaient. Ce fût néanmoins la créature inorganique qui l'emporta, et maintenant qu'il possédait une arme primitive entre les mains, il semblait bien vouloir l'utiliser contre celui qui lui retirait son petit plaisir culinaire de la journée, et vraisemblablement il devait être du genre grognon au réveil car il soulevait déjà le tronc pour le jeter dans la direction de Taimu.
C'est là qu'intervenu l'officier, arrivant à porté de sa cible il ramena ses deux épées devant lui, les croisant l'une l'autre alors qu'elle fondait la roche encore humide qui composait le talon d'achille de la jambe droite, la poussière s'extirpant des entailles qui venaient d'être faites. Bien entendu, sur une telle créature cela paraissait sans doute inefficace, mais au moins la concentration du golem semblait vaquer à l'attention du brigadier, l'arbre qu'il tenait entre les mains tombant sur son propre crâne alors qu'il s'abaissait lentement pour tenter de saisir celui qui venait juste d'entailler sa roche.

Mais il fallait croire que si voir une telle scène aurait pût être amusant et surtout efficace, il n'en était rien. Quand l'arbre tomba sur le monstre inorganique, il ne broncha même pas, la végétation déracinée se courbant sur la surface solide qui l'avait arraché du sol avant de tomber au sol, au milieu de la rivière, mais au moins cela créait un pont précaire qui permettait à l'espion de passer d'un côté à l'autre de la rive sans se mouiller, ce qui serait sans doute un avantage non négligeable dans une telle situation de combat.

De son côté, Schwann avait simplement effectué une botte en arrière pour voir les doigts de terre se refermer devant lui, et comme une telle occasion était bonne à prendre il leva Balmung devant lui se contenta de donner un simple coup sans y mettre vraiment de force, voyant là encore de la poussière s'élevait entre les rayons de soleil qui traversait la végétation. Et au travers de ces même rayons de soleil, l'impérial remarqua que l'autre bras du titan de pierre venait de se soulever pour lui cacher la lumière, prêt à s'écraser dans sa direction. Si il n'avait pas l'habitude de tels attaques si lente à charger mais rapide à employer grâce à la gravité, le capitaine ce serait sans doute retrouvé en bouilli, mais il n'eût qu'à rouler sur le côté pour voir le masse de couilloux faire s'élever à la fois une colonne de poussière et d'eau, ainsi que les oiseaux se trouvant dans les arbres à cause du bruit provoqué lors de l'impact.
Mais au moins maintenant c'était parfait, et à peine le guerrier fût-il de nouveau debout après sa roulade qu'il chargea de nouveau la créature, relâchant une ~Poussée obscure~ sur le sol avec sa Sombrelame pour se propulser au dessus du second poing à terre, afin d'ensuite attérir sur celui-ci. Là, l'on aurait pût croire qu'il allait profiter d'un tel avantage de position pour attaquer le monstre, mais il remonta le long du bras avant que le golem ne se mettre de trop à bouger, ses membres commençant néanmoins à trembler lentement. Et ce ne fût donc que quand il arriva au niveau de l'épaule droite que l'épéiste s'arrêta, levant de nouveau ses deux épées qu'il laissa s'abattre sur la fissure qu'il avait remarqué un peu plus tôt, n'ayant pas le temps d'effectuer un nouvel assaut qu'il sauta de son perchoire, retombant dans l'eau peu profonde en contre-bas en effectuant une nouvelle roulade. En effet, le golem venait juste de lever son bras gauche vers l'ancienne position du chevalier, et en toute créature stupide qu'il était il c'était lui même frappait l'épaule, ce qui n'avait pas agravé la fissure pour autant.

Toutefois l'officier semblait assez satisfait, et alors qu'il s'approchait de son subordonné en restant néanmoins sur le front en comparaison de lui, il lui adressa la parole.

- Taimu, à quelle température peuvent monter tes flammes ? Demanda t-il alors que ce genre de question se prêtait pas vraiment à la situation. Ce truc est rempli de flotte, et j'aurais bien besoin d'une explosion de vapeur.
En effet, lors de son dernier coup, Schwann n'avait non pas essayé d'agraver cette fissure en tappant comme un bon guerrier dessus, mais plutôt cherchait à vérifier l'une des théories qu'il avait émit lors de son premier coup d'œil sur le monstre. Bien entendu, il ne savait pas si le gamin était capable d'atteindre une chaleur telle que cela pourrait produire la déflagration dont ils auraient besoin, quoi qu'il avait toute confiance en son subordonné pour ça, mais l'Esprit qu'il avait avec lui devait bel et bien en être capable en dernier recours.
Après cela, rien était dit que ce que désirait l'impérial arriverait, il avait énoncé une idée à l'espion et c'était à lui de l'appliquer pendant qu'il occuperait la bête. Chacun avait un rôle à jouer dans cette bataille, et celui de Schwann était de résister le temps que son stratégème ce mette en plus grâce au gamin, le reste ne dépendrait donc pas de lui…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Ven 28 Jan 2011 - 19:55

Ah si le monstre était de l'élément eau, cela pouvait en effet changer la donne sur le combat, quoi que le fait qu'il soit remplit d'eau ne signifiait pas forcement qu'il était d'eau, après tous les humains sont eux aussi remplit d'eau.
L'idée fit presque apparaître une grimace de dégout sur les lèvres de l'espion qui observait toujours le combat depuis son perchoir, et puis de toute manière un combat où l'on de fait que regarder est moins attrayant qu'une bataille où l'on participe.

Mais au vu du monstre et de sa force il lui faudrait faire extrêmement attention, car contrairement au guerrier lui ne pouvait pas se permettre d'encaisser un de ses coups sans subir l'effet secondaire du commun des mortels, la mort.
Aussi le jeune impérial se concentra en enregistrant l'emplacement des arbres les uns par rapport aux autres, avant de sourire puis de se laisser tomber de la branche où il s'était installer.

Autrement dit il tenait sur ses deux jambe quand soudain son corps se mit à glisser alors que ses pieds touchaient toujours le bois jusqu'à se qu'il pousse en direction d'un autres qu'il utilisa comme pilier pour amortir un peu sa chute avant de toucher le sol et de se mettre à courir en direction du colosse, Schwann jouait à merveille son rôle d'appât, d'autant que l'espion profita de sa course pour lui lancer le sac contenant la bestiole rose avant de bifurquer sur la droite et de monter de quelque pas sur un arbre afin de pouvoir faire ce qu'il voulait.

Il sauta une première fois et atterrit sur la branche de l'arbre voisin, de là il put plus au moins prévoir son prochain mouvement, mais à vrai dire le capitaine avait posé une question intéressante au jeune homme, depuis toutes ses année il avait concentré sa maitrise du feu sur l'impulsion et l'explosion, il n'y avait jamais réfléchit en terme de chaleur et c'était peut être une erreur car effectivement si il parvenait à monter la température de ses flammes suffisamment il pourrait peut être rivaliser avec l'eau.

Enfin il est toujours temps d'essayer, l'espion ferma alors les yeux et ses mains s'entourèrent alors de flammes, il se focalisa sur sa cible alors que les flammes vacillaient de façon étrange, en temps normal l'espion les aurait agrandie mais là il se concentrait de façon à seulement augmenter la température, les flammes passèrent alors de l'orange habituel à un rouge presque sang et très profond.
Une fois ce qui lui semblait être son maximum, car lui même commençait à avoir très très chaud, il bondit de la branche puis se laissa tomber en direction de l'épaule fissuré du golem.

Schwann avait donc occupé son attention durant le temps que l'espion se prépare et voyait que celui-ci allait passer à l'attaque il fit en sorte que le monstre lui tourne le dos.
Un petit sourire naquit au lèvres de l'espion qui relâcha toute l'énergie accumulé en un Ranging Blast bien plus petit en terme d'explosion mais qui avait du faire déferlé une vague de flamme importante à travers le corps du golem.
Un énorme nuage de vapeur naquit alors que l'espion s'en retrouva projeter par le souffle de l'explosion et atterrit souplement sur le tronc d'un arbre avant de se poser délicatement sur le sol.

Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Dim 6 Fév 2011 - 21:38

La vapeur masqua pendant quelques secondes le corps du golem, et Schwann se tenait fin prêt à bouger au moindre mouvement, remuant légèrement ses doigts sur le manche de ses armes en attendant que la brume se dissipe. Et cette attente fût récompensée, car même si une forme apparaissait toujours au travers du nuage qu'avait produit l'espion, lorsque le golem fût totalement découvert il lui manquait désormais son bras gauche, et une expression satisfaite apparue sur le visage du bretteur, ses sourcils se fronçant vers l'intérieur en semblant montrer de la détermination. Il effectua donc un moulinet avec chacune de ses armes avant de se mettre à courir dans la direction du monstre pendant qu'il semblait se remettre de sa blessure, bien qu'il ne laissait échapper aucun hurlement ou autre. Cet amas de pierre avait-il seulement conscience de ce qu'était la douleur ? Ça, l'officier n'en savait pas grand chose, et il devait admettre ne pas être là pour ça mais uniquement pour le terrasser.

Une fois au niveau de la jambe gauche du golem, Schwann leva Balmung au dessus de sa tête pour lui donner une course assez importante, puis il laissa la gravité et sa force la faire retomber sur le pied du tas de gravat dans un ~Champ de destruction~ qui fragilisa un peu plus la roche, l'explosion précédement effectuée ayant agravé le cas de ce monstre en craquelant sa peau inorganique à différents endroits, dont les pieds à cause des vibrations sur le sol. Le guerrier en profitait donc et alors que la voute de fumée dû à l'explosion qu'il venait d'effectuer s'évaporer lentement, il planta la Sombrelame dans une des failles nouvellement créée pour laisser une ~Explosion Abyss~ retentir, explosant le membre du colosse de pierre en une pluie de cailloux. Schwann fût d'ailleurs contraint de reculer rapidement pour ne pas prendre le risque de voir une pierre lui arriver en plus visage, de la terre retombant alors autour de la zone sinistrée.

Et alors que la masse de pierre s'écroulait lentement comme elle ne possédait plus qu'un seul appuie, l'impérial se rapprocha de l'endroit où allait s'écraser le crâne du monstre en courant, plaçant déjà ses deux épées comme l'on plaçerait une batte de baseball pour faire un home-run, pour enfin frapper à la proximité du rocher servant de tête à cette créature. La ~Poussée obscure~ laissa le travail se terminer, le corps explosant jusqu'au buste alors que chaque rocher se détachait pour redevenir de simple cailloux dans le décor, certains roulant jusque dans la rivière en étant emporté par le courant et leur vitesse de chute.
Le brigadier se redressa alors comme si de rien était, marchant lentement en direction de l'espion sans même rengainer ses épées, le contre-jour n'affichant même pas les traits de son visage alors qu'un nouveau mouvement sismique se faisait ressentir. En effet, de derrière l'amas de roche constituant le cadavre se releva un nouveau golem, celui-ci rompant le court d'eau qui se fracassa contre la paroie de son corps. Celui-ci semblait plus petit mais d'une consitution plus dense, et donc prenant plus de place, et visiblement il n'avait pas apprécié que son congénère soit réduit ainsi à l'état de simple gravats, extirpant lentement ses poings du sol pour avancer tel un gorille. L'officier, lui, continuait de s'avancer toujours aussi calmement en direction de son subordonné, alors que derrière celui-ci se dressait un second monstre de pierre, cette fois-ci d'à peu près la même forme et taille que le premier qu'ils avaient éliminé, si ce n'est que cette fois il avait au milieu du corps un arbre qui ressortait au-dessus de lui, une dense végétation le recouvrant. Les racines semblaient aussi traverser la pierre au niveau de sa jambe droite, certaines dépassant un peu du corps, alors que lui aussi semblait plein de rage envers les deux humains.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, huit autres golems se réveillèrent aux alentours, formant un cercle autour de l'endroit où se trouvaient les deux chevaliers en les empêchant ainsi de s'échapper. Ils étaient généralement grands et étaient tout aussi énervé, comme si il avait existé un lien entre chacune des pierres qui constituaient ses golems. Et de la vitesse la plus prodigieuse dont ils étaient capables, ils s'avançèrent en refermant le cercle sur les humains, bien qu'eux avaient encore le temps avant de voir fondre les colosse sur eux.

Schwann s'arrêta alors juste devant l'espion, parfaitement neutre.

- Parti pour un deuxième tour ? Lui lâcha t-il le plus calmement du monde, comme si il s'attendait à ce qu'il y ait d'autres monstres de ce genre. La vérité là dedans était qu'il ne le savait pas, mais qu'il s'y attendait : si c'était uniquement pour abattre une seule créature de ce genre, l'Oracle n'aurait sans doute jamais demandé une aide extérieur et ce serait chargé de cela eux même. Mais là, une petite armada était tout de suite nettement plus compliquée à vaincre, et ils ne pouvaient pas prendre le risque de sacrifier leurs hommes. Alors qu'au moins, avec des membres de l'Empire, ils s'en fichaient un peu, et ils auraient juste à dire qu'ils faisaient le travail que l'on leur avait confié si l'Empereur envoyait quelqu'un enquêter.
L'impérial se retourna alors qu'un quart pour fixer le monstre qui arrivait derrière lui, même si il restait encore à une bonne distance d'eux.

- Une idée ? Proposa le capitaine à Taimu. Ou bien on se contente d'improviser ?
Les deux colosses les plus proches lâchèrent un cri qui résonna au milieu de la fôret, faisant fuir les bêtes sauvages et les monstres les plus faibles. Schwann pouvait voir les arbres être déracinés derrière eux, signe que les autres monstres de pierre avançaient eux aussi…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
TaimuMessages : 965
Date d'inscription : 17/01/2010
Age : 27
avatar

Personnage
Elément: Feu
Arme:
Classe: Espion
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mar 8 Fév 2011 - 14:35

À la question de son capitaine, le jeune homme n'eût qu'une seule réaction, ce fut de hausser les épaules.
C'était lui le plus haut gradé, ce devrait donc être à lui d'avoir les bonnes idées, mais fort heureusement pour eux Taimu avait un plan qui leurs faciliterai la vie.
Enfin à condition que Schwann se montre efficace, un blaireau même renforcé à mort reste un blaireau, l'espion comptait donc sur la force du guerrier qui l'accompagnait et à vrai dire pour le moment elle ne leur avait jamais fait défaut.
Mais pour l'heure il fallait agir et de toute façon une aura violette entourait peu à peu l'espion, avec les combats qu'il avait eu depuis le débaut de la journée cela faisait un bon moment qu'il aurait put libéré son esprit combatif de cette façon.

Et quand l'espion ferma les yeux il venait d'atteindre le Hors limite, un sourire naquit alors sur ses lèvres alors qu'il sentait l'excitation de l'esprit de feu le traverser, celui-ci serait probablement déçut quand il verra que ce n'était pas pour lui qu'il était passé en hors limite.
L'espion leva la main droite au dessus de sa tête et claqua dans ses doigt en récitant doucement la formule Get back here you sons of....

Grace au hors limite du gamin, le sort s'était lancé tous de suite et une lumière traversa tous les ennemis les laissant plus faible et moins résistant au coup pour le guerrier, puis Taimu afficha son plus merveilleux sourire à son supérieur.


- Vous me direz quelle sensation ça fait de fracasser de la pierre friable.

Le sol sous leurs pied se retrouva recouvert d'un voile de mana translucide alors que l'espion ne pouvait déjà plus se déplacer.
Le guerrier devait déjà sentir les effets de l'arte mystique de l'espion à présent, mais il n'était pas encore totalement achevé.
L'impérial regarda une dernière fois son capitaine puis il relâcha la vague de mana mais comme il n'y avait qu'une cible l'amélioration devait se faire bien plus présente que d'habitude et la dessus toutes la zone fut recouverte d'un voile blanc.


- Finissez moi ça le plus vite possible, les ennemis ne seront pas plus résistant que du beurre à vos yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   Mer 9 Fév 2011 - 15:21

Ne sachant pas si il s'agissait d'une idée murement réfléchit ou d'improvisation, l'officier impérial pouvait sentir l'apport en énergie que lui apportait son subordonné, le bretteur ayant l'impression de voir ses muscles doubler de volume, mais il lui était difficile de savoir si il s'agissait de l'Arte ou de sa détermination à écraser ces adversaires pour les réduire en un tas de gravât.
Dans tous les cas il se contentait de regarder l'espion, semblant presque prendre un malin plaisir à le laisser se vider de son mana sans profiter de l'amélioration physique dont il disposait. Pourtant, en s'y attardant son regard était celui habituel, sans aucun reflet et aussi opaque et trouble que ne l'est l'eau vaseuse d'un marais. Mais ce qui changeait chez le chevalier était son aura, l'énergie qu'il dégageait, la bestialité de la bête sommeillait en lui se dévoilant au grand jour. Il restait là, impassible, telle le ferait une bête chassant sa proie.
Et c'est lorsque le golem qui se trouvait derrière arriva à proximité —et donc celui que Taimu pouvait voir parfaitement en face de lui— que cette émanation d'agression sembla changer, comme une étincelle qui naissait dans l'œil du chevalier, friction que l'on pouvait aussi nommer instinct. Le brigadier entama donc une rotation sur lui même tout en utilisant un ~Loup Archer~ en direction de l'espion, la Sombrelame passant à côté de lui en soulevant poussière, herbe et la chevelure du soutien, pour enfin s'écraser à quelques mètres derrière lui, plantée en biais, semblable à un obus qui n'aurait pas explosé. Le monstre derrière Schwann avait déjà commencé à lever le poing pour l'écraser, et c'est au moment où il allait toucher qu'il termina sa rotation, barrant la course de sa lame d'argent. Et bien qu'il n'avait pas l'habitude de trancher du beurre avec une épée, il s'avérait que le résultat paraissait presque plus réactif, la roche se fendant d'elle même sur l'épée sans que le guerrier n'est à forcer. Deux blocs s'écroulèrent alors autour de l'épéiste quand il se retourna de nouveau en laissant le ~Loup fantôme~ émaner de son corps, passant à côté de son subordonné à une vitesse prodigieuse, faisant de nouveau flotter ses cheveux qui venaient juste de retomber dans don dos, cela au milieu des brindilles qu'il avait arraché durant l'accélération. Le second golem arrivait derrière l'espion juste là où l'épée du capitaine était plantée, et son possesseur vint alors écraser le manche de l'arme dans une voute de mana neutre, l'arme se soulevant dans une vrille en découpant l'amas inorganique de bas en haut, lui retirant une partie du flanc gauche et le bras qui s'y trouvait, la pierre s'écroulant au sol dans une secousse faisant vibrer le terrain.


Arte appris : ~Drill Star~ ( Élément neutre )

La Sombrelame retomba derrière le guerrier tendit que le hurlement du monstre résonnait au travers de la forêt. L'impérial laissa donc le golem souffrir pour le moment et se retourna une fois de plus, contrait de jouer sur deux fronts. Il sprinta en direction du premier ennemi tout en récupérant au passage l'épée d'orichalque noire, laissant celle pendre sur le côté durant sa course, comme sa semblable. Et c'est quand le monstre allait revenir à la charge que Schwann employa de nouveau le ~Loup Archer~ mais cette fois-ci avec les deux lames en même temps, visant les genoux du golem qui explosèrent dans une pluie de gravât et de sable, ses rotules tombant en miette en même temps qu'il tombait au sol. L'impérial s'approcha alors de son crâne maintenant à terre et concentra l'énergie autour de son poing, un ~Champ de destruction~ venant craqueler le visage du colosse inorganique en le vidant de toute vie.

A la suite de ça le bretteur sauta au dessus d'un des rocher maintenant éteint afin d'aller récupérer Balmung. Il aurait aimé pouvoir saisir son autre lame mais le temps lui manquait, et il ne pouvait pas se permettre de laisser l'espion ainsi vulnérable trop longtemps, aussi il passa de nouveau à côté de lui, et Taimu pût voir un visage qu'il ne connaissait pas de la part du chevalier, un mélange de haine et d'extase concentré dans son seul œil, comme si il paraissait réellement vivant. Bien entendu, sa mâchoire était toujours aussi fermée et il ne faisait même pas bouger le moindre muscle de sa face pour exprimer plus clairement l'état dans lequel il se trouvait, mais était-ce seulement nécessaire alors que la lueur de son unique prunelle se ravivait à l'assaut du monstre ? Il ne fallait peut-être pas trop en demander non plus…
Le golem au bras amputé allait effectuer un balayage sur le soutien quand le combattant s'interposa en maintenant son arme de ses deux mains juste devant lui, la roche venant encore se fendre sur le tranchant, mais cette fois-ci elle éclata un le guerrier fût aspergé de caillasse, un éclat un peu coupant venant lui érafler le visage au niveau du coin de la lèvre, faisant détourner le visage du bretteur sur le côté sans quoi il aurait pût refaire le sourire de l'ange. Un autre morceau, plus gros cette fois, était venu frapper au niveau de son estomac, et l'impérial n'avait aucun mal à ressentir la douleur que pouvait créer un simple caillou, qui ainsi progetait pouvait s'apparenter à un boulet de canon.
Mais c'était seulement le petit gravât qui paraissait avoir fait quelque chose, bien que le corps du capitaine verrait sans doute un hématome se former là où le rocher l'avait frappé. Lentement, il regarda donc le monstre qui n'avait maintenant plus de membre opérationnel, et il sauta en s'agrippant d'une main sur une paroie de la peau du colosse inorganique, avant d'ensuite planter la lame jusqu'au manche dans le corps du monstre. La puissance que lui procurait l'espion était sans pareil, mais il allait devoir ralentir le rythme et être plus ingénieux, car même si ses lames étaient résistantes, elles n'étaient pas indestructible et il n'avait pas envie de revivre le triste spectacle de l'épée des Oltorain avec celle qu'il avait fait reforger. Il retira donc l'arme du corps avant de sauter en arrière, se receptionnant en pliant la jambe pour amortir la chute alors qu'il sentait les vibrations des autres roches vivantes se faire plus proche. Au moins ils avaient le temps à un peu de répit, et il alla récupérer sa Sombrelame pendant que le corps qu'il venait de transpercer se démanteler, une partie des jambes restant debout telle une statue que l'on avait brisée.

Il déposa sa main sur le garde de l'épée d'orichalque noir avant de regarder Taimu et d'entreprendre de lui parler d'une voix calme, comme de coutume.

- Tu peux arrêter cette technique. Il faisait bien entendu référence à son Arte Mystique. Il y en a deux qui sont comme celui là. Il désigna la dépouille la plus fraîche, le tronc qui traversait le corps étant tombé au sol après que les pierres est rompues leur lien. Tu devrais pouvoir les faire s'embraser avec ce défaut qui les compose. Ça ne les tuera sans doute pas, mais ça devrait au moins les occuper et nous permettre de se charger des quatre autres.
Bien entendu, dit comme ça c'était très simple, mais lui même savait qu'il faudrait être ingénieux pour en venir à bout. Mais au moins cette mission était assez intéressante pour eux deux, cela leur permettait de réviser leur travail d'équipe, même si ils n'en avaient pas vraiment besoin.

Schwann regarda le terrain. La rivière pouvait être un élément déterminant pour eux : il suffisait de la faire déborder et de prier pour qu'au moins l'un d'eux glisse sur la boue ou s'y enlise. Ils pouvaient peut-être aussi utiliser la végétation à leur compte, en laissant s'écrouler un arbre sur l'un d'eux. Et éventuellement profiter de leur manque de vitesse pour qu'ils se frappent entre eux. Les possibilités ne manquaient donc pas, mais il allait encore falloir mettre le tout en place, ce qui risquait d'être plus complexe. Enfin, il aviserait selon ce qu'il se produirait après que l'espion est accomplis la tâche qu'il venait de lui confier…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sur les traces du passé…   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur les traces du passé…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Passé sombre.
» Quand le passé nous tien...
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» Recherche traces de trames ! pour reverse !
» Le père Noël existe, il est passé nous voir !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Scizontania-