AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Sam 26 Juin 2010 - 14:44

Halure, ville à l'arbre aussi célèbre que les héros de vesperia. Depuis quelques temps déjà, une femmes d'âge mur aux cheveux de feu, faisaient de long aller retour entre une boutique aux charme floral, et sa maison. Les bras charger de tissus, de pièces et de broderie, elle était souvent accompagné par une autre femme rousse mais beaucoup plus jeune. Les bras, elle aussi charger de tissus et d'autre ingrédient nécessaire à faire marché une boutique.

Une fois cela fait, la matinée s'était dérouler le plus calmement possible, Ethelina D'halure n'avait pas encore l'autorisation de lancé son commerce, mais elle voulais au moins y mettre le plus gros de ses affaires avant demain. Elle avait garder les patrons et les tissus les plus souple et noble pour sa visite du jour. En effet, la guildiene attendait la venue d'Agatha, une jeune chevalière, qu'elle avait promis d'aider dans ses tenues.


Ysyhteha ma chérie tu reste avec moi pour la journée ?

Mais bien sur maman ! Je t'ai dit que je restait jusqu'à demain au moins ... J'ai besoin de réfléchir au calme !

Ah oui c'est vrai excuse moi, mais avec cette visite aujourd'hui je suis nerveuse ! J'aimerai tellement qu'elle accepte ma proposition !!! D'ailleurs le mage Ograf' est prévenue ?

Oui maman, il t'a réserver sa journée justement je n'aurais qu'à aller le chercher.

Oh bien bien alors ! Ton père est à la forge là non ?

Oui et il ne rentrera pas manger ce midi, il à promit de te laisser tranquille !


La mère soupira alors et décida de préparer un repas léger pour quand les chevaliers viendraient. Elle allaient bien les recevoirs, mais il fallait qu'ils mangent un peu, déjà la bonne odeurs des petits gâteaux remplissait la maison. Par dessus la douce odeur des fleurs de Halure. Ysyhteha sourit de toute ses dents avant de s'installer dans le petit salon, elle prit un livre et commença sa lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Lun 28 Juin 2010 - 16:29

Citation :
Personnages Non Joueur Agatha De Noheimyn et Foa Ascheritt.
La ville des fleurs, Halure, généralement la première halte des chevaliers en pélerinage. Aujourd'hui encore deux d'entre eux arrivaient à cette cité dont la réputation n'était plus à faire, et cela pour une simple visite de courtoisie. Foa Ascheritt et Agatha De Noheimyn, tous les deux bretteurs dans la brigade de Schwann, et si d'ailleurs ils étaient ensemble en ce jour c'était à cause de la régle que le capitaine avait instauré comme quoi ils ne devaient jamais se déplacer seuls.
- Savez-vous où vous aviez rendez-vous mademoiselle De Noheimyn ? Balança l'homme au cheveux blanc d'une manière courtoise alors que pourtant son sourire mesquin et sadique créait une sensation des plus déstabilisantes.
- Euh… Je ne sais pas vraiment. Je dois admettre que je ne suis pas très à l'aise avec ce genre de chose et plutôt tendue… Et cela se voyait. D'habitude cette femme était droite et froide, et là elle était totalement déstabilisée et son teint était un peu plus pâle que d'habitude. J'imagine que j'ai le plus de chance de trouver en me rendant chez elle mais… je ne suis pas sûre de trouver où habite Ethelina d'Halure…
Le manchot souriait d'une manière qui semblait encore plus malsaine avant de faire signe à Agatha de le suivre. Elle esperait qu'au moins il en sache plus qu'elle, car jusque là elle n'avait jamais réellement quitté la capitale que pour harpenter le monde, les autres villes n'étant pas de sa juridiction ni de son ressort.

Après quelques instants de marche ils arrivèrent devant ladite maison, et Foa laissa sa collègue frapper…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Lun 28 Juin 2010 - 18:38

Ysyhteha lisait tranquillement un chef d'oeuvre de littérature, quand ont frappa à la porte, elle laissa doucement son livre se baisser, pour se fermer sur ses genoux. Les yeux légèrement plissés, elle semblait chercher qui pouvais bien être derrière la porte, avant de se lever et de poser le livre sur le coussin du fauteuil. Un marque page y avait été subtilement glisser, mais ce n'était pas ce qui préoccupait Ysyhteha.

La matinée venaient à peine de démarrer, aussi elle regarda l'heure pour remarquer, qu'effectivement, la jeune femme devait être arrivé. Elle ouvrit la porte alors, et un grand sourire se peint sur ses lèvres. Un sourire chaleureux et accueillant au plus possible. Ses yeux verts pétillaient d'une joie non feinte, légèrement provoqué par la vue de la deuxième personne : Foa Ascheritt. Elle ouvrit la porte un peu plus en grand et s'inclina devant les deux bretteurs.


Bonjour mademoiselle De Noheimyn, bonjour monsieur Ascheritt. Entrez je vous en prie.

Elle s'écarta sur le coté pour laisser les deux chevaliers rentrer. Quand ce fut fait, elle referma la porte, en saluant d'un geste de la main une autre personne qui passait devant la maison juste à ce moment là. Elle se retourna tout de suite vers les deux chevaliers, et leurs sourit.

Permettez moi de vous faire patienté dans le petit salon, installer vous sur les fauteuils je vais chercher ma mère.

Elle les introduisit dans le petit salon, qui ressemblait plus à une bibliothèque, elle reposa le livre dans le rayon où elle l'avait prit et elle laissa les deux chevaliers s'installer. Elle disparut dans la maison à la recherche de sa mère. Il se passa au moins dix bonne minutes, avant que deux têtes aussi rousse l'une que l'autre fassent leur apparitions. L'une était jeune, les cheveux roux et les yeux vert, l'autre était plus mature, les cheveux roux et les yeux bleu pétillant. Autre que leurs incroyable ressemblance, qui ne pouvais pas tromper sur leurs lien de parenté, les deux femmes avaient les yeux pétillants de malice.

Ethelina D'halure avança rapidement jusqu'à Agatha. Elle la prit dans ses bras en la serrant affectueusement dans ses bras. Non pas qu'elles étaient proche, mais c'était toujours comme ca que procédait la mère d'Ysyhteha. Cette dernière se retient de rire, en voyant la scène, et restait plus en retrait vers la porte.


Ah enfin ! Je suis contente de vous voir jeune fille !!! Oh bonjour jeune homme ! Enchanté de vous rencontré.

Maman, voici Foa Ascheritt, bretteur et membre de la brigade de Schwann.

Oh je vois ! Un ami à vous aussi Agatha ? Enfin venez, suivez moi. J'ai pas tout démenager encore, et j'ai déjà commencer à créer certaine pièce pour vous. Vous serez superbe !! Vous me raconterez en passant, n'est ce pas ?


Et sans lui laisser mot dire, elle l'entraina à sa suite dans une pièce de la maison. Elles avaient monter un escalier de bois ciré, et elles avaient emprunté un petit couloir baigné de lumière, puis elle poussa une porte, et un véritable atelier de couture se trouvait encore là sous ses yeux. Dans le fond de la pièce se trouvait un paravent, surement pour enlever ses affaires quand ont était pudique et si ont arrivait à se soustraire à la bonne humeur et convivialité de la guildiene. Une machine à coudre, des tissus de différentes couleurs et de différentes matières étaient posé un peu pelle-mêle mais assez rangé tout de même. En face d'elle une table avec deux chaises ressemblant à deux petits poufs confortable.

Asseyons nous ici tout d'abord, nous allons prendre le temps de discuté et de savoir exactement vos goûts.

Pendant ce temps là, Ysyhteha avait fini par s'approcher du bretteur et lui souriait plus calmement.

Il est inutile de suivre ma mère et Agatha, à moins que vous vouliez l'embarrasser un peu plus.

Elle s'avança toujours calmement mais resta debout et s'approcha d'un petit meuble bar. Elle posa sa main sur la poignée en haut du meuble et stoppa son geste tout en tournant légèrement le haut de son corps vers lui.

Désirez vous boire quelque chose ? Alcool, sans alcool, un jus de fruit ou bien une citronnade. Il y a aussi du bon café ou du thé si vous préférez. Hum ... Et si vous aimez vaincre la chaleur, il y à du chocolat chaud aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Mer 21 Juil 2010 - 21:37

Citation :
Personnages Non Joueur Agatha De Noheimyn et Foa Ascheritt.
Agatha avait beau faire ce qu'elle voulait, elle restait bel et bien gênée d'être ici à devoir se féminiser, bien que dans le fond rien ne l'avait obligée à venir. Mais elle s'y était presque sentit contrainte, car après tout Ethelina était une femme des plus agréables et surtout très chaleureuse, alors difficile de lui refuser quelque chose après qu'elle lui est demandée si gentillement de venir la voir chez elle pour essayer des tenues. Puis peut-être était-il temps pour l'une des trois soeurs De Noheimyn de trouver un époux ?

Toutefois, pour l'heure elle ne savait pas vraiment où se mettre, et opta finalement pour l'une des deux chaises rembourrés qui était à leurs dispositions.

- Et bien… Je dirais que j'aime bien ce qui est noir… car cela concorde avec mon élément… Elle n'osait pas regarder la couturière dans les yeux tellement elle était embarassée, cherchant à fuir son regard dans les rouleaux de tissus qui se trouvaient là. Pour ce qui est de la matière, je dirais que j'aime bien ce qui est soyeux et la dentelle…
La soldate essayait de visualiser une tenue dans sa tête, mais comme elle n'avait jamais vraiment portée de vêtements autre que ceux réglementaire, son imagination restait limitée, et elle n'arrivait à voir que des robes dignes des nobles de la capitale, mais rien dans les tons qui lui conviendrait.
- Mais je crois que je vais vous laisser me dire ce qui me conviendrait le mien étant donné que je ne suis pas très qualifiée en la matière.

En bas, Foa regardait Ysyhteha comme si il s'agissait là d'une inconnue, peut-être car sa double personnalité parvenait à prendre le dessus sur lui, ou alors car c'était elle qui avait dirigée son corps la dernière fois. Cet homme était intrigué par la jeune femme devant lui, et lentement il s'en approcha, un regard froid et haineux sur le visage.

Mais plus il se rapprochait d'elle et plus il semblait la reconnaitre, comme si il laissait place à une autre personne, bien que ses pupilles semblaient brûler comme des flammes ardentes en soif de meurtre.

- Je crois… qu'un verre de sang frais m'irait très bien… Dit-il d'une voix basse et pourtant capable de faire froid dans le dos.

Mais il secoua vivement la tête avant de reprendre une expression déjà plus connue, gardant ce sourire malsain et sadique sur les lèvres.

- La chaleur n'ayant aucun réel effet sur ma personne, je crois qu'il serait adapté que je prenne l'un de vos délicieux thé mademoiselle Ysyhteha. Je fais confiance à votre jugement en vous laissant choisir ce dernier. Il soupira légèrement d'un souffle chaud, presque brûlant, avant de s'approcher de la fenêtre pour y voir le paysage de la ville des fleurs…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Ven 23 Juil 2010 - 15:43

Ysyhteha avait sentit son cœur battre tellement fort, qu'il aurait put sortir aisément de sa poitrine, elle avait faillit craquer en voyant Foa s'approcher d'aussi prêt, son regard c'était fait différent, celui d'un prédateur, et il fallait l'avouer, il ressemblait un peu à celui d'Estrello. A repenser à lui, elle se ressaisit, mais déjà elle était parcouru de frisson tellement cette phrase lui avait fait vibrer, les cordes sombres de son âme.

Je vais vous préparez votre thé, je revient.

Elle se ressaisit rapidement, ne voulant pas qu'il s'aperçoive de son trouble, elle n'ouvrit pas le mini bar, et se dirigea plutôt vers la cuisine. Elle y fit chauffer de l'eau de manière naturel, cela lui permettait de respirer calmement dans la cuisine, il ne fallait pas qu'elle craque, et pourtant c'était suffisamment assez dur comme cela. Foa avait une personnalité qui l'attirait, un charisme par moment presque égal à Estrello. A s'interroger d'où venait une telle attirance, elle se demandait si ce n'était pas plutôt parce que finalement, elle avait eue connaissance de sa mort, elle ne savais pas comment la nouvelle mort viendrais, mais peut être aussi que Foa, tout comme pour Estrello, cela changerai. Elle l'espérait de tout coeur, elle ne voulais pas qu'il finisse ainsi, l'un comme l'autre. Et peut être tout simplement son attirance, si elle pouvais appeler ca ainsi, venait de ce fait là. Enfin le thé était prêt, un thé des plus basique, fait pour plaire au plus grand nombre, et surtout que la guildienne maitrisait parfaitement.

Elle arriva ainsi dans le petit salon, remplis de livre. Elle s'approcha alors de Foa qui semblait regarder le paysage par la fenêtre. Elle soupira intérieurement et prit son courage à deux mains pour le lui apporter, non pas qu'elle avait peur de lui, mais plutôt peur de craquer bêtement. Enfin, elle s'approcha de son dos, et déposa la tasse qu'elle tenait devant lui en faisant le tour avec son bras. Si elle n'avais pas tenue la tasse ont aurait pu croire qu'elle l'enlaçait, mais son second bras restait le long de son corps tendis que l'autre avait fait le tour de Foa pour se mettre devant lui. Ses bras étaient nue et dégager, par la chaleur estivale, il fallait des tenues adapté. Elle avait opté pour une robe sans manches, laissant ses bras nues.


Voilà pour votre thé ... Elle baissa alors la voix et chuchota à son oreille. Si vraiment vous avez besoin de sang, je peut vous laissez boire le mien, si cela peut vous faire plaisir.

Elle recula aussitôt, un sourire sur ses lèvres discrètement dessiner, avant de s'assoir définitivement dans l'un des fauteuils et de se servir une orangeade. Elle croisa ses jambes et attendis de voir si le bretteur allait s'assoir aussi, où si il préférai regarder le paysage, dans ce cas là, elle le laisserai tranquille.


A l'étage, la mère de la mage sourit doucement à Agatha, elle comprenait qu'elle soit gêné, mais pourtant elle n'avais pas de quoi. Elle était une très bonne combattante, il était normal qu'elle n'ai pas eue le temps de s'interroger sur ses tenues. Contrairement à ses sœurs qui avaient du peut être trop y pensée ? En tout cas pour elle, elle n'avais rien à se reprocher. Agatha avait beaucoup de qualité, et en plus de celle d'avoir des mensurations parfaite.

Je vois. J'ai déjà pensé à plusieurs tenue pour toi, et pour tout les genres, sous vêtement, tenue de soirée, tenue de tout les jours. Ont va commencer les essayages, tu me diras ce que tu en pense. Par contre ne te fit pas au couleur, j'ai confectionner à la va vite avec tout les tissus qui me passaient sous la main, je les refabriquerais en noir et autre couleur pour toi si un modèle te plait d'accord ?

Elle prit ensuite Agatha par les mains, et l'emmena vers le petit paravent, elle la laissa s'y mettre en sous vêtement, et lui donnais les différents modèles au fur et à mesure. Elles commencèrent par les tenues de tout les jours, un premier ensemble était composé d'un pantalon de toile légère, avec un top à bretelle. Le pantalon était gris anthracite avec des motif en noir, le tout assez discret. Elle attendit qu'Agatha sorte pour lui dire ce qu'elle en pensait, il fallait voir si elle aimait le top à bretelle, si elle s'y sentait à l'aise.

Quand tu auras fini de t'habiller montre moi ce que ca donne, et surtout dit moi si tu te sent bien dedans.

Ethelina attendais sagement, armée d'épingle, de ciseau et d'un mètre ruban, elle allait retouché à la perfection cette tenue, et mettre ainsi en valeur les courbes d'Agatha.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Ven 23 Juil 2010 - 19:40

Citation :
Personnage Non Joueur Agatha De Noheimyn.
Une fois dans la cabine d'essayage, la soldate n'eût aucun complexe à se dévêtir, et après tout cela ne l'aurait pas dérangée de le faire même devant Ethelina. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu'elle avait l'habitude de se changer devant ses collègues, que ces derniers ne devaient pas la traiter comme une femme mais juste comme une épée qui défendait les idéaux de l'Empire. Sur le champ de bataille, qu'importait le sexe de la personne, seul la victoire importait, alors elle n'aimait pas être jugée à cause de ce qu'elle avait parfois tendance à considérer comme un défaut : les hommes n'étaient pas ainsi harcelés, sauf peut-être les hauts gradés, aussi il lui arrivait souvent de plaindre le capitaine…

Pour l'heure, elle retira les pièces d'armure qui l'encombrait tout en repensant à quelque chose que la couturière avait fait : elle l'avait tutoyée. Agatha n'était pas vraiment habituée à se faire interpelée de la sorte, et seul sa famille et ses supérieurs hiérarchique s'y autorisaient, alors cela la gênait un peu. Comme si elle avait besoin de ça…
Mais la gentillesse de la femme l'empêchait de dire quoi que ce soit, alors elle se contenta de laisser faire, puis après tout c'était peut-être pour la mettre en confiance et qu'elle ne complexe pas sur son corps musclé.

En dessous de son armure elle portait de simple sous-vêtements noirs, sans motifs ni hornement, tout ce qu'il y avait de plus classique, et elle ne tarda pas à enfiler les vêtements que l'on lui avait dit de tester, cela d'un geste mécanique et sûrement trop droit et carré pour paraître normal.

Lorsqu'elle sortie, son regard semblait être légèrement confus.

- C'est étrangement léger… Dit-elle en chuchotant presque avant de reprendre un timbre de voix déjà plus naturel. Je me sens un peu comme mise à nue, mais je suppose que c'est normal étant donné que je ne porte jamais rien de si… extravagant ?
Elle fît un tour sur elle même afin qu'Ethelina puisse clairement voir comment lui aller la chose, puis quand elle eût terminée sa vrille elle resta droite, bien trop droite d'ailleurs, laissant facile de voir qu'elle semblait presque tendue.
- Je me sens un peu mal à l'aise avec quelque chose de si peu couvert sur le haut du corps. Pour ce qui est du pantalon, je préfère m'en référer à votre jugement.
Elle resta donc debout, sans bouger, attendant de voir ce qu'en pensait son interlocutrice, comme si cela s'agissait d'une mission et que la réussite de cette dernière dépendait de ce qu'elle ferait. Agatha avait toujours eût tendance à prendre les choses trop à coeur, et cela ne faisait pas exception…

Citation :
Personnage Non Joueur Foa Ascheritt.
Le chevalier se saisit de la tasse de thé disposée à son attention et ne tarda pas à tremper ses lèvres dedans, buvant l'arôme comme si la température de ce dernier ne le dérangeait pas le moins du monde. Mais pour l'instant il ne bougeait pas, restant là, devant cette fenêtre, à regarder le décor fleuris comme si c'était là la première fois qu'il l'aperçevait. D'ailleurs son regard assassin était revenu, mais ça Ysyhteha ne pouvait pas le voir étant donné qu'il était dos à elle.

Ce qu'elle avait dit n'avait pas tardé à aviver la flamme de haine qui rongeait le guerrier, et sa personnalité engendré par son incompétence semblait avoir refait surface, comme si le simple mot « sang » suffisait à faire surgir en lui ces pulsions sanguines.

Mais rapidement il redevint lui même pour se retourner vers la jeune femme et lui adresser son habituel sourire charmeur et sadique.

- Délicieux. Dit-il en levant légèrement la tasse qu'il tenait entre les doigts de son unique main.

Comme la mage était actuellement assise, la moindre des politesses était de rejoindre cette dernière pour pouvoir parlementer calmement et dans de bonnes conditions, alors il ne se fît pas prier plus longtemps et se posta juste devant elle, déposant sa tasse à peine entamée sur la table basse avant de s'installer au fond du fauteuil où il avait prit place.

Il resta ainsi à regarder Ysyhteha. Par moment son regard se détachait d'elle pour se porter sur la pièce et ses décorations, mais la plupart du temps c'était bel et bien elle qu'il fixait, et cela dans la discrétion la plus totale.
Mais comme il n'était pas très doué pour entamer des sujets de conversation intéressant de son propre chef, il restait silencieux, tappotant ses doigts sur l'accoudoir du fauteuil dans lequel il était installé, cela dans un bruit sourd qui était peut-être une des rares choses qui persistait à rompre ce silence relativement pensant…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Lun 2 Aoû 2010 - 20:26

Ysyhteha, comme Foa, se regardait l'un l'autre. Le tout dans un silence presque religieux. Il fut bientôt rompu par la mage, elle inspira une première fois pour se donner du courage. Elle ne comprenait pas pourquoi il l'attirait autant, pourquoi elle se sentait irrémédiablement attiré vers son coté ... Sadique ? Comme un papillon vers la lumière, seul Estrello était son âme soeur, elle en était convaincue mais allez savoir pourquoi certaine fois elle était plus que tenté. Elle inspira une seconde fois et cette fois ci se décida à parler.

Est ce que ... Je peut vous demander des nouvelles de mon beau père ? Je ... Je sais bien que je n'ai plus à l'appeler ainsi mais ... C'est plus fort que moi je crois. Elle eu un rire gêné mais but une gorgée de son verre pour faire passer sa gêne.


A l'étage la mère d'Ysyhteha, était pensive, elle scrutait le moindre défaut sur la tenue préparer. Elle fini par chercher dans l'une des malles des mitaines longue à porter. De couleurs noires elle les tendis à Agatha.

Normalement, les mitaines devraient te monter jusqu'en haut des bras. Dit moi si tu préfère ca ...

Elle la laissa essayer les mitaines, pendant qu'elle retouchait le pantalon. Ensuite, après qu'Agatha lui donna son avis avec les mitaines, elle lui fit essayé une pléthore de chemise, toute de couleurs sombres, privilégiant aussi du bleu nuit, très sombre seul les reflets révélait que c'était du bleu. Elle lui en fit essayé en dentelle, en soie, voir les deux. Et dans d'autre matière douce, elle lui fit aussi essayé des jupes certaine longue, certaine courte. A chaque fois elle lui demandait son avis et comment elle se sentait dans les vêtements en question. Elle fini par lui laisser le temps de se rhabiller quelques minutes. Elles allaient se prendre une pause Thé bien mérité.

Quand vous aurez fini venez me rejoindre, nous méritons bien une petite pause n'est ce pas ?

Elle attendis que la jolie impériale la rejoigne, en attendant elle avait préparer les boissons préféré d'Agatha pour qu'elle puisse s'hydrater convenablement. Une fois assise en face d'elle elle sourit doucement.

Alors Agatha, comment se passe votre vie à Zaphias, ce n'est pas trop dur ?
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Lun 2 Aoû 2010 - 22:59

Citation :
Personnage Non Joueur Agatha De Noheimyn.
Cet essayage se déroulait finalement sans encombre. De manière générale Agatha n'était pas vraiment difficile, préférant plutôt les vêtements qui cachaient bien les différentes parties de son corps, comme si elle ne voulait pas montrer sa chair et ses muscles.

Lorsque Ethelina lui fît essayer des jupes courtes, l'impériale avait tendance à serrer instinctivement les cuisses, comme pour masquer le plus possible ses jambes. Alors quand on lui demande son avis, elle précisa qu'elle aurait bien aimée pouvoir porter quelque chose qui masquait un peu plus sa peau, comme des collants ou des chaussettes longues. Mais là encore, elle ne faisait que donner son avis, attendant d'entendre ce qu'en pensait une experte comme la mère d'Ysyhteha. Mais ce qui était certain, c'est qu'Agatha préférait porter des jupes que des pantalons.

Pour ce qui était des hauts, la guerrière semblait apprécier à peu prêt tout ce que la mage lui proposait sans rechigner, signalant plutôt le genre de détail comme quoi elle était serrée au niveeau de la taille ou de la poitrine.

A la suite de ça, elles se retrouvèrent autour d'une table afin de se désaltérer un peu et de discuter.

- Et bien… Elle se saisit de la tasse de thé qui lui était attitrée avant de regarder le brevage tanguer doucement, son regard semblant se perdre dans le fluide qui devait lui servir de délectation. Je dirais que Zaphias est une ville agréable. Mais c'est sans doute car c'est là mon lieu de naissance à mes soeurs et moi. Il doit être normal de préférer la ville où l'on a grandit, n'est-ce pas ?
Elle leva un peu plus la tasse près de son visage afin de sentir l'odeur du thé que l'on lui avait concocté, l'effluve et la saveur de cette boisson pouvant se faire sentir de ce doux breuvage avant même d'y avoir trempé les lèvres.

Et d'ailleurs, Agatha ne tarda pas à goûter ce dernier, son teint semblant rosir un peu de part la chaleur qu'il faisait.

- Mais je ne peux pas me plaindre de mon travail. Dit-elle en baissant un peu la tasse pour pouvoir reprendre la conversation. Premièrement car je suis avant tout un chevalier. Mon devoir est de servir le peuple et mes impressions personnelles passe après celles de mes supérieurs. J'ai d'ailleurs rejoint le capitaine Oltorain sur cet avis. On pouvait sentir la détermination dans son regard, comme si elle vivait vraiment pour cela, comme Schwann. Et deuxièmement, car j'ai justement un capitaine digne et fier. Il fait régner la loi avant son propre bonheur. J'aimerais pouvoir me rapprocher un jour de sa grandeur, mais j'imagine que je suis encore loin d'avoir son expérience…
Elle arborait un léger sourire sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être que le simple fait de parler du capitaine la rendait heureuse. Mais pourquoi… ?

Citation :
Personnage Non Joueur Foa Ascheritt.
Foa trempa de nouveau ses lèvres dans le thé des plus simples qu'Ysyhteha lui avait préparé. A cet instant, difficile d'imaginer que quelqu'un qui tenait sa tasse avec tant de grâce pouvait être atteint de pulsion meurtrière et sanguine, mais les apparences étaient souvent trompeuses.

Puis voilà que la future épouse du Don demandait des nouvelles de Schwann.

- Le plus simple aurait été que vous vous rendiez à la capitale pour lui parler vous savez ? Dit-il sur un ton assez provocateur, comme si il se doutait que la mage n'avait jamais vraiment été à l'aise dans cette ville alors que pourtant il n'y avait pas de quoi en faire un drame. Le capitaine est toujours aussi renfermé. Il ne sort que très peu pour se divertir et passe son temps soit sur le terrain, soit derrière son bureau à remplir des dossiers malgré lui. Dernièrement, il semblerait que sa soeur biologique est refait surface après des années où elle l'aurait cherché. Il s'arrêta un instant, inclinant légèrement la tête en direction de la mage comme si il se doutait une fois de plus qu'elle n'était pas au courant de tout, soit car cela se voyait sur son regard aux mots « soeur biologique », soit car il savait que le chevalier n'était pas du genre à donner des nouvelles. Schwann Oltorain n'est que le nom d'adoption du capitaine. Son vrai nom est Gailardia Galan. Il venait de dire ça sur un ton des plus froid avant de reprendre de sa voix douce et paisible. Si au début il semblait avoir été choqué de ne pas être qui il pensait, il s'en est vite remit après un petit séjour à votre taverne à Eloher me semble t-il, comme si rien ne pouvait vraiment déstabiliser ce guerrier bien longtemps.
Le bretteur de feu commençait à avoir un regard moins naturel, comme animé par une flamme désireuse de vouloir s'intensifier par l'intensité d'un combat. Et cette sensation oppressante qu'Ysyhteha avait pût ressentir la dernière fois se faisait de nouveau sentir, comme si l'air devenait étouffant. D'ailleurs le thé dans la tasse de Foa commençait à bouillir légèrement.

Il reprit finalement.

- Parfois j'ai l'impression que cet homme est mort, et que jamais rien ne peux le faire flancher, car il est bien impossible de tuer un cadavre. Et pourtant il continue d'oeuvre pour le bien de l'Empire, comme si il n'avait pas pût réussir à cette tâche dans une vie ultérieure. La tasse du guerrier explosa soudain, le thé se déversant sur lui en dégageant une intense fumée, ne semblant cependant pas brûler l'impérial…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Mar 3 Aoû 2010 - 0:17

La mère de la guildienne posa simplement une main sur celle d'Agatha, comme seule les mères en sont capable, ce geste anodin à la fois rassurant et encourageant, et lui sourit d'un sourire plein de franchise.

Nul doute que vous y parviendrez très chère. De ce que j'ai put en voir, vous êtes une très bonne combattante. Avec du temps et de l'entrainement vous y arriverez surement. Tout les plus grands ont du d'abord progresser dans leur voies, rien ne se fait naturellement. Même pour les héros de vesperia, ils ont progresser sur quelques années avant de pouvoir sauvé notre monde. Je ne me fait aucun soucis pour vois. Oh si, votre thé est il à votre convenance ? Vous préférez l'avoir plus chaud ou plus froid ?

Ethelina avait changer de registre en passant du coq à l'âne, mais elle souriait toujours de son sourire franc et rassurant. Elle avait remarqué ses joues se rosie et ce petit sourire sur ses lèvres. Mais elle prenait surtout ca pour de l'admiration pour son supérieur plutôt qu'à de l'amour. Elle continua de boire son propre thé glacé par ses soins avant de le posé sur la table et de réengager la conversation.

Sinon concernant le choix de savoir si ont se sent bien dans sa ville natale je n'en sait strictement rien. Pour ma part j'ai quitter avec précipitation mon village natal, c'était une toute petite "ville" si ont peut dire ca comme ca. Je rêve souvent de sa destruction par les monstres ... Son regard se perdit un peu dans le vague mais elle reprit tout aussi vite son sourire habituel et un changement de sujet également. Oh sinon j'ai fait mettre dans plusieurs sacs les tenues qui te vont bien. J'ai également mit des bas de soie pour l'été et le printemps, certain son léger et idéal pour les temps très chauds. Sinon j'en ai mit d'autre en matière tout aussi douce et chaude pour l'automne et l'hiver, au moins comme ca tu seras parer. Et puis tout à l'heure nous passerons à l'essayage des robes de soirée, j'en ai une qui t'irais à ravir tu sais ? Et une autre où je suis certaine que tu ferai tourné bien des têtes dedans.


Ysyhteha eut un pincement de cœur à l'énoncer de Schwann et de son passage à Eloher. Alors ainsi, il était aller mieux quand il à quitter Ynia ? La pauvre déjà qu'elle souffrais beaucoup, autant que se soit une information qu'elle emporterai dans sa tombe. Elle allait aussi répondre qu'elle irai bien le voir, mais malheureusement elle avait toujours peur de le déranger, qu'il soit partit en mission où autre et le château la mettait particulièrement mal à l'aise, mais l'atmosphère se réchauffa d'un coup, et pour finir la tasse de Foa éclata littéralement. Provoquant une surprise totale pour la guildienne, sont premier geste fut de poser sa propre tasse et de se précipité vers Foa, elle sortit du haut de sa poitrine un mouchoir caché là. Et elle entreprit de le sécher du mieux qu'elle le pouvais.

Oh attendez il faut que je vous sèche tout de suite, vous n'avez rien ? Faite moi voir votre main, elle n'est pas brulée ? Non ca à l'air d'aller mais au cas où ... ~Cercle de soin~

Tout en disant ca, elle avait soigneusement éponger le reste du breuvage, elle sentait la température monté en elle même à cause de la chaleur dégager par Foa. Mais pas que. Non la soudaine prise de conscience qu'elle était très près de lui, lui fit perdre un peu plus ses moyens, elle s'était alors rabattu sur sa main, mais même tenue cette dernière étaient posé entre la gorge et la poitrine de la guildienne, lui faisant encore plus rougir mais une fois le cercle de soin disparut, elle relâcha alors la main de Foa et la posa un peu brutalement sur le bras du fauteuil.

Ne bouger pas je vous en prie, je vais ramasser les morceaux de porcelaine qui pourraient vous blesser, par contre ... Vous devrez enlevez vous même ceux qui auraient put se glisser sous votre armure.

Son ton semblait neutre, mais le fait qu'elle garde la tête baisser, alors qu'elle était à genoux devant Foa, pouvais largement indiqué qu'elle était troublé. Pas par le fait qu'il ai briser la tasse, mais plus parce que, encore une fois, si elle ne s'était pas retenue elle l'aurai surement déjà embrasser. Cette pensée la fit à la fois frémir et donné la nausée ... Elle ne savais plus quoi choisir. En prenant doucement les morceaux de verre, elle se coupa le doigt légèrement son pouce se mit à saigné mais à part une légère grimace elle ne s'en préoccupa même pas. Une goute de sang perla tout le long jusqu'à se perdre dans la masse des petits morceau entassé dans sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Mar 3 Aoû 2010 - 1:20

Citation :
Personnage Non Joueur Agatha De Noheimyn.
Ce que disait la mère d'Ysyhteha était parfois un peu naïf. Quand bien même elle évoluerait, elle ne pourrait jamais atteindre la grandeur de Schwann, notamment car lui continuait aussi de progresser et car il avait vécu des choses bien plus difficile qu'elle, ce qui lui permettait d'avancer sur la voie qu'il avait emprunté. Mais elle avait eût une vie comblée par un père plus qu'aisé, et d'ailleurs si elle avait pût rejoindre l'armée c'était en partie parce qu'elle pouvait se le permettre, et non pas par nécessité.

Mais signaler une telle chose aurait été tout bonnement inutile, alors elle se contentait d'écouter et de sourire légèrement.

- Les… robes de soirées ? Dit-elle presque en chuchotant, comme si elle était surprise qu'Ethelina veuille la faire essayer de tels vêtements. Après tout elle n'avait jamais vraiment pensée à porter ce genre de tenue, et encore moins dans le but de faire chavirer des coeurs. A cette idée elle pensa à Schwann, se demandant ce qu'il penserait d'elle si il la voyait dans un tel accoutrement.

Mais Agatha secoua vivement la tête : il était son supérieur, rien de plus. Elle avait jurée de lui obéir quelque soit ce qu'il lui ordonnerait, et son épée servirait à protéger ses intérêts et sa vie avant son propre bonheur, comme lui le faisait depuis des années. Il était un modèle pour elle, alors elle marcherait dans ses pas, quitte à devoir rester une ombre jusqu'à sa mort…

- Je ne suis pas certaine que je pourrais porter régulièrement ce genre de tenue. Après tout je n'ai jusque là pas vraiment eût l'occasion de participer à des événements qui nécessitaient cela, alors je ne sais pas si… Elle s'arrêta, méditant sur le fait qu'elle n'avait pas eût l'occasion de participer à des soirées ou fêtes, ou si ce n'est pas plutôt elle qui avait toujours refusée de telles opportunités.

Elle resta donc ainsi, à regarder d'un oeil étrange sa tasse de thé qu'elle n'avait d'ailleurs plus touchée depuis…


Citation :
Personnage Non Joueur Foa Ascheritt.
La peau du chevalier n'avait strictement rien : ce n'était pas le genre de chose qui pouvait réellement le brûler. Mais bien qu'il soit de l'élément feu, il n'y avait bien que des personnes supérieurs dans ce domaine qui pouvait réellement le faire suer et le blesser, les autres n'ayant strictement aucun effet sur lui. Alors c'était totalement invraisemblable qu'un fluide chauffait par ses soins puissent brûler celui qui avait fait en sorte de le rendre bouillant.

Toutefois, le bretteur ne releva pas, laissant la mage faire ce qu'elle pensait nécessaire comme Foa était son hôte.

Sauf qu'elle se coupa, et la goutte de sang réveillant de nouveau les pulsions meurtrières de ce fou qui était actuellement chez la Guildienne. Un conflit interne commençant donc à l'intérieur du crâne de l'impérial.

- Vous ne devriez pas laisser une blessure ainsi à l'air libre…
- C'est vrai. Ce serait stupide que cela s'infecte et qu'il faille emputer ! Mais je me ferais cependant une joie de le faire, avec cependant une marge d'erreur de dix centimètres.
L'unique main du chevalier vînt alors saisir son propre crâne, comme si il essayait de renfermer l'assassin qui habitait son corps, ses doigts s'enfonçant légèrement dans sa peau en y laissant la marque distinctive de ses ongles, sans pour autant perforer la chair, comme si il gardait un semblant de raison ou qu'il se limitait à ne pas faire couler le sang pour ne pas passer en transe.

Mais après quelques secondes où la lutte interne semblait être rude, Foa finit par se resaisir, ou plutôt à mélanger sa part saine et sadique, son expression restant celle du meurtrier alors que ses pensées étaient celles de l'homme serviable.

- Le capitaine m'inquiète cependant. Comme il ne montre rien, il est difficile de savoir ce qu'il ressent réellement. Il semble s'inquiéter plus du sort des personnes qu'il rencontre que du sien, comme si il ne comprennait pas que si sa vie s'arrêtait, il ne pourrait plus protéger personne. Le guerrier semblait être revenu sur ce sujet car cela avait le mérite de l'apaiser. Parler de son supérieur était peut-être l'une des choses qui le rendait vraiment fier, car dans le fond il avait été l'un des premiers hommes choisis par Schwann. Je crains qu'un jour son esprit ne se brise et qu'il ne puisse plus rien ressentir. A moins que ce ne soit déjà le cas…
La sensation de chaleur que dégageait l'impérial semblait s'être dissipé peu à peu, rendant l'air de nouveau respirable. Mais en même temps le regard de Foa devenait plus sombre, comme si cela le préoccupait réellement. Pourtant ce n'était que son supérieur, et si un jour il lui arrivait de périr au combat, il serait tout simplement remplacé, soit par le Lieutenant de brigade, soit par quelqu'un nommé par le commandant des chevaliers. Mais c'était étrange. Schwann semblait être le genre de capitaine que personne de la brigade ne voulait voir mourir…
- Le capitaine est vraiment spécial. Même Sasaki qui est vraiment le genre d'homme que peu de gens peuvent supporter respecte notre supérieur. Je ne sais pas pourquoi, mais aspire t-il naturellement la confiance aux gens qui le rencontrent ? Ou alors il gagne cette confiance ? Je n'en sais rien… Le soldat releva la tête en direction d'Ysyhteha, le doute pouvant se voir sur ce regard assez désamparé et sournois. Qu'en pensez-vous ? Qu'avez-vous ressentit lorsque vous avez rencontré le capitaine pour la première fois ?
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Jeu 5 Aoû 2010 - 0:32

Ethelina rit doucement devant les réactions de la jeune femme. Elle n'allait pas lui faire essayé trente six robes de soirées. Non seulement deux dont elle était certaines qu'elle lui irait. C'était là qu'intervenait l'aide qu'elle aurait bien voulue d'Agatha.

Oui, des robes de soirées mon petit. Et justement à ce propos ... J'aimerais vous demandez un énorme service. Contre rémunération bien sur, enfin voilà. Je vais d'ici peu bientôt ouvrir ma boutique de vêtement, je serais mieux avec mon magasin vous comprenez ? Enfin voilà, j'aurais besoin que vous "posiez" dans les deux tenues robes de soirée, pour faire une sorte de peinture grandeur naturelle pour montré les sortes de robes que je fait. Est ce que ... Vous accepteriez ce service ? J'ai fait appeler un magographe, le procédé magique ne prend que quelque secondes vous n'aurez pas plus à attendre.

Pendant que la mère d'Ysyhteha attendait une réponse de la part d'Agatha. La guildienne, elle, en donnait une à Foa. Mais pas vraiment celle qu'il attendais. Elle avait été scier de voire avec quel rapidité il avait sauté du coq à l'âne. Une minute plutôt il espérait lui coupé la main, alors que maintenant il voulais parler de Schwann. Cela là mit dans une colère noire. Elle gifla de sa main libre le chevalier tendis qu'elle le dardais d'un regard noir de colère en se relevant.

Je vous trouve bien insolant de me parler de mon beau père alors que vous vouliez m'emputer la mains il y à moins d'une minute.

Elle lui aurait donné une seconde gifle si il avait esquisser le moindre geste. Elle referma sa main et se coupa avec les morceaux mais elle s'en fichait, elle était toujours en colère après cet homme.

Vous avez tout ce qu'il vous faut pour patienté le retour d'Agatha. Je vous laisserai donc seul.

Sans d'autre mot elle fit demi tour et tourna sur la gauche, puis au bout du couloir, elle tourna encore à gauche pour entré dans le salon, et enfin une fois à l'intérieur du salon, elle tourna à droite pour se retrouvé dans la cuisine. Elle y jeta les morceau de porcelaine cassé, et s'occupa comme elle pouvais dans la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   Sam 4 Sep 2010 - 20:01

Citation :
Personnage Non Joueur Agatha De Noheimyn.
Pour la soldate il était difficile de cacher sa surprise. Ses yeux c'étaient écarquillés lors de l'énoncé d'un tel projet de la part d'Ethelina, et elle trouvait vraiment cela surprenant que ce soit à elle que l'on s'adresse pour une telle chose.
Bien entendu elle savait qu'elle n'était pas non plus laide, mais il y avait des gens plus qualifiés qu'elle pour accomplir un tel travail. Peut-être que cela était par manque de budget ?

Finalement, elle décida de se prendre au jeu, déposant alors la tasse qu'elle tenait dans ses mains pour pouvoir se lancer avec enthousiasme dans le vif du sujet.

- Je n'y vois pas d'inconvéniant madame. Et puis cela à l'air amusant. Là, Agatha esquissa un sourire à l'attention de la femme en face d'elle. Il lui était bien impossible de dire pourquoi elle avait acceptée, mais dans le fond cette idée ne lui déplaisait pas, cela lui permettrait de pouvoir se changer un peu les idées…

Citation :
Personnage Non Joueur Foa Ascheritt.
Une haine sans pareille envahissait désormais le bretteur. De quel droit cette femme avait-elle osée toucher le visage de Foa ? Elle pensait peut-être lui être supérieur pour se permettre une telle chose ? Cette idiote pensait seulement lui avoir fait mal avec une telle force ? Elle se trompait royalement.

Le guerrier ressentait encore le contact de la gifle d'Ysyhteha et maintenant qu'elle était partie il n'y avait vraisemblablement plus rien pour faire obstacle à sa haine. Son aura meurtrière avait laissée donc place à celle de son élément, une chaleur étouffante envahissant la pièce alors que Foa essayait désespérement de lutter avec son autre lui.

- Qu'est-ce que tu fais ? Tu sais bien que j'ai le dessus sur toi dans ce genre de moment.
- C'est… mon… corps… ! Il tremblait, son unique bras voyant ses doigts se cripser.
- Notre corps. Il est donc normal que j'ai le droit d'en prendre le dessus par moment.
- Je ne t'ai jamais… demandé d'exister…
- Mais j'ai toujours existé. Je suis toi et tu es moi, tu ne peux rien y faire, nous ne sommes qu'une seule et même entité. Cesse donc d'essayer de me renier et laisse toi aussi la haine t'envahir !
La température augmenta alors, le bras artificiel enflammé du guerrier apparaissant au niveau de son épaule gauche, la chaleur semblant alors déformer les vitres de la pièce.

Mais c'est alors que le membre de chair et de sang du soldat aggripa son torse au niveau de son coeur, serrant alors fermement sa prise sur lui même comme pour ne pas laisser la folie l'emporter.

- Ne me fais pas obstacle Foa !!
- Tu n'es pas… moi…
L'homme tomba alors genoux à terre, sa poigne se relâchant par la même occasion de manière à laisser ses bras pendre le long de son corps.
- Je vois… tu veux que je disparaisse. Très bien Foa.
Soudainement, il redressa la tête et tendit sa main de flamme devant lui, comme pour empêcher quelque chose ou quelqu'un de partir.
- Non ! Ne me laisse pas seul !
Un sourire malsain se dessina alors sur le visage de l'épéiste, plus aucune inquiétude ni angoisse n'apparaissant sur cet homme au passé tourmenté.
- Tu sais bien que je serais toujours là.
Cette fois, le bras qui était tendu devant l'homme retomba lourdement le long de son corps, et Foa resta quelques minutes à genoux, sans bouger, se demandant pourquoi il était tant attaché à cette part la plus monstrueuse de lui… mais ses questions restèrent sans réponse…

Il fini donc par se relever puis il se dirigea vers la sortie de la maison. Agatha était une grande fille, elle pourrait très bien rentrer seule et il ne savait pas pour combien de temps elle en aurait…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La ville d'Halure : La féminité est en chacune de nous.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Astuce] Voir des caméra en direct ( parking , ville, ...)
» Briançon petite ville grand renom
» Notre ville : monleg-temple
» Fêtons ma 2eme ville
» Décors: projet ville cyberpunk
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Halure-