AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 "Le regard peux se satisfaire du reste."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Ven 25 Juin 2010 - 19:13

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

Des pas couraient dans les collines d'Ehmead. Ils fuyaient à travers la végétation, ayant quitté le sentier principal. La respiration saccadée, un petit groupe d'humains en sueur prenaient leur jambes à leur cou comme si une bête enragée les poursuivaient. Pourtant, il n'y avait ni tremblement, ni bruit de course bestiale, ni prédateur dans le coin. Les monstres eux-même n'avaient pas remarqué la présence de la bande d'humains qui fuyaient comme si leur vie en dépendait.

Sur le sentier, quatre paire de pattes noires d'oiseaux géants se posèrent. Quatre paires de bottes descendirent en silence sur le sol d'Ehmead avant de filer comme des ombres vers la végétation.

Les humains couraient toujours, poussant les branches sur leur chemin, bousculant les plantes. l'un d'eux trébucha et une femme vint lui porter secours pour le relever et l'entraîner afin de rattraper leur retard. Ils devaient être une dizaine à courir ainsi aussi vite qu'ils le pouvaient.
L'un d'eux bouscula une plante portant un bourgeon jaunâtre. Il respira alors le pollen qui le paralysa instantanément.

- Non !
- Laisse-le ! Il n'y a plus rien à faire pour lui !
- On ne peut pas le laisser ici : il va se faire tuer !
- Le porter nous ralentira ! tu veux vivre ou pas ?


L'homme en question tira la jeune femme pour la contraindre à partir avec le reste. Le pauvre qui avait respira le pollen était a terre lorsqu'une nuée de jarqui vinrent criblé son dos lui arrachant un faible cri d'agonie tandis que le sang commençait déjà à se déversé du coin de ses lèvres.

Le reste de la troupe continuait de foncer. Trébuchant toujours, courant sans réfléchir, se heurtant dans la panique à nombres obstacles. Celui qui semblait avoir le plus de sang froid dirigeait le groupe :


- Ne vous retournez pas ! Avancez ! Allez !


Mais alors qu'il disait cela tout en justement s'étant retourné, une flèche vint se planter au travers de sa gorge. Son cri fut étouffé par le sang qui avait envahi son œsophage. Il porta vainement ses mains à son cou en s'écroulant tandis que les femmes présentes hurlaient. La course reprit de plus belle. Mais cette fois ils couraient de manière plus désordonnée et plus rapide encore.
Des bruits de pas étaient audibles derrière eux. la panique se saisit de chacun. Soudain, une lame siffla entre les arbres avant de venir se planter dans le crâne d'une des femmes qui tomba en avant en faisant tomber un autre homme de la bande. Il se retourna et constata avec stupeur la hache qui avait ôté la vie de sa camarade. Il hurla en voyant quelque chose arriver vers lui, puis un glaive se planta entre ses deux yeux lui arrachant la vie. Un talon de bottine en cuir donna un coup dans le front de la victime pour dégager la lame désormais ensanglantée.

L'autre botte encore posée sur le cadavre, la main libre sur sa hanche, le regard rivé sur la bande d'humains qui s'éloignaient au loin, les cheveux blancs de la krityenne oscillait sous le courant d'air qui osait s'aventurer dans la végétation d'Ehmead. Trois autres krityens vinrent rejoindre leur supérieure. La jeune femme fit quelques signes de mains et ses hommes se lancèrent à l'assaut des fugitifs.
Un odieux sourire se dessina sur les lèvres de la cruelle...

Magdalëniia Windwaker, lieutenant patrouilleur en mission avec son escouade. Le groupe traquait une bande de voleurs qui tuaient des nobles depuis un moment en prenant bien soin de leur voler leurs richesses afin de les redistribuer aux pauvres. Ils disaient faire cela pour le bien de Terca Lumireis. Mais le bien de Terca Lumireis importait peur au patrouilleurs. Pour eux, cette bande n'était rien d'autre qu'un groupe de meurtriers qui représentait une menace à éliminer. De plus, le patriarche vient de donner son feu vert pour augmenter le rythme des missions afin de remplir les caisses du clan, et les nobles impériaux offraient une belle prime pour l'élimination de cette menace. Naturellement, cette requête faite aux patrouilleurs n'était pas très en accord avec les lois de l'Empire, comme toujours, mais ils savaient ce qu'ils faisaient.

Mag' bondit alors en avant et telle une sauterelle, elle rebondissait sur les rochers et les branches solides pour atteindre plus rapidement encore leur objectif. Elle s'accrocha alors a une branche plus haute pour faire une merveilleuse démonstration d'athlétisme. Elle fit un tour complet autour de la branche avant de lâcher celle-ci pour se propulser dans les airs. Elle brandit son épée en observant les humains qui couraient encore.
L'un d'eux se retrouva avec une flèche qui lui traversa le crâne dans la longueur, tombant raidement en une seule seconde. Une jeune femme vit l'un des combattants agiles des patrouilleurs lui bondir dessus avec ses deux lames courtes. Il plaqua ses genoux sur la poitrine de celle-ci pour la mettre au sol avant de la décapiter en faisant un mouvement de ciseau avec ses épées. Mag' tomba sur le dos d'un fuyard qu'elle égorgea d'un coup vif et précis tout en lui tenant la tête avec l'autre main. elle se releva tout aussi vite pour foncer vers un jeune homme qui semblait pleurer comme un puceau. Elle le faucha pour le mettre sur le dos et elle bondir pour s'assoir sur lui. Le jeune garçon semblait tétanisé. Mag' hocha la tête et haussa un sourcil avant de lever son épée et de la planter dans la poitrine de sa cible, lui perforant le cœur. Une giclée de sang sortie de la bouche du jeune homme qui rendit l'âme sans souffrir.

Les Windwaker se rassemblèrent dans l'ultime poursuite. Ils se groupèrent tout en poursuivant les trois derniers survivants. L'un d'eux envoya une hache de lancer qui cloua l'homme musclé devant eux par l'épaule à la paroi. Lorsque les patrouilleurs passèrent, un coup d'épée de Mag' détacha la tête de leur victime de son torse.
Le chemin montait, ils arrivaient près de la côte. L'agile assassin du groupe bondit en avant pour se retrouver a califourchon sur les épaule du dernier homme survivant le plaquant à terre. L'assassin fit une roulade sans se soucier de celui qu'il avait immobilisé. L'humain releva la tête. L'un des patrouilleur passa alors en laissant sa violente hache mordre le sol et séparer le corps de sa cible en deux par la longueur dans un bruit de chair découpée.

Lorsque les Windwaker arrivèrent enfin au sommet des collines d'Ehmead, la dernière femme du groupe pleurait en leur tournant le dos. Elle semblait serrer quelque chose contre elle. Mag' s'avança alors vers elle avec son sourire remplis de sadisme. Ses hommes la laissèrent faire, connaissant son plaisir. La jeune patrouilleur fit siffler son épée dans l'air, envoyant des gouttes de sang par la même occasion. La femme devant elle se retourna alors, toujours en sanglot. Puis, un cris retentit, un cris d'enfant.
L'humaine tenait dans ses bras un nourrisson âgé de moins d'un an. Il hurlait de toute ses forces, mort de peur. La voix faible de l'humaine implora Mag' :


- Pitié ! Ayez pitié !

Mais Mag' la regarda d'un air sévère et absolument inébranlable avant de lui répondre sèchement :

- De la "pitié" ? Vous et votre petite bande avez-vous de la "pitié" pour tous ceux que vous avez tués ? Vous avez assassinés d'innocents nobles qui menaient une vie sans soucis dans le seul et unique but de satisfaire la cupidité du bas peuple ! Avez-vous eut de la pitié pour les enfants que vous avez laissés sans parents ? Avez-vous eut de la pitié pour les veuves que vous avez laissées sans maris ? Avez-vous eut de la pitié pour tous ceux que vous avez tués ?

Tétanisée par la peur, l'humaine recula d'un pas. Elle faillie glisser mais elle garda l'équilibre. l'un des patrouilleurs s'assit sur la tombe d'Elucifur et il lança à son lieutenant :

- Dépêche-toi Mag' : nous devons effectuer le plus de missions possible.

Sans lui répondre, Mag' leva son épée pour pourfendre le corps de sa cible. L'humaine poussa un dernier cri de détresse :

- Pitié !
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Ven 25 Juin 2010 - 21:58

~Loup fantôme~ siffla, et ainsi Schwann se retrouva juste devant la Windwaker, son arme parant le coup qu'elle allait porter dans une pluie d'étincelle. Il sentait la force de la Krytienne s'exercait sur son épée, constatant au passage une fois de plus qu'elle n'était pas une faible femme à prendre à la légère. Mais là ils surpassaient leur droit sur un continent où ils n'avaient théoriquement rien à faire.

Ce que le capitaine faisait là ? Le simple hasard. Ou bien le destin qui sait ? En réalité il était venu en ces lieux pour voir l'océan et sentir la brise fraiche s'abattre sur son visage, une des rares choses qui l'empêchait de penser. Et comme il était du genre à ne pas avoir franchement beaucoup de chance, il fallait qu'il arrive au moment où une patrouille Windwaker soit en pleine chasse.

Schwann repoussa alors la lame de Magdalëniia en tirant sa seconde épée de son fourreau, car il se doutait bien que cela n'allait pas se passer comme une simple promenade de santé.

- Ravie de vous revoir mademoiselle. Il avait dit cela sur un ton tellement froid que l'on aurait pût se croire à quelques kilomètres des lieux, dans les glaciers de Zopheir. J'aurais cependant aimé que ce soit dans d'autre circonstance.
Pour l'instant le soldat ne faisait pas réellement attention à l'humaine qui était leur proie, cela car il n'appréciait guère non plus leur procédé de ce qu'il venait d'entendre de Magdalëniia, mais une vie était une vie, et il y avait de meilleur moyen de régler les conflits.
- Puis-je savoir ce qui amène une belle femme comme vous sur ce territoire bien reculé en comparaison des civilisations Krytiennes ?
Sa voix restait morne, dénuée d'émotion, comme d'habitude…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Ven 25 Juin 2010 - 22:10

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

Lorsque le capitaine impérial arriva les autres patrouilleurs se rapprochèrent de leur lieutenant prêts a en découdre. Ils se souvenaient tous de lui et ils étaient prêts à lui faire goûter la fureur des patrouilleurs pour avoir déjà une fois failli tuer l'une des leurs.

Lorsque Mag' reconnu le beau capitaine, elle aurait voulu faire son habituel cinéma, cependant, la mission était plus importante. Elle pesta et prit une expression énervée en faisant un grand mouvement de son bras libre, menaçant ensuite l'impérial de son glaive :


- Écarte-toi de mon chemin ! La vie de cette humaine est mienne ! C'est une criminelle qui doit être punie pour ses crimes !

Le nourrisson dans les bras de l'humaine hurlait toujours tandis que sa mère sanglotait sans comprendre, repliée sur elle-même. Les patrouilleurs se tenaient prêts. l'un banda son arc tandis que l'autre avait déjà une hache de lancer dans sa main, jonglant avec. Le guerrier faisait tourner sa hache sur son épaule et Mag' semblait déjà perdre patience. Les trois hommes de Mag' se mirent en formation de combat rapproché au cas où le Capitaine tenterais dans un élan de folie de s'interposer.

Mais Mag' fut a plus impatiente. Elle se jeta comme un démon sur le Capitaine portant un coup de haut en bas pour le forcer à reculer. Les lames s'entrechoquèrent et Mag' et Schwann se retrouvèrent tout proches. Le visage de la Windwaker était défiguré par la soif de sang réveillée par le combat encore trop récent. Elle poussait de toutes ses forces pour atteindre sa proie derrière le chevalier, les dents serrées elle finit cependant par lui lâcher avec une voix déformée par la rage :

- Cette vie est à moi ! Elle à tué ! Je dois la tuer ! Ne te met pas en travers de ma route !
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Ven 25 Juin 2010 - 23:03

- En la tuant vous vous condamnez au même sort !
Le guerrier vînt frapper la lame de la Krytienne de son épée de Vrai Chevalier, et pendant ce laps de temps la Sombrelame venait par le haut, ce qui obligea Magdalëniia à esquiver dans une vrille selon l'axe de son corps, tentant en même temps de frapper de nouveau le bretteur grâce à l'inertie qu'elle avait accumulée pendant cette esquive.
Mais il en fallait plus que ça pour surprendre Schwann, aussi il leva de nouveau son arme basique en sentant sa lame vibrer sous celle de la jeune et belle demoiselle, puis pendant qu'elle essayait de forcer sur ses muscles afin de faire fléchir le chevalier, lui laissa le mana se répandre autour de lui à une vitesse prodigieuse, cela dans une explosion noire qui repoussa la Windwaker à deux mètres en arrière. Il venait de déclencher son ~Hors Limite~.

- Les bourreaux se verront forcément être châtiés un jour ou l'autre pour avoir donnés la mort aux criminels. Il fît faire un moulinet à chacunes de ses armes, ces dernières se croisant dans un geste gracieux. Il ne tient qu'à vous de mettre fin à cette chaîne sans fin en vous montrant plus intelligent et en cessant ce massacre inutile ! Les meurtres ne sont pas une fin en soit…
Le regard du capitaine était étrange et indescriptible. Au vue de son rang il était facile de se douter que ses actions l'avaient mené à commettre bon nombre de meurtre, mais pourtant il semblait aujourd'hui être résigné à limiter les pertes humaines. Pourquoi ? Peut-être car la lueur dans son regard montrait qu'il avait trop de fois vu la atrocité de la guerre, que cela ne menait visiblement à rien et qu'il avait compris cela. Et même si c'était la seule vraie chose pour laquelle il était doué, il semblait avoir choisi une voie qui lui serait difficile.
- Mais de toute manière j'imagine que c'est inutile de parler de cela avec vous… Venez !
Là l'aura du bretteur s'intensifia de telle sorte qu'il était plus difficile de le voir sous cette couche brumeuse et sombre, et la particularité de cette dernière était plutôt l'animosité qui se dégageait de lui.

Il soupira juste un instant.

- Et faite taire ce gosse !
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Ven 25 Juin 2010 - 23:26

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

Lorsque le chevalier commença à cavaler avec la jeune humaine et son bébé, Mag' se lança à leur poursuite en beuglant :

- Tu ne m'échappera pas Schwann Oltarain ! Cette femme est à moi !

Les quatre patrouilleurs se lancèrent à leur poursuite a toute allure. Le Capitaine avait beau être en hors limite, il ne faisait pas le poids face à l'incroyable vitesse de l'assassin de l'escouade qui rivalisait adroitement avec les compétences de Mag' en la matière.
ce fameux assassin bondit en avant et dépassa le capitaine et sa protégée. Les épées du Windwaker vinrent rencontrer celles de l'impérial qui le repoussa adroitement. Ils croisèrent le fer quelques secondes avant que le chevalier ne lui flanque un puissant uppercut dans la poitrine l'envoyant valser plus loin. Cependant, les autres patrouilleurs les avaient rattrapés. Malgré toute la volonté de la mère, l'enfant beuglait autant qu'il en était capable et l'humaine sanglotait toujours. Mag' laissa ses hommes fondre sur le capitaine en marchant doucement vers sa proie avec cet air sombre et déterminé, sa lame encore ensanglantée pendant le long de son corps.

Le premier envoya une flèche qui vint se planter dans l'épaule du bras de mana du chevalier. Comme ils l'attendaient, l'impérial ne s'en soucia même pas. Mag' fut impressionnée de voir à quel point la volonté du chevalier était forte. La hache du patrouilleur vint se heurter aux deux épées du capitaine. face à la force herculéenne de son adversaire, Schwann dut se focaliser sur cet unique ennemi pour repousser l'attaque. Mais Une seconde flèche vint se planter cette fois dans son biceps encore de chair. Même si il luttait contre la douleur, la hache de son ennemi força alors à ce moment précis pour lui ôter l'épée qu'il tenait dans sa main normale. L'assassin se rua une fois de plus vers le Capitaine qui dut mettre à profit sa maîtrise parfaite de l'escrime pour repousser le Windwaker. Mais celui-là s'approchant trop, il dut le saisir par le col et l'envoyer valser plus loin pour ne pas flancher sous la rapidité de ses enchaînements.

Mag' arriva alors à leur niveau et recevant l'ordre télépathiquement, les hommes de Mag' reculèrent pour la laisser à l'avant. La jeune krityenne fendit l'air horizontalement avec son glaive avant de lâcher avec cet air typiquement Windwaker, si froid et sans pitié :


- Tu protège cette bâtarde ? Elle a empoisonné des hommes sans défenses. Des gens que tu es toi-même censé protéger en tant que chevalier ! Elle les as tués lâchement, versant du poison dans leurs verres et les regardant mourir sans le moindre sentiment avant de s'emparer de leurs biens pour les donner à des gens qui ne savent même pas que les dons qu'ils ont reçu porte le prix du sang ! Cette chienne assassine des innocents et toi, noble chevalier, tu protège une criminelle ? Est-ce bien digne d'honneur ? La vraie justice doit empêcher de tels monstres d'exister ! Et si ce n'est pas nous qui le faisons, ce sera d'autres ! Alors autant effectuer notre mission : purifier notre Terca Lumireis des menaces pour les innocents.

Écarte-toi ! Je ne te le répèterais pas, Schwann Oltarain.


Mais alors que Mag' fixait le capitaine, dans ses sanglots, la jeune femme qui tenait l'enfant hurla ses supplications :

- N-non ! Nous n'avions pas le choix ! Nous devions nous battre pour survivre ! Nous sommes opprimés ! Nous n'avons rien à manger ! Rien pour vivre ! Je suis consciente que ce que j'ai fait est mal ! Mais devais nourrir mon fils ! Je ne pouvais pas le laisser mourir ! Pitié ! Mais avec le plus incroyable sang froid et sans la moindre pitié dans le regard, Mag' répliqua :
- Et votre amour pour votre fils vous forcera à recommencer si vous n'avez pas le choix. Vous êtes une menace à éliminer.
- Non !


Et la jeune Windwaker se rua de nouveau vers sa proie...
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Sam 26 Juin 2010 - 0:35

Schwann soupira. Il ne devait lui rester plus que quelques secondes de hors limite, alors autant mettre ce court et bref instant à profit pour repousser la valkyrie.
Mais avant cela il brisa la fleche qui était dans sa chair, ne se préoccupant pour l'instant pas de celle dans son bras de mana étant donné qu'elle n'entravait en rien ses capacités. Et avant même que le morceau de bois n'atteigne le sol, le guerrier venait de tourner son arme en direction de Magdalëniia, la pointe de sa lame visant la jeune et resplendissante femme.

Mais si l'on aurait pût croire qu'il allait abattre une estocade dans sa direction cela n'était qu'un trompe l'oeil, car en effet une déferlante d'énergie occulte tournoya autour de sa lame au teint mat, et c'est à cet instant qu'il relâcha son coup.

- ~Enuma Elish~ !
La vague de mana fonça directement en direction de la Windwaker, et sans que Schwann ne se préoccupe de savoir si elle avait touchée, partiellement esquivée ou totalement vaine, il profitait de son attaque comme diversion pour fondre sur la criminelle.

Il fît en sorte de plaquer cette dernière contre un arbre, cela afin d'éviter qu'elle ne puisse s'enfuir dieu sait où.

Mais il resta cependant bien droit devant elle, tenant fermement sa Sombrelame comme si il s'apprêtait à devoir l'employer de nouveau, et c'est là qu'il tourna légèrement la tête en direction de la Krytienne.

- Je suis désolé mais je ne peux pas laisser une si belle femme se souiller d'une telle tâche. Il ne regrettait nullement ce qu'il venait de dire. Pour lui tuer était un travail d'homme et non pas quelque chose que les femmes devaient faire. Loin de là l'idée qu'elles ne devaient pas se battre, mais il refusait qu'elles soient blessées dans une tâche qui gâchait leurs splendeur naturelles.

Le brigadier tourna alors la tête en direction de l'humaine, resserrant même son étreinte sur le garde de son arme.

- Je vous sauverez et votre fils vivra.
Une fois de plus il disait cela avec un tel manque d'émotion que qu'il paraissait cruel et inhumain, comme si quelqu'un dictait ce qu'il devait dire et qu'il n'était pas animé par sa propre volonté de vivre.

Là sa lame transperça le coeur de l'humaine, passant non loin du rejeton, bien que tout était calculé afin de lui laisser la vie sauve. La femme n'avait même pas du sentir le coup venir étant donné qu'il avait été donné avec une agilité digne d'un espion, et cela au détriment d'une douleur horrible du au miasme.

- C'est le seul moyen que j'avais de vous sauver. Dit-il alors qu'elle était déjà tombée à terre comme un vulgaire sac de légumes. Dans le fond les Windwaker étaient supérieur en nombre alors il ne pouvait pas franchement faire grand chose, et il valait mieux qu'elle meurt ainsi que de la manière dont ils procédaient. Puis elle ne restait qu'une criminelle et ses excuses n'étaient pas valable. Pourquoi recréer le cycle de la vie si l'on est même pas capable de s'assumer soit-même ? C'était une chose que Schwann avait du mal à tolérer. Les nobles vivaient peut-être dans un faux-monde en paix mais au moins ils avaient batit leurs vies comme tout le monde et dans la légalité.
- Je te comprends tout à fait Magdalëniia : cette femme avait déjà gâchée sa vie. Mais par respect pour celle qui l'a un jour mise au monde elle méritait au moins une mort sans souffrance.

Le capitaine impérial secoua sa lame de façon à en retirer le sang encore chaud du désormais macabé.
- Puis-je te parler un peu ? Seul à seul. Il la tutoyait désormais, preuve qu'il avait beaucoup d'estime pour elle…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Sam 26 Juin 2010 - 17:39

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

La krityenne avait bel et bien été envoyée dans un tas de fougères sur le côté. Lorsque l'impérial l'appela, c'est un cris de fureur qui résonna :

- Oh oui tu vas pouvoir me parler seul à seul !


Et la silhouette de la Windwaker bondit alors sur le capitaine pour le mettre à terre, dos au sol. Assise à califourchon au milieu du buste de Schwann elle commença à lui donner une succession de coup de poings au visage tout en déblatérant des paroles venimeuses :

- Tu *Bing* m'as *Bing* volé *Bing* ma *Bing* cible ! *Bing* Espèce *Bing* de *Bing* sale *Bing* voleur ! *Bing* Pourris ! *Bing* Pourris ! *Bing* Pourris ! *Bing* Cette *Bing* femme *Bing* était *Bing* à moi ! *Bing* *Bing* *Bing*

Et pendant que la jeune et si jolie Magdalëniia était entrain de déchaîner sa colère sur le pauvre Schwann, le jeune enfant toujours en vie brailla. Mag' n'y prêta pas attention et continua de frapper toujours plus fort et plus rapidement. Le nourrisson avait roulé des bras de sa défunte mère sur le côté. C'est alors qu'un des Windwaker approcha de celui-ci pour le faire taire. Il leva son épée longue vers le ciel pour l'abattre sur le corps du bébé.

C'est alors qu'un puissant flash de lumière aveugla l'ensemble de personnes présentes. Le flash éblouissant dura plusieurs secondes. Il y eut un bruit de métal et un cri de douleur. Lorsque l'intense lueur se dissipa, le Windwaker était à terre, désarmé, la pointe d'une somptueuse épée posée sur sa pomme d'Adam. Devant lui, une magnifique jeune femme aux longs cheveux blonds flottait à quelques centimètres du sol. Elle portait une robe blanche a moitié transparente qui la rendant magnifique. Le nourrisson était porté par la jeune femme, de son bras libre, calé contre son sein, et il semblait s'être aussitôt endormi. La resplendissante jeune femme avait un air calme et serein. Son visage doux semblait aussi apaisant qu'il respirait la puissance et invoquait le respect. Le Windwaker était tétanisé, autant que ses frères. Mag' s'était arrêtée de frapper pour regarder avec la bouche bée cette mystérieuse apparition. La voix de la jeune femme flottante résonna alors avec une douceur infinie :


- Votre mission est terminée, Windwaker. Tuer cet enfant innocent serait injuste. Je vais emmener cet enfant avec moi. Elle baissa son épée mais le plus courageux des Windwaker l'interpela :
- Qui êtes-vous ? Toujours avec ce sourire doux, la jeune femme répondit calmement :
- Je suis Minerve, Esprit des techniques, des combats justes et de la sagesse.

Abasourdit par cette révélation, les têtes blanches restèrent sonnés alors que Minerve disparu dans un nouveau flash, emportant avec elle le petit enfant qui dormait profondément contre son sein...

Mag' écarquilla les yeux pendant quelques secondes, puis, quasiment aussitôt, elle reprit ses esprits, n'ayant pas perdu le Nord, elle retrouva son expression rageuse et furieuse pour recommencer à frapper Schwann au visage dans une nouvelle série :


- Espèce *Bing* de *Bing* maudit *Bing* chevalier *Bing* de *Bing* pacotille ! *Bing* Comment *Bing* as-tu *Bing* osé *Bing* prendre *Bing* cette *Bing* vie *Bing* qui *Bing* m'appartenais ! *Bing* Salaud ! *Bing* Enflure ! *Bing* *Bing* *Bing*
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Sam 26 Juin 2010 - 22:41

Alors que sa bouche était en train de se remplir d'un goût de sang, le chevalier restait inerte, laissant cette femme déverser sa fureur sur lui dans l'espoir qu'elle se calme et se fatigue rapidement. Comme d'habitude il ne bronchait pas, et à un moment il ferma même son œil en attendant.

Mais pendant ce laps de temps elle s'arreta sans savoir pourquoi, alors il regarda de nouveau pour y voir un Esprit, ce qui laissa Schwann être l'anomalie de cette scène : il était bien le seul à y être indifférent. Aussi il en profita pour regarder la somptueuse Krytienne assise sur lui, et encore jamais jusqu'à cet instant il n'avait pût la voir de si près. Elle lui paraissait tellement… belle. Il n'arrivait pas particulièrement à penser autre chose, et il aimait tout autant son caractère de feu que son apparence.

Sauf que pour l'instant elle tournait de nouveau son poing vers son visage, et pendant qu'il encaissait encore des coups il en profita pour lever sa main de chair en direction de son visage, et il ne fut pas surprit qu'elle aggripe son poignet pour stopper son geste, même si elle faisait fausse route de penser qu'il lui voulait du mal.

- Quelle position indécente. Et c'est à cet instant qu'il prit de vitesse la Krytienne pendant qu'elle encaissait mentalement cette plaisanterie de mauvais goût alors qu'en théorie toute personne censée — chose que Schwann n'était pas — aurait cherché à se libérer de cette situation.

Mais d'une certaine manière c'est ce qu'il fit. Il souleva la jeune femme afin d'inverser les rôles, sauf que lui avait son épée imbibée de mana obscur dans son membre immatériel. Alors lorsqu'il la plaqua à son tour dos au sol et que la Sombrelame venue se planter à quelques centimètres de la tête de la Windwaker, lui se contenta uniquement de la regarder droit dans les yeux, ce qui restait en soit une position tout aussi indécente.

- Je préfère ce genre de confrontation. Et au risque de choquer Magdalëniia pour toute sa vie, il l'embrassa, laissant le goût de son sang sur ses lèvres à elle ainsi que la sensation d'un probable premier baisé…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Sam 26 Juin 2010 - 23:33

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

Tout d'abord Mag' pesta contre le chevalier qui l'avait "retournée" au sol. Elle se prépara a riposter lorsque soudain la sombrelame se planta à côté de son visage. Elle écouta le Capitaine juste à temps mais elle fut alors surprise. Là, il l'embrassa. Mag' écarquilla les yeux.
Les autres Windwaker froncèrent leurs paupières en dévisageant le chevalier d'un air sanguinaire. Ils firent pivoter leurs armes dans leurs mains, prêt à punir l'humain. L'assassin allait foncer sur Schwann pour le décapiter lorsque la main du guerrier le plus musclé du groupe se posa sur son épaule pour l'en empêcher. Les deux Windwaker se regardèrent avant de reporter leur attention sur Mag' et le capitaine.

La jeune Windwaker ferma alors les yeux de manière dégoûtée et elle poussa sur le torse du chevalier pour le repousser. Lorsqu'elle réussit à se dégager au prix d'un effort certain, elle lui cracha au visage avant de prendre le manche de la sombrelame plantée à côté d'elle. Elle érafla le plastron de Schwann par un coup rapide avant de planter l'arme dans son épaule valide. Toujours dans un mouvement aussi rapide, elle ramena sa jambe contre elle et elle cala son talon dans l'entrejambe du chevalier pour pousser ainsi celui-ci plus loin. Elle ne fit que le repousser, l'obligeant à la laisser libre.


- Enflure ! Comment as-tu osé ?


Elle recula en rampant sur ses coudes à reculons pour être sûre de garder ses distances avec lui. Là, elle s'arrêta et elle le dévisagea longuement.
Il était toujours aussi séduisant pour un humain. Musclé, fort, et il avait sur le visage cet air sombre qui plaisait tant à la Windwaker. Mais son intérêt pour lui, son admiration pour lui était cette volonté dont il faisait preuve en combat. Une volonté proche de celle dont les Windwaker étaient capable de montrer. Mais comment avait-il put l'embrasser, elle, une Windwaker ? Les sentiments en eux-même étaient un signe de faiblesse. Cependant, en plongeant ses yeux dans le regard du capitaine, elle avait tellement de mal à voir une once de sentiment qu'elle se demandait pourquoi avait-il fait cela. Une Windwaker ainsi violée dans sa pureté en recevant un baiser par un humain ! Elle en était dégoûtée. Elle s'essuya alors les lèvres avec le revers de sa manche, cherchant à empêcher le sang et la salive du capitaine de pénétrer dans sa bouche.

Choquée, ne comprenant pas, essoufflée, elle tentait de reprendre ses esprits. Elle était tellement perturbée qu'elle donna ses ordres à ses hommes à voix haute :


- Allez nettoyez les corps. Récupérez vos armes, projectiles, haches de lancer, jarqui et autres. Brûlez les cadavres et effacez les preuves. Coupez la tête du chef que nous avons abattu un peu plus loin et gardez-là pour la prime. Et alors qu'ils allaient se jeter sur le Capitaine elle ajouta sèchement : Et laissez-nous.

Arrêtés net dans leur élan, sans vraiment comprendre, les patrouilleurs se regardèrent avant de s'exécuter en silence. L'un d'eux prit le cadavre de la jeune femme, que Schwann avait tué, sur son dos et ils partirent tous, rebroussant chemin pour effectuer les ordres, laissant Schwann et Mag' seuls.

La jeune krityenne était restée dans sa position, à terre, redressée par les coudes. Elle continuait de le fixer de cet air interrogateur et méfiant. Elle lui envoya alors, comme si il venait de faire un crime monstrueux devant ses yeux :


- Pourquoi as-tu fais ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Dim 27 Juin 2010 - 2:23

Peu importe ce qu'elle faisait, que ce soit un geste désagréable ou douloureux, il trouvait que Magdalëniia était définitivement attirante. Mais pour l'instant il se contenta d'essuyer son visage de la salive qui le recouvrait pour ensuite lâcher un long soupir qui donnait l'impression que cet homme était bien las. Et cela tappait dans le vrai : Schwann ne comprenait pas pourquoi tout était si compliqué, en particulier avec les Windwaker. Ne pouvait-il simplement pas entendre mener une vie simple qui n'aurait pas pour conséquence de verser le sang ? Il y avait des tas de raisons pour régler les conflits, et eux ne faisaient qu'employer la force sans jugement.

Le brigadier gardait son apparence froide et silencieuse, fixant cette guerrière qui devait se demander pourquoi il restait sans rien dire alors qu'elle venait de lui pauser une question, et lorsqu'il sentit qu'elle allait réitérer sa demande il sourit d'une telle manière qu'il semblait amusé, ce qui sembla l'énerver encore plus.
Mais il ne la laissa pas le temps de dure quoi que ce soit.

- Cela dépend de quoi tu parle, mais dans tous les cas je vais t'expliquer. Il regarda la main de la Krytienne qui semblait être brulée à un degré un peu trop fort pour laisser une telle blessure non-traitée, aussi il s'approcha d'elle en faisant virer son membre immatériel à l'élément neutre, cela aussi bien afin de lui prouver qu'il n'avait pas de mauvaise intention à son égard que pour ne pas la blesser.
Mais sous l'air méfiant qu'elle avait il anticipa rapidement en aggripant la main blessée de la Windwaker, et c'est là qu'il employa un sort de ~Premier soin~ afin de lui épargner un temps soit peu cette souffrance inutile.

Il plongea ensuite son regard froid dans celui de la Krytienne en la regarda d'un air sévère qui allait sans nul doute intriguer la femme, et ainsi la limiter dans ses envies meurtrière.

- J'ai tué cette femme pour que tu n'es pas à le faire. On paye forcément nos fautes un jour ou l'autre, et qu'importe la raison le meurtre n'est jamais excusable, alors si je peux alléger un peu ta peine au détriment de la mienne je n'hésite pas une seule seconde. Il regarda de nouveau la main qu'il tenait. Kss… C'est une vilaine blessure. Cette épée n'est maniable que par son maître, et ton élément n'a pas aidé.
Schwann décida d'employer un nouveau ~Premier soin~ afin qu'elle n'est pas à souffrir plus longtemps, car il n'aimait pas tellement voir son visage être déformé sous la douleur, même si elle semblait encaisser, comme si les réponses à ses questions concernant le chevalier étaient plus importantes.
- Et je t'ai embrassé car j'en avais envie. Je me suis dis qu'avec une telle femme ce devait être le pied ! Il disait naturellement cela sur un ton de plaisanterie qui n'allait probablement pas plaire à la Krytienne, alors il prit de nouveau les devants. Il y a certaine chose qui ne s'explique pas, et lorsque l'on ressent une certaine attirance pour quelque chose ou quelqu'un il n'y aucune raison de ne pas se laissait aller, en particulier lorsque le travail est terminé. Nous ne sommes pas des machines, bien que je tende à l'être, alors comportons nous un peu comme Humain. Il venait de dire ça sur le sérieux qui était le sien dans les moments qu'il jugeait comme décisif ou crucial, et son unique œil opaque montrait qu'il était on ne peux plus sérieux.

- Puis tu n'as pas du trouver cela si désagréable que ça. Dit-il afin de faire réagir Magdalëniia, et si elle s'emportait cela serait qu'il a touché dans le mille !
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Dim 27 Juin 2010 - 18:07

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

La jeune krityenne retira brusquement sa main du bras du capitaine. Elle prit sa main blessée avec l'autre, caressant la blessure qu'elle venait à peine de sentir. Sous l'adrenaline elle n'avait pas remarqué. Mais en revoyant les images de son assaut dans la tête elle vit qu'elle s'était faite brûlée par l'épée sombre. Elle sentait d'ailleurs la morsure du mana obscure dans sa chair. Le membre allait resté engourdit pendant un moment ce qui n'allait pas l'aider pour la suite des missions prévues par la brigade des patrouilleurs comme l'avait ordonné Eïldwin.

Mais l'heure n'était pas à ces questions là. Elle avait attentivement écouté le capitaine et l'expression sur son visage tout comme ses paroles la déstabilisait. Se moquait-il d'elle ? Elle avouait désormais ne plus avoir la moindre attention pour le fait qu'il lui ait volé la mort de cette femme, ses explications pour ce meurtre, elle s'en fichait royalement et cela ne l'atteignait pas.
Non, elle avait cependant écouté très attentivement avec l'air le plus méfiant ce qu'il lui avait dit concernant ce baiser. Mais le capitaine venait de révéler une certaine part d'humanité qui répugna Mag'. Elle prit cet air si énervé, se tenant toujours la main et elle l'agressa verbalement :


- Nous ne sommes pas des machines ? Justement ! Nous devrions ! C'est le modèle de perfection que nous enseigne le code d'honneur des Windwaker ! Faire abstraction de tous sentiments pour agir uniquement selon son devoir ! Je n'ai pas envie de me comporter "un peu comme humain" ! C'est même une insulte ! Je suis une Windwaker !

Lorsque ma mission est terminée, je songe à la suivante sans m'arrêter ! Le travail n'est jamais achevé ! Les patrouilleurs auront toujours un de ces êtres abjectes à éliminer. Votre race enfante chaque jour des centaines de criminels que nous voyons grandir et que nous devons tuer ! Jamais nous n'auront de répit, et nous l'avons accepter, car telle est notre destinée !

Je ne vois pas comment tu peut avoir cette fierté sur le visage d'avoir agit selon tes envies ! Tu m'a embrassée par simple pulsion ?! L'incapacité à se contrôler est un signe de faiblesse, Capitaine Schwann Oltarain !


Elle laissa un silence avant de hurler encore plus fort :


- ET NON JE N'AI PAS TROUVE ÇA AGRÉABLE DE ME FAIRE AINSI VIOLÉE DANS MA PURETÉ DE WINDWAKER !!!

Et comme pour illustrer ses propos par les gestes, se sentant plus insultée encore par tout ce qu'avait dit Schwann, elle lui décrocha un coup de poing supplémentaire de sa main non brûlée. Essoufflée, après avoir fait ce geste, elle réfléchit cependant en continuant de le dévisager. Sa respiration était saccadée et elle suait.
La panique s'emparait d'elle. Il avait raison dans sa dernière phrase cependant : elle n'avait effectivement pas trouvé cela si désagréable. Elle devait même avouer qu'il l'excitait. Mais il y avait ce conflit en elle. Tous ses principes de son clan encrés en elle lui interdisait de raisonner de la sorte, ce serait une trahison. Et pourtant elle avait envie de céder à cette même pulsion. Une pulsion clairement et uniquement physique sur ce moment. Mais elle n'en avait pas le droit. Elle serais condamnée à mort par les hauts du clan Windwaker. Elle ne devait pas, elle devait survivre et ne pas céder. La tentation la prenait au creux du ventre et lui remontait dans la gorge. Elle en trembla...
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Lun 28 Juin 2010 - 16:28

Parfait ! La réaction de la Krytienne était tout à fait ce qu'attendait le guerrier, et il ne pût s'empêchait d'esquisser un léger sourire satisfait, pour finalement éclater littéralement de rire, ce qui dû agacer la jeune femme au plus haut point.

Une fois après s'être calmé, Schwann soupira et reprit un air froid et sévère qui laissait difficile d'imaginer qu'il venait de rire il n'y a pas une seconde, ce qui prouvait une fois de plus son penchant bien trop lunatique. Elle disait des choses dénuées de sens et il avait du mal avec cela, alors pendant qu'elle était enclin à débattre avec des mots et non pas avec son arme il préfèrait en profiter.

- Nous ne sommes pas venus au monde pour être des machines. Nous pouvons en créer, mais en devenir est d'une stupidité sans égale. Tu dis que c'est le modèle de perfection mais rien n'est parfait, et sûrement pas ces « programmes » qui ne sont même pas capable de penser par eux même. Il la regardait d'un air froid, presque méprisant. Ce que tu dis est louable : agir pour son devoir. Mais les sentiments n'entravent en rien nos capacités, au contraire, certains nous permettent d'avancer et de devenir plus fort.
Il disait cela mais dans le fond il ne montrait jamais ce qu'il éprouvait, mais pourtant il était bel et bien capable de ressentir quelque chose, comme à cet instant d'ailleurs…

Le capitaine soupira de nouveau en secouant la tête. Elle parlait de lui sans savoir et sans le connaître, et ça il avait du mal à le tolérer. Alors il recula sa main de chair dans son dos et poussa sur cette dernière afin de permettre à son corps de se soulever du sol, ramenant ainsi ses pieds en dessous de lui pour se relever vivement. Le miasme lui donnait l'impression que ses rotules avaient besoins d'être graissées de part la douleur qu'il ressentait, mais il commençait à s'y faire un peu plus chaque jour. Mais il plongea sa main dans se besace pour en sortir une seringue pleine d'une fluide étrange.

- Contrairement aux Humains, les machines n'évoluent pas, et c'est justement car elles n'ont pas de sentiments. On peux très bien garder ces derniers pour nous mais dans le fond ils nous aident à avancer : une motivation, quelque chose qui nous tient à coeur, un but, … etc. Il retira sa brassière qu'il cala sous son bras puis releva sa manche en cotte de mailles afin de pouvoir s'injecter sa dose d'adrénaline. L'aiguillon rentra lentement dans sa chair et lorsqu'il poussa sur le piston il fît pénétrer la drogue en lui.

Schwann sentait le fluide se répandre en lui à une vitesse fulgurante, et ses pulsations cardiaques augmentaient : c'était bon signe. Il regarda encore un instant son bras qui tremblaità cause de la douleur trop intense et constata l'adrénaline faire son effet lorsque ses veines se mîrent à ressortir plus qu'à l'habituel, comme lorsque son niveau de combativité était à son paroxysme.

A la suite de ça il soupira en remuant doucement ses doigts comme pour vérifier que tout était en ordre.

- Tu as beau dire ce que tu veux tu as forcément une motivation qui te pousse à continuer tes actes, soit pour toi, soit pour quelqu'un, voir même quelque chose. Tu n'agis pas sans but : tu n'es pas un programme.
Le bretteur soupira puis déposa sa main sur le manche de son épée que Magdalëniia avait été contrainte et forcée de lâcher. Il fît faire un habile moulinet à son arme avant de ranger cette dernière dans son dos.

Il avait remarqué que la Krytienne tremblait, mais il avait un peu de mal à déterminer pourquoi. Peut-être qu'elle avait froid, ou que la douleur du à la prise de la Sombrelame était encore trop présente, mais dans tous les cas il n'aimait pas spécialement la voir ainsi. Le guerrier décida donc de se rapprocher de nouveau d'elle afin de vérifier son état, et lorsqu'il fût à portée il s'agenouilla en posant ses mains sur ses épaules.

- Tu ne dois pas avoir l'habitude que l'on s'occupe de toi… Avait-il lâché d'une voix un peu triste, comme si ce sentiment était pour elle. Pourtant pouvoir ressentir une présence de temps à autres n'a rien de désagréable…
Et c'est à cet instant qu'il prit Magdalëniia dans ses bras. Elle allait sans nul doute être choquée au premier abord puis le repousser, mais dans le fond le bretteur avait l'impression que pendant ce court laps de temps elle apprécierait ce dont elle avait probablement était privée toute sa vie…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Lun 28 Juin 2010 - 19:29

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

La jeune Windwaker se retrouva de nouveau contre lui. Qu'est-ce qu'il avait à vouloir s'approcher d'elle ainsi ? Pourquoi s'obstiner à vouloir être en contact physique ?
Elle se sentait manipulée. Alors que l'étreinte du chevalier la contraignait à rester contre lui, elle recula son visage et prit encore une expression de dégoût. Elle poussa de toutes ses forces sur le torse du capitaine pour le repousser. Mais elle n'y arrivait pas. Il était plus fort qu'elle...

Voici la débilité de l'humanité dans toute sa splendeur. Finalement, il n'était pas si proche des Windwaker que ça. Il avait en lui un réel potentiel qu'il gâchait par cette façon de penser. Si il raisonnait dans la vie comme il agissait en combat il serait pourtant sur la voie du modèle du clan du vent maudit.
Ne sachant que faire d'autre pour se débattre, Mag' porta alors un violent coup de tête dans le nez de Schwann. Celui-ci ne relâcha pas son étreinte pour autant mais Mag' attrapa alors son membre de chair. Elle lui tordit la main pour se défaire, ce qu'enfin elle réussit. Une fois libérée, elle enfonça son poing à pleine puissance dans le visage de l'impérial. Il ne devait sûrement pas avoir sentit grand chose avec sa volonté lui permettant de surpasser la douleur, mais cela eut le mérite d'offrir l'occasion à Mag' de se relever et d'attraper son glaive au passage.

Elle recula de plusieurs pas en pointant la pointe de son arme vers Schwann. Ce regard méfiant et plein d'incompréhension était toujours rivé sur lui avec cette façon que les têtes blanches avaient de juger ceux en face d'eux. Elle fronça les sourcils, un peu plus sévère avant de répondre toujours aussi énervée :


- C'est l'incapacité des humains à comprendre notre code qui nous pousse à les haïr. Tu peux nous considérer comme des machines, c'est ce que nous sommes.
Nous, Windwaker, croyons qu'il est possible d'atteindre la perfection dans la volonté de fer, stade ultime de la manifestation du contrôle de l'esprit sur le corps. Cela fait certes de nous ces machines à tuer qui nous vaut d'être autant détestés que possible, mais nous assumons notre rôle.

Les sentiments empêchent d'effectuer correctement son devoir. La colère annihile le discernement, la haine obscurcit le jugement, la pitié entrave l'efficacité, l'amour emprisonne la lucidité. Les sentiments doivent être anéantis si l'on veut devenir puissant. Un Windwaker ne doit agir que pour son but, et notre but est de servir notre patriarche : son excellence Calëtaura Windwaker !
Les ordres sont les ordres. Nous vivons pour les ordres. Notre vie tends à devenir le meilleur dans notre clan, et le meilleur est le plus honoré. Nous ne vivons que pour l'honneur et cet honneur se trouve dans la satisfaction de notre patriarche par l'accomplissement de nos missions. Alors oui, il y a une motivation qui me pousse à continuer mes actes : me faire remarquer par mon patriarche en effectuant le plus de prouesses possibles et ainsi monter dans la hiérarchie du clan.

Tu te trompe d'ailleurs dans ton raisonnement : les machines évoluent. Un programme peux recevoir une mise à jour, une machine peut être modifiée et ainsi devenir plus puissante. C'est ainsi que nous raisonnons. Nous devenons toujours plus forts en nous endurcissant. Nous recevons des entraînements spécifiques et nous en développons d'autres. Nos missions nous rendent plus forts, et nous grandissons en même temps que notre honneur. Telle une machine qui accumule les données.


Elle avança un peu sa lame vers le chevalier :

- Ne t'approche plus, ou je te tuerais. Les Windwaker agissent seuls. Je n'ai jamais été seule. j'ai toujours eut tout mon clan autour de moi. Nous sommes plus liés entre nous que vos familles pitoyables ne le serons jamais. Un seul corps et un seul esprit sous un seul visage : celui du clan du vent maudit.

Mag' semblait plus sereine en s'étant éloignée de lui. Elle sera son poing brûlé. Pourquoi n'arrivait-elle pas à le tuer maintenant ? Il lui aurait suffit de bondir, et de lui transpercer le cœur. Cependant, elle avait plus envie de bondir sur lui pour autre chose, une chose défendue par le clan et qui était punit par la mort. Elle continuait de le fixer et elle se mordit la lèvre inférieure. Les tremblements revinrent.

Un éclair déchira le ciel. La pluie commença alors à tomber, comme lors de leur premier combat face à face. Les cheveux de Mag' s'imbibèrent rapidement. L'eau venait soulager la blessure qu'elle portait sur la main, mais elle ne se calmait pas. Il commençait à pleuvoir des cordes.
Elle aurait voulu se jeter sur lui et l'embrasser fougueusement. Elle avait envie de succomber à cette tentation de la chair tout comme de partager cette envie de présence. Sa musculature la faisait fantasmer et son air sombre parfois moqueur le rendait désirable à souhait. Elle commença à paniquer de nouveau. Elle respirait de plus en plus vite. La pluie ruisselait sur son corps, trempant ses vêtements. La jeune Windwaker tenait toujours son épée droite, mais la lame tremblait autant que son corps. Elle ferma les yeux et elle secoua la tête pour tenter de chasser cette tentation de son esprit.
Elle n'y arrivait pas...

Était-elle si faible ? Si faible, pour que sa volonté soit inefficace face à un piège aussi grotesque ?
Elle se rendait compte que plus elle parlait du code des Windwaker, plus ce qu'elle disait s'éloignait de ce qu'elle ressentait à ce moment précis. La lutte dans sa poitrine était de plus en plus intense. Le trou s'était transformé en boule d'épines électriques, la prenant alors de spasmes. Elle porta sa main brûlée sur son ventre dont la peau était visible à travers sa tunique mouillée.
Elle ne devait pas céder... Elle ne devait pas. Mais elle n'avait ni la force de le tuer, ni la force de s'enfuir et sa volonté se dérobait en elle. Pourtant, elle n'arrivait pas non plus à succomber. Elle se battait de tout ce qu'il lui restait dans sa tête pour ne pas flancher. Elle serait tuée...
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Lun 28 Juin 2010 - 21:33

Pourquoi fallait-il que cette femme si irrésistible soit bornée au point de ne pas pouvoir se laisser un peu aller comme lui tendait à le faire ? Après tout le devoir était une bonne chose mais il n'obligeait en rien à devenir un légume dans cette idée, là était l'erreur de la Krytienne.

Le capitaine sentait maintenant la pluie battre sur son visage. Il avait toujours aimé ressentir une telle chose, peut-être car il s'agissait là d'une image assez sinistre et sombre et que cela correspondait tout à fait au personnage. Mais il aimait la pluie, c'était un fait. Alors ainsi apaisé il pouvait se concentrer sur Magdalëniaa :

- Les machines évoluent car on leur permet d'évoluer, mais sans nous elles ne sont rien. Nous avons besoin des autres pour nous épanouir, mais de toute manière j'imagine que tu es encrée dans tes idées et que tu n'en changeras pas, même si je dis vrai. C'est là l'une des trois formes d'intelligences qui existent en ce monde : l'intelligence militaire. Schwann pensait malheureusement ce qu'il disait. Il aurait beau sortir les arguments les plus valable du monde, elle ne changerait sans doute pas, même pour lui.

Il trouvait cela dommage dans un sens, car elle se privait elle même à cause de son clan. Son honneur devait être tel qu'elle n'irait jamais mentir non plus voir même cacher la vérité, et dans le fond il trouvait cela réellement stupide, car chacun avait le droit à ses secrets et son intimité.
Mais il semblait que chez les Windwaker cela était différent, un peu comme une secte. Si il le pouvait il détruirait ce clan afin qu'elle puisse être enfin libre, et pas uniquement elle, tous ceux qui en faisaient parti.

Les cheveux du guerrier voyaient à leurs extrémités une condensation d'humidité, et les gouttes d'eau finissaient par tomber lorsqu'elles étaient trop lourdes pour continuer de tenir ainsi en équilibre sur les pointes. Cela permettait à Schwann de s'évader un peu à regarder cela.

- Mais je trouve ça stupide dans le fond. Tu vis entravée par ton clan. Je ne suis certes pas capable de comprendre ceci à cause du fait que ma famille adoptive s'est rapidement vue être démentelée par le fléau de la mort et du même mal qui m'habite, mais si ton clan tenait réellement à toi, reconnaissait tes capacités, ils ne te laisseraient pas être privée d'ailes.
Là le brigadier s'avança d'un pas en direction de la jeune et jolie demoiselle, faisant abstraction de son avertissement comme si il savait qu'elle ne serait pas capable de se débarasser de lui comme elle avait tendance à le dire, sinon pourquoi serait-il encore en vie en étant face à un membre du grand clan du vent maudit ?
- Mais fais comme tu le sens. Je vois bien que tu n'es pas non plus le genre de personne à ne pas penser par soit même, alors si tu as réellement envie de faire quelque chose pourquoi t'en priver ? Techniquement vous êtes tout puissant dans votre clan, alors qu'est-ce qui s'oppose ainsi à toi ? Rien ne peux vous résister de ce que j'ai compris ?
Le borgne soupira. Il y avait des choses qu'il ne pouvait pas clairement expliquer, comme la raison de son attirance pour cette femme. Dans le fond elle était belle mais il ne la connaissait pas tant que ça, du moins pas autrement que sur le champ de bataille. Et il ne ressentait cela qu'avec elle alors que techniquement il y avait bien des femmes autour de lui.

Il continua cependant de s'approcher d'elle, comme si il voulait la défier. Il la regardait toujours aussi calmement, froidement et sans aucune expression, ce qui devait une nouvelle fois intriguée la Krytienne sur le fait de comment pouvait-il être en permanence si dénué d'émotion.

- Mais je peux te proposer quelque chose : si le problème est que je suis Humain, pourquoi ne pas supprimer cette part d'humanité en m'enseignant les rudiments de la volonté de fer qui fait la fierté de votre clan ?
Schwann s'arrêta devant sa lame, ou plutôt sur sa lame. Il avait fait en sorte que l'épée viennes pointer sa gorge et même toucher sa peau, appuyant légèrement sur cette dernière. Et comme Magdalëniia tremblait il pouvait sentir que l'objet contandant le griffer à cet endroit. Mais il était déterminé…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Mer 7 Juil 2010 - 14:35

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

La volonté de fer ? Était-il sérieux ? Mag' fronça les sourcils sans vraiment comprendre. C'était si inattendu... La jeune Windwaker maintenait sa lame droite vers le cou de l'impérial et la pluie continuait de tomber avec force. Mag' envoya alors avec ce ton plus calme et intrigué :

- Seuls les Windwaker sont capables de maîtriser la volonté de fer. Elle nécessite une vie entière d'apprentissage. Il faut apprendre le contrôle de soit à l'état le plus pur. C'est une chose qu'il ne faut pas prendre à la légère. Elle le dévisagea et prit un air de défi : Te sens-tu vraiment capable de sacrifier ta part d'humanité ?

C'était intriguant. Il voulais vraiment faire cela ? Il avait les capacités requises pour maîtriser la volonté de fer, cela ne faisait aucuns doutes. C'était justement ce qui attirait Mag' chez lui. Mais était-ce réellement une bonne idée ? La jeune Windwaker était curieuse de voir ça... Elle commença à se détendre, fascinée par la suite des évènements...
Revenir en haut Aller en bas
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Mer 7 Juil 2010 - 18:38

La lame qui pointait la gorge du chevalier était loin de pouvoir l'intimider, aussi il s'en approcha de nouveau, laissant cette dernière appuyer contre sa chair. Il pouvait ainsi sentir une légère piqure dès qu'il inspirait ou expirait de l'air, mais ainsi il montrait à la Krytienne qu'il ne la craignait pas, bien au contraire.

Schwann soupira lentement ce qui décolla la pointe de sa peau l'espace d'un instant.

- J'ai déjà sacrifié ma part d'humanité il y a longtemps. Il se contenta uniquement de lui fournir cette réponse alors que son seul oeil était rivé sur les prunelles mesquines de cette femme fatale. Elle était définitivement séduisante et si il n'avait pas l'habitude de prendre sur lui et de bannir ses sentiments il aurait probablement eût envie de s'adonner à un désir charnel avec elle.

Mais la présence des autres patrouilleurs étaient relativement gênante, et c'est ce qui ramena le soldat à la raison : il ne pouvait pour l'instant pas parler avec elle en toute franchise au risque que les autres Windwaker s'en mêle, bien que Schwann était confiant sur le fait de pouvoir rivaliser avec chacun d'entre eux, voir même plusieurs à la fois. Après tout la réputation des capitaines impériaux n'étaient pas fondés sur du vent, et il était digne et fier d'être l'un d'eux…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   Mer 7 Juil 2010 - 19:57

Citation :
P.N.J. Magdalëniia Windwaker

la krityenne fut alors plus surprise encore finalement. Les tremblement revinrent. Elle baissa alors son bras et son arme, laissant son glaive le long de sa jambe. Elle dévisageait le chevalier avec une telle intensité que s'en était déconcertant. Finalement elle marcha vers lui en avalant sa salive.
Elle se retrouva alors tout près de lui, presque contre lui. Leurs corps séparés par quelques malheureux centimètres. Elle approcha son visage du siens et au dernier moment elle bifurqua vers son oreille. Là, elle lui chuchota avec sa voix douce et sensuelle :


- Demain, au crépuscule, sur l'île nord de Yurzorea, sur la plage Ouest.

Elle recula alors et se retourna sans lui adresser le moindre regard de plus. La jeune krityenne disparue dans le sentier retrouver les siens qui avaient effectué un magnifique travail de nettoyage. Très peu de temps après, les corbeaux de la patrouille s'envolèrent vers le ciel...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Le regard peux se satisfaire du reste."   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Le regard peux se satisfaire du reste."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Photoshop] Changer l'orientation du regard
» La PSP, je peux m'en passer?
» Petit nez reste en orange ! Sur Livebox avec XP
» Ne reste pas chez toi, ça n'sert à rien... E&C
» Regard de braise.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Les collines d'Ehmead-