AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 Un luxe étrange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Un luxe étrange.   Dim 7 Mar 2010 - 18:34

Citation :
~*¤~Aurnion~*¤~


La journée commençait doucement, peut à peu les maisons s'éclairait doucement. Les cheminées crachèrent rapidement leurs fumée blanche, et quelques bribe de dispute matinale pouvais se faire déjà entendre.

Certain jardin avait leur petit poulailler et beaucoup de femme, était en train de nourrir des poules affamé. Un homme passa devant l'un d'eux, il salua d'une main timide la propriétaire qui le salua en retour. L'homme continua son chemin, il ne se dirigeait pas chez lui non. Cet homme allait s'offrir du "luxe" à la taverne d'Aurnion.

Beaucoup de rumeur avait circuler, de charmante femme consentante, offrait une compagnie intime et luxueuse à toute personne sachant le demander. Il avait longuement chercher, presque fanatiquement. Mais il avait fini par attirer l'attention de la tavernière. Elle lui avait donné rendez vous aujourd'hui pour qu'il puisse choisir.

Il pressa le pas, mais il fallait qu'il soit patient, d'abord il prendrais un petit déjeuner, pour ne pas éveillé les soupçons. Puis ensuite, et seulement alors, il passerait de longue heures au bar. Buvant quelques consommation, la suite il ne la connaissait pas vraiment. Ont lui avait dit que le "choix" se ferai à ce moment là. Certain client habitué pouvais monté directement en louant une chambre. Mais il fallait venir souvent.

Il poussa la porte de la taverne. Il s'assit directement à une table et commanda un copieux petit déjeuner. Il remarqua la présence d'une douce Krytienne aux antennes blanches. Accoudé au bar, sont regard semblait vide. Un homme entra au même moment, il murmura quelques mot à son oreille, puis tout les deux partirent vers l'étage.


Alors s'était comme ca ? C'est comme ca que font les "habitués" ? Étrange ... Il replongea son nez dans son assiette et mangea avec appétit. Ensuite il s'installa au bar. La matinée serai longue, il engagea naturellement la conversation avec la tavernière. De jolie femme faisait le service, toute étaient humaine. La jeune femme semblait être la seule krytiene, "Luxueuse".

Enfin le midi pointa son nez, il allait commander un repas, quand, au lieu du menu. Une carte contenant les portraits des jeunes filles, il fut un peu surpris mais pas tant que ca. L'homme du matin venait seulement de descendre, le sourire aux lèvre. Il commanda un déjeuner copieux et mangea avec appétit. Quand à lui, il choisit une jeune femme aux nom d'un plat, il le répéta à la tavernière qui lui tendis la clé de la chambre correspondant. Il monta à l'étage, s'offrir du "luxe" le sourire au lèvre.


Citation :
Liliana

Liliana était dans sa chambre. Enfermé, elle soupira entre deux sanglots. Elle se dégoutait son corps la dégoutait. Mais elle n'avais pas le choix, elle n'avait rien pour vivre, même sa soeur avait fini par l'abandonner. Cela fait quatre bon mois qu'elle n'a plus de nouvelle. Était elle morte ? En avait elle eu marre ? Avait elle trouvé leurs mère ? Elle ne le savait pas. Elle s'approcha doucement de la fenêtre. Même de là, elle ne pouvais pas en sortir, une barrière magique l'en empêchait. Elle pleurait encore et encore. Elle observait l'extérieur pendant de longue heure, jusqu'à ce qu'elle reçoivent le signal. Un autre client viendrais, et elle devrait encore faire semblant.

Fleïana où est tu ?
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Ven 12 Mar 2010 - 21:58

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine Voldo était un demi-krityen relativement chanceux. C'était un génie de l'art et était capable de réaliser absolument tout ce qu'on lui commandait. Sa mère est une krityenne est a donc été bannie de Myorzo pour avoir épousé un humain. Son père est un noble de Zaphias qui est venu s'installer à Aurnion pour vivre avec sa famille.


Irvine a acheté une petite maison juste à côté de celle de ses parents. Sa mère l'aide dans ses oeuvres en lui préparant la terre pour les poteries, ou en l'aidant pour le commerce. Il est à la tête d'une véritable petite fortune, mais, d'une timidité maladive, comme beaucoup d'artistes, il garde ses sous de côté pour les mauvais jours ou pour un jour où il aurait la chance de rencontrer quelqu'un.

D'ailleurs, depuis quelques mois, il allait régulièrement à la taverne d'Aurnion. Tout avait commencé un jour où il voulait fêter la vente d'une magnifique statue à Zaphias qui lui avait rapporté gros. Il avait alors vu une magnifique jeune fille et, en voulant lui parler, il avait découvert qu'il y avait "certaines règles à respecter". Sa réputation était telle, qu'il avait pu aller la voir dès le premier jour.

Bien entendu, il ne comprenait pas trop, mais lorsqu'on lui avait parlé de tarifs, il avait vite compris... il rentra dans la chambre, tout rougissant. Il ne l'avait pas touchée, ils avaient passé deux heures à discuter, il voulait seulement la connaître... il se souvient de ce jour comme si c'était hier. Il était difficile pour lui de savoir que d'autres hommes la touchaient, mais il s'était promis qu'il parviendrait à la racheter complètement pour qu'elle soit libre.

Ce jour là, il avait envie de la voir. Il se dirigea au comptoir


Comme d'habitude Monsieur Voldo?

Oui s'il vous plait... dit-il poliment. Il but un verre et monta, il trouva Liliana repliée sur elle-même, il s'approcha doucement et posa une main sur son épaule

Bonjour Liliana... il ne savait pas trop quoi dire... il voulait seulement lui apporter un peu de réconfort... d'un autre côté, il devait probablement être le seul "client" qui payait sans consommer... mais il s'en fichait, il voulait seulement la voir sourire, et c'était de plus en plus rare... il s'approcha et lui prit les épaules puis la serra contre lui

Ca va aller... courage, encore un peu de patience, je suis sur que je vais réussir à convaincre la patronne de te laisser partir... peu importe combien ça coutera, je te promets qu'un jour, tu auras ta liberté! J'y arriverai! Et tu seras enfin libre de retrouver ta soeur et ta mère... il ne voulait pas trop la serrer contre lui et la lâcha très vite, elle ne devait pas apprécier ce genre de contact... il recula, rougissant et alla s'assoir sur la chaise un peu plus loin



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Ven 12 Mar 2010 - 22:59

Citation :
Liliana


Liliana était perdue dans ses pensées lorsque le signal retentit. Rah ! ce qu'elle détestait ce son ! les corbeaux !!! Comme si ca pouvait être naturel un corbeau dans une chambre !!!! Mais bon, personne ne s'était jamais plaint apparemment, et lorsqu'un client se plaignait s'était toujours suivit d'un tabassage en règle d'une des filles.

Elle se rappelait avec douleur les siennes. De nombreuse fois certain client la répugnait tellement qu'elle ne pouvais pas allez jusqu'au bout. Et simuler était impossible, faire semblant. Là était toute l'art. Faire semblant d'être heureuse, faire semblant d'apprécier les mains baladeuses ou plus directes pour certaines. Faire semblant de s'intéresser à leur sujet de conversation ennuyeuse ! Certain lui donnait même des excuses de tromper leurs femmes ! C'était le monde à l'envers !

Mais cette fois ci elle en avait assez ! Assez de faire semblant ! Tant pis si le client se plaignait. Elle en avait marre, elle restait en boule dans son lit, si il voulait du "luxe" il devra attendre ou batailler na ! Mais bientôt une présence timide ce fit entendre, et elle le reconnue tout de suite. Une main sur son épaule, une voix douce et chaleureuse. Oui il était là ce matin, c'était rare qu'il vienne aussi tôt mais elle en était très heureuse. Même pour un demi krytien il devait ressentir qu'elle n'allait pas bien. Elle se laissa allez à pleurer, quand il était là elle pouvait, elle pouvait pleurer et dire ce qu'elle pensait.

La première fois qu'il était venue ... Ca elle s'en souviendrai toujours ... Quand il à compris qu'avec elle il fallait payé, il n'avait même pas hésité un instant, ils n'avaient fait que parler, parler pendant des heures ... Après tout chaque client avait le temps qu'il désirait, c'était une des règles ... Elle essuya ses larmes et se retourna vers lui. Elle choisit de lui sourire, d'ailleurs sa présence lui donnait envie de sourire tout le temps. Elle se retourna et prit un seul de ses genoux dans ses mains, elle se tient un peu en équilibre comme ca, avant de s'assoir sur son lit. Son sourire avait disparut.


Bonjour Irvine ...

Elle enleva tout les accessoires dans ses cheveux, elle voulait paraitre le plus naturel possible à chaque fois. Elle ne souriait plus, elle était juste triste. Il s'était installer dans le fauteuil, tant mieux. Elle lui sourit faiblement avant de s'assoir sur lui dans le fauteuil, elle se plia en boule, pour n'être juste lové contre lui. Jamais il ne la forcerai, jamais il ne voudrais d'elle si elle ne le voulais pas. Et rien que pour ca, elle l'aimait ...

Oui, c'était pas encore un amour au feu dévorant, car elle pensait qu'il se berçait d'illusion, jamais elle ne sortirait d'ici, jamais ils ne la relâcherons. Elle voulais leurs mort ... oui leurs morts ... Elle mit sa tête dans le creux de son cou et resta ainsi de longue minute. Un petit rituel qui lui faisait du bien, mais pas aujourd'hui. Un peu excédé elle fini par tout lâcher en pleurant.


Irvine ... J'aurais tant voulue que tu y arrives, mais je sais que non ! Jamais elle ne me lâchera ! Jamais ... Je sais même pas comment Fleïana m'en à sortit la dernière fois ... Et moi je me suis jeter dans la gueule du loup à la moindre occasion ! Je l'ai déçue j'en suis sure !!! Même si elle revenait maintenant ... Je ... Non elle serai plus que déçue.

Regarde moi, je ne suis bonne qu'à ca ! Je ne sais rien faire d'autre ! Je ... je suis fatigué de tout ca ... Je suis fatigué de faire semblant, ils me dégoutent ! et de plus en plus ! Si je continue de refuser je ... Enfin tu sais ...

Elle massa ses poignets rouge et douloureux un instant avant d'enfouir son visage dans ses mains.

Je suis dans une prison de l'enfer, je rêve de pouvoir briser ce mur magique qui m'emprisonne ... Si tu savais !
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Ven 12 Mar 2010 - 23:08

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine passa au rouge pivoine lorsque Liliana se lova contre lui. Il passa doucement son bras autour de ses épaules pour la réconforter

Ne dis pas ça... déjà, j'ai une super nouvelle! J'ai du mettre le prix, mais j'ai réussi à obtenir le droit de t'avoir pour moi tout seul pour toute une nuit! Et le mieux, en dehors de la taverne!

Il sourit timidement, bien sur, cela ne signifiait rien de pervers ou autre, mais au moins, elle serait tranquille toute une nuit, sans avoir besoin de mentir ou autre envers un client. Elle pourrait avoir au moins une nuit "normale"... il se demandait depuis combien de temps ça ne lui était pas arrivée...

Il y a des conditions bien sur, des hommes à eux garderont ma maison toute la nuit pour être sur qu'on ne s'enfuit pas, tout ça, mais tu pourras passer la nuit à la maison... je te préparerai un vrai repas, tu auras enfin une soirée tranquille... donc tu vois? Il y a du progrès! Je suis sur que je vais y arriver, crois en moi, je te ferai sortir de là... il n'avait encore jamais osé l'embrasser, mais là, il lui déposa juste un léger baiser sur le haut du front, puis vite, il retira ses lèvres en rougissant...

Pardon... euh... allez, tu vas voir, ça va aller...

Il passa doucement son bras dans son dos pour la réconforter, il ne savait pas trp quoi faire, il avait toujours peur de faire quelque chose de mal étant donné qu'il ne savait pas trop comment se comportaient les autres hommes avec elle, la seule chose qu'il ne voulait surtout pas, c'était faire un geste qu'un autre de ses clients aurait eu envers elle...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Ven 12 Mar 2010 - 23:40

Citation :
Liliana

Liliana releva la tête subitement. Qu'est ce qu'il venait de dire ? Une nuit en dehors de la taverne ??? C'était impossible ! Elle devait rêver ... Oui elle devait rêver, elle se pinça le bras pour être sure, mais la douleur vive lui fit bien voir qu'elle était dans la réalité.

Comme elle avait la tête relevé, il en avait profité pour l'embrasser sur le front un léger baiser, frais et doux. Elle en fut encore plus étonné, mais surtout son cœur qu'elle brimait sans arrêt, pour ne pas souffrir d'un amour qui ne pourrait jamais s'épanouir, se mit à battre comme un fou dans son corps. Et même son cerveau la trahissait, elle pensait déjà à la soirée et à la nuit de bonheur qu'elle allait passé ... Avec lui ... Elle le regardait avec des yeux étonné ne sachant si elle devait réprimer son désir ou garder son calme, pour ne pas se donné de faux espoir ...


Mais tu as réussi à avoir une nuit ... Irvine ! Je ... Je ne veux pas que tu te ruine d'accord ? Pas pour moi, je ne le mérite pas !!!

Elle prit son doux visage dans ses mains, elle le regardait droit dans ses yeux bleu. Ils étaient magnifique, il était tout rouge de se contact rapprocher, et elle trouvait ca encore plus mignon. Elle sourit, oui elle lui offrit un sourire, un vrai. Un qui vient du cœur et des tripes. Un qui était guider par son cœur. Elle lui sourit et là, c'est tout son corps qui se rebella contre la dictature qu'elle lui avait imposé, elle approcha son visage du sien, de plus en plus prêt. Et plus il s'approchait et plus elle réfléchissait.

Après tout, malgré l'insistance de certain client, peu avait réussi à atteindre ses lèvres, elles étaient donc ... presque vierge, elle pouvais lui offrir cela, c'était une partie de son corps qui n'était pas souillé entièrement alors ... oui ... Même si il refusait de l'embrasser par la suite, elle se laissa guider par son coeur. Ses lèvres se posèrent sur les siennes et elle ferma les yeux. Elles était si douce si sucré. Son corps en entier hurlait d'allégresse, enfin elle s'autorisait un peu de bonheur. Son coeur battait à cent à l'heure, elle ne décrochait plus ses lèvres ni ses mains sur son visage. Elle savourait juste un bonheur simple. Tant pis si elle devait souffrir par la suite. Tant pis ...
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Ven 12 Mar 2010 - 23:50

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine se sentit totalement paralysé... il ne bougeait pas et ferma simplement les yeux, profitant de cet instant. Jamais encore elle n'avait été ainsi avec lui, elle devait être encorep lus mal qu'il ne le pensait et de toute évidence, cette soirée sans "client" lui ferait du bien. Il la serra doucement contre lui, mais pas trop, toujours cette peur de faire quelque chose qu'il ne fallait pas.

Il le savait au moment où il avait posé les yeux sur elle que ce serait un combat long et difficile, mais il s'y était préparé. Il n'avait jamais osé approché une femme jusque là, sauf certaines qui demandaient à poser pour lui de façon à offrir des tableaux "un peu osés" d'elles avec leurs maris. Parfois, elles cherchaient une aventure, le fameux fantasme de la muse et de l'artiste, mais il avait toujours décliné. S'il se mettait à flirter avec les clientes, sa réputation coulerait. Et ce n'était pas son genre.

Une fois que leurs lèvres se décollèrent, il était toujours aussi rouge


Ne t'inquiète pas pour moi. Mes oeuvres se vendent bien assez chères pour que j'ai encore de quoi vivre longtemps. Et à quoi me servirait cet argent si je reste seul et surtout, si je ne peux pas aider quelqu'un qui en a plus besoin que moi? J'ai une maison, des parents qui peuvent m'aider en cas de besoin, je ne suis pas à plaindre! Ce que je veux, c'est que tu aies ta liberté, car une femme comme toi ne mérite pas d'être en cage, et encore moins d'être torturée de la sorte...

Il avait pris une mine sérieuse, il était sincère...

Malheureusement, tu as des clients importants aujourd'hui apparemment qui doivent venir... donc il faudra attendre demain soir... je suis vraiment désolé, j'ai fait ce que j'ai pu, mais la patronne n'a rien voulu savoir... c'était demain ou rien alors... il baissa la tête honteusement. Il n'était pas un farouche guerrier impressionnant qui aurait pu la menacer, il avait du céder pour le lendemain seulement, il n'osait plus trop regarder Liliana en pensant au calvaire qu'elle allait devoir subir à nouveau

Par contre, elle a bien voulu que je vienne te voir deux fois aujourd'hui, seulement si je ne viens pas demain matin et que je viens te chercher le soir avant le dîner. Donc, je repasserai ce soir histoire que tu aies... disons une pause... et il rougit à nouveau... il se sentait un peu minable, il fallait l'avouer...

Je suis désolé, j'aimerais tellement faire plus...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 0:24

Citation :
Liliana

Liliana secoua la tête vivement, elle caressa son visage du bout de son nez, profitant de ces instants de bonheur. Elle était un peu triste qu'il n'ait pas répondu à son baiser, mais en même temps c'était compréhensible, elle n'était pas "vierge" ni "pur" alors il avait ses réticences. Elle lui laisserait le temps ... ou pas.

Elle l'avait encore embrasser pour le faire taire. Il était plus court, mais elle passa une main sous son menton et le releva.

Irvine ... Tu n'as pas à t'excuser, tu as fait beaucoup déjà, et je sais que je te verrait ce soir ... Ne t'inquiète pas pour moi cet après midi passera très vite tu sais ... Surtout si je sais que je peut te revoir.

Elle lui sourit et plongea ses yeux marron dans ses yeux bleus. Elle se sentait bien elle lui plaça une de ses mains dans son cou, et l'autre autour de sa taille. Positionné ainsi, ils étaient bien lové l'un contre l'autre. Elle caressa ses cheveux et même la pointe de ses oreilles. Peut être quand ils auront le temps, elle lui enseignerait à communiqué par télépathie. Elle était sur qu'il en était capable.

Mais pour le moment, elle ne s'en préoccupait pas. Elle voulais rester le plus longtemps possible dans ses bras.


Ne soit pas désoler, tu as fait tellement pour moi. Alors que je ne le mérite pas. Tu devrais te trouver une gentille Krytienne demi Krytienne ou une humaine, qui s'occupera bien de toi, qui ne sera pas ...

Elle ne termina pas son mot. Elle n'avait pas envie de se trainer dans la boue à cet instant, même si elle le pensait très fort ... Après tout, seul quelques clients sont vraiment pénible, d'autre sont juste ... des clients. Son corps la dégoutait quan même, elle se demandait si elle arrivait à se racheter un jour. Lui qui faisait tant pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 0:36

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine se sentit un peu triste qu'elle prenne les choses ainsi, il souleva doucement le menton de Liliana et l'embrassa, sincèrement. Il se doutait qu'aucun de ses clients ne l'aurait jamais embrassé ainsi, aussi il se sentait un peu confiant

Ne dis pas des choses comme ça. Je ne veux pas d'une autre femme... je crois bien que tu as volé mon coeur le jour même où je t'ai rencontrée... je te promets une chose, le jour où tu seras libre, nous quitterons cette ville, nous irons où tu voudras... que penses-tu d'Halure? C'est une ville magnifique, ou Capua Torim aussi si tu veux être près de la mer... je... je te promets que je ne t'abandonnerai jamais Liliana, tu es une femme bien trop extraordinaire pour que je t'abandonne...

il se sentit moins timide, plus téméraire, mais il espérait ne pas en avoir trop fait... Je suppose que tu dois avoir des tas d'hommes qui te promettent la lune... moi, je veux juste t'offrir une vie normale... tu pourras faire le travail que tu voudras, tu sais, dans les villes comme Halure ou Capua Torim, ils sont toujours à la recherche de vendeuses dans les boutiques, et une jolie fille comme toi trouvera facilement un travail "normal"... et... ensuite, une fois que tu seras bien indépendante et que... tu n'auras plus besoin de moi... tu... tu feras comme tu voudras, je resterai aussi longtemps que tu auras besoin de moi, mais je ne te demande ni t'oblige à rien d'accord? Je ne veux pas que tu crois que tu auras une dette envers moi qui t'obligerait à... enfin voilà...

Il ne voulait pas qu'elle se sente enchainée à quoi ou à qui que ce soit une fois libre. Il ne voulait pas l'obliger à vivre avec lui si elle n'en n'avait pas envie... il attendit un peu, n'osant pas trop la regarder. Le temps défilait vite, il allait bientôt devoir partir. Heureusement, il pourrait revenir le soir, c'était toujours ça de gagné, mais ensuite, il devrait attendre près de 24h avant de la revoir, mais au moins, pour une soirée entière...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 1:23

Citation :
Liliana

Liliana faillit sentir son cœur s'arrêter quand il l'embrassa. Un baiser passionné et franc. Elle n'avait pas à douter de son amour en cet instant. Elle n'en avait pas eut cependant, elle s'était toujours douté qu'il n'y avait pas que la timidité qui l'empêchait de faire quoi que ce soit avec elle.

Elle l'avait bien compris, mais il ne lui en avait jamais parler ouvertement, hormis aujourd'hui. Elle était heureuse. Oui demain serait une dure journée, mais elle allait être libre ... même pour une nuit, elle serait enfin libre.


Je me demande ce que tu me trouve d'extraordinaire, mais bon ... Concernant ton cœur, j'en suis désoler je ne sais pas ce que j'ai put en faire ... J'ai du l'égarer quelque part, alors je ne peut pas te le rendre.

Elle l'embrassa doucement et sourit.

Mais peut être me pardonnera tu quand je te dirais que tu vient de voler définitivement mon cœur en cet instant ?

Elle s'assombrit un peu quand il parla de sa liberté.

Je ne sais pas si ... si un jour je serai libre ... j'aimerai tellement y croire tu sais ... mais si je pense ainsi je vais me faire du mal ... Pour le moment tu n'as remporter qu'une bataille, et c'est magnifique. Mais ... J'ai peur de me languir de ce jour trop longtemps ... Surtout en ce moment je ... c'est très dur ... vraiment je ... Je pense beaucoup à la soeur et à ma mère ... Je n'ai pas eut de nouvelle depuis longtemps, je ne sais pas si elle à reçue ma dernière lettre. Cinq mois sans nouvelle c'est inquiétant quand même ... J'aimerais tellement avoir de leur nouvelle tu sais ...
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 1:40

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine se mit encore plus à rougir lorsqu'elle lui dévoila ses sentiments à son égard... il n'avait jamais eu grand confiance en lui et se demandait bien ce qu'elle pouvait lui trouver. Mais il ne releva pas et se contenta de lui sourire doucement, toujours avec autant de timidité

Ne t'inquiète pas... je suis sure que ta soeur va bien... tu sais, Temza, c'est loin d'ici! Il est possible qu'elle ait du mal à communiquer depuis là bas... ne t'inquiète pas, soit elle reviendra te voir, soit, lorsque tu seras libre, et je te promets que tu le seras bientôt, nous irons la chercher...

Il se sentait déterminé. Après tout, pour des gens comme la patronne, tout avait un prix. Il lui suffisait juste de fixer le sien pour Liliana, et il parviendrait à la faire abdiquer. Mais il avait une idée qui risquait de ne pas plaire à Liliana

J'aurais un service à te demander pour que je parvienne à gagner ta liberté. Il faut que je parvienne à convaincre la patronne que je vais lui offrir plus que ce que tu pourrais lui... "rapporter" à l'avenir, par conséquent, je vais commencer à faire courir le bruit que tu es malade... la seule chose que tu auras à faire, c'est de tousser légèrement lorsque tu seras avec des clients, y compris avec moi... il avait murmuré, il savait qu'on les écoutait parfois derrière la porte et il avait senti la présence du gardien, signe qu'il devait bientôt partir. Normalement, ils pouvaient rester autant qu'ils le voulaient, mais bien sur, par souci de "rentabilité", il était rare qu'un client puisse rester plus de deux heures avec une des filles.

Il la regarda droit dans les yeux et murmura à nouveau


Je pense que petit à petit ces prochains jours, les clients se feront plus rares, excepté moi bien sur, et ta patronne sera probablement plus ouverte à ma proposition... mais tu ne dois pas paraître trop malade hein? Sinon elle va t'envoyer un guérisseur et tout et là tu auras des problèmes, alors que juste un peu devrait suffire...

Il lui fit signe que ce serait bien qu'elle tousse là, maintenant, ce qui pourrait justifier qu'il décide de s'en aller... il soupira et lui murmura doucement Il faut que j'y aille Liliana... je te promets de revenir ce soir... essaie de penser à ce que je t'ai dit, juste une petite quinte de toux... il la serra contre lui et l'embrassa, un peu plus fougueusement peut être que la fois précédente après ces révélations, il la serrait contre lui et se leva, tout en la soulevant telle une princesse dans ses bras, et la déposa en douceur sur son lit avant de se redresser et de la regarder avec amour

A ce soir... je... je t'aime...et il commença à se diriger vers la porte, légèrement triste, mais il devait passer pour un client ordinaire alors il se prépara à afficher un sourire satisfait



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 3:58

Citation :
Liliana

Liliana s'était sentit déborder de joie, oui, elle n'avait qu'une envie c'était d'être déjà au lendemain soir. Le plan d'Irvine était risqué, surtout que la tavernière risquait de lui envoyé surtout immédiatement un guérisseur. Mais elle accepta, elle ne savait pas pourquoi aucune partie de son cerveau lui stoppait cette idée stupide, mais elle le suivit.

Sans doute par désespoir, parce qu'elle en avait marre, et qu'il lui offrait une voie censée. Elle toussa comme il lui demanda, une petite quinte de toux, toute légère. D'ailleurs, elle se sentit légère quand il l'embrassa et quand il la transporta dans son lit telle une princesse. Elle se retient de rire, c'était si dur ... Mais elle fut complétement désarçonner par son je t'aime. Elle ne savait pas quoi faire ... Et puis il allait partir la mine si triste. Elle se leva rapidement et le rejoignit en deux petites foulées sur la pointe des pieds. Elle se plaça contre son corps et l'embrassa passionnément, le dévorant presque sur place.


Bonne journée M.Voldo ...

Là encore elle dut mettre sa main sur sa bouche pour ne pas rire, mais le sourire de satisfaction sur son visage paraissait bien plus crédible désormais. Ensuite il ferma la porte et là l'enfer commença. L'enfer de l'attente, de devoir encore faire semblant. La tavernière était monté pour lui indiqué les goûts des clients importants. Ils ne resteraient pas longtemps en théorie, aussi elle espérait ne pas voir le temps passer. Bien sur dès le premier de l'après midi, ce fut l'impression d'un enfer interminable, mais elle mit en place le plan d'Irvine et pensait à lui. A chaque client elle imaginait que c'était lui, jusqu'à remplacé leurs tête par la sienne.

La longue et interminable après midi ce fit vite remplacé par le soir, et donc par l'arrivé d'Irvine. Ils avaient obtenue le droit de manger ensemble pour le soir. Encore une petite bataille qui avait raviver leurs coeur. Ils s'étaient fait monté des petites choses à manger, non seulement pour leurs faire croire qu'ils auraient une utilisation plus que naturel, mais en plus qu'ils purent se faire de petits sandwich. Un avant goût du bonheur d'une liberté d'un soir. Ils avaient passé une bonne soirée et comme pour l'après midi, elle l'avait embrassé par surprise au moment de partir pour qu'il soit heureux.

Le lendemain matin elle se réveilla avec le goût de son baiser sur ses lèvres, elle souriait de plus en plus. Mais son sourire ce perdit rapidement. Les bruits de cris et de hurlement d'une des filles se faisait entendre. Elle n'avait pas du satisfaire assez un client probablement, ou l'un de ses pervers garde du corps. La pauvre. Une fois les cris passer, elle se lava et s'habilla rapidement avant de rejoindre la chambre où elle se trouvait. La pauvre étaient couverte de bleue. Elle la soigna comme elle put et puis le signal retenti pour elle. Déjà ?

Liliana soupira et puis elle rejoignit sa chambre. Elle n'oublia pas de tousser pour tout les clients qu'elle eut. Elle ne le dira jamais combien de fois elle dut tousser. Mais tout les hommes assoiffé de désir, n'avait pas remarquer sa toux. Pas encore c'était trop tôt. Enfin elle soupira, simula le plaisir d'être malaxé comme une patte à modeler. Rit des mauvaises blagues, consolait certains venue juste épancher leurs soucis sur son épaule. Et toute la journée passa ainsi. Habituellement elle descendait aider en salle, mais la tavernière devait être rancunière car elle ne sortit pas de sa chambre. Pas avant le soir en tout cas. Le soir venait ont sentait les odeurs du bouillon maison de la taverne. Et Liliana tremblait de peur et de stress, allait il oublié ? allait il renoncé de peur ? Trois petits coups retentir à sa porte. C'était le seul à frapper doucement ainsi et aussi lentement.


Bonjour mademoiselle, veuillez me suivre s'il vous plait, nous allons passez la soirée ensemble chez moi.

Liliana pencha la tête sur le coté pour voir que deux solides garde du corps surveillait leurs paroles et leurs attitudes. Liliana garda son air triste et angoisser, jouant à merveille la comédie.

Très bien monsieur. Je vous suis.

Les deux tourtereaux avaient magnifiquement bien tenue la comédie l'un comme l'autre. Passant du parfait petit couple dans la taverne, pour ne pas éveillé les soupçons des clients "normaux", au parfait "amis" discutant de tout et de rien. C'était pas très difficile, mais il fallait constamment veillé à ne pas en faire trop. Tout dans la demi mesure. Enfin ils arrivèrent dans la maison d'Irvine. Il la fit entré timidement tendis que quatre silhouette baraqué faisait le tour de la maison, pour veillé à ce qu'ils ne s'enfuie pas.

Mais à l'intérieur, protéger par l'intimité des rideaux et des murs. Liliana était juste enlacé dans les bras d'Irvine dans l'entrée. Elle l'embrassa fougueusement, sous l'effet de la joie d'être libre sans barreau au fenêtre, et sous l'effet du simple fait qu'elle l'aime. Elle ne voulais pas quitter ses lèvres, mais il le fallait bien ne serait ce que pour reprendre leurs souffle.


Je ... Merci ...
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 12:44

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine l'enlaça doucement, une fois de plus, il faisait très attention à chacun de ses gestes pour ne pas la brusquer. Une délicate odeur de viande rôtie et de pomme de terre

J'espère que tu aimes la viande... je me rends compte qu'on n'a jamais parlé de nourriture toi et moi... allez viens, on va manger, mais avant...il leva une main et un bourdonnement se fit entendre Je veux bien qu'ils surveillent qu'on ne sorte pas, mais hors de question qu'ils nous entendent! Si j'étais un... client normal, je n'aimerais pas que quelqu'un entende ce que nous aurions fait... alors bon, au moins ce sera justifié! il avait rougi à ses paroles... mais après tout, c'était vrai. N'importe quel client, et surtout avec le bruit qu'il avait payé, ne voudrait pas d'oreilles indiscrètes.

Il la conduisit dans son salon où les assiettes étaient dressées avec une petite bouteille de champagne dans un seau à glace


Par contre, je dois te faire une confidence... c'est ma mère qui a préparé le repas... je... je suis incapable de préparer quoi que ce soit, mais je te promets d'apprendre... il rougit à nouveau. Il avait l'impression d'être un peu un fils à maman, mais d'un autre côté, il était fils unique alors sa mère s'était énormément occupé de lui. Même s'il pouvait très bien se débrouiller seul où qu'il soit, il mangeait toujours à la taverne, petit déjeuner, déjeuner et dîner. Mais pour elle, il ferait l'effort d'apprendre, enfin il essaierait. Il l'aida à s'assoir et lui servit une flute de champagne

Il n'y aura que le champagne d'alcoolisé ce soir, je ne veux pas prendre le risque de trop boire et d'oublier ne serait-ce qu'une seule seconde de cette soirée... il lui sourit doucement et s'assit en face d'elle, une flute de champagne à la main

A nous et à cette soirée! et ils trinquèrent. Ils étaient seuls, et Liliana était hors de la taverne pour la première fois depuis des mois. Il comptait bien en faire une soirée inoubliable pour elle...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Invité
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 16:49

Citation :
PNJ Eïldwin Windwaker

Aurnion ne se doutait pas que le courroux du vent maudit planait au-dessus de sa tête... Dans le ciel, cinq grande ombres tournaient comme des rapaces. Les gigantesques corbeaux de la horde noire Windwaker planaient, sans battre des ailes afin de ne pas se faire repérer. Sans le moindre cris, comme de véritables spectres, les ombres obscures coulaient vers Aurnion.
A la tête du groupe, un grand krityen impressionnant. Il camouflait son aura pour que leur atterrissage soit le plus discret possible. Sa longue épée dans son dos dépassait comme un étendard. La fourrure de sa tunique oscillait sous la force du vol de son corbeau tout comme ses longs cheveux blancs : Eïldwin Windwaker.

Le leader des patrouilleurs des têtes blanches fixait le sol d'un regard noir. Il analysait chaque chose, conversant télépathiquement avec ses hommes derrière-lui pour distribuer ses ordres. Eïldwin ne se chargeait que des missions les plus périlleuses. Sachant que les patrouilleurs s'occupaient du crime en général, lorsqu'il s'agissait du crime organisé, et donc du plus dangereux, il fallait l'élite de l'élite de l'élite : Eïldwin et ses hommes. Si les têtes blanches avaient une réputation de bourreaux sanguinaires sans pitié c'était particulièrement à cause des patrouilleurs qui sillonnaient notre Terca Lumireis en massacrant le moindre hors la loi. Eïldwin était le symbole même de ce comportement de cowboy...

Ils virèrent au-dessus d'une grande bâtisse qui n'était autre qu'une taverne. Eïldwin fit un signe de main à ses hommes afin qu'ils soient le plus discret possible. Les corbeaux ne bronchaient pas. Il y avait quatre gardes qui patrouillaient autour du bâtiment. Il allait falloir les neutraliser en premier. Eïldwin fit trois signes avec l'une de ses mains et ses hommes se dispersèrent au-dessus de la taverne. Les corbeaux virèrent avant de piquer comme des flèches vers le bas...

Les quatre gardes n'avaient pas vus les furtif patrouilleurs. Ils ne se doutaient de rien, se contentant de faire les rondes pour lesquels ils étaient payés. Il job tranquille en soit. Ils étaient plutôt fier de ce travail. Lorsqu'ils étaient en pause, il avait même le droit de s'offrir un peu de "luxe" si ils le souhaitaient. Que demander de plus ? Tout homme se complait dans la corruption.
Chaque corbeau se posa comme une plume derrière un obstacle afin de se cacher. Derrière un cabanon, derrière un rocher, derrière un chariot, etc. Les oiseaux se tapirent, se mettant eux et leur cavalier à couvert. Une fois parfaitement à l'abri. Les Windwaker descendirent de leurs corbeaux et se planquèrent, attendant les ordres d'Eïldwin. Celui-ci, de son côté, s'était posé derrière un tas de foin. Son corbeau était plaqué au sol, le regardant avec confiance. Eïldwin lui lança un regard impassible avant de se relever. Il sortit alors de sa cachette, et comme si de rien n'était, il s'avança vers la taverne, ses bras se balançant de chaque côté de son corps.

Aussitôt, les deux gardes devant les portes vinrent vers lui, brandissant une lance chacun.


- Stop ! Qui êtes vous, qu'êtes vous venu faire ici ?
Eïldwin les transperça d'un regard plus noir que l'ombre. Les ténèbres eux-même auraient fuis devant l'intensité meurtrière de ce regard. Les deux gardes se mirent à trembler.
- C-C'est pas u-un... Kri... kri... Krityen ?
- S-si... C'est... C'en est un.
- Il... Il... a... Il est pas un peu... jeune... Pour avoir les cheveux blancs ?
- J'en sais r-ien... Je connais pa-pa-pas trop les krityens !


Interrogeait-ils systématiquement tous les client qui venaient dans cette taverne ? Où bien y avait-il un problème ? A oui... Mince. Eïldwin avait relâché son aura. C'est peut-être pour ça qu'il ont paniqués et qu'ils se sont jetés sur lui. (rassurez-vous chers lecteurs, il a fait exprès)
Alors que les gardes paniquaient, balbutiant des choses stupides tout en menaçant Eïldwin en tremblant, les deux autres gardes tournèrent alors la tête vers les portes où se déroulait la scène. Eïldwin n'eut pas besoin de donner d'ordre.

Deux Windwaker approchèrent comme des panthères les deux gardes, par derrière. Ceux-ci absorbés par ce qui se passait entre Eïldwin et leurs deux collègues, ne virent rien venir. Une main gantée de noir et très puissante se plaqua sur leur bouche, empêchant tout son de sortir alors qu'une lame venait leur transpercé le cœur, ressortant de plusieurs dizaines de centimètres par leur thorax. Leurs yeux se gorgeaient de sang alors que la mort les emportaient. Les cadavres disparurent comme emportés par les prédateurs qui venaient de les frapper. Eïldwin observait la scène, cette fois-ci il était le spectateur, restant impassible, comme si de rien n'était. Deux têtes blanches de chaque côté des coins du bâtiment apparurent, faisant un signe de tête à Eïldwin pour lui signifier leur réussite. Le chef des patrouilleurs fit un pas vers les deux gardes qui reculèrent alors en écarquillant les yeux.


- S-stop ! N'avancez pas ! V-va chercher le patron toi !
- N-non ! Vas y toi !
- T-tu préfère resté seul avec ce mec chelou ?
- Et pourquoi tu reste toi ?


Les quatre Windwaker derrière eux prirent des têtes exaspérés par l'imbécilité humaine. Eïldwin perdit patience, ou plutôt mit enfin son plan à exécution. On entendis un bruit de métal, puis de chair tranchée. Un léger cercle de poussière s'était levé autour d'Eïldwin, sa grande épée dans la main, perpendiculaire à l'axe de son corps, parallèle au sol, pointée sur le côté. Les deux gardes étaient encore debout lorsque soudainement, deux têtes tombèrent lourdement au sol, sans le moindre autre son. Les cadavres tombèrent à leur tour, à genoux, puis s'étalant de tout leur long. Le coup avait été si rapide que la lame d'Eïldwin n'était même pas maculée de sang. Sans attendre, le patrouilleur en chef avança entre les deux cadavres pour arriver devant les portes à double battants de la taverne. Tel un seul homme, ses quatre hommes vinrent se mettre derrière-lui. Eïldwin fixait la porte, sans se retourner vers eux, d'un ton froid et sans intonation il leur dit :

- D'après nos informations, cette taverne est sous un sort de barrière magique qui bloque toute issue : fenêtres, portes, etc. Seule ses deux portes-ci sont franchissables. inutile de vous dire pourquoi. C'est très simple. L'un d'entre vous restera devant les portes afin d'empêcher quiconque de sortir d'ici vivant. Les autres... Pas de cartier.

Les patrouilleurs inclinèrent simultanément la tête vers le bas d'un coup avant de la redressée. Ils retirèrent leurs épées du fourreau, l'un prit une grande hache à deux mains tandis que le dernier portait une masse à pics. Sa grande épée en main, Eïldwin se prépara...

____________________________________________


A l'intérieur, personne ne savait ce qui se préparait. Dans la grande salle de la taverne, il y avait encore des client qui attendaient leur tour. D'autres qui choisissaient des plats, d'autres des femmes aux noms de plat. Certains buvaient en discutant. Les serveuses couraient dans tous les sens tandis que des gardes semblaient dissimulés partout. On voyait ici et là une lame dépasser, un fourreau discret, un pommeau qui pointait son nez. Il y avait un grand gaillard aux pieds de l'escalier qui menait à l'étage. Tous ripaillaient en attendant tout excité pour certains de pouvoir obtenir leur part de "luxe".

C'est alors qu'un premier coup de lame trancha le bois des portes par le haut. La porte ne semblait pas endommagée, juste coupée, comme les murs l'encadrant étaient taillés par le coup puissant. Il y eut un autre coup, plus bas, puis un autre, encore un autre toujours plus bas, et le dernier acheva la hauteur de la porte. Mais malgré les entailles franches, les portes tenaient encore debout. Tout le monde s'était arrêté de parler. Tous étaient figés, observant le bois de l'entrée avec appréhension. On aurait dit que le temps s'était arrêté. Chaque mouvement avait été figé comme dans la glace. Le liquide dans les chopes bougeait sous le dernier mouvement de ceux qui les portaient. Des gouttes de sueur perlaient sur la peau de ceux qui savaient se qui se tramait ici. La jeune femme au bar écarquilla les yeux. Les gardes se mirent à trembler, prêts à intervenir.

Les portes explosèrent d'un seul coup vers l'intérieur, projetant des éclats de bois et des échardes partout dans la pièce. Les premiers hurlement se firent entendre alors que les jeunes femmes fuyaient vers le fond du bâtiment. Les gardes se levaient et se réunirent comme des loups en meute sous l'appel de ce qui semblait être leur chef. Eïldwin avança, sa tunique et la taille de son arme lui donnant un peu la silhouette de la grande faucheuse. Son allure imposante balaya toute la confiance des gardes en un seul et unique regard. Mais plus encore fut la panique provoquée lorsque les initiés s'aperçurent que les autres guerriers avaient eux aussi les cheveux blancs et étaient krityens.


- Win... Windwaker !
- Bordel les têtes blanches ! Barrez-vous !
- Non ! Restez groupés ! Il n'y a pas d'autre issue, il faut les repousser !
- Mais c'est peine perdue !
- Courage ! Ou c'est la mort !


Les gardes tremblaient alors qu'Eïldwin était rejoint par les trois autre Windwaker. Celui avec la grande hache ayant décidé de garder l'entrée, prêt à diviser en deux partie plus ou moins égales la moindre personne tentant de s'enfuir. Les autres patrouilleurs commençaient à se dispersés pour commencer le massacre, poursuivant le moindre être vivant. Eïldwin s'approcha des gardes, sa grande épée dans la main, il les fixa avec des yeux remplis de la fureur du chaos, leur répondant d'un ton implacable :

- Non humain : c'est la mort assurée.

Les gardes furent pétrifiés par les paroles d'Eïldwin qui leva alors son épée. Les cris furent plus intenses. Le massacre commença...

Eïldwin moissonna devant lui comme si il tranchait du beurre inoffensif. Son épée brisait les armures, les armes et les os. La chair éclatée volait sur les côtés alors que le sang aspergeait les murs de la taverne. En quelques secondes, le première résistance fut lamentablement écrasée par Eïldwin, laissant un tas de masse cadavérique qui ressemblait à tout sauf à des corps. L'un des patrouilleurs avait fermé à clé la réserve où s'étaient réfugiés les serveuses et le reste du personnel. On entendait des cris atroces souvent étouffés par des cris d'agonie, ponctués par des bruits de coup de lame et de morceaux de cadavres projetés contre les murs. un autre Windwaker décimait les clients qui couraient dans la grande salle. L'un d'eux s'était caché derrière une table déjà renversée. Le patrouilleur arriva et il planta sa grande épée à deux mains à travers la table de bois. on entendis un cris de plus puis le Windwaker força sur son bras et il fit basculer sa brochette au-dessus de lui pour fracasser le tout au sol. La table vola en éclats alors que le crâne du vieux pervers embroché se brisa en même temps que son espérance de vie. Deux garçons venus s'amuser réussirent à passer entre les mailles du massacre pour arrivés devant le patrouilleur qui gardait la porte. Ils s'arrêtèrent juste pour permettre à celui-ci de détacher leurs bustes de leurs jambes d'un coup demi-circulaire. Plus loin, le dernier des Windwaker croisait le fer avec un garde. Celui-ci, un peu plus agile que les autres réussi à parer trois attaque successives avant que le glaive de la tête blanche vienne lui transpercer le crâne entre les deux yeux, la lame ressortant par l'arrière en éclaboussant un mur d'une tâche de sang et de fragments de cervelle, le tout avec un magnifique cris d'agonie. Le patrouilleur plaça son talon sur l'abdomen du cadavre pour retirer sa lame tout en poussant le cadavre avant de décapiter une jeune femme et de pourfendre le ventre de deux autre hommes. Eïldwin avançait lentement vers le comptoir. Il passa devant la salle où l'un de ses hommes massacrait le personnel. Une grande flaque d'hémoglobine bavait par le bas de la porte, débordant. Les bottes du guerrier piétinèrent le liquide foncé sans état d'âme, s'approchant du bar. Derrière, une ravissante jeune femme tremblait de tous ses membres, les mains sur la tête, espérant ne pas être vue. Mais Eïldwin leva son épée et il laissa la pointe lui traverser le dos en sectionnant la colonne vertébrale. Il tourna alors son poignet pour que la lame brise les os et les quelques organes vitaux encore intègres dans le corps de sa victime puis il tira d'un coup sec pour entendre le chant de la mort dans la voix de cette femme. Il s'éloigna pour se rendre vers les escaliers lorsqu'une chope de bière à moitié vide fonça vers lui. Il se contenta de l'esquiver en s'inclinant sur le côté et il se retourna pour voir deux gamins en tenue de serveur avec des chopes dans les mains, déterminés à sauver leur vie avec ces projectiles. Eïldwin attrapa deux croissants de lancer et il les envoya vers le premier dans un mouvement presque moqueur. Les deux jarquis se plantèrent dans le visage du garçon. L'un en plein front, découpant le haut de son crâne comme une boîte de conserve, l'autre séparant sa mâchoire du reste de sa tête. Le corps tomba au sol alors que le haut du crâne était cloué au mur derrière, comme une décoration. Son camarade poussa un cris de colère. Il empoigna un couteau de cuisine et sauta par-dessus le comptoir pour se ruer sur le chef de la patrouille. Eïldwin leva lentement son bras libre alors que le garçon courait vers lui. Le Windwaker pointa son pouce, son index et son majeur vers cet inconscient qui hurlait comme un animal. C'est alors que des étincelles bleutées apparurent sur la surface de la main d'Eïldwin avant de s'intensifier et de partir comme un rayon mortel vers son "agresseur". L'éclair transperça de part en part le torse du jeune homme, faisant gicler la chair brûlée et électrifiée. Le corps fut projeté en l'air vers son camarade mort précédemment alors que les étincelles rongeaient toute parcelle de vie en lui. Le cadavre vola comme un déchet derrière le comptoir, une jambe bougeant encore sous les choc électriques. Pendant ce temps, les autres Windwaker continuaient de massacrer tous les occupants.

Eîldwin se dirigea alors enfin vers les escaliers. Lorsqu'il arriva sur la première marche, un hurlement vint le prendre par surprise, par derrière.


- Hyyya !

Il se retourna instantanément, dans une vitesse incroyable, parant l'attaque de ce garde imposant qui se trouvait être le garde des escaliers justement. Il donnait l'impression d'être plus coriace que les autres. Mais malheureusement pour lui, il était face à Eïldwin Windwaker. Ce dernier força sur son bars et donna une impulsion qui obligea l'humain à reculer. Celui-ci fit tourner son épée longue et se mit en garde. Eïldwin était presque amusé par cette confiance face à lui, face au leader des patrouilleurs Windwaker. De toute façon il ignorait et devait s'en foutre royalement. Mais c'était un corrompu malgré son courage et il va le payer de sa vie. Eïldwin fonça alors vers lui en offrant ses plus beaux coups avec son épée gigantesque. Son adversaire parait et reculait alors que l'épée du krityen pulvérisait les meubles tout en avançant. Au bout de deux minutes, le garde compris qu'il était confronté à un très gros morceau. Il n'avait fait que parer, esquiver et se maintenir en vie, mais la fatigue le prenait fatalement. Dans un dernier élan, il chargea Eïldwin en levant son épée. Le grand Windwaker interposa simplement son épée pour bloquer le coup. Puis, dans un mouvement plus rapide que la foudre elle-même, Eïldwin attrapa de son autre main son katana à sa ceinture et il lacéra le buste de son adversaire de dix taillades, l'éventrant. Le garde poussa un cris, son visage se couvrit de terreur face à la mort venant embrasser son destin. Les organes du garde se déversèrent au sol alors que sa vie était sur le point de le quitter. Il recula en voyant les intestins gisants sur le parquet déjà imbibé de sang et il releva les yeux vers Eïldwin, réclamant pitié. Le Windwaker plaça ses deux armes sur le côté et il donna un double coup horizontal qui décapita son ennemi tout en brisant son torse en morceaux.

Eïldwin fit tourner son katana avant de le ranger aussi rapidement qu'il l'avait sortit. Alors qu'il mit son pied sur la première marche des escaliers, un autre garde fonça vers lui, mais cette fois il venait de l'étage, dévalant les marches en brandissant une épée tout en beuglant. La grande épée d'Eïldwin le trancha en deux verticalement, de bas en haut, séparant ses bijoux de familles, ses abdominaux, ses pectoraux, ses narines et ses yeux. Les deux morceaux s'étalèrent de chaque côté avant de dévaler les marches en glissant alors qu'Eïldwin commençait enfin sa progression vers l'étage, laissant ses hommes s'occuper du rez-de-chaussez. Lorsqu'il arriva en haut, trois archers l'attendait, arc bandés. Les flèches filèrent dès qu'ils le virent. Heureusement qu'il avait des réflexes plus développés qu'eux : il forma une étoile en donnant des coups très rapides devant lui, brisant chaque flèche avec une facilité déconcertante. Les archers allaient attraper de nouvelles flèches lorsque un jarquis vint se planter dans le crâne de chacun, faisant s'écrouler leurs corps sur le tapis qui se trouvait en dessous d'eux. Eïldwin observa alors le couloir.
C'est ici que se trouves les jeunes femmes souillées par ce trafic. Le code Windwaker est formel là-dessus. Pour Eïldwin la question ne se posait même pas. La moralité passe après le devoir d'obéir aux ordres, aux principes du clan et au code d'honneur de celui-ci. Il enfonça alors la porte de la première chambre d'un grand coup d'épaule. Il y eut un premier cris, un deuxième et puis plus rien. Il quitta la pièce en laissant deux corps meurtris sur un lit coquet, le sang se répandant déjà sur les draps. Il passa rapidement à la suivante...

Il y eut pleins de cris, des pleurs, du sang. Dans toute la taverne, la mort étendait son règne à travers la main de ses fidèles acolytes : les Windwaker. Après un bon moment, les dernières vies étaient enfin ôtées...

Eïldwin était dans la dernière chambre. Il tenait par le cou, d'une main puissante, la dernière fille vivante. Celle-ci se débattait, ses mains tentant vainement de briser l'étreinte d'Eïldwin en se crispants sur les doigts du guerrier. Elle hurlait comme une chienne comprenant que sa vie était condamnée. Il y avait déjà aux pieds de son bourreau les cadavres charcutés de celles qui avaient partagées son calvaire. Eïldwin la fixait de la manière la plus implacable possible. Aussi froid et glacial que le permettais son enveloppe charnelle et son apparence. La faux impitoyable de la mort semblait se dessiner dans ses pupilles.


- Non ! Pitié ! je vous en supplie ! Hurlait-elle.

Eïldwin la dévisageait sans rien dire. Il savait qu'il était mieux pour cette fille d'être morte que de vivre avec les souvenirs de ce qu'elle a vécu. Elle ne le saurait jamais, mais il allait la libérer. Oui. Mais la modestie du libérateur ne demandant aucune reconnaissance, il la libérera en tant que bourreau, comme le demande le code.

C'est alors qu'un des patrouilleurs, complètement recouvert de sang, apparu dans l'encadrement de la porte de la chambre, son glaive sur l'épaule, le même air que les autres Windwaker sur le visage.


- Eïldwin, on a fini en bas.

Les étincelles sur la main du krityen apparurent de nouveau, électrifiant le corps de la jeune femme dans des cris atroces. Son corps se mit à pulser sous la force de l'électricité qui dévorait sa vie seconde après seconde. Alors que la peau de la jeune femme commençait à noircir et que de la fumée émanait de son corps, les doigts du guerrier serrèrent d'un seul et unique coup le cou de sa victime. Les cris cessèrent instantanément. un bruit de chair pulvérisée résonna alors que la nuque fut réduite en bouillie dans le creux de la main du guerrier. La tête se détacha du corps et alla briser un vase de fleurs sur une étagère. Le vase laissa son eau pure couler le long du bois pour se mêler au sang qui avait envahit le sol. Les étincelles bleutées couraient encore sur le cadavre alors qu'Eïldwin, sans rien dire, se retourna. L'autre patrouilleurs s'écarta afin de laisser passer son supérieur qui disparut dans le couloir...

Toute vie avait été annihilée dans la taverne. Il n'y avait aucun survivant. Le sang avait entièrement recouvert les murs, les meubles, le sol. Du sang coulait et goutait du plafond à cause des cadavres tués par Eïldwin à l'étage qui saignaient. La patrouille était recouverte de sang et surtout, ils étaient indemnes. Tels de vrais démons, ils n'étaient même pas blessés. Justes fatigués et couverts du sang de leurs cibles. Toute la patrouille était réunie devant la taverne nettoyée. Les corbeaux attendaient, posés à côté de leurs maîtres qui leurs avaient sortis des cadavres en nourriture pour les récompenser. Les oiseaux étaient en train de se repaître lorsque Eïldwin sortit après avoir vérifier une dernière fois chaque cadavre en plantant la pointe de son katana dans ceux encore entiers. Il ordonna de replacer les restes des cadavres offerts aux corbeaux dans le bâtiment, ce que ses hommes firent alors que les oiseaux semblaient déçus de ne pas pouvoir finir une viande si tendre.

Les Windwaker montèrent ensuite sur le dos de leurs montures et s'écartèrent un peu de la taverne, restant encore à terre. Eïldwin se tourna vers le bâtiment et il plaça son épée sur sa gauche. De grandes étincelles commencèrent à affluer sur la lame de l'épée, grésillant comme un essaim mortel en colère prêt à frappé. Eïldwin fit un magnifique demi-tour, donnant un grand coup circulaire avec sa lame. La taverne explosa subitement dans un torrent d'éclairs et de poussière.


Les étincelles se dissipèrent doucement alors qu'Eïldwin marchait vers son corbeau qui l'attendait en silence comme le reste de la patrouille. Des hurlements commençaient à se faire entendre dans les rues d'Aurnion à cause d'une telle explosion tandis que les débris retombaient en laissant une épaisse fumée s'échapper. Eïldwin replaça sa grande épée dans son dos et il grimpa sur sa monture qui décolla comme un boulet de canon, suivit comme un serpent parfait par les autres patrouilleurs. Profitant du nuage de fumée, ils s'éclipsèrent tout aussi discrètement qu'ils étaient venus. Tels les ombres justicières...

Les Windwaker ont encore frappés.
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 17:23

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine et Liliana mangeaient tranquillement lorsqu'un bruit terrible se fit entendre et que le sol se mit à trembler. Il se leva brusquement et regarda par la fenêtre, les gardes n'étaient plus là... il chercha leur aura, il n'y avait plus personne

Qu'est-ce qui se passe? Les gardes sont partis... et c'était quoi ce bruit? il prit la main de Liliana et ils sortirent pour voir la taverne réduite en cendres... il n'y avait que quelques villageois autour, il ne voyait personne de la taverne elle-même...

Qu'est ce qu'il s'est passé?

Un villageois s'approcha et fixa Liliana

Hey! Vous ne travaillez pas à la taverne vous?
Irvine fronça les sourcils, mais le villageois n'était pas un ancien client Je... je suis désolé, il me semblait l'y avoir vu... des hommes aux cheveux blancs sont venus, ils... je crois qu'ils ont tué les gardes, j'habite à côté, je les ai vu donner des cadavres à leurs corbeaux et... on a entendu des hurlements, ils étaient couverts de sang... puis l'un d'eux, le chef je crois il... il se mit à murmurer il a simplement fait un geste et toute la taverne a explosé! Puis ils sont partis simplement!

On a un peu cherché, il n'y a pas de survivant et on dirait que tout le personnel de la taverne est mort... je suis désolé mademoiselle...


Irvine serra Liliana contre lui... TOUT LE PERSONNEL? Mort? Mais alors... il n'osait pas le dire, il n'osait pas le penser... elle était libre? Et... s'il n'avait pas réussi à la faire sortir de la taverne pour cette soirée, elle aurait aussi été tuée?

Des cheveux blancs, des corbeaux... les Windwaker. Sa mère lui en avait parlé, ils étaient réputés sans pitié et il était probable que même si Liliana était la seule krityenne, elle n'y aurait pas réchappé... Il la prit dans ses bras, elle était contre lui, son visage plongé dans son cou, il caressait doucement ses cheveux pour ne pas qu'elle voit trop ce spectacle et il fallait reculer un peu, l'odeur de chair brûlée commençait à se répandre... il murmura doucement à Liliana


Viens, on rentre... tu dois te reposer... elle devait être en état de choc après ce à quoi elle venait d'échapper. Ils rentrèrent rapidement, une fois à l'intérieur, il la conduisit dans la chambre, elle semblait au bord de l'évanouissement, il l'installa délicatement assise sur le lit et se mit à genoux devant elle pour la regarder dans les yeux

Ca va aller?



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 17:52

Citation :
Liliana

Liliana avait sourit, oui ce n'était pas grave qu'il n'ai pas fait à manger lui même. Et puis après tout elle était une bonne cuisinière avant ... Enfin ne pas repenser au "travail", surtout ne pas y repenser. Ce soir elle allait goûter au plaisir simple. Elle saisit une coupe de champagne et elle trinqua avec un regard remplis d'amour et de reconnaissance envers Irvine.

A nous. A cette soirée de liberté.

Seulement elle ne savais pas à quel point elle allait être libre. En plein milieu du repas, une énorme explosion se fit entendre. Quand Irvine lui dit que les gardes n'étaient plus là, elle n'en crut pas ses oreilles. Elle chercha leurs aura, et elle non plus ne les sentait plus.

Avec inquiétude ils étaient sortit de la maison. Elle resta longuement pensive, et puis le spectacle d'horreur de la taverne complétement brulé la gela instantanément. Non c'était impossible ... TOUS ??? Tous ... TOUS !!!! Tous étaient mort ! même la vieille rombière ??? Impossible non. Son corps eut un espèce de spasme. Mais elle ne réagissait déjà plus à son environnement extérieur, elle était complétement sonné. Ses "amies" étaient toutes mortes ... Tant mieux pour elle dans un sens. Mais déjà Irvine la prit dans ses bras, et puis ensuite il l'emmena dans la maison. Plus ca allait, et plus elle réfléchissait. Elle devait rêver ou cauchemarder ... 7

Qui sait ? Elle voulait tellement la mort de la tavernière qu'elle la peut être trop rêver et son esprit la fait vivre dans un rêver éveillé. Il lui fallait un choc, un choc plutôt violent. Elle se gifla, la douleur n'était pas assez forte alors elle recommença. Et la la douleur se fit plus cuisante. Non elle ne rêvait pas ... Irvine la regardait avec des yeux étonnés, mais elle était si fatigué. Elle enleva ses affaires, si elle était libre elle ne voulais pas garder ces affaires là sur son corps. Elle savait qu'Irvine allait rougir de la voir en sous vêtement, mais ce n'était pas le plus grave pour elle, non.

Lui il pouvait la voir, la regarder, l'observer. La toucher aussi, sans qu'elle craigne un assaut pervers de sa part. Elle avait envie qu'il l'embrasse, mais elle ne réalisait pas encore vraiment. Alors elle plongea ses yeux dans les siens elle aurait presque rit de la situation tant il rougissait.


Je ... Je suis libre Irvine ? Est ce que je ne rêve pas ? Est ce qu'ils sont bien tous morts ? Je n'aurai pas à y retourné demain matin ? Tu ... Tu crois que je suis libre ?

Après avoir encore hésiter au bord des larmes elle tendis ses mains devant elle.

Embrasse moi ...
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 18:06

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine avait instinctivement baissé les yeux alors qu'elle se déshabillait... puis elle lui demanda de l'embrasser, il était rouge, mais il se leva et la souleva pour la serrer dans ses bras et l'embrasser. Il aurait voulu céder à certaines pulsions alors qu'elle était dans cette tenue et une partie de son corps le trahit, mais il ne fit rien cependant... il l'embrassait juste puis, toujours en rougissant, il balbutia, voulant s'excuser de ce "problème physique"

Je... je suis désolé.. tu veux que je te coule un bain? Je vais demander à ma mère de te prêter des vêtements, elle fait à peu près ta taille, ils seront peut être un peu trop larges mais au moins tu seras à l'aise... il la serra encore un peu contre lui (au point où il en était), puis la lâcha pour aller dans la salle de bain et faire couler l'eau chaude. Puis il griffonna sur un bout de papier quelques mots et un oiseau vint prendre le message. Le petit oiseau vert s'envola alors pour la maison d'à côté, il ne voulait pas laisser Liliana toute seule. Il retourna dans la salle de bain couper l'eau, il avait mis pleins de mousses parfumées et des huiles apaisantes pour qu'elle puisse se détendre, ainsi qu'une petite éponge corporelle.

Il revint la voir et lui sourit, toujours aussi rouge jusqu'aux oreilles


Oui... tu es libre Liliana... viens, le bain est prêt, ça te fera du bien. Je vais aller mettre le repas au chaud, nous le finirons après d'accord? effectivement, ils étaient parti si précipitamment que le repas était resté sur la table. Il la laissa se rendre à la salle de bain, il lui avait préparé de grosses serviettes toutes douces (lavées par sa maman probablement) pour qu'elle puisse se couvrir après et ne pas attraper froid

Je te laisse... je suis juste à côté, n'hésite pas à m'appeler si tu as besoin de quoi que ce soit...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 18:26

Citation :
Liliana

Liliana se sentit enfin respirer quand il l'embrassa. Si elle rêvait, il ne l'aurait pas embrasser, car c'est bien connue, les rêves s'arrête toujours au moment où se sera le plus agréable. Il continuait de l'embrasser et l'apparition d'un désir physique se fit sentir. Elle en sourit alors qu'il continuait de l'embrasser.

Elle se sentit ivre de joie, il l'embrassait, et elle, elle serait libre pour toujours. Libre de choisir ce qu'elle veut faire de son corps. Et puis elle le vit s'excuser, et disparaitre dans la salle de bain. Elle réfléchit alors au fait que jamais ils n'avaient ... Enfin, il hésitait surement au fait des conditions il l'aimait et elle ne lui avait jamais dit ce qu'il pouvait faire, ce qui ne la dérangeait pas. Elle réfléchit au meilleur moyen de lui faire comprendre. Quand il revient il était toujours aussi rouge, et elle n'avait pas envie de prendre ce bain toute seule. Elle ne voulait plus être seule. Jamais.

Alors elle s'approcha de lui et passa ses bras autour de son corps. Elle colla sa tête dans le creux de son cou et se blotti dans ses bras. Elle lui fit poser ses mains sur son corps et finalement le regarda droit dans les yeux.


Je n'ai pas envie de prendre ce bain toute seule ... Tu m'accompagne ?

Elle se mordit la lèvre, et puis elle posa ses lèvres doucement sur les siennes. Elle espérait qu'avec ca, il comprendrait. Maintenant qu'elle était libre. Libre à elle de pouvoir céder à ses désirs.
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 18:35

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine avala de travers et se mit à tousser violemment, le rendant probablement encore plus rouge, si c'était possible. Il la regarda droit dans les yeux, enfin il essayait

Liliana... je... il faut que je te dise une chose... je... je n'ai jamais... enfin tu sais... il baissa la tête et recula doucement. Il ne savait plus où se mettre. Prendre un bain avec elle... il était vrai que la baignoire était bien assez grande, elle avait même une fonction jacuzzi... mais il ne savait pas trop s'il en était capable

Je.. je ne sais pas si je vais oser... après ce que tu as vécu, tu es sure que tu arriveras à sentir un homme nu près de toi? il commençait à transpirer, il ne savait plus où se mettre. Elle avait vraiment le don de lui faire perdre tous ses moyens et il se sentait totalement paralysé et son coeur battait tellement vite qu'il pensait qu'il allait sortir de sa poitrine et prendre la poudre d'escampette... il croisa ses bras pour ses serrer lui même et réfléchir, il se rendit compte qu'il n'y arrivait pas je... il n'arrivait plus à dire un mot, il n'était même plus rouge à ce stade, totalement cramoisi



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 18:47

Citation :
Liliana

Liliana dut se retenir de rire. Elle n'y arriva pas vraiment et elle mit sa main devant sa bouche pour ne pas rire trop fort et risqué de le vexer.

Je me doutais bien de cela, mais ne t'inquiète pas. Commençons par juste nous détendre dans l'eau d'accord ?

Elle souleva son menton avec sa main et l'embrassa encore doucement. Il était si cramoisie qu'un peu d'eau lui ferai du bien. Il fallait cependant qu'elle s'explique.

Tu n'es pas un homme, tu es Irvine. Tu n'es pas un de ces ... "Autre" et maintenant que je suis libre. Je suis aussi libre de choisir.

Elle s'approcha alors encore de lui, il voulait mettre de la distance mais pas elle. Pas avec lui. Plus maintenant qu'ils pouvaient faire ce que bon leur semblait.

Je t'ai choisit toi ... Et je ne veut plus être loin de toi. Tant que cela sera possible, je veut rester avec toi désormais ... Vivre mes envies ... Et qui sais c'est peut être toi qui en aura marre de moi en premier.

Elle rit doucement, mais c'était plus pour se donner du courage. Elle glissa une de ses mains dans celle d'Irvine et elle y croisa ses doigts avec les siens. Elle se mit à rougir sans savoir pourquoi.

Tu vient ? Ont commence juste par ce détendre le reste nous verrons ca, quand tu te sentiras moins gêner. Hihihi

Là elle eut du mal à se retenir de rire, mais elle rougissait et s'était une façon à elle de cacher son rougissement. Elle se sentait bien quand il était là.
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 18:54

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine avala difficilement sa salive, mais hocha la tête et la suivit dans la salle de bain. En revanche, il ne réussit pas à se mettre nu et garda son sous-vêtement avant de se plonger dans l'eau moussante. Ce fut qu'une fois dans l'eau et après s'être assuré qu'il avait une serviette juste à côté qu'il enleva le linge et se retrouva nu, caché dans la mousse, entièrement recroquevillé sur lui-même pour ne rien dévoiler. Il n'osait pas bouger, totalement pétrifié à l'idée d'une telle intimité qu'il n'avait jamais eu, ni même seulement approché.

Il regardait Liliana, si belle, et si peu pudique. Il se demandait comment elle faisait, même si elle estimait qu'il était différent des autres, il lui trouvait un courage impressionnant. Il lui sourit doucement et osa tendre un bras hors de la baignoire vers elle


Allez... viens il avait encore l'impression que son coeur était sorti de sa poitrine et se baladait quelque part dehors en courant à fond la caisse, une autre partie de son corps en revanche semblait résolue à ne pas DU TOUT changer d'apparence, à son grand désarroi... il avait espéré que l'eau chaude l'aurait calmé, mais rien n'y faisait... il gardait les jambes repliées contre son torse de façon à se cacher le mieux possible, il pensait que Liliana se mettrait simplement face à lui, et en ayant les jambes repliées ainsi, au moins, elle aurait plus de place pour les siennes...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 19:22

Citation :
Liliana

Liliana laissa Irvine se déshabillé, elle tenta de ne pas rire, en fait elle trouvait même ca très mignon. Sa timidité était touchante. Elle attendis qu'il finisse et puis elle se déshabilla à son tour, enlevant le reste des vêtements qu'elle avait, et il y en avait peu, et puis elle enleva aussi les accessoires qu'elle avait dans les cheveux. Une fois les cheveux lâcher, elle prit la main d'Irvine qu'il avait réussi à tendre apparemment.

Elle se pinça les lèvres pour ne pas rire et entra dans l'eau chaude du bain. Elle se plaça en face de lui les jambes replié sur elle même. Elle lui sourit doucement et ne lâchait pas sa main.


L'eau est parfaitement chauffé tu sais. Merci.

Elle ne savais pas quoi lui dire, aussi elle se mit juste à caresser doucement la main qu'elle tenait. Elle s'adossa contre le bord de la baignoire et détendit un peu ses jambes. Elle les replia ensuite pour qu'il puisse se détendre à son tour. La tête pencher en arrière elle ne dit rien, continuant de caresser sa mains. Elle voulais lui laisser le temps de se détendre. Si lui ne la forçait pas, elle devait en faire de même. Malgré son envie d'être dans ses bras.

J'ai encore du mal à imaginer que je suis libre ... Je n'en revient pas de voir mon cauchemar terminer.

Que vais je faire ensuite ?
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 19:33

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine ne savait plus où se mettre, elle lui caressait doucement le dos de la main et il sentait qu'il ne se calmait pas... et puis soudain, il se dit "et puis zut", tant qu'à être mal à l'aise, autant l'être jusqu'au bout et apprécier un peu la situation... il attrapa sa main, lui fit un large sourire et la tira jusqu'à lui, la faisant pivoter et elle se retrouva à côté de lui, il avait passé un bras derrière elle, mais croisé une jambe pour essayer encore un peu de se camoufler (vive la mousse)

oui... tu es libre! Et comme je te l'ai dit, tu peux faire ce que tu veux! Mais je pense qu'il faudrait quitter Aurnion. Nous avons plusieurs possibilités, Halure ou Capua Torim, comme jete l'ai dit, ou alors cette nouvelle ville qui s'est créée aux anciennes ruines de Caer Bocram, Eloher je crois... peu importe où nous irons, j'irai où tu voudras... il la serra contre lui, il sentait sa poitrine contre lui, il se remit un peu à trembler, il se pencha un peu pour refaire couler un peu d'eau chaude pour la réchauffer, il commençait un peu à se détendre, même si la proximité de Liliana rendait les choses un peu difficiles... mais il était heureux après tout...

C... ça va la température?



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 20:59

Citation :
Liliana

Liliana fut un peu surprise de se retrouver à ses coté. Mais elle lui sourit simplement. Elle posa sa tête sur son épaule pour ne pas le brusqué et puis elle réfléchissait aussi.

Oui j'aimerais partir d'ici, je ne veut surtout plus revenir à Aurnion ... Pas avant quelques temps en tout cas.

Je ... Ma soeur m'avait parler de cette nouvelle ville. Mais je ne sais pas si elle y ai aller. Je lui avait parler aussi de l'emplacement de notre mère, enfin de l'endroit de ses dernières fouilles. Je crois qu'elle se trouve encore dans les ruines prêt de la ville d'Halure. Pas tarqaron mais les autres. Je me rappelle jamais leurs non enfin bon.
Pour dire que je ne sais pas. Qu'elle ville te plairait le plus toi ? Je crois que je serai toujours heureuse loin d'ici et ... prêt de toi.

Mais tu es sure que tu veut partir toi ? Tu sais ... Ici tu as tes parents et je sais que tu les aimes beaucoup. Tu préférerais peut être rester auprès d'eux non ?


Une fois serrer dans ses bras, elle se blottit contre lui. La mousse cachait l'essentiel. Et elle lui sourit à sa question. Elle se contenta de fermer l'eau et de l'embrasser.


L'eau est parfaite je te l'ai dit.

Elle se contenta de l'embrasser encore et encore. Plus pressant et plus passionner, elle dut se faire violence pour ne pas lui montrer l'envie qui montait en elle. Elle lui laisserai le temps, elle se l'était promis.

Quelle sera notre prochaine destination ?
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 21:13

Citation :
P.N.J. Irvine Voldo

Irvine commençait à comprendre qu'elle était vraiment sincère sur ce qu'elle ressentait, mais il sourit doucement à l'évocation de ses parents

Je ne peux pas rester éternellement aux crochets de mes parents tu sais? Je pourrai faire comment beaucoup de gens et les voir de temps en temps les week-end et les vacances...

Puis il réfléchit un instant et la regarda en souriant

Je pense que nous pourrions aller à Capua Torim. Comem c'est une ville portuaire, elle est le lieu de rassemblement de pas mal de gens et je pense qu'il y a des chances que nous ayons des informations sur Fleïana là bas... et puis, c'est vraiment une très belle ville où il fait bon vivre, je suis sure que nous serons bien là bas!

Il sourit à nouveau, puis le temps passa et l'eau commençait à tiédir. Il sortit rapidement de l'eau et s'enroula très vite une serviette à la taille, puis il l'aida à sortir et l'enroula à son tour dans une serviette bien chaude. Il la frotta doucement pour la sécher et il la regardait d'un air passionné. Il avait peur, peur d'être maladroit, peur de na pas savoir s'y prendre. Il la souleva à nouveau comme une princesse et la conduisit dans la chambre où les lumières étaient encore éteintes, il l'allongea sur le lit... cette nuit allait être probablement inoubliable...

Je t'aime Liliana... furent les seuls mots qu'il parvint à prononcer, et il les prononça un bon nombre de fois supplémentaires au cours de la nuit...

Citation :
HRP: On va peut être passer au lendemain matin là^^



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
YsyhtehaMessages : 2876
Date d'inscription : 20/08/2009
Localisation : Toujours en vadrouille.
avatar

Personnage
Elément: Eau
Arme: Fouet liane en diverse pierre rare.
Classe:
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   Sam 13 Mar 2010 - 21:40

Citation :
Liliana

Liliana fut patiente, elle le laissa la transporter jusque dans la chambre. Les lumières furent éteintes et une nuit magnifique se passa. Entrecouper de "je t'aime" deux petits mots toujours aussi doux à ses oreilles. Elle s'était endormi à ses coté. Ils avaient une destination, mais hors de question de partir comme des voleurs. Ils auraient exactement tout le temps qu'il faudra. Et puis elle voulais connaitre ses parents, il lui en parlait tellement qu'elle était certaine qu'ils étaient des gens adorables.

Le lendemain elle se réveilla doucement à ses coté. Elle prit le temps de se réveillé. Doucement très doucement elle respirait son odeur et elle l'embrassait sur le torse ou l'épaule pour ne pas le réveiller. Ensuite elle se leva tout doucement. Elle enfila la serviette autour de son corps et puis regarda ses vêtements. Elle soupira avant de mettre le pantalon et la veste au moins ce serai plus pratique pour faire le petit déjeuner.

Elle se dirigea vers la cuisine et y trouva tout ce qu'il fallait. Elle fit du jus d'orange du thé et du café, ne sachant ce qu'il prenait au petit déjeuner. Elle prepara elle même des croissant et puis elle attendis qu'ils cuisent. Pendant ce temps elle s'étaient mis à la fenêtre bien ouverte. Goûter au plaisir de ne pas avoir de barrière en face d'elle. Elle regarda les croissant cuire avant de ranger proprement la cuisine. Elle découpa du pain et avait même ranger le plat de la veille dans le frigo. Elle sortit le beurre, et disposa le tout dans un plateau.

Elle rentra dans la chambre en tenant le plateau. Il dormait encore paisiblement, mais les bonnes odeurs du plateau allait le réveiller. Elle enleva ses affaires et enroula juste sa serviette autour de son corps. Elle s'assit à coté de lui et le réveilla par de tendre baiser et par des caresses dans ses cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un luxe étrange.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un luxe étrange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Approvisionnement en denrées de luxe
» [1500pts]-Liste que je trouve étrange...
» 21-04-2011 - Activation des points de luxe, apparition des cartes de consommation
» Luxe, Calme et Volupté
» Une Stèle Étrange... [PV Gozen. -Annexe aventure-]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Aurnion-