AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 Une certaine continuité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Lun 27 Aoû 2012 - 21:16

Bien sûr, ce n'était pas un problème… Il aurait dû s'en douter d'une certaine manière, pourquoi ça l'aurait été ? Elle avait l'occasion de le voir sous un jour nouveau, d'une manière dont bien de personne ne pouvait vraiment le voir, alors pourquoi voudrait-elle qu'il soit quelqu'un qu'il n'était pas vraiment. Après, elle aurait tout aussi bien pût s'attacher à la personne qu'il donnait l'impression d'être en temps normal, mais c'était bien peu probable dans la mesure où au vue de tout ce qu'elle disait, cela ne donnait pas l'impression que la situation lui déplaisait. Comme elle le disait, elle ne savait tout simplement pas comment réagir, et d'une certaine façon il aurait dû s'en douter puisqu'elle n'avait certainement jamais rien connue de tout ça.

De ce qu'elle disait, elle semblait partager entre sa raison et ses envies, et de ce qu'il voyait, c'était bien plus souvent sa raison qui avait le dessus. Comme elle était effrayée elle ne pouvait tout simplement pas se laisser aller à ce qu'elle ressentait, et au fond il pensait un peu avoir cerné la nature du problème : c'était lui. Il n'était pas un expert en psychologie, loin de là, mais au final elle devait avoir peur qu'il soit totalement différent de ce qu'il était, qu'il n'en veuille qu'à son corps sans se soucier de ce qu'elle pensait réellement. Aussi, c'était donc à lui de la rassurer, c'était ce qu'il pensait. Elle lui disait ensuite qu'il n'était peut-être plus nécessaire qu'ils se cachent puisque tout le monde semblait savoir ce qu'elle ressentait à son égard, mais pas l'inverse. Il eût un léger sourire à cet instant.

« Vous m'avez recruté pour ma discrétion aussi. » C'était bien la première fois qu'il disait quelque chose de ce genre, d'habitude c'était plutôt les gens qui avaient tendances à dire qu'il était utile pour pénétrer dans un bar et passer inaperçu. Mais en tout cas, elle semblait envier sa condition et le fait qu'il était capable de montrer une image de lui qui était totalement différente de ce qu'il était réellement. Il soupira alors, prenant l'un des grains de chocolat qu'elle avait sorti pour le gober d'un coup.
« D'une certaine façon, je pense que l'on peux dire que je me fiche de quelle manière les gens voient notre relation. S'ils l'acceptent, tant mieux. Dans le cas contraire, tant pis. » Il semblait être très sérieux pour une fois, et son timbre de voix avait peut-être un peu changer, comme s'il paraissait plus mature. « Après, je n'ai pas pour but d'inonder les autres de notre bonheur. Après tout, c'est quelque chose qui ne concerne que nous. En l'occurence, je dois dire que tu peux prendre ton temps pour accepter les choses, avancer pas à pas s'il le faut, je ne te forcerais jamais à faire quelque chose que tu n'as pas envie de faire. »
Il se tourna de nouveau vers elle, venant la prendre par les épaules pour qu'elle le regarde, et il passa doucement sa main sur sa joue pour venir essuyer la larme qui avait coulée. Il laissa ensuite sa main sur sa joue, la caressant doucement du pouce tout en plongeant son regard dans le sien. Il était assez rare qu'il regarde quelqu'un droit dans les yeux, cela le mettait souvent mal à l'aise, mais avec elle il se sentait capable de le faire car elle n'était pas n'importe qui.

L'ivrogne resta ainsi quelques instants. Il était difficile de savoir s'il était en train de la contempler ou s'il attendait qu'elle dise quelque chose ou qu'elle est une réaction, mais au bout de quelques secondes il fini par reprendre la parole.

« Certains penseront peut-être que je suis détaché, que je donne l'impression de ne pas vraiment me soucier des choses si je te laisse avancer pas à pas. C'est vrai que tu aurais peut-être besoin que je te force un peu la main pour vaincre tes peurs, mais ce n'est pas moi… » Il ramena sa main sur les cheveux de la demoiselle, lui ébouriffant alors qu'ils étaient encore pleins de farine. « Quoi que tu fasses, je respecterais ton choix. » Il lui souriait alors, se penchant ensuite sur elle pour venir déposer un baisé sur son front. Peut-être aurait-elle eût besoin d'un véritable baisé, ou bien peut-être qu'à l'heure actuelle cela n'aurait fait qu'empirer les choses, aussi c'était-il donc contenté de ça. Il savait être patient, et s'il devait attendre des années d'ici qu'elle soit prête à être plus proche de lui, il le ferait…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Mar 28 Aoû 2012 - 8:34

PNJ Yang
Il l'avait finalement retournée pour la regarder, voyant qu'elle pleurait il essuyait doucement ses larmes dans un premier temps, essayant de la rassurer vis à vis de ce qu'elle ressentait sans pour autant y parvenir réellement. Il était venu l'embrasser sur le front, et la manière dont il avait passé sa main sur sa tête lui faisait penser qu'il la considérait encore comme une enfant, et d'une certaine manière, cela ne lui plaisait pas vraiment. Mais cela ne la mettait pas en colère pour autant, après tout, c'était sa faute à elle! Si elle se comportait comme une vraie femme, il aurait d'autres genres de gestes à son attention, mais comme elle fuyait tout ce qui pouvait permettre une vraie relation entre eux, il faisait de son mieux pour trouver un juste milieu. Elle aurait pu se sentir honorée d'être avec un homme qui prenait tellement soin d'elle et pourtant, elle avait juste peur comme une pauvre idiote!

Il n'y était pas arrivé cette fois, mais au moins avait-elle compris l'attention et leva donc les yeux vers lui avant de laisser ses mains se poser sur le torse du jeune homme. Elle se mit sur la pointe des pieds pour l'embrasser alors, essayant de mettre de côté sa peur pour le moment, voulant jouer les grandes, voulant faire comme lui et simplement avancer, mais son cœur battait trop vite dans sa poitrine et elle sentait qu'elle tremblait sans pour autant reculer. Elle laissa ses mains agripper le cou de Ryu pour se hisser un peu mieux contre lui, le pauvre n'allait pas comprendre ce qu'il se passait! Une seconde avant, elle lui disait avoir peur de ce qu'elle ressentait et là elle luttait pour se laisser aller à ce qu'elle voulait vraiment tenter.

Mais elle recula finalement, les joues rouges à l'idée qu'elle se rendait plus ridicule qu'autre chose avant de détourner le regard
«Décidément... je suis une vraie girouette non?» elle leva finalement les yeux vers lui, prenant sa main pour la poser sur son cœur à elle, rougissant légèrement puisque d'une certaine manière il la posait sur sa poitrine «Je... j'aimerais tellement me laisser aller à ce que je ressens! Quand je vois autour de moi, les gens... ça a l'air si facile! Même pour toi, tu es doux avec moi, on dirait presque que c'est naturel! Ne devrait-on pas trouver ça naturel d'être bien avec quelqu'un qu'on aime?»

Elle écarquilla les yeux par rapport à ce qu'elle venait de dire... non pas qu'elle aurait voulu lui dire qu'elle l'aimait, c'était une façon de parler mais pourtant elle n'arrivait pas à démentir non plus et finit par reculer sans le pouvoir à cause du plan de travail qu'elle fit trembler sur le coup, laissant une citrouille tomber d'un saladier plein de légumes et rouler d'un centimètre à peine «Pardon je... je crois que je vais aller me reposer dans ma chambre je... pardon on fera les gâteaux après si tu veux bien...»

Elle essaya alors de fuir même si ce n'était pas facile de le contourner, mais il n'était pas non plus le genre à la retenir de force et elle retira brusquement le tablier pour s'enfuir et se diriger vers sa chambre... grimpant les escaliers à toute vitesse, elle alla rapidement dans la pièce et claqua la porte avec une telle violence qu'elle se réouvrit mais elle ne s'en préoccupa pas. Elle se jeta simplement sur son lit, se roulant en boule sur le côté, tournant le dos à la porte ouverte où on pouvait très bien la voir à présent. Pourquoi c'était aussi compliqué? En fait, elle aurait presque voulu qu'il la force un peu, car là, elle avait ce sentiment douloureux que toute seule, elle n'arriverait jamais à rien... elle se sentait plus minable qu'elle ne l'avait jamais été à cet instant et pourtant, elle ne pleurait même pas! Elle était juste roulée en boule, les yeux clos à attendre que tout ça passe comme une poupée de chiffon inerte, même si elle ignorait si ça passerait ou non!



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Mer 29 Aoû 2012 - 14:39

C'était la deuxième fois de la journée qu'elle lui faisait faux bond, et s'il aurait eût de quoi en être agaçé, il n'était pas le genre d'homme à se froisser pour ça. Elle était en droit de s'éloigner de lui, de fuir car elle avait encore trop peur, de ne pas prendre en compte ce qu'il pouvait ressentir quand elle agissait ainsi. Lui voulait passer un peu de temps avec elle, pas nécessairement comme le ferait un couple, juste savoir qu'elle était là, à côté de lui, et qu'ils étaient en train de faire quelque chose ensemble. D'une certaine manière, il voulait sans doute rattraper le temps perdu qu'il avait passé si loin d'elle alors que depuis toujours, elle n'avait fait que hanter son esprit, à lui qui n'avait jamais pensé pouvoir la revoir un jour avant de rejoindre cette Guilde. Mais c'était là son désir, et peut-être pas le sien, il n'en savait trop rien à dire vrai. Il considérait simplement qu'elle avait le droit de s'enfuir quand bon lui semblait, et même si c'était douloureux, il pouvait l'accepter. Ou plutôt… il n'avait pas d'autre choix que de l'accepter…

Ryu restait donc là à regarder la porte par laquelle elle venait littéralement de s'enfuir, comme si d'une certaine façon il espérait qu'elle allait revenir. Mais il était sans doute idiot, après tout, elle n'aurait aucune raison de partir si c'était pour revenir la seconde suivante. Il venait alors s'asseoir par terre, s'adossant contre le meuble le plus proche. Ce n'était pas ce qu'il y avait de plus confortable, mais quand on avait vécu dans la rue, on apprenait bien rapidement à ne plus vraiment se soucier du confort. Et puis à cet instant il n'avait pas envie d'aller ailleurs, comme si au fond de lui il espérait toujours qu'elle allait revenir.

Tendant ses mains devant lui, il les regardait d'une manière un peu étrange. Il avait enocre l'impression qu'elle était là, de pouvoir sentir la chaleur de son corps et la douceur de sa peau. L'ivrogne avait encore la sensation de pouvoir la sentir trembler contre lui car elle était terrorisée à l'idée de laisser librer cours à ce que son cœur lui disait. Sur ses lèvres se trouvaient toujours le goût de sa peau fine et délicate, et son odeur semblait toujours présente autour de lui. Mais il devait se rendre à l'évidence, elle c'était encore enfuit… Il referma ses poings, repliant ses jambes devant lui pour les enlacer de ses bras, observant un point invisible devant lui, comme perdu dans ses pensées. D'une certaine manière s'en voulait-il sûrement d'être si incompétent, de ne pas être en mesure de la rassurer suffisamment sur ses intentions, sur ce qu'il espérait vraiment d'elle. Il avait un peu l'impression que quoi qu'il fasse, il ne pourrait jamais vraiment arranger les choses. Il aurait beau dire qu'il n'était pas comme la plupart des hommes, qu'il savait ce que c'était que de perdre quelque chose et qu'il n'était donc pas suffisamment égoïste pour ne penser qu'à ses propres désirs, au fond de lui, il avait la nette impression qu'il ne pourrait rien y changer… C'était sans doute à elle de trouver la force de s'ouvrir un peu plus à lui. Après tout, il c'était retrouvé dans le même cas qu'elle, mais il avait réussit à mettre sa gêne de côté, conscient qu'elle n'allait faire que le gêner dans leur relation, sauf qu'elle n'avait pas encore réussit à comprendre cela…

Un peu tremblant, il restait là, prostré sur lui même. Au fond, il ne savait pas vraiment quoi faire, si ce n'est sans vouloir de ne pas être suffisamment bien pour elle. Il essayait de repenser à ce qu'elle lui avait dit, que c'était naturel de faire preuve de douceur envers la personne pour qui l'on éprouvait quelque chose. Elle avait raison sur ce point : il n'était pas possible de manquer de tact à ce sujet, mais au fond encore fallait-il trouver le courage de le faire. Dans son cas, il avait plutôt utilisé son inconscience afin de ne pas avoir de regret, et ce même s'il devait s'en retrouver blessé. Mais là, cela ne semblait pas avoir été très efficace non plus puisqu'au final elle n'était de nouveau plus dans la même pièce que lui. Il soupira longuement, baissant la tête pour reposer son front sur ses genoux, puis il ferma lentement les yeux.

Que devait-il faire ? Que devait-il penser ? Il aurait presque eût envie de tendre le bras au-dessus de lui pour attraper la bouteille de rhum, mais il n'avait même pas envie de bouger de la position dans laquelle il se trouvait. Alors qu'il aurait pût lui en vouloir, il s'en voulait plutôt à lui même, préférant rejeter la faute sur sa personne plutôt que sur Yang. Non, il ne pouvait vraiment pas. Après tout, elle était la seule personne avec qui il était lui même. Comment pourrait-il lui en vouloir de le rendre ainsi… ?
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Mer 29 Aoû 2012 - 15:35

PNJ Yang
Combien de temps était-elle restée là? Quelques minutes surement, mais finalement, la jeune femme se rendait compte qu'elle n'arrivait ni à dormir, ni à pleurer. Au fond, elle se sentait juste honteuse d'être partie comme ça, comme une voleuse. Certes, c'était un peu ce qu'elle était mais bon, elle finit par se relever, fixant la porte ouverte quelques secondes avant de se diriger vers elle et l'ouvrir totalement. Est-ce que Ryu était monté dans sa chambre? Non, même s'il était discret, elle aurait entendu ses pas dans l'escalier, quoi que? Non il aurait très bien pu monter sans faire le moindre bruit, il était vraiment efficace dans ce domaine.

Elle n'osa pas aller dans sa chambre cependant, s'il dormait, elle ne voulait pas le déranger, et préférait donc retourner dans la cuisine, s'il y était encore, elle ne savait pas encore ce qu'elle ferait, s'il n'y était plus elle ferait peut être les gâteaux toute seule. Sans bruit, elle retournait donc dans la cuisine et le vit, assis par terre. Le regard de la guildienne se fit triste à l'idée que peut être il était mal par sa faute. Elle s'approcha alors, ignorant s'il l'avait vue, il semblait perdu dans ses pensées et avala sa salive avec difficultés avant de se mettre à genoux devant lui, posant ses mains à l'intérieur de ses genoux à lui pour qu'il écarte les jambes et qu'elle puisse ainsi se placer bien devant lui, venant agripper son col pour l'embrasser avec une certaine intensité qui lui faisait peur à elle-même.

Elle resta quelques secondes aussi, savourant en réalité son haleine alcoolisée qui lui donnait peut être un peu plus de courage en réalité avant de poser son front contre le sien en gardant les yeux clos
«Je ne veux plus fuir... s'il te plait, quoi qu'il arrive, empêche moi de partir! Quoi que je fasse, quoi que je dise, je veux être avec toi...» elle se laissa glisser sur le carrelage froid en laissant l'une de ses mains s'infiltrer dans son manteau nu pour enlacer sa taille à même la peau, se maintenant légèrement de côté pour avoir l'oreille appuyée contre son torse! Elle se cachait quand même un peu, son cœur battait fort, mais elle s'était rendu compte que juste les quelques minutes qu'elle avait passé en haut lui avaient paru une éternité et qu'il lui avait trop manqué! En soit, quand il n'était vraiment pas près d'elle, c'était différent, mais savoir qu'il était aussi près sans être avec elle était trop dur! Elle releva la tête, mais il regardait encore devant lui... est-ce qu'il lui en voulait? Oui bien sur... elle était partie et elle revenait comme ça, l'embrassant comme si rien ne s'était passé... elle sentit les larmes lui monter aux yeux mais elle revenait vers lui pour se blottir contre lui «Je suis désolée... je suis tellement bête. J'ai peur de ce que je ressens pour toi alors je fuis... mais tu me manques trop! Je ne veux pas fuir! J'ai fuis toute ma vie, j'en ai assez et toi... je ne veux pas te fuir. Pardon...»

C'était égoïste de sa part, mais une larme commença à couler directement sur la peau du guildien et elle ne faisait rien pour l'en empêcher. Une nouvelle sensation grimpait à présent en elle, la peur. Et si il était trop tard? S'il considérait comme cette fuite comme la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase?



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Mer 29 Aoû 2012 - 17:37

Quelqu'un était finalement arrivé dans la cuisine, mais Ryu ne tourna même pas la tête pour voir de qui il s'agissait, supposant que c'était un Argent ou un Bronze qui voulait se mettre quelque chose sous la dent. Et si cela pouvait être gênant qu'il soit vu ainsi, assis par terre, lui s'en fichait éperduement : après tout il avait toujours été bizarre, et niveau bizarrerie, les soldats de cette Guilde n'avaient pas vraiment leur mot à dire à ce sujet…

C'est alors qu'il pouvait remarquer que la personne qui était entrée ici s'approchait de lui, aussi bien au son des pas qui se rapprochaient au fur et à mesure que lorsqu'il pouvait sentir de l'ombre sur lui. Au bruit des mouvements, il pouvait même remarquer que l'on venait de s'agenouiller devant lui, et il releva doucement la tête pour remarquer que Yang était revenue. Naturellement, au vue de son état d'esprit du moment, il pensait avoir la berlue et ne réagissait donc pas. Mais déjà, elle venait écarter ses jambes pour se glisser jusqu'à lui, venant se saisir du col de son manteau pour ensuite se rapprocher suffisamment et l'embrasser. La manière dont elle le faisait le laissait vraiment penser à une mauvaise blague, à tel point que l'espace d'une seconde il avait commencé à s'imaginer que c'était Zhen qui avait utilisée une magie quelconque et dont il ne connaissait rien pour prendre l'apparence de la demoiselle, mais elle portait la même odeur, le contact de sa peau était bien le même, et peu à peu, il reprenait lentement ses esprits. Ou du moins, il essayait, car elle l'embrassait d'une telle manière qu'il devait admettre avoir un peu de mal à savoir où il en était…

C'est alors qu'elle lui parlait, mais comment pourrait-il faire ça ? Il n'était pas le genre d'homme à forcer les autres à rester près de lui. Chacun était libre, chacun avait le droit de faire ce que bon lui semblait, alors comment pouvait-il seulement l'obliger à rester quand elle voulait s'enfuir ? Traquer quelqu'un, il le pouvait, cela faisait bien souvent parti de son quotidien. Tuer quelqu'un, il en était également capable. Mais contraindre quelqu'un à rester à ses côtés, il n'en avait pas l'habitude. Les gens décidaient généralement d'eux même de faire en sorte qu'il soit là, mais lui n'avait jamais eu à prendre la décision de tout faire pour que quelqu'un soit auprès de lui. Que devait-il faire ? D'une certaine façon, il espérait un peu qu'elle serait en mesure de lui répondre, mais au fond elle n'y connaissait pas grand chose de plus que lui, alors il était impossible qu'elle soit en mesure de lui expliquer quoi que ce soit…

Elle revenait se blottir contre lui et il pouvait sentir ses mains se glisser sous son manteau, toucher directement sa peau. Un frisson semblait alors remonter le long de sa colonne vertébrale, et il ne savait d'autant pas plus comment réagir à cela. C'était un peu comme s'il avait perdu toute la confiance qu'il avait en lui, qu'il n'était plus capable d'entreprendre quoi que ce soit de crainte que cela ne la fasse de nouveau fuir. Mais à nouveau elle voulait tout porter sur ses épaules, et à cet instant il s'hésita à l'enlacer de ses bras, ses doigts tremblant attendant quelques instants avant qu'il ne pose ses mains dans son dos nue au vue de la robe qu'elle portait. Sa peau était si douce qu'il ne savait toujours pas comment réagir, mais il se hasarda à dire quelque chose, quitte à faire plus de mal que de bien.

« Ce n'est pas ta faute… » Peut-être que sa voix était un peu faible à cet instant, il ne faisait que parler dans un murmure, aussi c'était assez difficile à dire. « Je grivèle, je pille, je traque et je tue. Je bois et je suis vulgaire. On pourrait dire que je suis l'archétype du connard… Alors c'est normal qu'on me fuit… » Mais il resserrait son emprise sur elle, refusant qu'elle s'éloigne de nouveau alors qu'elle venait juste de revenir. Ce qu'il disait à son sujet n'allait peut-être pas lui plaire, peut-être qu'elle allait s'énerver à l'idée qu'il soit si dur avec lui même. Ou bien peut-être qu'elle allait s'en vouloir car elle partirait du principe que c'était de sa faute s'il avait désormais une image si mauvaise de lui même. La deuxième option était la plus probable… Après, peut-être allait-elle aussi être d'accord avec lui, il n'était pas vraiment un individu très engageant au premier abord, l'image que le monde avait de lui était bien mauvaise, peut-être même un peu trop, et malgré le fait qu'elle soit loin de la réalité, que ce n'était que le personnage que tout le monde voyait, elle n'avait pas encore eût la possibilité d'explorer vraiment celui qu'il était réellement, elle n'en avait vue qu'une infime partie…

En tout cas, il y avait une chose dont il était sûr, c'était qu'il n'aimait pas la voir pleurer. D'un côté, quel homme aimerait vraiment voir cet aspect d'une femme, en particulier lorsqu'elle était si belle ? Pour le moment, la seule chose qu'il souhaitait, c'était qu'elle s'arrête. Il préférait nettement quand elle lui souriait, et ce même s'il avait l'impression que cela n'était pas arrivé très souvent… Du bout des doigts, il essayait donc de caresser lentement son dos pour se faire rassurant, tremblant un peu à l'idée de faire encore quelque chose de travers, mais peu à peu il se laissait un peu plus aller, se faisant plus fluide dans ce qu'il faisait, plus naturel aussi. Bientôt, il flattait sa peau avec une telle douceur qu'il s'en surprenait lui même, ne s'étant pas attendu à être capable de faire preuve d'autant de gentillesse à l'égard d'une autre personne.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Mer 29 Aoû 2012 - 18:14

PNJ Yang
Le bras enroulé autour de la taille du guildien, Yang fut rassurée de sentir que finalement il venait mettre ses bras autour d'elle! La seule larme qui avait coulé le long de sa joue et glissant sur le torse de Ryu venait s'éteindre doucement et elle vint sourire lorsqu'il mentionna ce qu'il était et la raison pour laquelle il était normal qu'elle le fuit
«Tu ne comprends pas... ce n'est pas toi que je fuis... c'est moi. Je fuis ce que je ressens pour toi car j'ai peur de tout ce que cela implique... j'ai peur que tu me manques dès lors où tu ne seras plus avec moi alors qu'on devra forcément se séparer de temps en temps pour les besoins de la guilde, j'ai peur d'être sans arrêt inquiète à l'idée qu'il puisse t'arriver quelque chose, j'ai peur de t'aimer et de devenir enfin adulte!» elle se redressa doucement, ses joues étaient rouges par la gêne de s'ouvrir ainsi à lui, mais il le faisait avec tellement de facilité avec elle, qu'elle voulait y arriver aussi avec lui.

Se penchant à nouveau, elle vint chercher ses lèvres pour y déposer un très léger baiser, n'exerçant que de fines pressions avant de prendre une profonde inspiration et se rendre compte qu'elle voulait plus. Sa main était à présent sur le torse de Ryu et elle se pressa un peu plus contre lui avant de fermer les yeux avec force et reculer un peu trop violemment, mais s'arrêter à temps pour ne pas reculer totalement, aussi était-elle encore plutôt proche de lui, mais visiblement très gênée...

Elle se risqua à lever les yeux vers lui, son cœur battait si fort dans sa poitrine que ça lui faisait mal
«Et.. j'ai peur de pas faire ce qu'il faut. J'ai... j'ai parfois envie de quelque chose mais j'ai tellement peur que tu n'en aies pas envie que ça me bloque! Et inversement, je sais pas si je fais ce que je veux ou ce que je pense que tu veux?» elle se sentait tellement bête... pourquoi c'était aussi compliqué? Pourquoi n'écoutait-elle pas simplement son instinct? son cœur? elle ne savait pas. Elle restait assise ainsi, les jambes ramenées sous ses fesses sur le côté, elle baissa les yeux pour jouer du bout des doigts avec le manteau du guildien avant de se risquer à lever les yeux vers lui, puis elle se pencha pour revenir contre lui, appréciant d'entendre les battements de son cœur lorsqu'elle était ainsi. Glissant encore sa main à l'intérieur du vêtement pour garder un contact permanent avec sa peau, elle commença à fermer les yeux, elle aurait presque pu s'endormir ainsi en réalité! De toute façon, ils avaient le temps non? Mais elle ne voulait pas non plus perdre du temps à dormir alors que mine de rien, la possibilité qu'ils aient du temps pour eux à l'avenir n'était pas aussi évidente! Elle se redressa alors pour ramener ses mains sur les arêtes de la mâchoire du guildien et ainsi plonger son regard dans le sien. Il pouvait bien sur sentir cette peur qui continuait de la travailler, mais aussi cette volonté d'aller outre. Elle se pencha donc pour l'embrasser à nouveau et essaya cette fois de se laisser un peu plus aller, se laissant aussi guider par Ryu s'il venait à lui montrer que ce qu'elle faisait était bien car d'une certaine manière, elle avait aussi besoin d'être rassurée là dessus...



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Dim 2 Sep 2012 - 7:56

N'était-elle pas une adulte ? Il est vrai que parfois elle avait des réactions assez enfantine, mais selon lui c'était justement ce qui faisait son charme. Non pas qu'il était vraiment inquiet quand au fait qu'elle agisse donc comme une personne d'âge mûr, mais au fond peut-être aimait-il ce côté attendrissant qu'elle avait à être si craintive. Un peu comme un petit animal apeuré, même si la comparaison n'était peut-être pas des plus flatteuses. Elle était alors venue l'embrasser plusieurs fois, et il ne savait pas vraiment comment réagir à tout cela. Un instant plutôt elle disait avoir peur et ne pas être capable d'affronter cette crainte qu'elle avait au fond d'elle même, et voilà que maintenant elle faisait tout l'inverse, se rapprochant toujours un peu plus de lui tout en prolongeant chaque baisé. Assez indécis, il ne savait pas s'il devait lui aussi se laisser tenter par l'expérience au risque qu'elle ne prenne peur encore une fois, ou bien s'il devait justement rester passif et la laisser traverser cette barrière au fond de son cœur…

Sauf que même s'il avait voulu choisir la deuxième option, à cet instant il pouvait sentir un certain désir grandir en lui, et il resserrait d'avantage son étreinte sur elle, faisant en sorte qu'elle soit désormais le plus proche possible de lui. Sans doute ne faisait-il donc que l'encourager dans ce qu'elle tentait, et sans doute essayait-il lui aussi de briser la glaçe qui l'empêchait d'y aller avec un peu plus de conviction qu'il ne le faisait déjà. Au bout d'un moment, il venait tout de même poser ses mains sur les épaules de la jeune femme afin de lui faire comprendre de reculer un peu, puis il essaya de lui sourire, assez maladroitement cependant, il était quelqu'un d'assez sombre de manière générale et il avait toujours un peu l'impression de paraître idiot dans ces moments là.

« Les imbéciles ne meurent pas si facilement. » Essayait-il de dire par rapport à ce qu'elle avait dit, comme quoi elle craignait qu'il ne lui arrive quelque chose. Son trait d'humour allait peut-être avoir un peu de mal à passer cependant, en particulier car il n'y avait aucune logique là dedans. Il n'était pas plus insensible à la mort que n'importe qui, bien au contraire, les idiots comme lui étaient sans doute ceux qui étaient capables de tomber les premiers à cause de leur fâcheuse manie à se confronter au danger, tout ça parce qu'ils sont inconscients. Après, il avait beau dire qu'il n'était pas intelligent, au final était-il simplement pessimiste, mais loin d'être vraiment plus bête qu'un autre. D'une certaine manière, pour vivre comme il le faisait et en être toujours indemne, on pouvait même dire qu'il était suffisamment futé et malin, mais vraiment loin d'être idiot et irresponsable.

Ryu venait alors poser sa main sur la joue de la jeune fille, la caressant lentement et doucement pendant plusieurs secondes, comme s'il craignait qu'elle ne se mette encore à pleurer pour une raison qui lui échapperait totalement cette fois. Il n'était cependant peut-être pas très habile pour apporter un peu de réconfort à la demoiselle cependant, mais n'était-ce pas l'intention qui comptait ? En tout cas, c'était ce qu'il pensait. Il resta ainsi quelques longues secondes, cherchant peut-être ses mots à cet instant avant de finalement décider de faire comme d'habitude : simplement dire ce qu'il avait à dire sans vraiment se soucier des conséquences. Après tout, c'était quand il était lui même qu'elle l'appréciait, non ?

« Mais tu as raison, je vais faire plus attention à moi. » Lui sourit-il. Après tout, ne serait-ce que la veille il avait été blessé après s'être rendu dans ce bar, et même si ce n'était rien de sérieux, il se doutait déjà que s'il revenait chaque jour avec des blessures de ce type, elle allait bien finir par s'inquiéter. Même si elle savait être forte, c'était quelque chose qui allait probablement prendre le pas sur sa raison à mesure que les sentiments qu'elle éprouvait deviennent plus fort…

Il allait alors la rassurer en lui disant qu'elle était en droit de tomber amoureuse de lui, que ce n'était pas un mal et que lui éprouvait déjà quelque chose pour elle depuis bien longtemps déjà, mais il décida de se raviser. Cela risquait certainement de l'effrayer, sans doute trouverait-elle qu'ils brûlaient un peu les étapes, et finalement il préférait donc s'abstenir de la perturber d'avantage, pas maintenant qu'elle faisait des efforts. Mais lui l'aimait depuis le premier jour, depuis le premier regard qu'il avait posé sur elle. Chaque rencontre depuis n'avait fait que renforcer ce sentiment, et peut-être était-ce donc plus simple pour lui d'exprimer par des gestes ce qu'il pouvait ressentir. Il s'approchait donc de nouveau d'elle, venant lui rendre son dernier baisé en prenant soin d'être le plus doux possible, continuant de caresser sa joue toujours aussi doucement.

Il laissait ensuite sa main glisser jusqu'à sa nuque, venant jouer avec ses cheveux pour ensuite reculer et la regarder de nouveau, charmé par ce qu'il voyait.

« Ne t'inquiètes pas, si tu fais quelque chose de mal, je te le ferais comprendre. » Puis il lui souriait une nouvelle fois, l'invitant ainsi à faire ce qu'elle voulait, à tenter des expériences en somme. Cela ne le dérangeait pas de servir de cobaye, il doutait fortement que cela puisse être désagréable. Une personne avec un côté si gentil et doux ne pourrait probablement jamais faire quelque chose de mal…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   Dim 2 Sep 2012 - 17:26

PNJ Yang
La petite touche d'humour de Ryu avait réussi à la faire rire, elle savait qu'il disait cela pour la faire sourire aussi elle avait juste hoché de la tête en plongeant son regard dans le sien avec un certain amusement. Elle avait ensuite baissé la tête pour regarder ses mains avec une certaine gêne, ils étaient là, assis par terre comme deux idiots et pourtant elle se sentait déjà bien mieux. Cette angoisse était toujours là, la peur de faire ce qu'il ne fallait pas, de se forcer pour lui plaire aussi en somme. Elle aurait aimé avoir l'aisance des jumelles par moment, mais pas au même point qu'elles! Là c'était bien trop à ses yeux.

Elle sentit sa main se poser sur sa joue et elle leva donc les yeux vers lui en souriant de façon un peu plus sereine, il voulait faire plus attention à lui, c'était peut être une bonne chose, ou pas. Après tout, s'il avait survécu jusqu'à présent, ce n'était peut être pas le moment de changer? Elle baissa les yeux avec une certain gêne vis à vis de cela, craignant que par sa faute il fasse quelque chose qui ne lui conviendrait pas. Sa voix était comme prisonnière dans sa gorge, et elle ne trouvait pas les mots. Aussi ce fut lui qui vint lui expliquer qu'il lui avouerait toujours si elle faisait quelque chose de mal, alors qu'elle ne devait pas avoir peur de cela. Elle leva ses yeux rougis par la gêne avant de hocher de la tête


«Je ne veux pas que tu changes, Ryu... tu n'as pas à être plus prudent si ce n'est pas ainsi que tu as l'habitude d'être! Si tu changes tes habitudes, c'est là que tu auras le plus de chance d'être blessé! Tu dois rester celui que tu es... celui qui... celui que...» elle ne trouvait pas ses mots. Celui qui lui avait sauvé la vie, celui qu'elle avait vu dans cette ruelle et qui avait disparu? Celui qu'elle aimait peut être aussi même si elle avait peur de le reconnaître car elle n'était pas sure que ce soit bien ce qu'elle ressentait? Comment savoir finalement? On lui a toujours dit que le jour où elle serait amoureuse, elle le saurait et pourtant là, elle n'en savait toujours rien. Parce qu'elle avait peur, encore et encore, toujours cette peur ridicule de reconnaître ce qu'elle pouvait ressentir.

Elle vint se blottir contre lui avant de finalement murmurer
«Si on sortait un peu? Juste sur le balcon? J'aimerais prendre un peu l'air...» et puis franchement, être assis ici, par terre, ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux! Elle se redressa un peu pour se retrouver à genoux, toujours entre ses jambes... ses cheveux blancs retombaient devant elle, comme deux petites cascades de lait, puis elle tendit la main pour toucher les lèvres de Ryu, elle conservait toujours ce regard un peu triste, ou apeuré. Oui, elle avait peur encore de ce qu'elle pouvait ressentir, mais une part d'elle voulait vraiment se laisser aller! Elle se pencha donc, ramenant ses deux mains sur le torse du guildien pour s'appuyer avant de l'embrasser, gardant les yeux clos avant de chercher doucement à attraper sa lèvre inférieure entre les siennes, puis elle prit celle du dessus avec une grande douceur mais rapidement, elle pouvait le sentir souffler, ce qui signifiait que sa bouche s'était entrouverte par ses baisers et elle sentit une légère angoisse l'envahir à l'idée que leurs langues pourraient se toucher... aussi elle recula délicatement avant de plonger de nouveau son regard dans le sien avec un sourire timide... puis elle se releva, grimaçant en sentant ses genoux un peu douloureux par la position, et elle lui tendait la main

«S'il te plait, sortons d'ici...» elle attendit qu'il se lève pour se rendre à l'extérieur, elle n'avait pas hésité à lui prendre la main cette fois-ci, laissant ses doigts s'emmêler dans les siens alors qu'ils se rendaient plutôt dans le jardin. Depuis que Satella était ici, il était nettement plus joli! De nouvelles fleurs avaient été ajoutées par endroits, il y avait même des arbres fruitiers ! Le problème était qu'à présent, il y avait quelques chats qui s'incrustaient pour utiliser les pare-terre de fleurs comme leur litière aussi plusieurs bronzes étaient à présent postés de l'autre côté de la haie pour les empêcher de passer au travers et tout abîmer.

La jeune femme aux cheveux blancs s'approcha d'un buisson de roses magnifiques et en prit une du bout des doigts sans la couper, juste pour la sentir, puis elle se tourna vers Ryu. Ils n'étaient pas vraiment seuls ici, les hommes de main étaient un peu partout en fait, aussi probablement qu'ils n'allaient pas rester ici très longtemps. Mais prendre l'air lui faisait du bien et son sourire était à présent plus doux

«Depuis que ta sœur et toi êtes dans la Guilde, j'ai l'impression qu'elle revit de plus en plus... cet endroit n'a jamais été aussi agréable que depuis que vous êtes là!» elle se mit à rougir et détourna les yeux, tout en souriant malgré tout. À ses yeux, cette Guilde demeurait l'héritage que Denver lui avait laissé, et il était important pour elle qu'elle dure ainsi et grace à Swift, c'était en très bonne voie! Mais une guilde n'a pas seulement besoin d'un chef, elle a aussi besoin de ses membres, aussi avec leur arrivée, c'était encore mieux!



Blog de Tales of Vesperia
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une certaine continuité...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une certaine continuité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La suite d'une "certaine" classe de maître: Le Finage de volnay
» Conversion audio impossible
» Les nouveaux DVD XBox 360 illisibles par certaines machines!
» Bonne continuation à vous.
» ACR alias autoclub revolution
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Le Manoir de la Corruption-