AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 En heures sup'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: En heures sup'   Mer 11 Avr 2012 - 10:29

Wrath sortit de la chambre de son patient sur la pointe des pieds, rassuré par son état qui s'améliorait rapidement. Il avait reçu récemment la visite de deux hommes de la sixième Brigade, blessés lors d'une attaque de monstres. L'un s'était remis en une journée, l'autre nécessitait un peu plus de soins mais était en bonne voie. De toutes les façons, il ne pouvait rien faire de plus ce soir et avait d'autres patients à visiter.

Dans le couloir, la lumière se faisait plus tamisée qu'en plein jour et le personnel, moins nombreux, veillait à ne pas faire de bruit. Par une fenêtre donnant sur le ciel étoilé, Wrath observa la lune, haute et fière de régner sur son océan d'obscurité. Il n'était pas habituel que le guérisseur travaille de nuit et il était fatigué de prolonger autant sa garde, même s'il n'en disait rien. Seul importait à ses yeux la satisfaction du travail bien fait, et ce ne serait le cas que lorsqu'il aurait terminé sa tournée des chambres. Se massant mollement la nuque, il retourna à l'accueil où l'attendait un café gentiment préparé par l'une des internes. Wrath s'étonna que la jeune fille se montre si éveillée à une heure aussi tardive. Elle ne semblait pas du tout fatiguée, contrairement à lui.

« Insomniaque ? »

Elle leva les yeux vers lui, délaissant le dossier qu'elle était en train de consulter.

« L'habitude plutôt. Je travaille souvent de nuit. En général je rentre chez moi pour dormir au moment où vous entrez pour exercer. » Sourit-elle derrière ses lunettes.

Le guérisseur avala son café à petites gorgées, vaguement admiratif face à ce courage alors qu'il ne rêvait plus que d'une chose : rejoindre sa couette.


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mer 11 Avr 2012 - 11:29

PNJ Criath Oloth
La fatigue et ses blessures avaient eu raison de l'impériale qui s'était finalement endormie contre le torse du maître voleur qui allait devoir se montrer prudent pour ne pas qu'elle glisse! Le voyage dura presque une heure avant qu'ils ne réussissent à voir les hautes falaises qui surplombaient Eloher. Se préparant à la descente, Criath prit les rênes d'une seule main pour pouvoir tenir fermement la jeune femme, espérant ne pas lui faire trop mal dans la mesure où il ne savait pas exactement où elle était blessée.

Descente en piqué d'abord jusqu'à ce qu'Horus se redresse et fasse un petit vol stationnaire quelques secondes avant de se poser juste devant l'entrée de la ville. Comme dans la forêt d'Egothor, l'aigle brun se recroquevilla pour laisser ses pattes disparaître sous ses plumes afin que le krityen puisse descendre, la jeune femme dans ses bras. Prenant la route vers la ville, les soldats l'arrêtèrent avant que l'un d'entre eux ne le reconnaisse - un krityen heureusement, il n'aurait guère aimé perdre du temps à justifier son identité


«Je dois me rendre l'hôpital. Dans quelle direction se trouve t'il je vous prie?» il devait reconnaître ne pas connaître cette ville, il y était très peu venu
- «Tout droit! C'est le grand bâtiment et probablement le seul éclairé à cette heure ci...»
- «Merci.»


Ignorant si la jeune femme était réveillée ou non, il prit la direction indiquée par le garde, poussant la porte d'entrée avec son coude, il arriva directement dans le hall d'accueil où il put voir Wrath Peebles accoudé en train de boire un café. Il fallait croire que la chance avait tourné.

Ces deux là se connaissaient très peu, Criath ne se souvenait même pas s'ils s'étaient déjà réellement parlés un jour... ils s'étaient uniquement croisés lors des quelques grandes réunions de tous les conseils, sans plus.


«Seigneur Peebles? Je suis ravi de vous trouver là... pardonnez moi de vous rencontrer à une heure aussi tardive, mais j'ai rencontré cette jeune femme dans la Forêt d'Egothor, et elle semble gravement blessée... elle est membre d'une brigade impériale...»

Au moins il expliquait rapidement la situation. Il allait la poser sur l'un des petits lits destinés aux urgences pour permettre à Wrath de l'examiner attentivement...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mer 11 Avr 2012 - 13:38

Au terme du voyage, Horus déposa les deux cavaliers à Eloer. Cérya dormait pleinement mais elle sentit l'atterrissage au moins aussi brusque le décollage, ainsi qu'elle entendit dans un premier temps la voix de Criath demander son chemin aux passants une fois à terre, puis un peu après, s'adresser au guérisseur Wrath Peebles. Elle ouvrit les yeux avec difficulté, ils demeuraient mi-clos alors qu'elle essayait de se réveiller. Tout en reprenant ses esprits, elle remarqua que le Krityen l'avait portée jusqu'à l’hôpital. Elle tenta de se défaire de lui, mais à peine bougeait-elle que la douleur lui reprenait.

« Aie... »

La jeune fille se tenait les côtes, puis dirigea son regard vers son flanc. En effet, on pouvait apercevoir une entaille non négligeable sur toute la longueur de l'oblique externe droit. Aussi, quelques autres blessures par ci par là sur les jambes et les bras étaient présentes, mais rien de comparable. Elle releva la tête vers le médecin qui ne les avait pas accueilli à proprement parlé, mais qui était présent et écoutait Criath. Le regard dur, elle l'analysa en silence et laissa le Krityen la déposer sur un des lits pour blessés. Cependant, elle ne resta pas allongée et se redressa en grimaçant : la dernière fois qu'on l'avait examinée, c'était suite à cette défaite... qui faillit lui coûter la vie. C'est pourquoi, elle n'apprécie pas vraiment les hôpitaux, ni les médecins, c'est trop impersonnel selon elle et cela touchait trop son égo.

« Je suis Cérya Donovan, de la Quatrième Brigade de l'Empire... Si vous pouviez ne pas trop vous attarder ; on m'attend... »


Et oui, elle tenait toujours le même discours, plus ou moins insolent, que ce soit envers son sauveur ou ce noble guérisseur. Elle se moquait éperdument à qui elle avait affaire, tant qu'il faisait son boulot et qu'il la laissait repartir au plus vite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: Re: En heures sup'   Jeu 12 Avr 2012 - 16:09

Wrath jeta un œil à la grosse pendule suspendue au-dessus des portes d'entrée. Il ne lui restait plus qu'une demi-douzaine de patients à voir avant d'aller dormir une heure. La secrétaire insomniaque – Aranel Elensar si sa mémoire ne lui jouait pas de tour à cette heure – avait en charge de le réveiller en cas de soucis. Et des soucis justement, il y en eut deux pour faire irruption dans le hall, l'une dans les bras de l'autre, ce qui ne présageait rien de bon. Aussitôt inquiet, le mage abandonna sa tasse de café pour se porter au devant des blessés. La femme en particulier, puisque des deux elle était la seule à ne pas entrer sur ses propres pieds. Mauvais signe.

Wrath hocha poliment la tête en guise de réponse au salut de Criath, ses yeux revenant aussitôt se poser sur la jeune femme. Cette dernière s'était d'ailleurs redressée afin de manifester son impatience, ce qui finit par faire sourire le guérisseur. D'accord, il n'avait pas à faire à une faible femme, donc.

« Je ferai au plus vite, mais ne vous agitez pas s'il vous plaît. Vous risqueriez de me retarder. » Ajouta-t-il avec un clin d'œil amusé.

Pas trop tout de même, il ne manquerait plus qu'il froisse sa patiente et qu'elle décide d'aller se faire soigner ailleurs. Il prit une profonde inspiration, concentré au point d'en avoir chassé la fatigue d'un seul coup. La bonne nouvelle, c'était que Cérya était du même élément que lui. Les soins seraient donc encore plus efficaces. Aussi défit les doigts de la jeune femme avec précautions afin de pouvoir accéder lui-même à la blessure. Quatrième brigade ? De celles qui allaient elles-mêmes au devant du danger s'il ne faisait pas d'erreur.

« Bien, je vais commencer par m'occuper de ça, expliqua-t-il en pointant l'entaille au flanc, ensuite nous verrons ces côtes. »

Il ne savait pas trop pourquoi mais il sentait Cérya prête à prendre la poudre d'escampette à la première occasion, et ainsi préférait-il pallier aux plaies les plus graves en priorité, jugeant qu'elle survivrait à quelques écorchures si elle sortait avant qu'il ait fini ses soins. Son regard se posa gentiment sur celui de sa patiente alors qu'il remontait ses manches et laissait ses doigts flotter au-dessus de l'entaille qui semblait avoir déjà subit quelques soins de base.

« Je suppose qu'on oublie la chambre...? C'est dommage, nos lits sont très confortables et le petit déjeuner est pour bientôt... »

Laissant la jeune femme répondre selon son humeur, il en profitait pour concentrer le mana dans sa main et refermer doucement les tissus. L'opération n'avait rien d'insurmontable pour lui, mais la plaie était suffisamment profonde pour lui donner du fil à retordre. Refermer n'était pas tout, il lui fallait également vérifier qu'aucun organe n'avait été touché. Heureusement, Cérya ne faisait pas partie de la Brigade Impériale pour rien, et ses réflexes comme sa bonne condition physique lui avaient évité bien des ennuis. Elle pouvait dire merci à ses entraînements assidus ! Les derniers millimètres de peau s'épousaient sous la lueur de la magie glissant entre les doigts du guérisseur comme de petits serpentins malicieux, et il insista encore quelques secondes afin de refermer l'entaille sans laisser la moindre trace du méfait sur Cérya.

Sa main retomba, et il observa le résultat avec un sourire, quelques gouttes de sueur perlant déjà sur son front. Pour le tissu déchiré malheureusement, il ne pouvait rien y faire.

« Vous vous battiez contre quoi, si ce n'est pas indiscret ? J'aimerai m'assurer que vous n'êtes pas empoisonnée, ou autres surprises. »

Il remonta de nouveau ses manches qui tombaient et passa lentement sa main près des côtes comme s'il était un appareil de radiologie à lui tout seul. Fêlées, brisées ? Il restait attentif à ce que lui rapporterait son mana qui semblait résonner en parfaite harmonie avec celui de Cérya. Au final il ne s'occupait pas du tout de Criath et s'en voulut un peu... mais en l'occurence, il ne pouvait pas tout faire en même temps.


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: En heures sup'   Jeu 12 Avr 2012 - 16:26

PNJ Criath Oloth
Maintenant que la jeune femme était installée, Criath pouvait s'éloigner un peu. La fatigue commençait à son tour à le gagner, mine de rien il se faisait tard, il avait passé une longue journée à patrouiller dans la Forêt d'Egothor - certes il avait peu combattu puisqu'il avait prévu le stock de fioles sacrées - et la course poursuite sur la fin n'avait pas aidé à le réveiller.

En tout cas, il n'était pas bien loin, mais s'était tout de même approché de l'une des fenêtres, regardant l'extérieur d'un air paisible, et souriant seulement lorsque Cérya manifesta son envie de partir rapidement. Il était parti pour jouer encore les taxis d'ici peu de temps visiblement... De toute manière, pas vraiment le choix, elle ne trouverait aucun bateau à cette heure ci à Capua Torim, d'ailleurs il est tout aussi probable qu'aucun bateau ne serait parti d'Aurnion si elle s'y était rendue toute seule.

Se tournant vers elle, les bras croisés sur son torse où un peu de sang s'était déposé par endroit, son regard grave scrutait la jeune femme, en particulier après la réflexion de Wrath


«Vous savez que si vous n'aviez pas croisé ma route, vous auriez été obligée d'attendre le matin pour prendre un bateau à Aurnion afin de gagner Zaphias. À cette heure-ci, vous ne trouverez personne à qui faire votre rapport. Vous devriez demeurer ici pour la nuit et repartir à la première heure demain matin.»

Enfin, techniquement c'était plutôt ce matin vu que minuit était probablement passé depuis longtemps maintenant, mais cela n'avait guère d'importance de jouer sur les mots pour le moment. Il s'approcha cependant d'un air sombre

«Et là, si je refuse de vous conduire à Zaphias ce soir, vous ne trouverez aucun bateau en partance de Capua Torim à cette heure-ci, vous seriez alors obligée d'attendre sur le port dans le froid et l'humidité.»

Autrement dit, il ne lui laissait pas vraiment le choix. Wrath était reconnu pour être un excellent guérisseur, sa réputation n'était plus à défendre depuis ces deux dernières années où il avait gagné en popularité et reconnaissance, aussi s'il préférait que la petite se repose jusqu'au lendemain, il préférait l'appuyer. La menacer de la laisser se débrouiller si elle décidait de partir le soir même était une stratégie comme une autre, probablement fourbe, c'était un fait, mais une stratégie tout de même. Après tout, l'on ne devient pas Maître Voleur en suivant toujours les droits chemins.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Jeu 12 Avr 2012 - 17:05

Cérya n’avait d’autres choix que de laisser faire le guérisseur. Celui-ci était très doux et compréhensif, il l’a taquina gentiment mais fit son travail comme un pro, ses doigts effleuraient à peine la jeune fille alors qu’il se concentrait pour utiliser à bien son mana. L’aventurière regardait Wrath faire, sans rien dire, ignorant sa demande pour rester se reposer par la suite. Il était très doué et minutieux, il prenait le temps qu’il fallait pour soigner cette profonde entaille, non sans mal il faut l’avouer, mais après tout, sa réputation le précédait. Ainsi, par magie, il ne resta plus une trace de la blessure, Cérya avait retrouvé « peau neuve » : elle en fut ébahie. Elle qui fuyait toujours les médecins et se soignait par elle-même, elle gardait toujours de légères cicatrices.

Wrath semblait fier de lui, et épuisé. Cérya eut un petit moment de culpabilité : le déranger en pleine nuit alors qu’il devait sûrement se reposer, pensait-elle. Enfin, ce n’est pas de son genre à s’en vouloir, et fit fi de cette donnée. Alors, elle répondit à sa question à propos des monstres qu'ils ont dû combattre :

« Je sortais tout juste d’un combat contre un démon. Une mission. Il m’avait déjà affaiblie mais je ne suis pas douillette : j’ai continué mon chemin et me suis aventurée dans la forêt d’Egothor, seule. C’est là que j’ai rencontré cet homme, dit-elle en hochant la tête vers Criath qui regardait à travers la fenêtre à ce moment-là.
Suite à un quiproquo, nous nous sommes posés pour que je reprenne des forces, mais nous fûmes attaqués, et j’ai utilisé jusqu’à mon dernier mana… C’était des créatures assez dangereuse oui, elles pouvaient nous empoisonner avec leur crachat, mais j’ai gardé mes distances. Je devrais ne pas être contaminée. »


La jeune femme sourit au guérisseur, c’était rare !
En revanche, alors qu’elle pensait que c’était terminé, le guérisseur reposa sa main sur ses côtes comme pour détecter si ses organes ou ses os n’avaient pas été touchés. Et étrangement, peut-être à cause de leur énergie similaire, elle sursauta à cause d’une nouvelle douleur !

« Aïe ! Qu’est-ce que… »


Et oui, elle avait deux côtes fêlées, mais elle ne s’en était pas vraiment rendu compte à cause de la plaie qui la faisait bien plus souffrir. Inquiète, elle fronça un peu les sourcils puis releva la tête vers son hôte et lui lança un regard inquiet.

« Vous pouvez faire quelque chose… ? Je ne veux pas que ça m’empêche de rentrer… »


A peine eut-elle prononcé ces mots que Criath intervint pour lui rappeler que sans lui elle serait encore loin de sa destination principale, et qu’il ne la ramènerait qu’à une condition : qu’elle se repose à l’hôpital.
Cérya serra les dents, mécontente de l’attitude qu’employait le Maitre Voleur, et demeura silencieuse un instant. Puis elle soupira. Elle était piégée. Finalement, elle referma les yeux et se rallongea sur le brancard. C’était sa façon d’acquiescer et tourna la tête tout en regardant le vide…
Revenir en haut Aller en bas
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: Re: En heures sup'   Sam 14 Avr 2012 - 16:23

Par acquis de conscience, Wrath se concentra quelques instants sur la présence de poison ou de toute autre substance étrangère dans le corps de Cérya. Non pas qu'il n'ait pas confiance en la parole de la jeune femme, mais il préférait de loin se montrer trop prudent plutôt que pas assez. Et puis cette petite vérification lui faisait profiter d'une pause avant de se remettre au travail. En réalité, cette dite pause dura plus longtemps que prévu puisque Criath intervenait pour une remontrance. Wrath interrompit son examen pour le regarder, et comme il n'aimait pas trop se retrouver entre le feu des remontrances et leur destinataire, il se recula légèrement. Malgré tout, il était reconnaissant envers le krityen d'obliger sa patiente à prendre du repos et eut un sourire de remerciement.

« Sir Oloth a raison, autant mettre à profit le temps que vous devrez de toute façon passer à attendre pour vous reposer dans de bonnes conditions. Approuva-t-il gentiment. Je vais vous installer dans une chambre au calme, nous serons plus tranquilles pour regarder ces côtes. »

Wrath se redressa alors et éleva un peu la voix, s'adressant à la fois à Criath et à la secrétaire de garde restée à l'accueil.

« Anarel va vous trouver une banquette pour vous reposer également. Vous prendrez peut-être un café ou un thé ? »

Remontant les bras métallique du lit, il se tourna ensuite vers la jeune femme qu'il commença à faire rouler vers une chambre que lui indiquait Anarel. Il l'y installa et alluma une veilleuse avant de revenir vers elle. Règle numéro un pour inciter une personne à dormir, baisser la voix, tamiser la lumière et faire tomber la douleur... et ainsi les paumes de ses mains au-dessus des côtes de Cérya, il concentra de nouveau son mana jusqu'à s'isoler dans sa petite bulle où il ne visualisait plus que les lésions au bout de ses doigts. Les côtes n'étaient que fêlées, mais il s'agissait d'os tout de même, et ce n'était pas à ressouder n'importe comment. Le plus difficile étant qu'elles bougeaient en rythme chaque fois que sa patiente prenait sa respiration, provocant une douleur qui la faisait se crisper chaque fois. L'élément lumière de Wrath s'écoula comme un baume apaisant et chaleureux, comme des mots de réconfort, comme l'eau caressante sur un corps épuisé. Doucement, bienfaiteur, reposant.

« Vous devriez aller mieux maintenant. Sourit Wrath de l'air de celui qui retournerait bien dormir quelques heures. J'aimerai m'occuper de ces écorchures si ça ne vous ennuie pas, vous pourriez vous déshabiller afin que j'y vois plus clair ? Il y a du change. »

Pour prouver sa bonne foi, il sortit une chemise longue d'une commode et la posa près de Cérya avant de lui promettre de revenir. D'un autre côté, un médecin qui ne demande pas à ses patients de se déshabiller, ce n'était plus vraiment un médecin ! La seconde suivante donc, il sortait remplir un dossier à son nom à l'accueil, lui laissant délibérément le temps de se changer. Il en profita pour grappiller une gelée et échangea quelques mots avec Criath avant de revenir au bout de quelques minutes, son dossier à la main.


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: En heures sup'   Sam 14 Avr 2012 - 18:02

PNJ Criath Oloth
Les bras croisés, le krityen observait la situation, la jeune femme semblait enfin se résigner alors que Wrath la conduisait plutôt vers une chambre individuelle pour qu'elle puisse se reposer, lui proposant pour sa part une banquette où se reposer

«Ne vous inquiétez pas pour moi, Seigneur Peebles. Je vais me prendre une chambre à l'auberge. Je repasserai demain matin à la première heure pour venir chercher notre patiente, je suppose que vous pourrez établir la facture à l'ordre de sa brigade. Je la porterai en personne au Lieutenant responsable.»

Il ne se souvenait plus de son nom, il était assez rare qu'il traite avec les chevaliers impériaux en eux mêmes, en général, il avait davantage affaire aux soldats de classe inférieure qui venaient le voir pour obtenir quelques missions afin de gonfler leurs soldes, il était rare qu'il ait de quoi attirer réellement les généraux. Aussi, il devrait se renseigner sur place, ou alors Cérya lui dirait elle-même qui était son supérieur.

Aussi, il posa sa main sur son cœur afin de les laisser et sortir, demandant au passage à cette Anarel où se trouvait l'auberge afin de s'y rendre. Une fois sur place, il réclama une chambre et un repas... vu l'heure tardive, il n'aurait qu'un simple potage réchauffé, c'était toujours ça de pris vu qu'il n'avait qu'un peu de viande séchée et une pomme dans l'estomac depuis le matin.

Puis il grimpa dans sa chambre et se jeta tout habillé sur son lit, il prendrait une douche le matin plutôt, là il avait besoin de repos.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Dim 15 Avr 2012 - 16:22

Cérya ne dit rien et se laissa conduire dans une petite chambre individuelle où le guérisseur allait s’occuper de ses côtes fêlées. Quant à Criath, il resta dans le hall. La jeune femme lui lança un dernier regard avant d’être isolée. La chambre en question était simple mais accueillante : les murs blancs, des rideaux aux fenêtres et la lumière tamisée qui venait d’être réglée pour elle, sans parler d’un médecin très attentif envers ses patients. La jeune fille ne lâchait pas du regard ce dernier, et examinait ses moindres faits et gestes. Elle ne pouvait réprimer quelques gémissements de souffrance suite à des pointes de douleur, mais le Wrath fit de son mieux pour l’apaiser, en canalisant son mana et sa lumière sur le corps de la patiente. En effet, Cérya était petit à petit comme anesthésiée. Depuis combien de temps elle n’avait pas ressenti une telle chaleur et un bien-être ? Elle se laissa faire, en refermant ses yeux le temps de ressouder ses os.

Puis vint le moment où il lui proposa de regarder les différentes écorchures qu’elle avait. Elle n’y faisait pas trop attention, mais il ne lui laissa pas le choix : il posa une longue chemise près d’elle pour qu’elle se change avant qu’il ne sorte. La jeune fille haussa des épaules et se releva avec aisance, sans souffrance, bien qu’elle commençait un peu à s’endormir. Elle défit les boutons de sa tunique en cuir qui était en mauvaise état aussi, déchirée et tâchée de sang séché et la laissa par terre. Elle retira ses bottines mais garda ses sous-vêtements en coton. D’une main délicate elle souleva la chemise et l’enfila rapidement, oubliant de la boutonner. La pudeur ne faisait pas partie de son vocabulaire. Elle se rassit sur le bord du lit en attendant le retour de son guérisseur.

Quand celui-ci revint, elle s’était finalement appuyée à la fenêtre pour regarder le ciel étoilé. Quelle heure était-il ? Depuis combien de temps était-elle partie ? Elle l’ignorait. Aussi bien qu’elle ignorait qui elle était, d’où elle venait, et pourquoi elle devait se battre. La recherche de la vérité ? Lucius Gray n’était pas du genre à se tromper, et selon lui, il fallait qu’elle découvre tout ça par elle-même. Il semblerait qu’il en sache plus qu’elle-même sur son passé, mais personne ne veut lui avouer. Pourquoi ? Qu’y a-t-il dont à cacher ? Serait-ce pour la préserver, elle, ou préserver les autres ?

Doucement, elle se retourna vers Wrath, les yeux à nouveau mi-clos, la tête baissée.

« Vous devez être fatigué vous aussi. Prenez du repos. Mes petites écorchures guériront toutes seules. »

Sans attendre de réponse, Cérya lui tourna le dos et observait une fois encore la nuit à travers la vitre. Mais elle lui demanda tout de même :

« Pouvez-vous lire dans les souvenirs des gens ? Ou du moins, aider quelqu’un à se rappeler du passé ? »

Elle resserrait ses doigts sur les rideaux un instant avant de revenir à sa place initiale. Elle passa sa main gauche dans ses cheveux, pour tous les placer du même côté, en penchant la nuque vers son hôte. C’était pour lui montrer une cicatrice assez épaisse qui témoignait d’une entaille profonde. C’est exacte, un seigneur des ténèbres en était la cause : il lui planta la griffe de son pouce et incisa sa peau et sa chair de haut en bas sur quelques centimètres alors qu’il resserrait son étreinte autour de la gorge de sa victime. Ca, elle ne l’avait pas oublié et elle comptait garder cette balafre pour toujours se remémorer ce qui s’était passé ce jour-là. Ce qu’elle avait oublié en revanche, c’était pourquoi.

Elle libéra ses cheveux et planta son regard dans celui de son interlocuteur en espérant une réponse positive.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: Re: En heures sup'   Lun 23 Avr 2012 - 18:58

Après un bref échange avec Criath afin de parler facture et hiérarchie militaire, Wrath retourna auprès de sa patiente.

Il la trouva appuyée près de la fenêtre à regarder la nuit entre les rideaux entrouverts. Quelques minutes avant elle, lui aussi s'était arrêté pour observer se spectacle reposant : le scintillement des étoiles inaccessibles et omniprésentes qui ne révélaient leur position qu'à la nuit tombée, la lueur presque phosphorescente de la lune, comme une grande bille de verre translucide, fragile et immense à la fois. L'absence d'agitation dans les rues surtout, et le silence du monde endormit que seul le chant des grillons osait déranger. Immobile un instant, le krityen n'osa pas déranger sa patiente et lui offrit un gentil sourire lorsqu'elle se retourna vers lui. Malgré la fierté qu'elle avait affiché un peu plus tôt, Cérya semblait prendre conscience de sa fatigue. Peut-être aussi, à présent que la douleur et l'adrénaline avaient déserté le corps de la jeune femme, l'épuisement pesait-il plus lourdement encore sur ses épaules ? Sans-doute. En témoignaient ses yeux mi-clos et sa voix plus faible, preuves – sinon de fatigue – d'un certain apaisement.

« Ne vous en faites pas pour moi, je suis de garde, c'est mon métier, et je ne trouverai pas le sommeil avant de m'être assuré que vous allez bien. »

Ce qui ne semblait pas être le cas s'il en croyait la requête peu commune que lui faisait sa patiente. Accrochant le dossier de l'humaine au pied de son lit sans hâte, Wrath prit une profonde inspiration. Criath avait bien fait d'aller se reposer à l'auberge, car la nuit s'annonçait plutôt longue pour lui et Cérya. Suivant la jeune femme des yeux alors qu'elle retournait s'asseoir, il s'approcha docilement lorsqu'elle dégagea sa nuque pour lui montrer quelque chose. Une cicatrice sans-doute importante pour elle, bien qu'elle ne lui précisa pas si elle se souvenait de quoi que ce soit à son sujet. À son silence, le guérisseur jugea que non et détourna légèrement le regard, comme pour réfléchir.

Oui, il pouvait.
À condition qu'elle boutonne sa chemise...

« Je peux faire cela, oui, à condition que vous le permettiez. Sincèrement. Précisa-t-il. Se rapprochant doucement, il l'aida à s'allonger et passa ses doigts au-dessus des quelques entailles visibles qu'il refermait distraitement, comme s'il pensait à autre chose. À moins que vous ne me le demandiez explicitement, je refuserai toujours d'aller au-delà de ce que vous souhaitez me montrer. Consciemment ou non. L'esprit bloque parfois l'accès à certains faits passés. Je ne force pas ces portes là, à moins d'y être contraint. Je peux essayer de vous aider autant que cela m'est possible, oui, mais je préfère vous avertir : vous devrez faire seule le chemin vers vos souvenirs. Ça peut être long parfois, ou douloureux, souvent les deux. Vous savez, si votre esprit choisi d'oublier certains évènements c'est pour une bonne raison, même si je comprends tout aussi bien que vous souhaitiez y faire face aujourd'hui. Il marqua un pause, s'occupant de soigner une vilaine écorchure sur le bras de Cérya. Oui, je peux lire dans vos souvenirs, et oui je peux vous aider à vous remémorer votre passé. Mais je refuserai d'enfoncer les portes que votre esprit gardera fermées, autant que je refuserai de vous imposer des moments dont vous ne voudrez pas vous rappeler par vous-même. Pour résumer plus simplement, j'accepte de lire en vous comme dans un livre ouvert, mais je ne veux pas vous réciter toute l'histoire. Il faudra chercher un peu. Il lui sourit gentiment, continuant ses explications sans se presser. Comme si je vous montrais les illustrations, et que vous deviez reconstituer le récit... »

Remontant le drap sur la jeune femme – car si elle n'était pas pudique, lui l'était, même s'il en avait vu d'autre en tant que médecin – il se recula d'un pas sans quitter son regard des yeux, comme s'il attendait un accord, une réaction, ou une question.

Des questions justement, Wrath en avait quelques unes en tête... comme par exemple comment il se faisait qu'il ait ressentit la présence d'Aer dans le sang de sa patiente...


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mar 24 Avr 2012 - 14:19

Wrath avait acquiescé. Il l'allongea par la suite pour qu'elle se détende, et aussi pour finir de soigner les quelques entailles qui restaient. Par la même occasion, il expliqua à Cérya les possibilités et les limites de son pouvoir : tout dépendait d'elle, de son conscient et surtout de son subconscient. La jeune fille écoutait avec attention les moindres paroles du guérisseur, en oubliant même ses blessures qui petit à petit disparaissaient totalement...

« Je vois... » dit-elle d'une faible voix.

Voulait-elle vraiment se souvenir de son passé oublié ? Comme l'avait précédemment annoncé son guérisseur, si l'esprit oublie ce n'est pas par hasard. Mais la curiosité est plus forte que tout. Peut-être en sortira-t-elle indemne, ou au contraire, elle refusera la vérité. Il prit la peine de la couvrir toutefois sans la lâcher du regard, en attendant une réaction. Elle demeura ainsi un court moment, silencieuse, puis leva les yeux au ciel avant de le questionner :

« Quels sont les dégâts que cela peut causer, si vous allez plus loin que permis ? Vous savez, je veux tout savoir, je n'ai rien à perdre ici, donc même si on inconscient refuse... »

A son tour Cérya le toisa de bas en haut, hochant de la tête, pour le rassurer dans son choix. 

« Je n'ai aucune attache dans cette vie, je ne regretterai pas. Ne vous inquiétez pas. »


Elle passa ses deux mains dans les cheveux et souffla un bon coup. Puis elle les reposa sur son ventre en attendant le feu vert de son hôte.

~

Quand la séance commença, elle ne ressentit rien de particulier, ou peut-être quelques chatouilles. Elle avait refermé les yeux pour mieux se concentrer. Ensuite, la jeune fille sentait la mana de Wrath envahir son esprit, c'était quelque peu perturbant, comme une autre présence dans sa tête, elle avait du mal à s'y faire ; elle fronçait un peu les sourcils mais essayait de raisonner, de l'accepter en elle, de ne pas le rejeter. Au début, tout était flou, tout était vague, elle ne décernait rien. Mais assez rapidement, ça devenait plus clair, comme si des nuages se dissipaient pour laisser place à la lumière... Mais quelle lumière ! Un trop plein d'images défilaient devant ses yeux, d'une grande vitesse. Elle ne comprenait pas très bien encore, elle n'arrivait pas à lier les événements qu'elle voyait : le visage d'une femme qui lui ressemblait... sa mère ? Un autre visage d'une femme...et d'un homme, chaleureux. Qui étaient-ils ? Elle apercevait aussi une sorte de laboratoire... des expériences... De quoi ? Sur quoi ?
Inconsciemment, Cérya commençait à s'agiter un peu plus, son visage affichait une crainte certaine.

Comme des flash-back, ses souvenirs devinrent de plus en plus sombres, tachetés de sang, de cadavres, d'un feu... un incendie ? Et là, elle le vit : le démon qui la laissa pour morte.

« Non... Non... Pas lui ! Wrath ! »

Elle ne put s’empêcher de crier le nom de son guérisseur, elle voulait s'arrêter là, mais pourtant son esprit restait ouvert et cherchait de plus en plus profondément dans sa mémoire. De l'aer, un elixir, des enfants... Qu'est-ce que tout cela voulait dire ? Le seigneur Peebles voyait-il tout cela lui aussi ?

Revenir en haut Aller en bas
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mar 24 Avr 2012 - 21:29

Allongée, Cérya demeurait immobile et silencieuse, sa voix s'élevant à peine pour répondre aux explications du krityen. Comme si elle s'endormait déjà, et Wrath hésita. Était-ce prudent de s'immiscer dans l'esprit fatigué de sa patiente ? Il l'observa encore un peu, elle qui déployait tant d'efforts pour paraître forte, prétendant vouloir repartir tout de suite et pouvoir être capable de supporter sa douleur... mais au fond fragilisée par tout un pan de souvenirs écroulés. Qu'allait-il trouver ? Pourrait-elle supporter de revivre ce qu'elle avait choisi d'oublier ? Car c'était une chose de vouloir connaître la vérité, et une autre d'y être confrontée. Son sourire s'effaça alors qu'elle lui confiait n'avoir aucune attache. Un handicap dangereux bien plus qu'un avantage selon lui. Sur qui s'appuierait-elle si ses souvenirs venaient à la jeter à terre ? Partager ses souffrances n'était-il pas aussi vital que de partager son bonheur ? Vers quelle lumière se dirigerait-elle lorsqu'elle sera plongée dans l'obscurité de ses souvenirs, si elle n'en avait aucune ?

Wrath posa sa main sur le front de sa patiente. Contrairement aux soins précédents où il n'avait fait qu'effleurer la peau de Cérya, cette fois il exerçait un contact physique réel. Doucement, comme pour l'apaiser, attendant qu'elle ferme les yeux. Il savait qu'elle se détendrait d'elle-même, tant occupée à guetter ses souvenirs qu'elle en oublierait de maintenir ses défenses. Ses questions cependant, trahissaient une certaine angoisse qu'il lui faudrait chasser, et ainsi le guérisseur s'efforça-t-il d'adopter un ton calme, murmurant à peine afin d'entretenir une ambiance feutrée propice à la sérénité.

« Quels dégâts pensez-vous que cela pourrait causer, si un Brutal tentait de pénétrer le terrier d'un Culburat...? Son sourire s'entendit dans ses paroles qu'il souhaitait apaisantes, puis il reprit plus doucement encore. Détendez-vous Cérya, nous pourrons revenir plus tard sur les points trop obscurs de vos souvenirs. Rien ne presse. Pour le moment nous ne ferons qu'une visite de courtoisie, et nous ne verrons que ce que votre esprit voudra nous montrer. Nous ne fouillerons pas plus loin. Nous n'ouvrirons aucun placard. De simples visiteurs... »

Règle numéro un : ne jamais prendre davantage que ce que l'esprit décide d'offrir de lui-même, plus particulièrement lors d'une première « visite ». Cérya devait s'habituer, non seulement à la sensation de se redécouvrir, mais aussi à l'exercice difficile d'accepter une part d'elle-même qu'elle redécouvrait malgré elle. Pour cela, un soutien ne serait pas de trop, aussi Wrath inspira-t-il profondément après un silence.

« Moi je suis là, Cérya... Accrochez-vous à moi si vous vous sentez perdre pieds, ou si l'air vous manque. Ne vous noyez pas. Je ne bouge pas. Je suis là. »

Le reste lui sembla lointain alors qu'il laissait son élément s'écouler en Cérya comme un philtre apaisant. Qu'elle soit du même élément était un avantage non négligeable, même s'il était capable de faire usage des autres sans beaucoup plus d'efforts. Les yeux fermés à son tour, il se concentrait comme si son esprit voyageait dans le corps même de la jeune femme, s'assurant que tout était calme. Ici les mains reposaient sans trembler, là le cœur battait à un rythme régulier. Dissolvant les tensions les plus infimes sous la chaleur de sa magie, il se laissa ensuite glisser vers l'écrin des souvenirs de l'humaine, sans empressement, comme s'il effleurait à peine la couverture d'un livre ancien et mille fois précieux. Les premières pages, comme souvent, semblaient écrites dans un langage qui lui était inconnu. Puis les caractères mystérieux se traduisaient d'eux-même, révélant les premières ébauches d'un récit oublié. Wrath prenait son temps, voyageant d'un mot à l'autre lentement, laissant à Cérya le soin d'observer chaque détail à sa guise jusqu'à apprivoiser ces réminiscences de son passé. Mais bientôt, un vent d'impatience souffla sur les pages qui tournèrent à vive allure. Les images défilèrent rapidement et déstabilisèrent le krityen dans sa progression. De guide paisible vers les profondeurs de ses souvenirs, Wrath dû se raviser et se faire dompteur afin de réfréner l'impatience de l'humaine. Mais rien n'y faisait.

Jugeant leur plongée trop profonde pour une première tentative, le guérisseur préféra reprendre le contrôle tant qu'il l'avait encore et sortit aussitôt de toutes les pièces dans lesquelles il avait été aspiré malgré lui. Refermant chaque porte, reculant prudemment, il ne rouvrit les yeux et ne rompit le contact avec Cérya que lorsqu'il fut certain de n'avoir rien laissé ouvert susceptible de contenir plus de démons qu'il n'avait déjà vu s'échapper en quelques secondes.

« Doucement... »

Sa main sur la poitrine de la jeune femme déversait une nouvelle fois son Mana dans le but de l'apaiser. La sueur au front, il s'efforçait de retrouver son souffle après cette fuite éperdue, tout en guidant Cérya vers l'apaisement qu'elle avait perdu en cours de route.

« Doucement... Répéta-t-il pour la rassurer. Ça ira pour le moment. Respirez. Je sais que ce n'est pas facile de remettre de l'ordre dans tout ce que vous avez vu, mais nous allons essayer. Prenez votre temps... »

De son côté, il tentait d'en faire autant. Exercice à la fois plus facile puisqu'il y était habitué, mais plus difficile puisqu'il ne s'agissait pas de ses propres souvenirs. Comme un puzzle inextricable, il ne pouvait compter que sur Cérya pour remplir les blancs... et ces mêmes blancs seraient précisément à l'origine des questions qu'il lui poserait afin de l'aider à se retrouver. Un travail de psychologue, en somme.

« Commencez par me décrire les images. Juste les décrire, ne cherchez pas à les comprendre maintenant. Ça viendra. »


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mer 25 Avr 2012 - 9:02

Comme après une course poursuite, haletante, Cérya s'écria en agrippant le bras de Wrath et rouvrit les yeux, pleins de torpeur après ces premières images. Tu parles d'une visite de courtoisie... La jeune fille était trop empressée qu'elle a failli se perdre dans ses réminiscences. Mais son hôte lui, veillait sur elle et l'instant suivant, il essaya de l'apaiser en déversant une certaine quantité de mana à nouveau, via sa poitrine. Son coeur battait vite et fort.
Elle vit quelques gouttes de sueurs sur le front de son guérisseur, et comprit que ce n'avait pas été facile pour lui non plus de la maintenir lors de sa découverte.

Ainsi elle se calma assez rapidement, du moins le rythme de son pouls était redevenu normal, mais son esprit travaillait encore beaucoup, à se repasser ce film incessamment, pour y donner un sens, une logique, chose normale et que toute personne s'exécute plus ou moins inconsciemment. Mais le Seigneur Peebles lui demanda avant tout de lui raconter ce qu'elle avait vu, sans chercher à y mettre de l'ordre pour l'instant. La jeune fille releva la tête vers lui, n'ayant toujours pas lâcher son bras. Elle ne savait pas par où commencer. Déjà, elle voulait se redresser, ce qu'elle fit, en retirant un peu la couverture qui lui tenait trop chaud. Elle déglutit.

« Puis-je avoir de l'eau ? » lui demandait-elle en libérant son bras.

En effet, sa gorge était un peu sèche. Quand il lui ramena un verre d'eau, elle le but d'une seule traite. Maintenant, son regard était rivé vers la fenêtre, très fixe, très dur. Elle ne voulait pas rencontrer celui de Wrath, elle craignait qu'il ne la juge par ce qui s'est passé.

« Il y avait des gens... qui me sont inconnus. D'abord une très belle femme. De longs cheveux noirs ébènes, des yeux bleus, perçants. Puis, un couple il me semble. Eux, ils étaient blonds. Souriants. Cependant, j'ai vu derrière eux une sorte de... laboratoire ? Et des enfants... »

Elle ne pouvait s'empêcher de se demander qu'est-ce que tout cela voulait dire, quels étaient les liens, s'il y en avait. D'un coup, son regard se figea dans le vide. Les yeux écarquillés, elle se souvint des images suivantes.

« Il... était là... Ce démon. Wrath, vous vous souvenez de la cicatrice que je vous ai montrée ? L'auteur de ce méfait... Je ne l'ai jamais oublié, et pourtant, il était là. »

Cérya se sentait comme perdue et avait presque honte de ses souvenirs. Que quelqu'un d'autre les ai vus ou les sache, surtout ce qui va suivre, ce n'est rien de très glorieux. Elle inspira profondément, mais continua à éviter le face à face avec le guérisseur avant de reprendre son récit.

« Pour ce qui suit, ça semble bien plus récent. Je crois que ces enfants ont grandi... Mais tout ce que je vois d'eux, ce sont leurs corps, étendus dans une marre de sang, ainsi que ce couple et le laboratoire à feu. Un combat, des montres, et lui. Ce que je vais vous dire, ce n'est pas ce que j'ai vu, c'est ce dont je me souviens d'avoir vécu : je les ai combattus, mais je ne me rappelle pas pourquoi. C'était en vain, je n'avais pas l'expérience que j'ai maintenant et il... m'acheva. »

Ca sonnait bizarrement de sa bouche, car s'il l'avait tuée, comme elle le dit, comment pourrait-elle être ici ? Encore une question sans réponse, pour l'instant. En tout cas, elle s'était sentie partir. Oui, elle irait faire des recherches à présent, elle a un peu plus d'éléments, une base sur laquelle démarrer, en espérant que son guide réussisse à lier tout cela. Finalement, ce n'était pas si mal que le Maitre Voleur et elle-même soient passés par cet hôpital, bien au contraire.
Toutefois, elle omis de parler de cette fiole, et d'une forte concentration d'aer...
Revenir en haut Aller en bas
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: Re: En heures sup'   Ven 27 Avr 2012 - 17:42

Wrath respirait tout aussi vite que Cérya, et son cœur battait au moins aussi fort après cette petite séance de spéléologie pour le moins... sportive ! Par chance, la jeune femme semblait disposée à se calmer. Sans-doute était-ce aussi un avantage lié à sa profession, puisque les éléments de la Brigade Impériale devaient pouvoir garder leur sang-froid en toute circonstance, ou quelque chose dans ce genre là. Toujours était-il qu'elle se remettait plutôt bien de son incursion, si ce n'était sa poigne toujours fermée sur le bras du guérisseur. À ce rythme, il ne tarderait pas à avoir un bleu, et il faudrait qu'il se soigne lui-même ! L'idée le fit sourire. Puis Cérya manifesta le besoin de se réhydrater, et Wrath profita d'être enfin libéré pour trottiner jusqu'à une salle d'eau attenante et rapporter un verre d'eau, en bon samaritain qu'il était. Un peu fatigué lui aussi, il alla s'asseoir dans un fauteuil et s'essuya doucement le front, écoutant le récit de sa patiente.

Oui. C'était ce qu'il avait vu.

« Ces images ne sont que des souvenirs oubliés, comme les pièces manquantes d'un grand puzzle. Certaines sont encore là, tenaces. Ce démon par exemple, dont vous avez un souvenir intact. D'autres pièces ont filé sous le tapis. Ce sont celles-ci que nous avons aperçues, et pour savoir où les placer il va falloir les observer un peu. »

Son regard n'avait pas quitté Cérya, sans s'offenser du fait que de son côté, la jeune femme ait pris le partie de l'éviter. À vrai dire, ça ne l'étonnait pas vraiment. C'était même souvent comme ça lorsqu'il s'immisçait dans la zone très privée des souvenirs, comme un voyeur aurait regardé par le petit trou de la serrure. Il faudrait un certain temps à la jeune femme pour accepter qu'il en sache au moins autant qu'elle... et qu'il ait vu ce qu'elle s'était dissimulé à elle-même depuis des années. Il faudrait qu'elle le tolère. Plus tard. Pour le moment et il le savait, il serait encore un intrus parmi ses secrets.

« Nous allons commencer par ces visages. Vous évoquent-ils quelqu'un ? Il y a peut-être des caractéristiques physiques qui vous sont familières ? Essayez d'y repenser, essayez de m'en dire plus sur eux. » Exhortait-il avec douceur.

Car extérieur à Cérya, il n'avait fait que subir les images que son esprit avait choisi de lui montrer, sans savoir à quoi elles correspondaient. Cependant il pouvait se permettre quelques hypothèses. Pour l'heure, il lui semblait que cette femme brune devait être la mère de la jeune humaine, bien qu'il se garda bien de lui en faire la suggestion, refusant de l'influencer. S'il se trompait ? Cérya devait trouver par elle-même. Se souvenir, chercher, trouver, et non attendre qu'on lui brode une histoire. Wrath pouvait l'y aider... mais de loin, sans imposer ses impressions. D'ailleurs, lui-même devait prendre le temps d'assimiler ce qu'il avait vu.

« Vous voulez bien essayer de vous concentrer sur les détails ? Laissez-le venir doucement. Parlez-moi de cette femme brune. Du couple. Des enfants. Dites-moi ce que vous voyez sur leurs visages. Leurs expressions, leurs voix si elles vous reviennent. Calmement, nous ne sommes pas pressés. »

Il s'interrompit afin de faire place au silence, laissant Cérya se remémorer tout ce qu'elle pouvait et s'en imprégner, jusqu'à avoir l'illusion de reconnaître jusqu'aux odeurs ressurgies de ses souvenirs.


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Dim 29 Avr 2012 - 15:18

Toujours assise sur son lit, elle demeurait silencieuse. Elle réfléchissait à ce qu’elle avait vu, à ce que Wrath lui demandait, les détails de ces réminiscences, ce qu’elles pouvaient bien vouloir représenter pour la jeune fille. Mais elle était fatiguée de tout ça ; bien que son corps se soit totalement remis, c’était son esprit qui faiblissait à son tour. Elle aurait voulu s’arrêter là pour cette nuit. Mais le guérisseur semblait attendre quelque chose d’elle, comme s’il avait des idées sur cette situation.

Alors, elle soupira un coup et se rallongea, fixant le plafond, comme si ce qu’elle cherchait se trouvait là.

« Cette femme brune… Je ne la vois pas sourire. Au contraire… Je vois un bébé dans ses bras, qu’elle abandonne… Quel rapport avec moi ? » demandait-elle.

Cérya ne faisait manifestement pas le rapprochement. Sûrement plus intéressée par le sort de l’autre couple et des enfants.

« Ce couple… On dirait que ce sont des scientifiques, ils semblaient très impliqués dans leur recherche ; et ces enfants… ne semblaient pas être les leurs, non. Ils étaient… enfermés dans leur laboratoire… !! »

Tout à coup, elle se souvint : elle faisait partie de ces enfants. Mais comparés aux autres, elle n’était pas enfermée comme eux dans ce labo. Elle avait sa chambre, dont elle ne pouvait sortir cependant. Des images de ‘’parents ‘’ lui vinrent à l’esprit, ce couple agissait tel quel envers elle. La jeune fille ne dit plus rien. Devait-elle en avertir son hôte ? Elle ferma les yeux et secoua la tête un instant, avant de enfin pouvoir affronter le regard du seigneur Peebles.

« Wrath… Pensez-vous qu’ils puissent être de ma famille ? Je veux dire, je ne pense pas être de leur sang, mais qu’ils m’aient élevée comme leur fille ? » dit-elle en parlant du couple.

Le questionner est une bonne façon de voir ce qu’il en pensait sans l’influencer. Elle voulait y aller étape par étape. Elle était pratiquement certaine de ce détail. Maintenant, il fallait analyser la suite. Qui sont ces autres enfants ? D’où venaient-ils ? Était-ce des expériences menées sur eux dans le laboratoire ? En faisait-elle partie ? Pour l’instant, ça ne lui venait pas à l’esprit. Cérya baissa le regard, en esquissant un semblant de sourire. Après tout, elle se souvenait petit à petit de son passé, et c’était ce qu’elle désirait plus que tout. Qu’importe la gravité de la situation, la vérité est tout ce qu’elle voulait, c’était pour elle la seule chose qui libérerait son âme. Et qui sait, peut-être trouvera-t-elle une autre raison de vivre par la suite, plutôt que courir après un passé oublié ? C’était risible.

Sûre d’elle, elle se releva soudainement pour retourner près de la fenêtre. La nuit commençait à se dissiper pour laisser place au jour, avec les premiers rayons du soleil à l’Est qui l’éblouirent. Finalement, tout s'est passé si vite. Puis, elle reprit son récit.

« En ce qui concerne ces enfants… ils n’étaient ni tristes, ni heureux. Je crois qu’ils étaient des cobayes pour ce couple. Je me demande quelles étaient leurs recherches. Ah ! »


Ca y est, elle arrivait à coller les morceaux. Le but de ces expériences était sûrement ce qui avait causé leur perte : la venue des monstres et du Seigneur des Ténèbres. La demoiselle fronça les sourcils, se donnant un air encore plus sérieux et téméraire. Enfin, elle revint près du lit et récupéra ses affaires pour se changer. Qu’importe que Wrath soit là ou non, que ça le gêne ou pas, elle retira sa chemise et se rhabilla de sa tenue initiale. Elle était encore déchirée, mais ce n’était qu’un détail, elle la donnerait à réparer en rentrant à Zaphias. D’une poignée ferme elle s’équipa de ses kunais et de son Katana, sans oublier le petit sac avec l’artefact de sa mission. Une fois à la Capitale, elle irait faire quelques recherches à la bibliothèque sur ces monstres et sur ce couple d'alchimiste. Il devait ne pas y en avoir de nombreux de couple qui étaient reconnus...

« Je dois retrouver Criath, il a dû vous dire où il est parti passé la nuit, vous m’accompagnez ? »
et sans attendre, elle quitta la petite chambre pour se retrouver dans le hall d’accueil.
Revenir en haut Aller en bas
Wrath PeeblesGuérisseur
Messages : 561
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 36
Localisation : Myorzo ou Eloher
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Balder (bâton)
Classe: Mage Guérisseur
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mar 1 Mai 2012 - 22:49

Wrath secoua doucement la tête lorsque Cérya demanda quel rapport il pouvait exister entre elle et la femme brune, lui signifiant qu'il n'en savait pas davantage qu'elle même sur le sujet. Bien entendu il avait ses propres doutes, mais étaient-ils justifiés ? Il n'avait pas le droit de l'induire en erreur à cause de ses raisonnements peut-être trop hasardeux. Heureusement, la jeune femme ne se formalisa pas de ce silence et continua sur sa lancée. Se concentrer sur des détails anodins plutôt que sur les véritables questions qu'elle pouvait se poser semblait porter ses fruits. Comme si elle empruntait une porte dérobée, elle accédait peu à peu à des pans entiers de ses souvenirs, même si tout n'était pas encore à sa place. Au moins le brouillard serait-il moins épais, et elle pourrait toujours revenir le voir en cas de besoin. Mais pas tout de suite. Elle devait d'abord digérer cette première incursion et ses conséquences – immédiates comme à venir.

Silencieux, le krityen continuait de l'écouter avec attention, reconstituant de son côté des souvenirs dont il n'avait eu que des aperçus. Cette histoire de laboratoire et d'expériences dont elle semblait se remémorer ne l'étonnait pas plus que cela. Dans un coin de son esprit, il gardait – muselée – cette question qui le taraudait sur l'Aer qu'il avait détecté en elle. De quoi avait-elle été le cobaye ? Jusqu'à quel point en avait-elle souffert ? Cette histoire lui rappelait un peu ce qu'avait eut à subir Myria, et il ferma les yeux pour se concentrer sur Cérya. Justement, l'humaine venait de lui poser une autre question, et semblait cette fois attendre une réponse. Les paupières du guérisseur se rouvrirent alors qu'il posait ses yeux sur elle. Elle ne fuyait plus son regard. Plus franche, plus inquisitrice...

« Je l'ignore Cérya. J'ai vu ce que vous avez vu, mais contrairement à vous ces images ne provoquent en moi aucune réminiscences. Ce ne sont pas mes souvenirs. Il lui sourit, cherchant ses mots pour mieux se faire comprendre. Les souvenirs sont liés à des émotions. Moi, je n'ai eu accès qu'à des images. Peut-être que ces visages suscitent chez vous des sentiments particuliers, et alors c'est à eux que vous devez vous fier. Je peux vous guider vers eux mais je suis désolé, je suis bien incapable de les éprouver à votre place. »

Évidemment conscient que sa réponse était plutôt décevante, il se leva afin de ramasser le verre de Cérya, comme s'il s'apprêtait à la servir de nouveau. Occuper ses mains lui paraissait une bonne idée et meublait un peu le silence qui était retombé.

« Vous en avez déjà appris beaucoup, vous pouvez être fière de vous. » La rassura-t-il doucement.

En tournant la tête vers elle, il la vit se lever pour s'approcher de la fenêtre, passant par tout un éventail d'expressions. Concentrée puis inquiète, laissant parfois entrevoir des éclairs de lucidité lorsqu'une pièce de son puzzle se mettait en place. Wrath sourit, satisfait d'être parvenu à l'aider, au moins un peu. Puis son regard se détourna lorsqu'elle commença à se changer, et il disparu dans la salle de bain, prenant son temps pour rincer le verre et se passer un peu d'eau fraîche sur la nuque. Mine de rien, sa plongée dans l'esprit de Cérya l'avait épuisé. Le visage enfoui dans une serviette, il entendit la jeune femme réclamer Criath et se mordit les lèvres. Si le jeune homme apprenait de quelle manière Wrath s'était occupé de faire prendre du repos à sa patiente...! Certes elle était physiquement remise, mais au final elle venait de passer une belle nuit blanche à se remémorer des évènements difficiles de son passé. En fait, le krityen était le premier surpris qu'elle ne soit pas davantage fatiguée après cette épreuve.

Prenant une profonde inspiration, il retourna dans la chambre mais quelle ne fut pas sa surprise de la voir déserter les lieux juste sous son nez ! Wrath la rattrapa en quelques enjambées avec la ferme intention de lui imposer un peu de repos, mais trop tard. Dans le hall, Aranel avait déjà renseigné la jeune femme sur l'endroit où s'était rendu Criath, et ainsi Cérya quitta-t-elle l'hôpital de sa démarche assurée. Une seconde, il l'envia. Lui, il ne tenait même plus debout !


Revenir en haut Aller en bas
http://nideyleforum.free.fr/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: En heures sup'   Mer 2 Mai 2012 - 12:21

PNJ Criath Oloth
La nuit fut courte, mais le krityen avait l'habitude de toujours dormir les volets ouverts pour pouvoir être réveillée par la lumière du jour, aussi rapidement les rayons du soleil venaient teinter sa vue d'une lueur rouge sous ses paupières closes, et de quelques coups secs, il battit des cils. Avec le soleil dans les yeux, il sentit quelques larmes perler au coin de ses yeux, puis il se retourna sur le dos pour s'essuyer vigoureusement les paupières et forcer sur ses abdominaux pour se relever. Bâillant à s'en décrocher la mâchoire, il s'étira longuement, se penchant en avant pour aller toucher ses orteils d'abord, puis se retournant sur le ventre pour faire la position du cobra, ses articulations craquaient de mécontentement, mais il aurait tout le loisir de dormir lors de ses jours de repos.

Puis il sauta souplement sur ses pieds, il était déjà chaussé puisqu'il n'avait même pas pris la peine de se déshabiller avant de s'endormir comme une larve, aussi il alla rapidement jusqu'à la salle d'eau commune et se rinça le visage et la nuque, ôtant au moins le haut, il se rinça rapidement les aisselles également histoire de perdre un peu cette odeur de transpiration, puis il se rhabilla avant de descendre pour prendre un bon café.

Une fois assis à une table, il fouilla dans ses affaires et en sortit un petit carnet dans lequel il nota ses dernières remarques concernant les Gigantos, en particulier Brucis qu'il avait étudié au mieux ces derniers jours... il savait de source sure que le temps que mettait l'une de ces créatures à disparaître était variable et n'avait rien à voir avec la façon dont il avait été tué, cela il le savait surtout grace à Pterobronc, autant le monstre titanesque protégeait Temza, mais il était surtout le jouet préféré des krityens qui souhaitaient un bon entraînement! Étrangement, il ne leur en avait jamais voulu et était toujours resté au même endroit, comme si lui aussi voyait là un moyen de s'entraîner et de devenir plus fort. C'était peut être vrai après tout, il était assez rare que la même personne s'y attaque plusieurs fois - excepté Jhérer Elmundïr en fait, peut être Criath devrait-il le trouver pour l'interroger.

Étouffant un nouveau bâillement, on lui apporta rapidement le café avec deux croissants, c'était trop pour lui, il ne mangeait pas beaucoup le matin, mais il en prendrait au moins un. Il garderait l'autre pour le porter à Cérya à l'hôpital... enfin dans la mesure où il pensait jusqu'à présent qu'elle y était encore, mais il déchanta rapidement en la voyant débarquer dans l'auberge. D'un regard perçant, il analysa sans grande difficulté son teint pâle et les cernes sur son visage, elle n'avait pas beaucoup dormi, voire pas du tout. Haussant les épaules - après tout, ce n'était pas son problème, mais plutôt celui de Wrath qui avait laissé partir une patiente dans cet état, fallait pas qu'elle aille se plaindre à l'Empire sinon il risquait d'avoir des ennuis - il leva le bras pour lui faire signe d'approcher.


«Je suis là. Venez manger un morceau.» qu'elle veuille boire ou manger n'avait pas d'importance, elle devrait au moins attendre qu'il ait fini son petit déjeuner avant de partir. Ils quitteraient ensuite la ville pour appeler Horus et ainsi gagner Zaphias. Là, il pourrait normalement la lâcher quelque part, vers le château surement, puis il rentrerait à Temza pour faire son rapport... y'avait pas réunion du conseil de guerre aujourd'hui? Ou peut être demain? Il faudrait qu'il retrouve le message...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CéryaMessages : 130
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 29
Localisation : In Hell...
avatar

Personnage
Elément: Lumière
Arme: Katana & Kunais
Classe: Traqueuse
MessageSujet: Re: En heures sup'   Ven 4 Mai 2012 - 9:27

Suite aux indications d'Aranel et à grand pas, Cérya traversa la rue pour retrouver Criath dans l'auberge la plus proche du centre hospitalier, en espérant que celui-ci soit réveillé. Elle débarqua de manière vive dans le petit resto où les quelques clients prenaient leur petit-déjeuner. Il n'était pas difficile de la remarquer débouler de la sorte et le Maître Voleur semblait à la fois surpris et déçu de la voir déjà, ou plutôt ''encore'' debout parce que, mine de rien, le manque de sommeil s'était dessiné sur le visage de la jeune fille. Cependant, elle n'en était pas moins alerte et s'installa en face de son convive qui l'invita à s'asseoir à sa table pour manger un bout. Elle déposa donc ses affaires à ses pieds et pris place. Aucune parole ne sortit de sa bouche pendant un long moment, elle avait planté son regard dans celui de son voisin : on pouvait lire en elle une certaine confiance, certitude et témérité. Quelque chose avait changé. Elle lui en voulait toujours un peu de l'avoir laissée à l'hôpital mais finalement ce fut fructifiant, certes pas dans le sens où l'espérait Criath. Un gargouillement provenant de son ventre rompit le silence et à ce moment-là Cérya détourna le regard pour loucher un tantinet sur l'assiette.

« Serveuse ! La même chose, s'il vous plait ! » s'écria-t-elle vers le comptoir.

Alors on lui servit aussi un café et deux croissants, lesquels elle engloutit goulûment. Une fois que la demoiselle eut fini de déguster ses viennoiseries, elle souffla un bon coup, rassasiée, et reprit son air sérieux : elle avait plein de choses à raconter à son aîné.

« Je sais, affirma-t-elle. Je me souviens un peu de mon passé. Avec l'aide du seigneur Wrath, nous avons parcouru mes souvenirs à la recherche de réponses à mes questions. Je ne m'attendais pas à ce qu'il puisse le faire, mais si, il en a été capable. Je... »

Elle marqua une pause, elle ne savait pas par où commencer, ni si ce qu'elle allait lui raconter l'intéresserait car après tout, elle lui avait causé assez de soucis comme ça, il devait avoir des choses plus importes à s'occuper que de la mémoire de cette enfant. Les deux mains autour de la tasse de café, elle essayait de se réchauffer un peu avant de changer de sujet.

« Et vous, avez-vous pu vous reposer ? Pensez-vous pouvoir me raccompagner jusqu'à Zaphias ? Je comprendrais si cela vous embête à présent, je peux vraiment m'en sortir toute seule cette fois, c'est juste que ce serait plus pratique je vous l'avoue... » s'exclama-t-elle avant d'avaler une petite gorgée de café encore très chaud.

A compte goutte, Cérya le dégustait, contrairement aux pauvres croissants qui ont à peine vu le jour. Elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il fallait qu'elle fasse son rapport au plus vite pour ensuite se préoccuper de ses visions. Elle avait pas mal d'éléments en main, il manquait encore des détails, tel que la ville où l'attaque a eu lieu -même si ça ne semblait pas être une ville sous le joug de l'Empire- et le couple d'alchimiste. Ce qu'elle se demandait aussi, c'était pourquoi personne n'a été capable de lui dire ce qui s'est passé ; on l'a bien retrouvée plus ou moins vivante mais rien ne semblait être connu des habitants... Curieuse histoire tout cela...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 36
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: En heures sup'   Ven 4 Mai 2012 - 12:21

PNJ Criath Oloth
Si le krityen avait cru que la jeune femme serait épuisée, il se trompait. Elle semblait animée d'une énergie nouvelle et d'une volonté à toute épreuve, et il avait un peu de mal à la suivre sur le coup. Dans un premier temps, elle demanda deux viennoiseries alors qu'il s'apprêtait à lui en donner une. Tant pis, il emporterait l'autre avec lui, il la donnerait à Horus! Il serait content.

Ensuite, elle parla de son passé et de souvenirs revenus à la surface, tout en prenant un copieux petit déjeuner et une fois de plus, Criath eut le sentiment de ne pas avoir tout suivi. Levant une main comme pour l'obliger à s'interrompre, il ferma les yeux quelques secondes pour réfléchir


«Une chose à la fois, je vous prie. Si je comprends bien, au lieu de vous reposer, vous avez demandé au Seigneur Peebles de vous aider à retrouver vos souvenirs, c'est bien ça?» de toute évidence, oui. D'un autre côté, de ce qu'il savait, c'était la spécialité du krityen, la psychologie tout ça. Il ne s'y connaissait pas vraiment là dedans, mais apparemment, il avait tout de même été d'une certaine aide pour la jeune femme. Hochant juste de la tête, il afficha un léger sourire en coin «Et bien c'est une bonne nouvelle. J'avoue ne pas y connaître grand chose, mais en général, lorsque le Seigneur Peebles a des patients dont il doit traiter l'esprit, il a besoin de plusieurs séances. Je l'ai entendu dire une fois que l'esprit était bien plus difficile à soigner que le corps.»

Mais une fois de plus, il n'y connaissait rien. Il ne se fiait qu'à des «on dit» après tout. Portant une nouvelle fois sa tasse à ses lèvres, elle lui demanda alors s'il avait bien dormi et s'il comptait toujours la raccompagner à Zaphias, il eut un léger rire moqueur avant de lever les yeux vers elle

«Oui, j'ai bien dormi. Je n'ai pas besoin de beaucoup d'heures de sommeil pour être en forme. Cependant, j'aurais préféré que vous en fassiez autant, mais ne vous inquiétez pas, je vais vous ramener comme convenu. Je ferais un bien piètre allié de l'Empire si je n'aidais pas l'un de ses soldats quand j'en ai l'occasion!»

Il prit le dernier croissant et le mit dans une serviette en papier avant de le glisser dans sa poche «Pour Horus, c'est un peu gras, mais il appréciera!»

Elle semblait un peu perdue dans ses pensées, mais elle avait fini de manger. Aussi il fouilla dans ses affaires à la recherche de quelques galds et les jeta sur la table avant de se lever

«Allons y. Je pense que vous êtes impatiente de faire votre rapport à vos supérieurs.»

Il fit un mouvement de tête afin qu'elle le suive, puis il se dirigea vers la sortie et enfin vers l'entrée de la ville. Il salua une nouvelle fois les gardes avant de s'éloigner encore un peu et siffler. Au bout de plusieurs minutes, l'aigle ocre atterrit en soulevant une bonne dose d'herbe et de poussière, Criath s'en approcha et lui caressa le bec jusqu'à ce que le rapace se penche pour renifler quelque chose dans sa poche

«T'as vraiment le nez fin toi!» il sortit le croissant de sa poche, le déballa et le tendit à son compagnon qui l'avala d'un seul coup, levant la tête pour bien le faire passer dans son gosier «Pas la peine de te dire de le savourer je suppose!» ajouta t'il d'un air amusé. L'oiseau recroquevilla ses pattes sous son corps pour permettre au duo de s'installer sur son dos, Criath tendit la main pour inviter Cérya à grimper devant lui, puis une fois solidement assis, Horus déploya ses ailes et décolla en direction de Zaphias.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: En heures sup'   

Revenir en haut Aller en bas
 

En heures sup'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [En cours] Exécuter un script php par webcron aléatoirement toutes les demi-heures
» Dans 24 heures, l'Australie pourrait sauver un million de kilomètres carrés d'océan
» Heures d'ouverture...
» 24 heures du Mans
» Le jeu des 2 heures
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Eloher Winderebeth-