AccueilS'enregistrerConnexion

      Partagez | 
 

 Encore une chambre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Encore une chambre...   Lun 28 Mar 2011 - 19:06

PNJ Magdalénia Windwaker

Quelque part dans ce monde, un groupe de voyageurs se préparait à partir sur ordre des trois clans réunis afin de constater une distorsion d'aer au Sud de Nordopolica. La nuit venait de tomber sur la capitale impériale, les membres engagés pour l'expédition étaient déjà partis pour passer la nuit sur Nordopolica afin d'être au petit matin sur les îles qui abritaient l'aer krene.

Lorsque l'on avait vu les personnes assignées à cette mission, il y eut des surprises, ni Schwann Oltorain, ni Taimu Shido ne faisaient parti de l'expédition. Si on ignore encore les raisons pour lesquelles l'espion impérial avait choisi de ne pas se rendre sur place, les couloirs murmuraient que le Capitaine de la 11ème brigade était encore alité dans un profond coma et que rien ni personne ne semblait parvenir à le réveiller, ni Lina Dovearman son premier lieutenant, ni le guérisseur Wrath Peebles qui ne cessait pourtant de convaincre la jeune krityenne qu'il y avait une amélioration.

Une ombre se dessinait dans les rues, aussi fine et vive qu'un félin, la tête soigneusement couverte d'une capuche pour que ses cheveux blancs ne la trahissent pas sous les reflets de la lune, la krityenne filait vers la destination qu'elle s'était fixée. Même si les patrouilleurs avaient été dissous par la mort du Patriarche Windwaker et de la majorité du clan, elle continuait de faire ce pourquoi elle était née: punir le mal et l'éradiquer de ce monde. Malgré tout, il n'y avait plus personne pour lui donner d'ordres à présent, elle était le seul maître de son destin même si elle comptait bien ne pas s'éloigner du sentier que son honneur et sa foi lui avaient tracé.

Mais pour l'instant, elle avait délaissé sa mission pour s'en offrir une autre: comprendre.

Car le doute avait envahi son esprit, comment un homme de la trempe de Schwann Oltorain, un homme à qui elle avait elle-même enseigné la volonté de fer, avait-il pu se retrouver dans le coma? Pourtant, il avait été dit qu'il avait survécu à l'attaques des mentaïs à Zopheir, par conséquent, ce n'était pas l'homme qui avait mis Eldwin lui-même en déroute qui avait provoqué sa défaite, et selon elle, les mentaïs étaient les seuls êtres vraiment forts de ce monde, eux qui avaient décimé son clan, eux qui avaient vaincu son patriarche. Hors, ses informations lui avaient appris qu'il en était revenu, en mauvais état, certes, mais revenu... alors comment avait-il pu succomber à autre chose par la suite?

C'était impossible.

Elle finit par trouver la chambre de l'impérial, grimpant sournoisement sur le petit balcon avant de plaquer sa main sur le mur et murmurer quelques paroles krityennes, chargées d'un sort qui avait pour but d'endormir tout le monde dans la pièce. Quelques minutes plus tard, elle ouvrit la baie vitrée et sourit en voyant une krityenne aux cheveux bleus endormie sur le bureau et un chien borgne sur le ventre de l'impérial inconscient.

Dégainant les cordes qu'elle avait prévu pour l'occasion, elle ligota Lina et Rock et les déposa sur le balcon après les avoir recouverts d'une cape et referma la baie vitrée derrière elle. Son regard, un brin sadique se posa alors sur le capitaine, elle s'avança en dégainant une dague avant de grimper sur le lit, là où le chien se trouvait quelques minutes plus tôt, une jambe de part et d'autres de ses hanches, elle se pencha et mit l'arme sous le cou de l'impérial, le fixant d'un air mauvais


«Fini de dormir... capitaine Oltorain... vous êtes plus fort que ça! »
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 8:04

Pas un seul bruit, pas un seul geste. C'est à peine si le corps du chevalier laissait apparaitre le moindre signe de vie, sa cage thoracique se soulevant légèrement à une allure extrêmement lente et tellement peu que l'on pouvait presque penser qu'il s'agissait plutôt du corps de la Windwaker qui faisait ainsi bouger celui du brigadier. Cela faisait maintenant près de trois semaines qu'il était ainsi sans bouger, et même si sa volonté paraissait inébranlable d'après le guérisseur Krytien, son corps était visiblement en trop mauvais état pour qu'il puisse se réveiller. Du moins pas en apparence, car l'officier était tout simplement en excellente forme : comme il était torse nu, ses muscles étaient parfaitement mis en valeur sous les rayons lunaires, un jeu d'ombre faisant ressortir chaque parcelle de puissance de son organisme, et c'est dans ce genre de moment où l'impérial était parfaitement calme qu'il possédait physiquement des années et des années d'entrainement intensif. À bien le regarder, il y avait même de quoi rendre jaloux pas mal d'hommes, et si il avait été du genre à s'exhiber en public l'on aurait probablement entendu plus de rumeur quand à sa musculature digne des grands guerriers. Le problème était que Schwann était un homme de l'ombre, et même si sa notoriété n'était plus à faire depuis longtemps, il n'apparaissait presque jamais au grand jour, préférant rester tapis derrière la bannière de la justice qu'il avait juré de servir. Aussi tout ce qu'il se disait à son sujet était généralement ce qu'il acceptait de laisser entendre, sauf peut-être lorsque Lina parvenait à faire ses éloges, mais ce genre de discours étaient moins porteurs et très rapidement oubliés.

Pour le moment, Schwann était simplement vêtu d'un pantalon d'un noir plus profond que la nuit. Ce qu'il pouvait y avoir en dessous, seule Lina devait actuellement le savoir dans la mesure où c'était elle qui s'occupait de lui, aussi hormis le drap blanc qui recouvrait toute la partie inférieur de son corps il n'y avait rien d'autre que les muscles du guerrier qui pouvait le protéger. Entre les jambes de Magdalëniia se trouvait le bassin du chevalier, et en remontant un peu l'on pouvait voir les abdominaux du combattant, une cicatrice creusant la chair à cet endroit, et tout ce qui restait de cette marque était simplement des regrets : elle était celle que Calëtaura Windwaker avait laissé au bretteur lors de l'utilisation de son Arte Explosif, et même si personne ne le savait, l'officier regrettait réellement de ne pas avoir pût lui rendre son coup.
Un peu plus haut, sur le torse de l'homme, la cicatrice la plus profonde du chevalier était visible : celle que Travian lui avait fait il y a de cela des années, tellement profonde que même encore aujourd'hui elle ne semblait toujours pas vouloir se refermer. Cette marque là symbolisait la faiblesse du guerrier, la source de l'enseignement du maître d'armes, car même si Schwann était aujourd'hui bien plus fort et expérimenté qu'il ne l'avait été à l'époque où il avait reçu ce châtiment, il savait très bien qu'il était encore possible pour lui de tomber sur un adversaire possédant des capacités et techniques de combat plus efficaces que les siennes, et cette cicatrice était là pour le lui rappeler, qu'il ne l'oubli jamais.
Enfin, si son corps était parsemé d'autres petites blessures aussi minime soit-elle, l'on pouvait parfaitement en faire abstraction, car la dernière qui était la plus importante se trouvait être son œil droit, désormais dégagé depuis qu'il avait les cheveux courts, même si durant ce mois où il était alité ceux-ci avaient recommencés à pousser, et Lina ne savait pas si elle devait ou non les lui couper, aussi elle les avaient laissés tels qu'elle. Le front du soldat était d'ailleurs légèrement humide, la Krytienne qui était au petit soin avec lui avait du passée un peu d'eau à cet endroit avant l'intervention de la tête blanche, aussi quelques mèches étaient collées contre le front du combattant, une goutte d'eau ruisselant le long de sa tempe pour finir sa course sur l'oreiller.

À un moment, le corps de Schwann se souleva légèrement, presque un peu plus que d'habitude, et dans le silence de cette nuit étrangement calme il était facile de discerner le bruit des poumons du chevalier qui se remplissait, jusqu'à ce qu'un léger souffle s'échappe d'entre ses lèvres immobiles, comme si il s'apprêtait à dire quelque chose, à enfin daigner répondre à quelqu'un, comme si Magdalëniia était l'ultime clé qui pouvait le tirer de son sommeil sans rêve… !
Mais rien, les poumons du guerrier se vidait simplement, son buste retournant à sa position initiale alors qu'il était parfaitement immobile, de nouveau…
L'air semblait être un peu saturé d'énergie occulte cependant, mais il était difficile de définir si l'atmosphère était déjà ainsi avant l'arrivée de la Windwaker, que l'aura du bretteur avait simplement déteint sur cette chambre à force qu'il y reste allongé, ou bien si c'était effectivement la présence de l'ancienne patrouilleuse qui créait une telle réaction chez l'officier. Pourtant, son bras amputé n'était toujours pas apparut, le corps du capitaine restant parfaitement endormis, la lueur lunaire se chargeant de l'éclairer agréablement, comme si il allait effectivement se passer quelque chose cette nuit. Mais pour le moment, rien…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 9:17

PNJ Mag WW

Les yeux de la jeune femme étaient fixés sur le visage de l'impérial, un regard toujours noir, comme empli d'une haine sans nom envers l'homme sur lequel elle reposait. Aucun homme - humain qui plus est - ne s'était jamais permis de l'humilier tout en restant suffisamment longtemps en vie pour pouvoir le raconter à quiconque, et si elle était persuadée qu'il n'avait jamais parlé de l'humiliation qu'il lui avait fait subir à qui que ce soit, elle restait malgré tout dans l'amertume et le dégoût à l'idée qu'il soit toujours en vie.

C'était pourtant si simple. Sa lame s'appuya un peu plus sous le cou du capitaine sans pour autant faire couler le sang. Elle était désormais immunisée au miasme pour avoir pris des doses généreuses d'antidote, et c'est probablement pour cela qu'elle se permettait d'être aussi proche. Elle pencha la tête sur le côté, réfléchissant au pourquoi du comment. Pourquoi lui avait-elle laissé la vie sauve? Certes, tuer ainsi sans raison un capitaine impérial aurait pu causer de sérieux problèmes au clan, que ce soit le sien ou celui, plus général, des krityens, mais dans ses souvenirs, cela n'avait jamais arrêté un Windwaker pour venger son honneur bafoué.

Ses yeux se posèrent un instant sur la cicatrice à son œil, elle fronça légèrement le nez à la vue de cet organe absent qui défigurait l'homme sans pour autant le rendre repoussant et du bout des doigts, elle décolla une mèche de cheveux humide qui l'empêchait de voir avec plus de précision la cicatrice. Autant profiter pour l'observer au-delà de ce qu'elle avait pu constater jusqu'à présent, ne disait-on pas qu'il valait mieux connaître son ennemi pour le vaincre au mieux? Certes... ce serait tellement plus simple de l'achever là, maintenant, tout de suite.

Elle recula un peu pour voir également les marques sur son torse. Même Eldwin Windwaker n'en avait pas autant, en revanche, il était possible que Jhérer Elmundïr puisse rivaliser avec l'impérial, quoi que l'on raconte que le colosse krityen, à l'instar de son homologue humain, a plutôt tendance à demander aux guérisseurs de les faire disparaître. Mine de rien, le frère de l'Ancien tient à son apparence physique et semble estimer que les cicatrices sont la preuve des erreurs et qu'elles doivent être dissimulées lorsque l'on dirige une armée.

Les doigts de la jeune femme examinèrent la plaie sur l'abdomen et un sourire presque sadique se dessina sur ses lèvres, car elle savait d'où elle venait. Le patriarche - qui n'était pas encore patriarche à l'époque où il lui avait infligé cette cuisante défaite - ne s'était pas fait prier pour raconter le combat qui avait si facilement tourné à son avantage à l'époque. Même s'il s'était bien gardé de mentionner s'être fait remonter les bretelles par la chef du clan peu après pour s'être ainsi attaqué ouvertement aux guildes et à l'Empire.

Elle haussa un sourcil intrigué lorsque Schwann soupira un peu plus profondément, est-ce que c'était parce qu'elle était légèrement appuyée sur son bas ventre qu'il éprouvait certaines difficultés à respirer? Peut être, avoir ainsi un poids sur l'estomac, même en étant inconscient, ne devait pas faciliter la traversée de l'air dans ses poumons. Elle posa sa main au beau milieu des abdominaux de l'impérial, ce sourire toujours sadique et relativement malsain sur les lèvres alors qu'elle se concentrait simplement pour entourer sa main de mana de lumière... savourant la légère chaleur produite sur la peau qu'elle brûlait sous l'élément inverse du capitaine, avant de retirer sa main et d'observer la légère trace rougeâtre qu'elle venait de laisser.

Levant les yeux vers lui, son regard se faisait presque amusé à l'idée de le torturer ainsi - gentiment, certes - sans qu'il ne puisse rien faire, ni même se rendre compte à quel point il était à sa merci. Elle bascula alors en avant, ses bras tendus reposant de part et d'autre de la tête de l'impérial, ses cheveux blancs avaient glissé de chaque côté de son cou et venaient chatouiller les épaules musclées du colosse alors qu'elle avait soulevé son bassin pour être bien au-dessus de lui et fixer son visage...

Il serait si facile de le tuer...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 20:12

La Krytienne étant désormais si proche du chevalier, elle ne devait avoir aucun mal à sentir son souffle caresser son visage, déplaçant légèrement les quelques mèches qui retombaient près de lui et titillant presque la peau du guerrier. N'importe qui serait arrivé à l'heure actuelle aurait probablement pensé qu'ils étaient en plein ébat et que Magdalëniia se voulait plus dominatrice que l'habituel loup solitaire qui détestait normalement se trouver dans une position d'infériorité, du moins dans d'autres circonstances, car même si peu de gens étaient au courant, le soldat se révélait déjà plus docile, plus apprivoisé dès qu'il s'agissait de relation, mais ça personne ne devait s'en douter ou même l'imaginer, et aujourd'hui les personnes qui avaient vu cette face du chevalier faisait plutôt profil bas, étaient simplement des inconnus parmis tant d'autres. Il y avait bien Ynia, mais celle-ci ne faisait plus vraiment parler d'elle ces temps-ci, retournant à l'état de simple femme Guildienne, et elle n'était peut-être même pas au courant que l'officier était dans cet état là, ou du moins elle avait probablement préférée ne pas faire irruption en ces lieux pour le vérifier. Il y avait aussi Juri qui était connue, et qui avait sans aucun doute était la femme qui avait le plus l'occasion de connaître l'autre facette du bretteur, mais aujourd'hui elle ne se souvenait de rien, aussi elle ne pourrait jamais témoigner d'une telle chose avant d'avoir recouvert la mémoire.
Et comme Schwann n'avait plus eu de relation depuis des lustres, il n'apparaissait plus aujourd'hui que comme un homme froid, une véritable bête né pour le combat. Certes il n'était pas non plus très ouvert à ce genre de chose, en particulier car il savait que bien des femmes ne seraient intéressées que par son statut et que d'autres le fuirait sans doute à cause du mal qui rongeait son corps, et à son âge il n'avait plus réellement envie d'une relation brêve dans l'unique but de « s'amuser », aussi il passait donc aux yeux de tous comme un soldat impitoyable vivant uniquement pour son métier.

Mais pour le moment il restait parfaitement immobile, et même la légère torture qui lui infligeait la Windwaker ne semblait pas pouvoir le réveiller. En même temps, si Lina n'y était pas parvenue après avoir frappée son corps mainte et mainte fois une fois qu'elle l'avait vue ainsi endormis, il y avait peu de chance que l'ancienne patrouilleuse y parvienne avec quelque chose d'aussi peu efficace. Et de toute manière rien ne semblait vraiment être utile de cette manière, le chevalier restant toujours aussi vide, qu'importe ce qu'il se passait autour. N'importe qui aurait pût mourir dans cette pièce et il ne ce serait probablement pas réveillé pour une telle chose. On pouvait fortement douter de sa détermination lorsque l'on voyait son état, mais pourtant si il était toujours en vie c'était qu'il luttait justement, car sinon le miasme l'aurait déjà emporté dans l'autre monde.

Un bruit retentit alors, brisant quelques instants le silence de plomb qui régnait au travers de la nuit, et l'on aurait presque pût croire que c'était enfin Schwann qui réagissait, mais en regardant en direction du balcon l'on pouvait simplement voir qu'il s'agissait de Lina qui dormait le plus paisiblement du monde malgré les entraves qu'elle avait autour d'elle, comme si cela ne la dérangeait pas et qu'elle y était habituée. Il était vrai que la Krytienne était un peu dérangée, mais cette fois l'on pouvait clairement dire que l'on atteignait des sommets, et elle c'était donc simplement retournée. Il ne faisait de toute manière aucun doute que le froid nocturne pouvait la déranger de toute manière, même si à l'heure actuelle on pouvait vraiment douter du fait qu'il y est simplement quelque chose qui puisse de toute manière la déranger. Au moins elle dormait paisiblement, et c'était assez rare ces temps-ci, les crises d'insomnie la prenant à répétition tellement elle était inquiète pour le bretteur, aussi il fallait donc croire que ce sommeil artificiel lui était bénéfique après tout, même si elle aurait probablement mal au dos au réveil. Enfin, vue sa carrure elle devait y être habituée…

L'officier ne bougeait donc toujours pas, restant là à attendre dieu-sait-quoi. La bouffée de chaleur qu'avait créée Magdalëniia avait toutefois fait transpirer un peu son corps, quelques gouttes de sueur apparaissant au niveau de ses temps et de son cou, puis légèrement au niveau de son torse, ce qui le faisait ressortir un peu plus sous les effets de la lune, accentuant ainsi encore plus les muscles du combattant. Au final, qu'il soit inconscient ou non, le bretteur restait toujours aussi impassible, même si cette fois-ci il paraissait nettement plus serein en comparaison de d'habitude, car même si il ne montrait jamais rien il était possible de déceler une pointe de dépit dans son regard, comme si son existence ne lui convenait pas. Il se dit parfois que c'est lorsque les gens sont endormis que l'on voit leur véritable nature, et l'expression du chevalier était des plus surprenantes dans la mesure où il ne semblait même pas préoccupé mais tout simplement d'un calme sans limite, comme si il allait visiblement bien. Pourtant, au vue du mal qui rongeait son corps l'on pouvait parfaitement douter de cet état, même si il ne laissait jamais transparaitre une quelconque douleur, mais c'était comme si ce mois de repos avait fait un bien fou au capitaine, qu'enfin il se remettait de ses combats, de ses blessures auxquels il ne laissait jamais le temps de guérir complétement, qu'elle devait se refermer d'elles même malgré l'effort et les champs de bataille. Mais il semblait vraisemblablement vouloir continuer de se reposer encore un peu, comme si son corps décidait cette fois-ci plus que l'esprit qu'il était temps de prendre des vacances, et que même si le brigadier aurait voulu se réveiller, il ne l'aurait jamais laissé faire. Pourtant, les temps n'étaient pas vraiment à ce genre de chose, mais il fallait croire que le corps du chevalier savait être assez capricieux par fois, peut-être car l'esprit ne l'était jamais. Alors il restait simplement là, respirant doucement.

Au travers de l'obscurité de la nuit, l'œil invalide du guerrier était à moitié visible à cause des jeux de lumière, aussi l'on pouvait presque croire que dans cette obscurité qui remplissait la cicatrice, Schwann fixait de cette vieille blessure la jeune femme qui était au-dessus de lui et si proche, comme si il attendait simplement de voir ce qu'elle avait réellement derrière la tête avant de se réveiller, car elle avait beau se montrer cruelle, ce n'était probablement que la façade que son clan l'avait forcée à arborer…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 21:00

PNJ Mag WW

La lame sous la gorge de l'impérial se mit à trembler légèrement alors que la krityenne commençait sérieusement à s'énerver. oui, il serait tellement plus simple de lui trancher la gorge, là, maintenant, tout de suite, mais où serait l'intérêt? Elle avait passé un temps fou à lui enseigner la volonté de fer, l'obligeant à se battre encore et encore et tout ça pour ça?

«Tsch»

Elle se redressa alors, prenant une position relativement avachie qui n'avait absolument rien de sensuel, posant ses mains sur l'abdomen de l'impérial avant de finalement croiser les bras sur sa poitrine avec une mine légèrement boudeuse... mais pourquoi il ne se réveillait pas bon sang?

Le tableau deviendrait presque amusant pour l'occasion, à la voir ainsi assise sur lui en train de réfléchir à ce qu'elle pouvait bien faire là, si elle devait simplement le tuer et partir ou chercher à le réveiller pour enfin savoir comment il avait fait pour en arriver là. La curiosité est un vilain défaut? Carrément, mais la Windwaker avait toujours eu l'habitude d'obtenir tout ce qu'elle voulait et là, quelque chose lui résistait et elle n'aimait pas ça, ça l'agaçait, pire, ça l'énervait franchement.

Fronçant les sourcils, elle se mit à tapoter du doigt sur son bras, puis elle haussa un sourcil amusé avant de frissonner de dégoût. Non cette technique ne marche qu'avec les krityens, et l'impérial a déjà eu l'audace de la souiller, elle ne va pas se rabaisser à jouer à ce petit jeu maintenant. Elle eut un frisson, qu'elle prit pour du dégoût évidemment, comment pouvait-il en être autrement? Et à cet instant son regard changea pour devenir suspicieux...

Et si c'était justement ce qu'il voulait? Peut être faisait-il seulement semblant de dormir afin qu'elle ne se rabaisse à... «ça»? Un nouveau frisson la parcourut et elle prit une profonde inspiration avant de finalement se redresser et de se pencher au-dessus de lui. Elle resta parfaitement immobile, comme en apnée, le fixant toujours pour voir s'il dormait vraiment ou s'il faisait semblant. Ses cheveux blancs avaient glissé et s'étaient déposés sur le cou de l'impérial alors qu'elle ne quittait pas son visage du regard.

Elle s'approcha un peu, sentant son souffle sur son visage et elle frissonna de nouveau, mais son visage exprimait tout de même le dégoût. Elle ferma les yeux et prit une profonde inspiration et colla simplement son nez contre le sien, elle était désormais en apnée et elle souffla doucement, laissant juste ses lèvres à quelques millimètres des siennes, avant d'avaler sa salive avec difficulté, comme si un goût de bile envahissait sa bouche...

Sa sensualité... s'il y avait quelque chose qui marchait sur les hommes, c'était ça...

Mais quelque chose lui disait qu'une fois de plus, ça ne marcherait pas... malgré tout, elle laissa sa langue glisser doucement sur les lèvres closes de l'impérial, frémissant à peine le contact se fit...

Elle était vraiment tarée
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 21:47

Il ne faisait nul doute que la situation dans laquelle se trouvait le chevalier aurait fait bien des jaloux, car même si la Krytienne était d'un caractère peu vivable son corps restait toutefois celui d'une femme réellement ravissante, bien qu'il était probablement impossible de la voir un jour faire preuve d'élégance, et bon nombre d'hommes avaient sans doute déjà fantasmé à l'idée de pouvoir passer ne serait-ce qu'une nuit avec la Windwaker, même si cela devait être la dernière, car il y avait peu de chance pour qu'elle soit du genre à laisser la vie sauve à un homme qui profiterait de son corps et qu'elle ne jugerait pas digne. L'on aurait tout aussi bien pût parler de sentiment, mais il s'agissait là d'une chose qu'elle s'efforçait de ne pas avoir et qu'elle n'avouerait sans doute jamais ressentir à l'égard d'un individu, ou du moins pas en bien. Schwann savait toutefois qu'elle était sans doute plus émotive qu'elle ne le laissait paraitre, et peut-être l'était-elle même plus que bien des personnes, mais que le clan auquel elle avait appartenue m'empêchait tout bonnement de pouvoir montrer quoi que ce soit, même si l'officier en avait déjà vu assez pour être certain que les lois qu'elle respectait ne lui convenait pas, mais qu'elle s'y tenait probablement car elle craignait de mourir si elle désertait simplement ses origines. L'impérial avait bien vu lorsqu'il avait passé plusieurs jours avec elle qu'elle aimait par moment s'isoler, et il était certain que la pression retombait à ces instants là, même si il ne l'avait pas vérifié par respect pour elle. Elle n'était peut-être juste pas prête à se confier à qui que ce soit, aussi il était prêt à attendre. Ou du moins il l'était, avant de sombrer dans le coma…

Il y avait toutefois un point sur lequel le chevalier n'attendrait pas : qu'elle tienne tête à Eldwin Windwaker. Il était probable le dernier obstacle qui empêchait clairement la demoiselle de couper les ponts avec l'ancien clan des têtes blanches, et l'officier savait qu'elle n'oserait jamais lui désobéir sans quoi ce serait la mort. C'était d'ailleurs probablement à cause de cet homme qu'il n'avait plus eu de nouvelles d'elle pendant un moment, ce Krytien conservateur ayant du donné mission sur mission à Magdalëniia car il devait considérer que même si il ne restait qu'une seule et unique tête blanche, il fallait qu'elle continue d'oeuvrer comme si rien était jamais arrivé, selon leur loi. Aussi elle avait donc du être surmenée, et pendant un temps il avait même cru qu'elle était morte durant l'attaque des Mentaïs sur Myorzo. Aussi, lorsque le bretteur avait apprit qu'elle était en vie, il avait juré de la délivrer des griffes de cet homme que beaucoup qualifiait comme invincible, mais Schwann lui savait que cette simple désignation prouvait sa faiblesse, que cet homme n'était donc même pas capable d'accepter ses propres défauts, et qui donc ne devait pas se considérer comme mortel, alors l'impérial l'affronterait pour délivrer la princesse des griffes du grand méchant, ce qui l'abaissait une fois de plus au rôle du preux chevalier. De plus, il avait un compte à régler avec ce Eldwin : il avait entendu que certains de ses collègues avaient eut des problèmes à Capua à cause de lui, aussi même si Schwann ne voulait plus jamais œuvrer pour la vengeance, elle serait cette fois-ci une raison annexe de se battre.

Mais cela n'arriverait probablement que lorsque le capitaine serait de nouveau sur pied, et pour le moment il ne voulait toujours pas bouger. Sa cage thoracique se soulevait toutefois, ce qui le rapprochait un peu plus des lèvres de la belle, ce qui aurait presque pût lui faire penser qu'il lui rendait simplement son geste, mais il n'en était rien, et Schwann restait donc toujours aussi endormis. Puis de toute manière, si il c'était réveillé, il n'aurait probablement pas apprécié de voir un tel visage dégouté comme premier regard, qui au passage serait assez incompréhensible dans la mesure où si cela la dégoutait réellement elle ne serait même pas venue le voir et n'aurait jamais effectuée un tel geste, preuve évidente qu'il s'agissait encore une fois de la façade Windwaker. D'un point de vue extérieur, n'importe qui aurait pût penser qu'elle était simplement comme une gamine boudeuse de ne pas réussir à réveiller son camarade de jeu pour retourner au bac à sable ou à la balançoire, même si il y avait plus de chance qu'ils soient tous les deux du genre à expérimenter le jeu des grandes personnes.

Au final, le brigadier donnait encore et toujours du fil à retordre à la demoiselle, comme si le destin voulait qu'il reste un mystère assez grand pour elle et qu'elle continue encore et encore de s'y intéresser pendant que lui s'amuserait à la faire tourner en bourrique. Et si il avait été conscient, Schwann aurait probablement rit de la situation, après en avoir profité bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 22:42

PNJ Mag WW

Finalement elle s'était brutalement redressée et s'était levée. Pestant contre ce chevalier qui semblait faire tout ce qui était en son pouvoir pour la mettre hors d'elle. Elle commença à faire les cent pas dans la chambre, croisant de nouveau les bras sur sa poitrine avant de se pincer l'arête du nez pour réfléchir. Elle n'avait pas beaucoup de temps, Eldwin finirait par découvrir où elle se trouvait et viendrait probablement dévaster cette chambre. Cette pensée la fit sourire, au moins le problème serait réglé.

Finalement, elle posa sa main sur la poignée de la baie vitrée, se préparant à sortir pour renoncer. Problème, elle n'avait pas le droit de renoncer! Elle s'était laissée piéger elle-même par sa propre volonté et sa main resta bloquée sur la poignée.


«Raah!»

Elle renonça et se précipita cette fois-ci pour sauter souplement sur l'impérial, reprenant sa position initiale dans une fureur sans nom, la seule chose qu'elle voulait, c'était le tuer, là, maintenant, tout de suite, mais pour ça, il fallait qu'il se réveille! Elle lui lança une gifle magistrale avant de prendre son visage dans ses mains et de coller son front contre le sien et fermant les yeux

«Bordel! Tu vas te réveiller oui? Tu peux pas crever dans ton sommeil! »

Elle resta quelques secondes ainsi, sans bouger, sentant son odeur, agrippant ses cheveux aussi noirs que les siens étaient blancs, ses doigts semblèrent s'y emmêler alors qu'elle serrait les poings pour camoufler sa colère et sa frustration... quel abruti! Elle se mit à trembler de rage, prenant une profonde inspiration et se prenant son souffle en plein dans le nez, elle crut faire une attaque et ouvrit brusquement les yeux en se retrouvant soudain en apnée. Elle cligna des yeux plusieurs fois avant de finalement prendre une nouvelle inspiration profonde, et de poser de nouveau son front contre le sien. Si Eldwin la trouvait à cet instant, il la tuerait... et il pouvait finalement débarquer à tout moment... quitte à mourir...

Ses doigts lâchèrent leur étreinte et elle saisit la mâchoire de l'impérial pour poser enfin ses lèvres contre les siennes en un baiser furtif avant de reculer brusquement. Elle se redressa de nouveau au-dessus de lui et ferma les yeux en respirant bruyamment, comme si elle venait de piquer un sprint. Elle était de nouveau parcourue de frissons alors qu'elle se souvenait du baiser qu'il lui avait volé autrefois. Son cœur battait à toute vitesse dans sa poitrine, partagée entre la colère, la frustration et... autre chose mais elle ne savait pas quoi. Elle se pencha de nouveau en avant et plongea son regard au niveau du visage de l'impérial, et elle se pinça les lèvres et ferma les yeux avant de se pencher à nouveau et de l'embrasser à nouveau, attrapant la lèvre inférieure de l'impérial de ses dents, mordant légèrement la chair comme il l'avait fait autrefois sans pour autant aller jusqu'au sang... un bruit sourd résonna au fond de sa gorge, difficile de savoir s'il s'agissait d'une plainte ou d'autre chose... mais les battements de son cœur pouvaient être clairement perceptibles maintenant que sa poitrine reposait sur le torse du chevalier
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mar 29 Mar 2011 - 23:35

Le chevalier avait beau être dans le coma, son corps continuait encore de le faire respirer, l'oxygène affluant dans ses poumons ce qui les faisaient se gonfler d'un air naturellement assez frais. Mais étrangement, cette fois-ci les lèvres du guerrier laissaient passer une légère chaleur qualifiable d'enivrante, mais son corps ne semblait toutefois pas réagir différemment de d'habitude, restant parfaitement immobile comme après toutes les interventions qu'il y avait eu jusque là, qu'elles soient douces ou brutales, que ce soient celles d'un collègue ou d'un ami, qu'elles soient sincères ou non… Rien ne semblait marcher en définitif, le corps du capitaine restant parfaitement endormis, et visiblement les rôles ne pouvaient pas s'inverser : si le prince charmant pouvait réveiller la belle d'un baisé, la princesse ne pouvait vraisemblablement pas sortir de son sommeil le chevalier servant…

Après trois semaines en étant inconscient, Schwann aurait très bien pût dire qu'il aurait aimé pouvoir respirer de nouveau l'air frais qui enivrait ce monde, mais comme première inspiration, le souffle d'une jeune femme était probablement quelque chose de bien plus envoutant, et lentement, sans même qu'elle ne puisse le remarquer tellement il était immobile, l'officier ouvrit enfin les yeux. La lueur lunaire ne l'agressait même pas tellement le spectacle étant étonnant, et la première chose sur laquelle s'attarda le guerrier était les cils blancs qui entouraient les paupières fermaient en face de lui. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre, sauf que si n'importe qui aurait préféré profiter de l'instant, lui se sentait presque agressé, aussi il laissa rapidement son unique main glisser sous son oreiller pour attraper le couteau qui s'y trouvait habituellement, ramenant ensuite le filet de la lame et les dents derrière la nuque de Magdalëniia, prêt à l'égorger au moindre geste un peu brusque. Mais il n'exerçait cependant aucune pression, et en parlant de pression il pouvait justement ressentir une douleur au niveau de ses abdominaux, le ventre de la jeune femme étant appuyé contre le sien, cela lui brulait légèrement. Sauf qu'un peu plus haut, au niveau de son torse, il pouvait ressentir quelque chose de doux et de confortable, ce qui contrastait agréablement la première sensation. Au final, il laissa les lèvres de la demoiselle se reculer un peu et après quelques secondes où il s'assurant qu'il s'agissait bien là de l'ange déchu qui avait tendance à lui montrer qu'elle le haïssait, il murmura doucement, brisant le silence qu'il avait instauré dans cette pièce depuis trois semaines.

- Continue… Son ton se voulait presque suppliant, et jamais elle n'avait du voir le chevalier être aussi… sincère, et humain. Il voulait être sur qu'il ne rêvait pas, qu'il avait de nouveau les yeux ouverts, et même si il ne comprenait pas encore grand chose de la situation, il n'avait pas envie de revenir tout de suite à la réalité, mais simplement de s'assurer que ce rêve, lui, était bien du vécu…

Mais d'une certaine manière, l'officier était assez faible physiquement, même si cela ne se voyait pas et qu'il mettait tout en oeuvre pour ne pas que son unique bras se mette à trembler. Son regard était faible, et l'on pouvait voir quelques vaisseaux sanguins injectés d'un sang noir au travers de son unique globe oculaire, preuve qu'à peine réveillait, le miasme l'agressait déjà, comme pour rattraper le temps perdu avec le repos qu'il c'était accordé. Les fonctions vitales du brigadier lui faisait mal, et chaque sensation qu'il redécouvrait en était presque douloureuse, et si les battements de son cœur noir voulait lui arracher un grognement, ressentir ceux de la Krytienne aux cheveux blanc l'apaisait assez pour qu'au travers de son unique prunelle normalement inexpressive apparaisse une lueur de vie…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 7:46

PNJ Mag WW

L'esprit de la krityenne était totalement embrouillé. D'une part, elle se haïssait d'être ainsi, les Windwaker, la volonté de fer, la gloire et l'honneur du clan au-delà de tout ce qu'ils avaient le droit de sentir ou ressentir. D'autre part elle se laissait aller à une pulsion qui sortait d'absolument nulle part et pour une fois elle se laissait guider, sa langue glisser délicatement entre les lèvres de l'impérial pour lui chatouiller le palais. L'odeur ténébreuse lui apporta un frisson, gardant les yeux résolument fermés, elle s'était légèrement déconnecté de la réalité tant les images défilaient dans sa tête à toute vitesse en lui donnant un tournis phénoménal... ce qui explique probablement qu'elle n'ait pas senti le bras du chevalier se diriger vers le coussin pour placer une arme sur sa nuque.

Mais lorsqu'elle voulut reprendre une profonde inspiration, un léger filet de salive unissant toujours ses lèvres à celles du chevalier, elle sentit la pression sur derrière sa tête, et surtout, la voix légèrement rauque de l'impérial résonna dans ses oreilles alors qu'elle fronçait les sourcils et donna un violent coup sur le côté pour retirer le bras qui la contournait avec facilité... la faiblesse actuelle du chevalier lui apparut et elle se releva pour se retrouver debout au-dessus de lui, tenant son poignet d'une main avant de se saisir de la dague de l'autre et la pointer vers lui. Elle se laissa alors retomber à genoux, maintenant toujours son bras d'une main, déposant la lame sur son cou de l'autre, le fixant d'un air particulièrement furieux


«Enfoiré! Avoue que tu as fait exprès! AVOUE!»

Elle était tout simplement folle de rage, et s'il n'était pas totalement à sa merci à l'instant présent, elle lui aurait probablement tranché la gorge là, sans même lui laisser le temps de répondre. Mais maintenant qu'il était réveillé, ses lèvres brûlaient de toutes les questions qu'elle avait à lui poser - du moins elle estimait que c'était la seule raison pour laquelle il était encore en vie. Son cœur battait à toute vitesse dans sa poitrine, mêlant la peur d'avoir failli se faire tuer pour une connerie phénoménale, la colère de s'être ainsi laissé piéger et probablement autre chose mais là par contre, fallait même pas compter qu'elle cherche à savoir s'il y avait autre chose! Elle tremblait de partout, et pourtant elle ne rompait pas le contact, que ce soit celui de sa peau contre la sienne en se plaquant toujours contre lui, ou de son regard plongé dans l'unique œil encore vivace du chevalier

«Tu n'as jamais été dans le coma, avoue! En fait, tu es comme tous les autres! Un flemmard qui voulait se la couler douce quelques semaines en se faisant passer pour mourant! Rester là à dormir tranquillement pendant que le monde se bat à l'extérieur!»

Au fond d'elle, elle savait que c'était faux, que le chevalier aurait probablement préféré combattre tout en étant dans le coma plutôt que de rester allongé ainsi pendant des semaines, mais la provocation, c'était tout ce qu'elle avait à cet instant, le temps qu'elle remette de l'ordre dans ses idées et qu'elle reprenne ses esprits car là pour l'instant, elle était un peu gagnée par la panique, mais elle n'avait pas le droit de le montrer, c'était une preuve de faiblesse. Son visage était à nouveau tout près de celui de l'impérial, elle pouvait sentir encore son souffle contre ses lèvres ce qui lui fit battre des cils à plusieurs reprises, mais elle ne démordait pas et continuait de le fixer d'un œil noir... ses cheveux blancs basculant de nouveau de part et d'autre de son cou pour glisser sur le torse musclé du chevalier, encadrant son visage d'un rideau de lait.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 9:26

L'officier soupira doucement, refermant son unique œil alors qu'elle semblait être en colère, comme si il cherchait à se rendormir car ce spectacle n'était pas celui qu'il voulait voir en se réveillant, que si c'était pour se faire hurler dessus d'une manière aussi désagréable, il valait peut-être mieux rester dans le coma. Il passa toutefois sa langue sur ses lèvres, comme si il savourait le goût de la Krytienne avant de pouvoir répondre, que celui lui prouvait que ce n'était pas un rêve mais bien la réalité, et donc qu'au moins ceci c'était bien produit. Il rouvrit alors sa paupière et plongea son regard dans celui de la belle tête blanche, lui souriant faiblement.
- Si il faut que je dise une telle ânerie pour que tu continue, alors pourquoi pas… Il fallait croire que le bretteur n'avait pas perdu la sale habitude de taquiner la demoiselle, comme si il cherchait toujours à la faire se dévergonder, bien qu'il recevait généralement des coups. Sérieusement, pourquoi tu t'énerves alors que tu aurais pût me tuer ? Toi, avoue que tu aimes ça aussi, il n'y a personne alors tu peux bien te laisser aller.
Il c'était voulu plus sérieux, et il ramena sa main sur celles de la Windwaker, rapprochant celle-ci de sa gorge comme pour l'inciter à le tuer si elle le voulait vraiment, mais il savait que c'était encore la façade de son clan, sinon elle ne se montrait pas dans un tel état et ferai preuve de la grande volonté de fer des têtes blanches. Sérieusement, quelle connerie d'être aussi conservateur…

Soupirant de nouveau légèrement, il laissa toutefois sa main glisser le long du bras de la Krytienne jusqu'à ce qu'il arrive au niveau de son épaule, laissant alors le bout de ses doigts tremblant atteindre la hanche de la jeune femme, comme si il voulait réellement la rapprocher un peu de lui malgré qu'elle le tenait à la gorge. Mais il s'en fichait dans la mesure où il ne voulait à l'heure actuelle qu'une seule et unique chose.

- Je ne sais même pas quel jour on est, qu'elle heure il est. Il se redressa légèrement, comme si il cherchait à se rapprocher de lui même de ses lèvres, le filet de la lame effleurant sa peau en la râpant. Je me pose un tas de question, comme par exemple l'avancement du miasme dans mon corps, si c'est normal que je ne ressente pas mes jambes, la raison de ta présence ici, si t'es seins n'ont pas un peu grossis, mais surtout si tu vas bien accepter de reprendre là où tu en étais…
Le bretteur souffla doucement, s'attendant déjà à se prendre un coup, aussi il contracta ses muscles pour encaisser. Elle ne répondrait probablement pas, mais il espérait juste pouvoir la faire rougir, ou céder à la tentation…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 13:05

PNJ Mag WW

Non mais pour qui il se prenait celui-là? À peine réveillé que déjà il la narguait et se permettait des réflexions douteuses sur sa présence ici? Et il allait même jusqu'à avoir l'audace de penser qu'elle avait aimé le... toucher? Elle fronça légèrement le nez en reculant pour le toiser de toute sa hauteur, sans pour autant quitter sa position qui devenait désormais indécente maintenant qu'il était réveillé.

«Je n'avoue rien du tout! Et je n'ai pas à me laisser aller à quoi que ce soit! Pour qui est-ce que tu te prends?»

Elle s'était de nouveau penchée pour le regarder d'un air mauvais, scrutant son unique pupille comme pour chercher le mensonge ou autre insanité qui justifierait ce faux coma. Il était facile de dire qu'il ignorait quel jour on était, en revanche, elle écarquilla les yeux lorsqu'il mentionna sa poitrine et voulut se redresser pour lui mettre un coup de poing en plein visage lorsqu'elle sentit sa main serrant sa hanche pour la maintenir contre lui

«Lâche moi sale pervers! Recommencer quoi? Je voulais juste prouver que tu faisais semblant! Je savais que tu ne pourrais pas résister!»

Elle se pinça les lèvres et dut lâcher la dague pour prendre appui sur le matelas et se redresser enfin malgré la pression exercée sur son dos. Même si le chevalier était en état de faiblesse, il était tout de même plus fort qu'elle et la jeune femme avait du user de l'appui de ses deux bras pour se redresser et le regarder à nouveau de haut. Qu'est-ce qu'elle faisait là? Bonne question, elle cherchait surtout à savoir comment un homme tel que lui avait pu se retrouver dans le coma sans raison apparente, comment un guerrier qu'elle avait entraîné elle-même, avait pu succombé à une quelconque blessure? Prétentieuse? Elle? Évidemment!

Son cœur semblait avoir la furieuse envie de sortir de sa poitrine et fuir loin, très loin de cet endroit, elle tremblait de rage de s'être ainsi laissé piéger à son jeu, elle voulait le frapper encore et encore de ses poings, de ses coudes, de ses dents... le rose teinta ses joues à cette dernière pensée... ses dents? Qu'est-ce que ses dents venaient foutre là? Elle fronça encore les sourcils dans une mine légèrement boudeuse avant de croiser les bras sur sa poitrine, lui donnant encore plus l'air d'une enfant gâtée à qui l'on est en train de refuser une sucrerie


«D'après ce que je sais, ça fait environs trois semaines que t'es là comme une larve! Fallait bien que je sache comment un mec comme toi a pu tomber comme ça non? On sait déjà que les mentais sont de redoutables ennemis, mais pour que tu tombes aussi contre un autre adversaire, il fallait que je sache contre qui tu avais perdu! Je ne suis là que pour une raison stratégique! Rien de plus! Ne va pas t'imaginer n'importe quoi!»

Elle avait alors tourné la tête sur le côté, fermant les yeux pendant qu'elle réfléchissait, ne se rendant pas compte qu'elle devait peut être changer de position dans la mesure où le chevalier était désormais bien réveillé et qu'il avait une vue plongeante sur ses formes - et non sa poitrine n'avait pas grossi. Telle une gamine boudeuse, elle refusait de bouger, comme si elle attendait qu'il réponde à sa question, qui était au final: que lui était-il arrivé?
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 18:32

Un nouveau souffle sortit d'entre les lèvres du bretteur. Elle n'avait pas nécessairement besoin de hurler pour lui parler, surtout si elle cherchait à se faire discrète, et le guerrier leva alors sa main devant le visage de la demoiselle, déposant un doigt sur ses deux lèvres qui semblaient presque prête à s'ouvrir pour dévorer la fine couche de chair de son doigt. En même temps, l'officier en profitait pour constater qu'elles étaient vraiment très douces, bien plus que son caractère, et d'une certaine manière il trouvait ça dommage, car la volonté de fer et ce clan stupide leur intimait visiblement qu'ils n'avaient pas le droit de faire preuve de délicatesse, qu'ils devaient toujours se montrer froid et impitoyable, mais pourtant cela ne les empêchaient pas de s'énerver, et pourtant, contrairement aux apparences, la colère était bien plus capable de mener les troupes à la perte que le calme, mais vraisemblablement certains Krytiens étaient trop idiots pour se rendre compte de ça, en particulier les têtes blanches qui avaient un peu trop tendance à penser avec leurs armes qu'avec leur crâne. Le problème de Magdalëniia était donc son éducation qui aujourd'hui n'avait plus vraiment lieu d'être dans la mesure où les Windwaker n'étaient plus qu'un souvenir. D'accord elle ne devait pas non plus renier ses origines, mais vivre au travers de ce fantôme ne lui apporterait plus rien désormais, si ce n'est qu'une vie de privation où elle devrait simplement obéir à Eldwin, et peut-être même que ce conservateur voudrait faire d'elle son épouse dans le but d'essayer de recréer le clan, même si cela devait prendre des centaines d'années. Vraiment… quel crétin.
- Tu devrais parler moins fort. Dit-il en murmurant, il y avait régulièrement des gardes qui déambulaient dans les couloirs la nuit. Ce serait idiot que nous ayons à nous séparer alors que je viens à peine de me réveiller.
Et encore un peu de provocation… Schwann souriait légèrement d'un air un peu taquin, mais néanmoins ce qu'il disait été vrai : si elle voulait effectivement qu'il puisse lui répondre il allait falloir qu'elle fasse preuve d'un peu plus de discrétion, sinon autant se lever tout de suite, ouvrir la porte et hurler qu'il y avait un intru, ce serait tout aussi rapide et efficace.

Alors pour le moment le capitaine retirait sa main des lèvres de la Krytienne, sans rien tenter cette fois-ci, ce qui devait pouvoir surprendre la demoiselle dans la mesure où il avait la sale habitude de jouer avec elle. Mais son regard se faisait très sérieux, trop pour quelqu'un qui se réveillait juste de trois semaines d'absences, mais ce n'était d'un côté pas si surprenant dans la mesure où il s'agissait probablement de l'un des hommes les plus froid de tout Terca Lumireis.

- J'ai perdu contre moi-même. Déclara t-il alors d'une manière assez soudaine, sans parler que la phrase en elle même était assez étrange et méritez explication qu'il ne tarda d'ailleurs pas à donner. Tu n'es pas sans savoir que j'ai le miasme en moi, et c'est probablement ce qui a affaiblit mon corps.
Lentement, le bretteur avait laissé son regard disparaître en direction de l'obscurité de la nuit, l'étincelle qu'il avait tout à l'heure au centre de sa pupille ayant disparue pour laisser placer aux reflets lointains des astres lumineux qui parsemaient le ciel dégagé. Il était assez difficile de savoir à quoi pensez le guerrier dans la mesure où il parlait généralement très peu et donc qu'il était compliqué à cerner, mais en le connaissant un peu l'on pouvait deviner avec aisance qu'il réfléchissait à sa situation, et pourtant il ne s'en plaignait jamais. Il ne devait lui rester que quelques années à vivre dans le meilleur des cas, et pourtant il restait parfaitement calme sans jamais rien montrer, comme si il avait déjà accepter son sort depuis des années, peut-être car il n'avait pas le choix aussi. N'importe qui aurait probablement vu ses nerfs lâcher, mais lui non, et il reportait déjà son attention sur la Krytienne, ne s'attardant pas sur le sujet dans la mesure où il ne savait pas vraiment si elle s'en souciait de toute manière.
- Sérieusement Magdalëniia… Souffla t-il un peu faiblement, sa paupière se refermant de moitié alors qu'il prenait déjà un air plus doux. Pourquoi tu m'as embrassé ? Tu sais bien que si je me suis réveillé c'est uniquement grâce au hasard, alors il doit bien y avoir quelque chose derrière ce geste. Si l'on aurait pût penser qu'il cherchait encore à la taquiner, le timbre de sa voix et son expression sur le visage montrait clairement que cette fois-ci il était très sérieux dans ses mots. Si tu veux recommencer, pourquoi tu te prives ? Je peux même fermer les yeux si tu as honte, bien qu'il n'y aurait pas de quoi.
Et comme pour prouver qu'il disait vrai il le fit, son souffle restant la seule chose d'audible au travers du silence qui s'installait. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle le fasse de toute manière, elle était probablement trop lâche pour le moment, et avouer ce qu'elle pouvait vouloir était donc inconcevable, mais la réaction pouvait une nouvelle fois être intéressante, aussi il se contenta simplement d'attendre. Peut-être qu'elle partirait, peut-être que maintenant qu'elle avait eût sa réponse, bien que peu détaillée, elle chercherait enfin à faire preuve d'un peu plus d'humanité et montrerait une facette que l'impérial serait probablement le seul à voir un jour, mais dans tous les cas il voulait réellement voir sa réaction, quelle qu'elle soit…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 19:26

PNJ Mag WW

La jeune femme sursauta lorsqu'il déposa deux doigts sur ses lèvres, mais elle rougit surtout à l'idée d'avoir fait trop de bruit et leva donc rapidement un bras en direction de la porte afin d'insonoriser la pièce...

«Voilà content?»

Gardant toujours les bras furieusement croisés sur sa poitrine, les sourcils froncés, elle écouta ses explications et elle eut alors une légère grimace... c'est tout? C'est juste cette saloperie en lui qui l'a fait sombré dans le coma? Et pourquoi ça ne l'a pas tué alors? Et pourquoi il s'était réveillé finalement? Elle haussa les épaules d'un air insatisfait, et alors qu'il levait le nez pour regarder dehors, elle continuait de fixer le mur comme si c'était la chose la plus passionnante qui soit. Mais lorsqu'il lui demanda pourquoi elle l'avait embrassé, elle sursauta et tourna enfin la tête pour le regarder, l'air profondément vexé comme s'il venait grossièrement de l'insulter

«Qui te dit que je veux recommencer? Ce geste était une torture!! Je me suis rabaissée à embrasser un humain! Et c'était uniquement pour vérifier ma théorie comme quoi tu faisais semblant! Ne me dis pas que c'est du au hasard!»

Elle bascula en avant et plaça de nouveau ses bras de part et d'autre de sa tête alors qu'il fermait son unique œil comme pour se moquer d'elle à se mettre ainsi à sa merci. La colère se lisait encore sur son visage, légèrement déformé alors qu'elle avalait sa salive avec difficulté et resta quelques secondes parfaitement immobile, le maudissant, l'insultant de tous les noms dans sa tête et serrant les dents. Elle commençait de nouveau à trembler, elle était de nouveau partagé entre la haine et... et cet autre chose qu'elle n'arrivait pas à discerner dans son corps.

Le temps semblait figé, elle se demandait même s'il ne s'était pas de nouveau endormi, elle avait relevé son bassin pour être un peu plus au-dessus de lui, leurs corps se retrouvant alors parallèles l'un à l'autre et elle continuait de le fixer encore et encore. L'expression sur son visage changea alors brutalement, elle se pinça les lèvres et commença à s'approcher un peu, puis recula. Sans trop savoir ce qu'il lui prenait, elle était tout simplement perdue sans vouloir le reconnaitre, elle ne sut pas combien de temps elle resta ainsi à le fixer encore, parfois se penchant et reculant rapidement.

Et alors qu'elle s'apprêtait à se lever, elle pencha la tête sur le côté, fixant la longue cicatrice sur son œil et d'un geste cette fois rapide elle posa sa main sur la mâchoire de l'impérial et se pencha d'un geste brusque en déposant enfin ses lèvres contre les siennes dans un geste assez passionné qui ne lui ressemblait pas, sa main glissa dans ses cheveux pour les agripper alors qu'elle ne se décrochait pas de lui jusqu'à finalement mordre sa lèvre inférieure et se redresser cette fois-ci pour de bon et quitter le lit pour s'éloigner et poser ses mains sur le mur d'en face. La sueur s'était mise à perler sur son front alors qu'elle respirait avec difficulté... qu'est-ce qu'il lui avait pris? Elle était devenue folle? C'est parce qu'elle l'a embrassé plus tôt, l'odeur du miasme avait du lui faire perdre la tête? Elle ne voyait pas d'autres raisons...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 20:34

L'officier resta quelques instants dans le lit après qu'elle ce soit levée, gardant pour l'instant son unique œil de fermé avant de finalement souffler doucement, le goût de la demoiselle étant encore ancré dans sa bouche. Il ne pouvait pas dire que c'était le geste qu'il avait attendu, mais bien celui qu'il avait désiré, et pour le moment il ne savait pas trop ce qu'il devait faire lui même : essayer de se lever pour la rejoindre, ou bien attendre qu'elle revienne d'elle même. Pour le coup il était assez partagé dans la mesure où il n'était pas certain qu'il soit très conseillé de se lever alors qu'il venait juste de se réveiller, et peut-être qu'il devrait d'abord passer quelques examens médicaux. Enfin, il n'avait jamais été du genre à se soucier de ce genre de chose, aussi il leva son unique bras afin et le plaça sur le matelas, forçant ensuite sur ses muscles pour se soulever et se mettre en position assise. Le problème est qu'il avait un peu trop l'impression de trainer ses jambes par rapport à d'habitude, mais c'était peut-être uniquement car elle n'avait pas bougée depuis longtemps, et donc qu'il lui faudrait quelques séances de rééducation avant de pouvoir être pleinement opérationnel. Cette simple pensée le déprimer : il avait déjà envie de retourner sur les champs de bataille, de rattraper le temps perdu, et il y avait de grande chance pour qu'il passe le plus clair de son temps dans l'une des salles d'entraînement. Ou bien alors… il passerait les quelques jours suivant à être certain que son corps était en parfait état de refonctionner, aussi l'on pourrait considérer cela comme un repos forcé. Déjà, il était probable qu'il commence par mettre au courant les personnes qui c'étaient inquiétées pour lui, même si toute la brigade le serait très rapidement, il fallait encore qu'il donne de ses nouvelles à la chef Krytienne comme par exemple, et paraitrait-il que l'un des représentants de l'Oracle à qui il avait déjà eût à faire était lui aussi venu, bien qu'il ne savait pas encore ce qu'il lui avait voulu ni même de qui il avait pût s'agir. Pendant un moment il risquait d'être assez débordé donc… Ou plutôt, Lina allait l'être, car il y avait de forte chance qu'après une seule heure enfermée dans les quartiers de la onzième, il s'échappe déjà furtivement pour s'entraîner ou participer à des missions.

Pour le moment il ramena ses jambes en dehors du lit à l'aide de sa main, puis il prit une profonde inspiration avant d'essayer de se lever, le haut de son corps étant totalement engourdit à tel point qu'il ne ressentait plus le bas, mais il commença donc par essayer de faire remuer doucement son pied, celui-ci réagissant légèrement, aussi il se lança… ce qui fût peut-être une erreur, car si il ne se rattrapait pas sur la table de chevet près de lui, il aurait visiblement mangé le sol, mais comme il avait vécu des cuites bien plus dangereuses que ça il pouvait très bien parvenir à s'approcher de la jeune femme.

Titubant légèrement et y allant à taton, il resta assez proche du lit pour commencer, juste au cas où ses jambes décideraient de lui faire un mauvais tour, puis il s'approcha suffisament d'elle, lui tombant presque dessus, son bras l'en empêchant toutefois alors qu'il le bloquait contre le mûr, près de son visage. Il était donc assez proche d'elle, et les muscles du chevalier semblaient être plus contractés que jamais, comme si il forçait dessus pour être certain qu'ils n'est pas fondus et qu'ils fonctionnaient toujours. Puis finalement, il continua de parler en murmurant, comme si il craignait réellement que le sort de la demoiselle ne soit pas si efficace que cela, après tout elle n'était pas une mage…

- Tu vois… ce n'était pas si difficile que ça, ou alors tu dois être un peu masochiste. Lui dit-il en faisant référence au mot « torture » qu'elle avait prononcée. Mais pour le moment il hésitait à le lui rendre, et même si l'envie était tentante, il y avait deux points qui l'en empêchait un peu : il aimait bien l'idée de se faire désirer pour la pousser à se dévoiler ; et si ça réaction était déplaisante il n'était pas certain de pouvoir tenir encore debout sous l'un de ses coups, mais peut-être serait-elle plus docile en voyant qu'il était bel et bien dans un triste état physique.
Pour le moment il approcha légèrement son visage du sien, s'arrêtant à quelques millimètres de ses lèvres, et il pouvait sentir son souffle presque haletant caresser son visage alors que lui était d'un calme sans pareil. Pourtant, c'était lui devait être fatigué, mais il fallait croire que cette épreuve où il l'a poussait à se dévoiler devait être assez éprouvante pour la Windwaker. Au final, il savourait son parfum, l'odeur de ses cheveux, puis il lui souria légèrement, comme pour lui montrer que lui aussi était capable d'abaisser ses défenses quand il le voulait.

- Est-ce que je t'ai manqué… ? Bien entendu, il y avait une légère pointe de défi dans sa voix qui pourtant se voulait assez douce au vue de son gabarit, mais il attendait soit une réaction explosive de sa part, ce qui prouverait qu'il avait touché un point sensible, soit qu'elle céde enfin, bien qu'il ne doutait pas qu'elle avait plus de volonté que ça…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 21:23

PNJ Mag WW

Elle était restée parfaitement immobile contre le mur, les bras tendus pour prendre appui et surtout reprendre sa respiration saccadée, mais qu'est-ce qui lui prenait enfin? C'était pas croyable! Déjà embrasser un humain, même pour prouver qu'elle lui faisait de l'effet... et pourquoi elle voulait savoir si elle lui faisait de l'effet d'abord? Mais alors qu'elle fermait les yeux pour réfléchir à la question elle sursauta pour se retourner et voir que l'impérial s'était levé et approché d'elle, elle se retourna brusquement alors qu'il mentionnait que ce n'était pas si difficile que ça! Qu'est-ce qu'il en savait lui?

«La volonté permet d'aller au-delà de toutes les difficultés!»

Comment ça c'était facile? Comment ça c'était de la pure mauvaise foi? Et alors? Elle se plaqua contre le mur, fronçant les sourcils à l'idée qu'il ait pu lui manquer. Elle leva la tête d'un air dédaigneux, pestant contre son arrogance et son assurance.

«Mais pour qui tu te prends? Tu crois que je n'ai que ça à faire à penser à un humain? Mon clan a été décimé, il faut bien continuer les patrouilles! Je n'avais certainement pas le temps de penser à toi!»

Et pourtant, elle restait là, plaquée contre le mur, obligée de lever la tête car il était bien plus grand qu'elle, et c'était ainsi difficile pour elle de le regarder dans les yeux... enfin de regarder son œil plutôt, mais en l'occurrence elle ne savait plus quoi dire désormais. Ses yeux n'arrêtaient pas de passer de son visage à son torse qui était quand même nettement plus à sa portée. Elle fixait chacune de ses cicatrices, c'était comme si, au final, c'était ce qui lui plaisait réellement chez lui, le fait qu'il ait ces marques, ces preuves qu'il avait férocement combattu, qu'il avait été gravement blessé mais avait survécu... la preuve qu'il était un homme de valeur. Pourquoi n'était-il pas krityen? Pourquoi n'était-il pas Windwaker?

Elle gardait les mains le long de son corps, comme si elle craignait que le moindre mouvement le toucherait, se plaquant totalement contre le mur sans pour autant perdre de son air arrogant, mais son malaise à l'idée d'être ainsi à la merci du chevalier était clairement perceptible, même s'il lui suffisait simplement de se glisser sur le côté dépourvu de bras pour s'échapper, mais ses jambes refusaient de bouger et elle restait donc bloquée là, comme ça, plaquée contre le mur comme si elle cherchait à s'y encastrer... bon, il voulait quoi maintenant? C'est vrai quoi! Elle savait ce qui l'avait mis à terre, et c'était du grand n'importe quoi finalement puisque c'était juste sa stupide maladie, alors pourquoi elle restait là?

Elle n'en savait rien, mais ses jambes refusaient toujours de bouger
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Mer 30 Mar 2011 - 23:14

Le guerrier regardait la jeune femme sans rien montrer, comme si il était réellement en train de s'amuser de la situation tellement elle semblait désemparée, et il remarqua qu'elle louchait régulièrement sur son torse, aussi même si il n'était pas du genre à s'exhiber ou à servir de mannequin, refusant donc généralement que l'on en vienne à le tripoter alors que portant il y avait bien de la matière à toucher, si il fallait au moins ça pour que la Krytienne se calme enfin, il était prêt à faire ce genre de concession. Il laissa donc son bras contourner légèrement l'épaule de la Windwaker, effleurant à peine sa peau du bout des doigts, pour finalement aller saisir sa main qu'il ramena sur son torse, les doigts de la demoiselle se déposant dans le creux de cette profonde cicatrice qui faisait clairement ressortir les muscles du chevalier. Il soupira alors, restant le plus calme du monde, avant de finalement daigner dire quelque chose.
- C'est justement parce que ton clan a été décimé que tu ne devrais plus avoir à effectuer ce boulot forcé, mais que tu devrais justement penser un peu plus à toi. La voix du capitaine était définitivement sereine, mais il était difficile de savoir si c'était car il s'adressait à Magdalëniia, car il venait juste de se réveiller, ou bien si les trois semaines qu'il avait passé endormis l'avait changé. C'est justement parce que tu peux ressentir de la peine que tu aimerais pouvoir compter sur quelqu'un, et donc penser par exemple à un humain qui ne te laisse pas indifférente. Il se rapprochait lentement d'elle, commençant à recouvrir ses forces au fur et à mesure qu'il restait éveillée, comme si il n'avait simplement jamais dormit. Son regard se perdaient dans les yeux de la demoiselle, passant de l'un à l'autre en ne sachant pas vraiment lequel contempler. Et c'est justement parce que tu es là que tu devrais en profiter, et c'est peut-être même pour ça que tu es venue.
Ne lui laissant même pas le temps de répondre ou même d'assimiler l'information, il prit cette fois-ci les devants et l'embrassa délicatement, faisant preuve de bien plus de douceur que la première fois qu'il l'avait fait aux collines d'Ehmead, comme si cette fois-ci il était vraiment sincère dans ce geste alors que la fois précédente n'était qu'une pulsion. Il relâcha alors le poignet de la jeune femme, laissant sa main sur son torse pour qu'elle y prenne appuie d'elle même, tandis que lui venait de nouveau déposer sa main sur sa hanche pour la rapprocher légèrement de lui, sans pour autant chercher à la forcer, ne faisan que guider son geste.

Étrangement, le cœur du bretteur gardait un rythme parfaitement lent, ce geste lui étant visiblement naturel, et c'était probablement la preuve de sa franchise. Bien entendu, comme il maitrisait la volonté de fer il était parfaitement capable de maitriser ses émotions, mais il laissait pourtant parler celle qui l'attirait vers la Krytienne, et alors qu'il décollait doucement ses lèvres des siennes pour voir sa réaction, il releva sa main pour la passer dans les cheveux de l'ancienne patrouilleuse, replaçant une mèche derrière son oreille avant de finalement laisser le bout de ses doigts caresser son antenne. Il savait que Lina était assez sensible à cet endroit, et il se demandait souvent si il en était de même avec tous les Krytiens ou bien si son amie d'enfance était une exception, et ce n'était pas le genre de chose qu'il avait l'occasion de pouvoir vérifier souvent, en particulier car la dernière personne Krytienne qu'il connaissait plus que les autres était l'Ancien du clan, Cixi Elmundïr, et qu'un tel geste aurait été déplacé, bien qu'amusant rien que d'y penser.

Puis finalement, alors qu'il était en pleine expérimentation, il profita de la confusion pour l'embrasser de nouveau avec douceur, se rapprochant un peu plus d'elle ce qui la faisait reculer légèrement contre le mur, le torse du guerrier se plaquant contre la poitrine de la demoiselle alors qu'elle avait toujours sa main sur lui. Schwann aurait probablement préféré être dans le lit à l'heure actuelle afin de pouvoir se reposer un peu, mais cette chambre n'était pas l'endroit le plus discret après tout. Au pire il connaissait parfaitement le château, et donc les moindres recoins où il pourrait être tranquille si c'est la crainte d'être surpris qui la dérangeait. Puis il y avait toujours l'escalier-épée, et la vue nocturne, en particulier avec un ciel aussi dégage, serait sans aucun doute sublime. Cette nuit pouvait donc s'avérer tellement agréable, mais pour ça il fallait vraiment qu'elle ne parle plus au travers de son clan, mais bien au travers de ce qu'elle pouvait ressentir…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Jeu 31 Mar 2011 - 9:05

PNJ Mag WW

Ça commençait vraiment à virer au grand n'importe quoi. De quel droit il se permettait de juger ce qui était le mieux pour elle? Ce qui était le mieux pour son clan? Les jumelles avaient déserté, Lucinda avait choisi de vivre pour le clan krityen plutôt que pour le clan Windwaker et avait embarqué la fille d'Eldwin avec elle - de toute manière cette gamine était une incapable. Seul Eldwin avait conservé l'intérêt du clan! Lui seul cherchait à conserver la gloire et la fierté Windwaker et elle devrait tout laisser tomber pour un.. humain? Elle se sentit piquée au vif, ne prenant même pas attention au fait que sa main caressait désormais l'épaisse cicatrice sur le torse imposant du guerrier

«Le clan Windwaker a déjà failli être décimé il y a de cela bien longtemps! Et c'est grace à des hommes comme Eldwin qu'il a pu renaître de ses cendres! Et si je dois contribuer d'une quelconque manière à ça, je me battrai pour y parvenir!»

Et elle considérait l'idée de devenir la compagne d'Eldwin comme un honneur afin de pouvoir y parvenir! Il était évident qu'ils allaient devoir se mélanger un peu à d'autres krityens pour y parvenir, ne conservant que la progéniture qui aurait les cheveux blancs pour que les valeurs du clan restent intactes! Mais elle n'eut pas vraiment l'occasion de poursuivre car il l'embrassa et c'est là qu'elle se rendit compte de la proximité qu'il avait instauré pendant la conversation. Elle sentit la peau rugueuse sous ses doigts et le souffle doux et posé du capitaine sur ses lèvres lui coupa la respiration.

Lorsqu'il recula, ses yeux étaient perdus dans le vide, elle était parfaitement immobile comme si elle cherchait à puiser justement dans la volonté de fer pour se sortir de cette situation horriblement gênante et compromettante pour elle. Si Eldwin savait ce qu'elle faisait à cet instant... et en réalité il était probable qu'il le sache grace au lien puissant qui reliait les Windwaker entre eux. Il allait la tuer. Elle voulut se plaquer un peu plus contre le mur alors qu'une certaine terreur s'emparait d'elle désormais, le châtiment allait être terrible maintenant qu'elle avait été souillée. Elle était étonnée qu'il ne débarque pas à l'instant dans un assaut brutal comme à Capua Nor, mais peut être préparait-il un plan machiavélique afin d'anéantir le chevalier et ainsi laver l'honneur du clan qui venait d'être un peu plus bafoué par sa faute? Ou encore préférait-il attendre qu'elle retourne auprès de lui pour la torturer encore et encore afin de la punir pour ne pas créer de nouveaux conflits avec l'Empire là où seules des implications personnelles sont concernées.

Elle frémit légèrement lorsqu'il se permit de toucher ses antennes, de la même manière, elle ne savait pas si c'était sa fureur qui la faisait trembler ou... autre chose. Pourquoi y avait-il toujours autre chose? Et c'était quoi au final? Elle finit enfin par cligner des yeux et eut presque un haut le cœur à l'idée de ce qu'elle allait subir. Si le baiser qu'elle avait donné au chevalier était partagé entre une tentative d'intimidation et de lui prouver qu'elle ne ressentait rien à son égard - oui c'est assez stupide comme raisonnement mais elle le voyait comme ça, c'était plus de l'arrogance afin de prouver qu'elle en était capable qu'autre chose - mais la manière dont le capitaine l'avait embrassé cette fois-ci n'avait plus rien à voir avec un pseudo combat sur lequel des deux domine l'autre.

Là elle était coincée, paralysée et déjà il la plaquait un peu plus entre lui et le mur, elle sentit sa main se coincer entre sa poitrine et le torse imposant comme s'il cherchait à l'empêcher de bouger, ou peut être simplement la forcer à sentir les battements de son cœur... et elle ne pouvait que constater que si celui du chevalier était parfaitement calme et maîtrisé, le sien était dans un état d'affolement tel qu'elle avait l'impression qu'il voulait sortir de sa poitrine pour rejoindre la cage thoracique imposante. Il joignit de nouveau ses lèvres aux siennes et une barrière tomba enfin... elle allait surement mourir de toute manière, il était peu probable qu'elle parvienne à résister à la force dévastatrice d'Eldwin, et de même, le chevalier allait mourir aussi de la main du nouveau patriarche Windwaker.

Il n'y avait pas de désir, il n'y avait pas de passion dans le baiser qu'elle lui rendit... juste une profonde peur de mourir dans le déshonneur... mourir pour avoir accompli son devoir, se faire tuer par un adversaire plus fort que soit ne l'aurait jamais dérangée, mais mourir pour... ça... c'était tellement humiliant que son nom disparaîtrait à jamais de l'histoire du clan, elle ne serait personne, n'aurait été personne... il n'y avait rien de pire... elle fronça les yeux, supportant le baiser du chevalier comme s'il la torturait, mais en réalité, elle se torturait elle-même, partagée entre ce qu'elle ressentait vraiment et ce qu'elle ressentirait lorsqu'elle quitterait cette chambre...
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Jeu 31 Mar 2011 - 10:47

Restant quelques instants soudés à ses lèvres, le chevalier rompit ensuite très lentement le contact, s'éloignant délicatement en cessant d'abord la pression qu'il exerçait sur elle, rendant le baisé simplement plus doux, puis finalement il stoppa définitivement cette action, respirant le souffle de la Windwaker en gardant son unique pupille plongée dans l'œil droit de la demoiselle. Elle semblait déjà être un peu plus calme, et bien qu'il n'avait aucune idée de l'origine de son adoucissement il était satisfait, et peut-être pourrait-il enfin entreprendre de la raisonner.

Sa main cessa alors de caresser l'antenne de la Krytienne, remontant lentement le long de celle-ci en l'effleurant à peine jusqu'à ce qu'il arrive au niveau de son oreille, les doigts du guerrier glissant alors au travers de sa chevelure blanche, démêlant au passage quelques nœuds qui avaient du se créer après qu'elle est effectuée des mouvements trop brusques, comme par exemple l'escalade de la terrasse. Il caressa alors sa nuque du bout de ses deux doigts extérieurs, et l'on aurait pût croire à chaque instant qu'il allait de nouveau l'embrasser, mais il reprit finalement la conversation là où elle en était, comme si cela était son devoir de régler ce problème et qu'il c'était un peu trop éloigné du sujet.

- Rien est éternel Magdalëniia, et les Windwaker ne sont pas des phénix, il y a un moment où leur souvenir disparaitra, en particulier pour un clan qui est resté une ombre maudite pour les Krytiens. D'une certaine manière, la prunelle du soldat dégageait de la compassion, de la peine car elle devait en être emplie à l'heure actuelle, mais d'un autre point de vue le bretteur se voulait à la fois rassurant, aussi bien par le ton qu'il arborait qui laissait clairement à sous-entendre que tour irait bien que par son corps qui faisait barrage avec tout le reste, à tel point qu'elle semblait presque avoir disparue derrière cette montagne de muscle, comme si Schwann cherchait à ce qu'elle vienne s'y réfugier. Aujourd'hui vous n'êtes plus vu que comme une malédiction, et non pas des héros. La crainte d'être éliminé par les patrouilleurs, de mourir uniquement car l'on aspirerait à un idéal différent du votre, vous aspirez à un monde parfait mais n'êtes même pas capable de vous rendre compte de vos erreurs, la première étant de se priver soit-même de toute émotion, de vivre simplement.
Il y avait quelque chose de vraiment ironique dans tout ça, et le chevalier en était bien conscient : il était lui même ce genre de personne, quelqu'un qui ne savait plus que se battre sans jamais profité de rien. Mais à l'heure actuelle il semblait différent, comme si il mettait en application les propres mots qu'il employait, comme si il avait prit conscience qu'au travers des Windwaker il pouvait voir son propre reflet. Bien entendu il y avait de forte chance qu'elle cherche à démentir ce qu'il venait de dire, mais ce ne serait encore que sa façade, celle que l'on lui avait inculquée de force sans lui laisser le choix, car si il avait refusée, elle serait simplement morte…
Aussi, Schwann comprenait qu'elle n'était pas calme, mais plutôt perdue, et il y avait de quoi : il ne lui restait rien désormais, mais elle pourrait enfin avoir l'occasion de vivre, de se laisser lors à ses désirs, et l'officier était prêt à l'accompagner sur cette voie.

Pour le moment, le guerrier se contenta de l'embrasser de nouveau d'un geste délicat et bref, profitant du fait qu'elle était encore confus, car il craignait qu'elle explose de nouveau à tout instant. Dans tous les cas, il était clair qu'il avait réussi à au moins la déstabiliser un peu, et au moins ce qu'il disait devait la faire réfléchir, et donc douter. Il laissa alors ses doigts descendre dans le dos de la demoiselle et la plaquant un peu plus contre lui, mais cette fois-ci d'une manière affective, rassurante, et il lui caressa doucement le dos. Elle n'avait probablement jamais reçu de tels gestes de la part de quiconque, et peut-être qu'elle trouverait ça étrange.

- Tu n'as plus aucune chaîne pour t'entraver, alors pourquoi continuer d'hésiter ? Le simple fait que tu t'énerves alors que les fois précédentes tu étais calme prouve que tu es partagée, que ton cœur en à envie, mais que ton cerveau te bloque.
Le brigadier pouvait sentir la poitrine de Magdalëniia contre son torse découvert, et il aurait très bien pût s'intéresser un peu plus aux courbes de son corps, mais pour l'instant seules ses lèvres et son regard semblait captiver l'officier, et il restait toujours de marbre et particulièrement sérieux sans rien montrer, attendant qu'elle abaisse ses défenses pour mieux la connaitre, et ainsi il se laisserait lui même découvrir par elle…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Jeu 31 Mar 2011 - 11:17

PNJ Mag WW

Le silence régnait dans la pièce alors que la jeune femme refusait de bouger. Son regard était toujours vide alors qu'elle écoutait sans vraiment l'entendre, le chevalier. Le clan Windwaker avait toujours survécu à tout, il était le symbole de l'ordre et de la justice krityenne, là où la paperasse et les lois avaient toujours empêché les criminels d'être punis à leur juste valeur, et il était impossible que ce clan disparaisse totalement un jour.

Malheureusement, les seuls survivants aujourd'hui étaient Garett, Eldwin et elle-même. Lucinda, Iris et les jumelles ayant choisi de vivre libres de leurs chaines et elle les avait toutes maudites. Elle était la seule, la dernière femme encore en vie et elle ne se voyait franchement pas assurer la descendance, d'autant que l'idée même de porter un enfant la répugnait.

L'idée d'être libre également, de se libérer de ses chaînes comme disait Schwann... c'était impossible malheureusement. Eldwin préfèrerait la tuer plutôt que de la laisser libre


«Je ne peux pas être libre... Eldwin ne le permettra jamais. Je suis condamnée»

Elle avait un poids sur l'estomac, oui, elle était une morte vivante à l'heure actuelle. Elle frémit et ferma les yeux lorsque le chevalier effleura son antenne, remontant jusqu'à son oreille avant de glisser ses doigts dans ses cheveux. Sa main était toujours bloquée sur le torse de l'impérial même s'il ne faisait rien pour qu'elle l'y laisse. Et alors qu'il l'embrassait à nouveau, d'un geste doux et furtif, elle avait pris une profonde inspiration et lorsqu'il se décolla d'elle pour plonger son unique œil dans ses pupilles mauves, elle lui lança un regard profondément triste, voire même désespéré. Elle ne savait plus quoi faire à cet instant... devait-elle le tuer? Peut être que ça rachèterait sa faute auprès d'Eldwin et qu'il lui accorderait la vie sauve? Elle essaya de se concentrer pour voir si cette solution pouvait convenir au patriarche, mais il ne mentionnait toujours rien, il ne se manifestait pas... était-il tellement en colère qu'il avait coupé toute communication? Refusant de la voir se dépraver d'avantage dans les bras de cet humain? Elle n'en savait rien... l'autre opportunité était de... de profiter des quelques instants qu'il lui restait à vivre.

Ses doigts semblèrent s'enfoncer dans l'épais sillon de la cicatrice de son torse, et elle leva alors son autre main qui se mit également à suivre le chemin de la balafre, remontant ensuite jusqu'au cou de l'impérial pour saisir sa nuque. Et pour la première fois, elle exerça une pression pour qu'il vienne l'embrasser, faisant le premier pas...

Elle n'était pas assez forte pour le tuer, elle le savait. Alors, si elle ne pouvait remonter dans l'estime d'Eldwin en achevant le responsable de sa honte et de son désaveu, autant qu'elle découvre quelque chose qu'elle n'a jamais connu avant de mourir... ramenant ses lèvres contre les siennes, son souffle se fit plus poussé et plus fort alors qu'elle glissait sa langue dans sa bouche, non par provocation cette fois-ci, mais par envie... et curiosité
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Jeu 31 Mar 2011 - 20:09

La langue du chevalier venait alors rencontrer celle de la Krytienne, l'officier décidant de répondre à son attente en jouant avec celle-ci, délicatement. Le temps s'écoulait simplement sans que plus aucun des deux ne semblaient y prêter attention, et bien qu'il ne le savait pas pour la demoiselle, Schwann, lui, semblait bel et bien apprécier le geste, son regard se refermant à demi alors qu'il laissait la langue de la jeune femme parcourir avec plus d'intensité l'intérieur de sa bouche. Mais comme tout avait une fin et que la Windwaker ne semblait pas vouloir être raisonnable pour le moment, il décida de reculer légèrement pour rompre le contact, sa langue restant à moitié sortie alors qu'il reculait, jusqu'à ce que la douce expression qui c'était dessinée sur son visage ne change pour redevenir celle de l'homme sérieux qu'il était habituellement. Mais d'un côté il avait déjà de nouveau envie de l'embrasser, comme si maintenant qu'il était revenu à la réalité, celle-ci lui paraissait plus cruelle, et donc que leur baisé avait finalement peut-être était trop bref. Au moins l'oisillon semblait commencer à avoir confiance, et le bretteur espérait qu'il parviendrait à garder celle-ci, que cela n'était pas uniquement dû à une proximité prolongée et à l'état dans lequel elle était. Et d'ailleurs, le brigadier n'aimait pas vraiment la voir ainsi, et il fallait vraiment qu'il fasse quelque chose.

Arborant un ton bien plus sérieux, il soupira légèrement, son souffle dégageant légèrement quelques mèches de cheveux qui étaient venues se loger devant le visage de la Krytienne, et il laissa sa main glisser sur le flanc de la jeune femme en reculant légèrement pour mieux la voir.

- Ne t'inquiètes pas pour Eldwin. Déclara t-il d'un ton vraiment serein, alors que pourtant l'on parlait généralement de ce Windwaker en faisant référence à la crainte. Je briserais l'illusion qui dit que cet homme est invincible.
Ou comment ne peux dire qu'il allait le tuer, même si cela le sous-entendait clairement dans la mesure où un individu de cette trempe ne pourrait jamais être résigné, et que si l'on ne le tuait pas il reviendrait sans cesse. Mais à cet instant précis, Schwann s'attendait surtout à voir ou non si la Krytienne serait inquiète, qu'elle chercherait à l'en dissuader car elle s'inquiéterait pour sa sécurité, ou si elle déciderait de le laisser faire car au final, c'était l'unique solution. Bien entendu le capitaine savait pertinemment que la lutte serait acharnée, qu'il risquait d'y perdre beaucoup, mais il y avait une chose dont il était certain : il n'irait jamais mourir si c'était pour délivrer Magdalëniia, car il serait stupide de lui accorder la liberté sans la personne qui l'aiderait à la trouver.

En attendant, le soldat se rapprocha de nouveau d'elle pour la rassurer, même si ce serait peut-être vain à l'heure actuelle. Sa main glissa donc de nouveau dans son dos, jusqu'à ce qu'il la passe sous sa tunique dans l'unique but de sentir la chaleur de sa peau, et qu'elle ressente mieux le bout de ses doigts remonter légèrement le long de sa colonne vertébrale, pour ensuite redescendre tout aussi lentement, frictionnant ainsi le dos de la demoiselle avec délicatesse. Puis après tout il l'avait bien vu nue à l'île nord de Yurzorea, alors quelque chose de ce genre n'était au final pas grand chose en comparaison.
Puis il décida de continuer de se laisser aller, l'embrassant de nouveau avec une telle passion qu'il contraignit la Windwaker à reculer légèrement sous son poids, l'arrière de sa tête venant toucher le mur derrière elle alors qu'il laissait à son tour sa langue se mélanger à la salive de la demoiselle, son corps se rapprochant encore un peu plus du sien alors qu'il avait l'impression que la température était montée d'un cran, une fine couche de transpiration venant perler sur le cou du guerrier. Il était évident que l'officier n'était pas indifférent, mais de là à ce qu'il daigne montrer quoi que ce soit, l'on pouvait soit qualifier cela de miracle, soit penser que le coma dans lequel il était tombé l'avait changé. Il y avait peut-être des deux, et lorsque le bretteur libera la demoiselle de son geste, il bloqua son front contre le sien, son regard se plongeant l'œil droit de la Windwaker.

- Fais-moi confiance… Murmura t-il dans un souffle chaud, laissant son corps être assez léger pour qu'elle puisse expérimenter de nouvelle chose si elle en avait envie, car après tout cela était pour elle un terrain inconnu, et il fallait bien qu'elle découvre par elle même.
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Jeu 31 Mar 2011 - 21:43

PNJ Mag WW

Une seule chose traversait l'esprit de la krityenne... ce type était fou. Visiblement, il sous entendait qu'il allait affronter Eldwin Windwaker? Après tout au moins, ça risquait de résoudre ses problèmes, Eldwin laverait l'affront qu'elle avait subi dans le sang et peut être seulement alors qu'il accepterait de lui pardonner? Le regard de la jeune femme se fit plus dur l'espace de quelques secondes alors qu'elle réfléchissait à toute vitesse, malheureusement, il lui était difficile de se concentrer car déjà le chevalier touchait sa peau au niveau de son visage et elle ne put retenir un frisson.

Mais enfin! C'était pas croyable! Pourquoi elle ressentait tout ça? C'était quoi ce bordel dans sa tête et dans son corps? Elle était une Windwaker! Elle avait toujours usé de son corps et de son charme pour déstabiliser son adversaire et voilà que c'était elle qui était déstabilisée! Et par un humain qui plus est! Elle voulut le repousser mais déjà il l'embrassait à nouveau et ses épaules s'affaissèrent alors que toute colère et rage la quittait à nouveau... elle frissonna franchement cette fois-ci lorsqu'elle sentit la peau du chevalier glisser dans son dos mis à nu le temps de cette caresse


«Ne me touche pas...»

Les mots étaient sortis tous seuls et pourtant, ses yeux trahissaient clairement le contraire... elle voulut le repousser en remettant sa main sur son torse pour appuyer et le faire reculer jusqu'à ce qu'il lui demande de lui faire confiance.. elle sentit ses forces revenir un peu et elle pressa encore pour forcer le chevalier à reculer... il se laissait visiblement faire dans la mesure où elle avançait avec lui, ne laissant donc finalement pas particulièrement plus d'espace entre eux jusqu'à ce qu'il bute sur le lit derrière lui. Elle le poussa donc pour qu'il puisse s'assoir... il était évident qu'il était épuisé et elle avait réussi à reprendre ses esprits, du moins assez pour garder ses distances pour l'instant

«Te faire confiance? Je n'ai jamais fait confiance en personne! On ne peut avoir confiance qu'en soit et s'il y a une chose que je pensais que nous partagions, c'était bien ça!»

Son ton était de nouveau dur et froid, malgré tout elle ne s'éloignait pas à nouveau et se contenta de le fixer encore, cherchant à comprendre pour quelle raison il la rendait ainsi, pourquoi se sentait-elle si faible en sa présence... était-ce parce qu'il était de l'élément des ténèbres? Utilise t'il son élément contre elle sans qu'elle ne s'en rende compte? Cependant, ce n'est pas spécialement comme si elle était vraiment plus faible, c'était plutôt comme si elle perdait juste sa combattivité, voulant céder à ses avances au lieu de lutter, découvrant sa propre curiosité au lieu de l'enfouir en elle... elle observa la sueur qui avait perlé sur le cou du chevalier, il n'était pourtant pas en état de lui faire du mal, si elle le voulait vraiment, elle pourrait le tuer, un bon sortilège de sommeil et c'était terminé. Mais non, elle restait là à l'observer sans comprendre pour quelle raison elle était comme ça, luttant contre ses démons intérieurs, son éducation, ses habitudes, sa façon d'être... tout volait en éclat à cet instant, tout comme sa vie dans les jours ou même les heures à venir... et tout ce qu'il trouvait à dire, c'était qu'elle devait lui faire confiance

«Personne ne peut vaincre Eldwin. Reste en dehors de ça... s'il me tue il aura lavé l'affront et il ne viendra pas te trouver... n'interviens pas»

Les mots étaient sortis tous seuls et elle avait fini par baisser les yeux, se préparant cette fois à partir. Schwann était épuisé et elle ne parviendrait pas à le tuer... elle n'avait plus de raison de rester

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Jeu 31 Mar 2011 - 22:40

Désormais assis sur le lit, Schwann avait clairement écouté ce que disait la Krytienne, et le dernier mot qu'elle prononça était suffisant pour que sa détermination soit maintenant fixe et sans appel : il allait vaincre Eldwin. Elle avait beau lui demande de ne pas intervenir, le temps qu'elle employait était pour le bretteur comme une plainte et une requête, comme si il craignait bel et bien qu'il n'en soit pas capable, et le guerrier se releva alors sans plus faire attention à Magdalëniia, s'approchant déjà du mannequin qui maintenait son armure. Il effleura alors le métal du bout des doigts, au niveau des contours en argent qui recouvrait la défense, et alors qu'il semblait être perdu dans ses pensées, il jets un nouveau regard dans la direction de la Krytienne, s'apprêtant visiblement à poser une question. Mais il n'en fit rien, fermant lentement son unique paupière comme si il se concentrait, une aura malsaine commençant à envahir la pièce à un point tel que cela pouvait en devenir étouffant, puis alors qu'il commençait lentement à rouvrir son œil, une fine poussière noire s'extirpa du corps de l'impérial, surtout au niveau du moignon à son épaule gauche, la voute de mana commença à se former de manière à reconstituer le bras qu'il avait perdu il y a désormais une année. Mais contrairement à ses premières utilisations la technique avait bien évoluée, et l'on pouvait voir des os artificiels être recréés, la poussière gravitant autour jusqu'à reformer chaque fibre, même si pour l'instant la matérialisation semblait être surtout sous forme gazeuse. Au niveau de l'épaule du guerrier, la chair paraissait s'être désormais usée, mais elle ne laissait toutefois pas sortir la moindre trace d'hémoglobine contaminée, même si il était clair que le chevalier utilisait son sang comme énergie pour recréer son bras, car après tout le mana restait l'énergie vitale, et donc même si il était corrompu, le sang restait le meilleur conducteur possible. Puis finalement le membre semblait enfin prendre une consistance physique, et le bout des doigts artificiel commença alors à briller d'une légère aura blanche, les ligaments se teintant ensuite de la même couleur jusqu'à rejoindre la base de l'épaule, une onde de choc se produisant alors pour enfin rendre le bras à l'état de neutralité complet, l'officier remuant légèrement ses doigts comme pour les désengourdir, avant qu'il ne rouvre complètement les yeux.

À n'en pas douter, Magdalëniia n'arriverait jamais à raisonner le capitaine, en particulier si elle regardait son unique œil : en temps normal le soldat ne laissait rien paraitre, mais cette fois-ci il était clairement déterminé à mettre un terme à cette histoire, à graver le dernier point sur le marbre de l'histoire des Windwaker. La Krytienne n'avait pas à souffrir des désirs d'hommes trop idiots pour se rendre compte de leur erreur, et elle avait le droit de suivre la voie qu'elle voulait, aussi l'impérial de retourna alors pour s'approcher de l'armoire qu'il ouvrit sans tarder, saisissant une chemise noire qu'il enfila sans même la boutonner pour le moment. Ainsi vêtu il avait vraiment l'air d'un civil, mais c'était une tenue légère qui pouvait avoir ses avantages en combat, car de toute manière un homme de la puissance d'Eldwin était parfaitement capable de faire voler en éclat une armure, aussi il valait mieux privilégier la mobilité.

- Si je ne t'aide pas, personne ne le fera. Déclara t-il soudainement alors qu'il s'approchait de ses deux épées, les saisissant par les manches avant de leur faire effectuer de bref moulinets dans l'air, le bruit du déplacement des lames résonnant dans la pièce. Et de tout évidence tu ne seras jamais capable de l'affronter. Il souleva Balmung devant lui, regardant le filet de l'arme avant de finalement la reposer à son emplacement, s'emparant du fourreau de la Sombrelame par la bandoulière pour la passer autour de lui, l'épée d'orichalque noir reposant dans son dos alors qu'il s'approchait de nouveau de Magdalëniia, déposant sa main organique sur son bras pour l'approcher légèrement de lui, sans pour autant forcer, mais il avait clairement l'impression que désormais elle ne pouvait de toute manière plus résister. L'attirant donc vers lui, il laissa ses doigts de mana neutre saisir le menton de la Krytienne, approchant ses lèvres des siennes avec une légère pointe d'empressement. Mine de rien, ce genre de chose lui avait manqué depuis Ynia, et bien qu'il y avait eu les baisés de Lina pour compenser, la Krytienne ne l'avait encore jamais embrassée avec autant d'ardeur, de crainte de gêner l'officier. Alors que maintenant, Schwann laissait clairement l'une de ses pulsions dominer ces gestes, sa langue glissant une nouvelle fois à l'intérieur de la bouche de la demoiselle pour venir jouer avec la sienne, comme si il espérait qu'ainsi elle se laisserait enfin aller et accepterait son aide sans rechigner. D'ailleurs, il agissait désormais vraiment sans réfléchir, comme si il était un tout autre homme, et alors qu'il rompait le contact dans un geste délicat et lent, il laissa son regard plonger une fois de plus dans les yeux de la jeune femme.
- Où est Eldwin ? Son ton n'était même plus froid mais glacial, et la simple manière dont il avait dit cela aurait pût suffire à assassiner une âme fragile tellement il paraissait cruel et sans la moindre once d'émotion. Pourtant, la geste qu'il venait d'effectuer et la manière dont il scrutait les prunelles de la demoiselle prouvait clairement qu'il n'en était pas dépourvu, mais il était définitivement déterminer à mettre un terme à tout ça, et la Windwaker pouvait bien essayer de le raisonner, tout au mieux elle ne parviendrait sans doute qu'à gagner un peu de temps si elle désirait sa compagnie, car même une altération d'état ne semblait pas pouvoir venir à bout de l'objectif du bretteur, sans parler qu'à une telle distance elle n'aurait jamais le temps d'incanter un tel sort sans risquer de se faire à son tour repousser dans le lit…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Ven 1 Avr 2011 - 7:31

PNJ Mag WW

Cette fois-ci, la krityenne avait vraiment l'impression d'être face à la démence incarnée. C'était vraiment n'importe quoi, il venait à peine de se réveiller et déjà il voulait affronter Eldwin? Comme ça? Sans même n'avoir rien mangé ni bu alors qu'il sortait à peine du coma? La jeune femme fronça les sourcils alors qu'il l'embrassait à nouveau en se faisant doux et délicat, elle attrapa alors son bras, prit appui sur ses jambes et utilisa le poids de l'impérial contre lui dans une prise de hanche pour le jeter sans ménagement sur le lit. Le sommier craqua sous le choc, elle se doutait que son dos n'avait pas du apprécier à cause de l'épée qui y était rangée, mais là elle s'en moquait royalement! Ou plutôt c'était lui qui se moquait d'elle! Elle sauta souplement sur le lit, son regard se faisait tout simplement dur et froid alors qu'elle se remettait dans la position qu'elle arborait lorsqu'il s'était réveillé, elle avait récupéré sa dague en chemin et la pointait de nouveau sous la gorge de l'impérial dans un état de fureur tel qu'elle n'en avait jamais eu... c'était comme si Schwann avait ouvert une vanne quelque part en elle qui permettait de laisser les émotions s'exprimer librement, une vanne qu'elle ne parvenait pas à refermer pour l'instant mais elle comptait bien y parvenir car elle ne supportait pas cet état de faiblesse.

«Regarde toi! Tu tiens à peine debout et tu voudrais affronter Eldwin? Je ne te laisserai pas faire! Je peux fuir là, à cet instant, tu ne pourrais pas me suivre, j'entrainerais mon nouveau patriarche loin d'ici pour qu'il me tue afin de me punir de ma faute et s'il choisit de te laisser la vie sauve, tu ne le trouveras jamais! Eldwin Windwaker n'est pas un homme que tu peux appeler par simple message pour qu'il se pointe à un rendez-vous! Il sait tout! Il voit tout! »

Sa poitrine s'était légèrement gonflée de fierté en parlant de cet homme qu'elle admirait plus que tout au monde, au point qu'elle le craignait évidemment. Mais elle ne laisserait certainement pas Schwann salir son nom et son honneur en pensant qu'il ne s'agit là que d'une promenade de santé! Certes, elle estimait qu'il pouvait avoir une chance, mais seulement s'il était au moins dans une condition physique normale, ce qui n'était pas le cas actuellement... elle retira sa dague du cou de l'impérial et la jeta au sol, sa respiration se calma petit à petit alors que le côté Windwaker reprenait le dessus, son regard se fit de plus en plus déterminé même si elle ne quittait pas la pupille sombre de l'impérial des yeux. Les secondes passèrent jusqu'à ce qu'un souffle quitte ses lèvres jusqu'à ce que son visage prenne une expression terrifiée et qu'elle mette une main à son front... la sueur se mit alors à perler contre sa tempe, un silence pesant régnait désormais dans la pièce alors que visiblement il se passait quelque chose.

Sans bouger, le regard toujours horrifié, elle parvint enfin à prononcer un mot


«Ton souhait est exaucé, Schwann Oltorain... Eldwin te rencontrera. »

Elle baissa enfin les yeux vers lui et déglutit avec difficulté... visiblement, le patriarche avait utilisé la télépathie des Windwaker pour s'adresser à elle, ce qui signifiait qu'il ne devait pas être très loin

«Il te laisse jusqu'à ce soir pour te rétablir, et ensuite il te fera payer l'humiliation que tu m'as fait subir. Garrett sera présent en temps que témoin du combat et... si tu gagnes, je serai libre de quitter le clan, si tu perds... il nous tuera tous les deux»

Le patriarche devait bien être sûr de sa victoire pour proposer un tel défi au chevalier, il était évident qu'il proposait la liberté de la jeune femme plus comme une «carotte» que comme un réel désir de la laisser libre. Elle se doutait qu'il ne s'agissait là que de mensonges, sinon Garrett, le colosse Windwaker, n'aurait pas besoin d'être là. Il allait probablement rester près d'elle, et même si Eldwin devait être vaincu, il devait juste laver l'honneur dans le sang en la tuant sous le regard du vainqueur... et probablement que le colosse profiterait de l'état de faiblesse du chevalier après un tel combat pour l'achever et ainsi laver l'affront. Les Windwaker ne perdaient jamais, ils n'en avaient pas le droit. Elle savait que c'était juste un piège, que d'une manière ou d'une autre, elle serait morte ce soir et Schwann aussi.

«N'accepte pas. Tu ne t'en sortiras pas vivant»

Elle se pencha en avant, prise sous le coup d'une violente douleur au crâne alors qu'Eldwin semblait lui hurler dans la tête de se taire, qu'elle devait obéir et n'influencer le chevalier que pour le convaincre de se rendre le soir même sur la petite plaine au Nord Ouest de Zaphias, près des Bois de Quoï. La douleur était insupportable, le patriarche avait une aura particulièrement puissante et rien que par le lien télépathique il était capable de la torturer. Elle écrasait la paume de sa main sur son œil, supportant avec violence la douleur qui s'imprégnait de son crâne, il attendait qu'elle parle, qu'elle transmette le message

«Il... te donne rendez-vous ce soir... 1h avant le coucher du soleil... sur les plaines de Mayoccia Nord Ouest, près des Bois de Quoï... je dois venir avec toi pour te montrer le chemin...»

La krityenne transpirait désormais, la sueur coulait le long de son dos, une sueur froide, glacée même et elle ne pouvait toujours pas ouvrir les yeux pour voir la réaction de l'impérial... elle se savait condamnée, mais elle ne se doutait pas qu'il lui restait moins d'une journée à vivre
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Schwann OltorainCapitaine
Messages : 2124
Date d'inscription : 16/08/2009
Localisation : L'endroit où je me trouve importe peu, tant que je ne suis pas seul.
avatar

Personnage
Elément: Ténèbres.
Arme: Épée d'Orichalque noir dite Sombrelame. Épée en argent nommée Balmung.
Classe: Guerrier.
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Ven 1 Avr 2011 - 12:59

De nouveau allongé sur le lit, Schwann aurait apprécier le fait d'étreindre la Krytienne, mais cela était assez mal adapté pour le moment, aussi il écouta ce qu'elle avait à dire. Mais déjà il y voyait un accroc : les Windwaker choisissaient le terrain, et donc le risque que le match soit truqué n'était pas à exclure en parlant de ce genre d'hommes qui préféraient encore avoir recours à des gestes incestueux que de disparaitre. Sérieusement, quelle bande de fou. Les temps avaient depuis longtemps changés et ils n'avaient jamais du évoluer, s'en tenant à des lois qui dataient de plusieurs centaines d'années. L'officier n'aurait d'ailleurs même pas était surprit de voir dans leur code des lois Krytiennes qui avaient depuis longtemps disparus, ainsi que des lois contradictoires avec elles d'aujourd'hui. Ils s'empêchaient eux même de vivre, et il était fort probable que le Windwaker originel, si il avait toujours été là, aurait aspiré à quelque chose de différent depuis en voyant que son clan stagnait au même niveau depuis des lustres. D'un point de vue extérieur, l'on pouvait vraiment avoir l'impression que les têtes blanches se considéraient comme la royauté, alors que pourtant ils n'avaient sans doute aucune origine noble, et qu'un tel concept était la création des humains, ce qui prouvait bien la stupidité de la chose.
Mais pour le moment le capitaine soupira doucement. Il y aurait bien trop de Windwaker sur le terrain pour qu'il y aille seul, et même si Magdalëniia était de son côté, il y avait de forte chance qu'une fois devant Eldwin elle soit incapable de bouger. Il aurait donc été logique que l'impérial est donc un témoin de son côté pour équilibrer la chose, mais quand à savoir qui… Il ne voulait pas impliquer un membre de la brigade dans la mesure où il s'agissait d'une affaire personnelle, et que solliciter l'un de ses hommes donné un côté officiel au combat, qui donc serait reporté sur le papier, et ça c'était inconcevable, sans parler que la motivation de ce match était… une femme. Certes pas n'importe laquelle, mais ni l'un ni l'autre n'avait probablement envie d'ébruiter la chose. Ensuite il aurait très bien pût mettre au courant les autorités Krytiennes dans la mesure où il allait —même si l'on parlait presque d'une race à part— éliminer l'un des leurs, mais l'officier ne se voyait pas déranger la chef de clan avec ça, sans parler que comme premier message en guise de retour, on avait vu mieux. Puis il s'entendait déjà se faire sermonner comme quoi c'était imprudent de se lancer dans un tel combat à peine réveillé, qu'Eldwin était l'un des Krytiens les plus forts, aussi il préférait donc que ce combat reste clandestin, quitte à ce qu'il y passe, bien que ce n'était pas en option.

- C'est d'accord. Déclara t-il donc d'un ton sans la moindre once d'émotion. Puis au pire, si il mourrait, il n'y aurait qu'à falsifier les rapports le concernant en disant qu'il était mort dans le coma, même si des personnes comme Lina, qui aurait remarquée qu'il était réveillé entre temps, cherchait à faire éclater la vérité au grand jour afin que le meurtrier soit jugé, cela même si elle devait y consacrer le reste de son existence.

Pour l'heure, les choses étaient réglés et après un long silence où le brigadier ne détachait pas son regard des yeux de la jeune femme, il fini par sourire légèrement pour tenter de la rassurer vainement. Peut-être était-elle plus inquiète pour la situation de Schwann que pour la sienne dans la mesure où il s'impliquait dans un problème qui n'était pas le sien, mais si il ne faisait rien elle était certaine de mourir, alors qu'au moins si il se battait les risques étaient moins grands, sauf peut-être si il perdait, car les pertes seraient doubles, mais là ce n'était même pas en option. Il ramena donc sa main de mana sur le poignet qui maintenait le poignard sous sa gorge, retirant celui-ci lentement alors que son membre organique venait caresser le flanc de la Krytienne du bout des doigts. Il lui souriait alors plus sincèrement, ayant visiblement quelque chose à dire.

- J'imagine que nous allons donc passer la journée ensemble ? Bien entendu, il n'était pas difficile de déceler la pointe de taquinerie dans sa voix, mais il ne faisait que profiter de l'occasion, car il était sérieux malgré tout, et dans la mesure où elle allait quitter les patrouilleurs d'une manière ou d'une autre, il n'était pas utile qu'elle retourne en mission, et si il s'agissait là de sa dernière journée, il valait mieux qu'elle cherche à en profiter de la manière qui lui plairait. Ce qu'il voulait lui si c'était effectivement son dernier jour ? L'on s'en fichait : il y avait beaucoup de chose qu'il connaissait, privilège d'être un chevalier sans doute. Il avait parcourut une bonne partie du monde, avait rencontré bien des personnalités importantes avant d'en devenir une lui même, et lorsqu'il était plus jeune et moins fermé, il avait parfaitement sue profiter au mieux de sa jeunesse en étant une véritable tête brulée. Une des rares choses qu'il n'avait peut-être pas fait était une histoire avec deux filles, bien que cela c'était proposé mais que l'une des deux n'étaient jamais à son goût.

Il referma doucement son seul œil. Pourquoi repensait-il à ça, à son passé, alors que jamais il ne le faisait en temps normal ? Peut-être une part de lui craignait effectivement de mourir mais qu'il ne pouvait se l'avouer lui même ? Ce n'était pas impossible, bien qu'il pensait être résigné depuis que le miasme se propageait plus dangereusement dans son organisme. Il soupira alors légèrement, rouvrant à demi son œil pour venir de nouveau embrasser la jeune femme, délicatement, comme si il n'était pas sur que c'était ce qu'elle voulait faire…
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
CixiChef Krytienne
Messages : 6802
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 35
Localisation : Myorzo
avatar

Personnage
Elément: Foudre
Arme: Alberich (Fouet/Epée)
Classe: Guerrière
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   Ven 1 Avr 2011 - 16:08

PNJ Mag WW

Il était d'accord... de toute manière désormais il n'avait plus trop le choix. Le chevalier n'étant pas le genre à s'enfermer au château pour fuir un Windwaker, Eldwin aurait fini par lui tomber dessus tôt ou tard et sa colère aurait d'autant plus été terrible à l'idée d'affronter un lâche. En acceptant le «duel», Schwann obtenait au moins un minimum d'estime de la part du patriarche.

La sueur avait presque trempé son dos tellement la douleur était insupportable, Eldwin était bel et bien le meilleur télépathe du clan, il était l'un des seuls à être capable non seulement de communiquer, mais également ressentir par la pensée et transmettre ses propres émotions et là, le krityen s'amusait à envoyer toute sa haine pour cet humain à travers elle et tout son dégoût... elle se sentit nauséeuse et du mettre une main devant sa bouche et l'autre sur son estomac, elle était extrêmement pâle et tremblante pendant qu'il continuait de la torturer, comme s'il espérait qu'elle utiliserait la volonté de fer pour s'en sortir et qu'avec un peu de chance, elle tuerait simplement l'impérial et ainsi il n'aurait pas besoin de se fatiguer.

Mais le problème était que la krityenne était trop faible pour faire appel à la volonté de fer et elle avait trop mal, sa tête menaçait d'éclater et elle n'écoutait déjà plus les paroles du chevalier qui reposait toujours sous elle, jusqu'à ce qu'elle réussisse enfin à se calmer, d'un seul coup, sans raison apparente. Elle ouvrit les yeux pour voir le visage de Schwann contre le sien, il l'embrassait... Eldwin avait-il été tellement écœuré par cette sensation qu'il en avait quitté son esprit? Elle l'ignorait mais pour l'instant elle préférait ne pas bouger, battant des cils jusqu'à le repousser car elle manquait d'oxygène après l'épreuve qu'elle venait de traverser. Ne se rendait-il pas compte du supplice que le Windwaker venait-il de lui faire subir?


«Tous les mêmes»

Elle souffrait, suait, respirait avec difficulté et tout ce que l'autre voulait c'était la bécoter? Décidément, les hommes, qu'ils soient humains ou krityens n'étaient au final que des porcs qui cherchaient simplement à profiter de son corps... elle changea de position pour aller se réfugier tout au bord du lit, comme si elle cherchait à rester quand même confortablement installée tout en restant le plus loin possible de lui. Ramenant ses genoux contre sa poitrine, ses yeux se perdirent de nouveau dans le vide avant qu'elle ne se mure dans le silence. Elle n'avait pas entendu la taquinerie de Schwann sur le fait qu'ils allaient passer la journée ensemble, par conséquent elle se demandait justement ce qu'elle pouvait faire désormais. Si elle quittait Zaphias, Eldwin la capturerait et la torturerait avant de l'envoyer chercher le chevalier pour l'amener sur le lieu du rendez-vous, mais elle ne pouvait pas rester ici non plus, la krityenne et le chien sur le balcon risquaient de bientôt se réveiller et ils n'apprécieraient surement pas d'avoir été ainsi endormis. Elle avait entendu parler d'un passage secret sous le chateau, peut être qu'elle pourrait s'y réfugier jusqu'au soir, on raconte qu'il y a quelques monstres, mais pratiquement inoffensifs alors...

Oui, c'était probablement la meilleure solution. Elle commença donc à se lever, toujours sans regarder Schwann, visiblement encore traumatisée par les tortures que lui avaient déjà infligé Eldwin par la pensée, et elle n'osait imaginer ce qu'il lui ferait après avoir vaincu le chevalier.


«Je ne peux pas quitter Zaphias, Eldwin doit m'attendre pour pouvoir me punir une première fois avant votre combat. Je vais aller me réfugier dans les sous-sols du château, je viendrai te chercher ce soir avant le rendez-vous, essaie de te trouver une monture. »

Elle ramassa sa dague et la mit à sa ceinture, le regard toujours vide... non étrangement, elle ne pensait pas du tout qu'elle devait profiter de cette dernière journée, elle savait seulement qu'à partir du moment où elle se retrouverait seule, elle serait de nouveau torturée mentalement. Le patriarche s'arrêterait probablement à peine deux heures avant le rendez-vous pour se reposer, mais la journée était encore longue... elle allait en baver. Mais elle le méritait pour avoir ainsi déshonoré son clan... elle prit une profonde inspiration et se dirigea vers la porte, collant son oreille pour entendre une éventuelle patrouille et fermant les yeux pour se concentrer
Revenir en haut Aller en bas
http://talesofvesperiafr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Encore une chambre...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Encore une chambre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Depuis le temps que je patiente dans cette chambre noire ...
» chambre secrète SPIRITU SANGUIS - RR forum 2
» J'veux le même (dans la chambre de mes filles)
» Beuh ont m'a enfermé dans ma chambre!
» La chambre de Amu.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave Vesperia :: Zaphias-